Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Barry Gifford

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Steven
Zen littéraire
avatar

Messages : 4499
Inscription le : 26/09/2007
Age : 45
Localisation : Saint-Sever (Landes)

MessageSujet: Barry Gifford   Dim 19 Juil 2009 - 10:11


[
Citation :
Fils d'une « ancienne reine de beauté » et d'un propriétaire de drugstores qui fréquentaient aussi bien les notables que les truands, Barry Gifford a eu mille jobs (marin, chauffeur, journaliste, éditeur, vendeur, rocker), a écrit des poèmes, des textes de chansons, a été journaliste et chroniqueur cinéma pour un magazine de San Francisco. Né dans le Nord du pays (à Chicago, en 1946), Gifford est devenu un pur romancier du Deep South américain, notamment la Louisiane, La Nouvelle-Orléans et la frontière avec le Mexique.

Aux Etats-Unis, c'est une star du scénar. Almodovar, Coppola et Lynch l'adulent. Gifford a travaillé avec ce dernier sur deux films, qu'il a scénarisés : l'adaptation de « Sailor et Lula » et « Lost Highway ». La Palme d'or obtenue à Cannes en 1990 pour « Sailor et Lula » a révélé les deux hommes. Le film, porté par Laura Dern, Isabella Rosselini, Nicholas Cage et William Dafoe, est assez fidèle

Polar politico-social en Louisiane

Gifford écrit des romans subtilement poétiques, politiques et criminels. Tous sont marqués par un petit monde de voyous pas toujours finauds et de femmes fatales, emmenés par une fanfare d'individus. Mis à part Sailor et Lula, les personnages répondent à des noms prodigieux et maléfiques : Waldo Orchid, Perdita Durango, Big Betty Stalcup, Romeo Dolorosa, Elmer Désespéré, Zvatiff Thziz-Tczili, El-Majik, Mao Demente, Marble Lesson.

Barry Gifford mélange « road-movie », roman criminel, regard social à une matière poétique propre à la Louisianne, région où prennent racine de nombreuses histoires.

« La légende de Marble Lesson » (1995) et « Baby Cat Face » (1999 ; un roman écrit après la saga, mais où Gifford remet en scène Sailor et Lula…) sont deux merveilleux livres qui évoquent la folie et le désespoir du Deep South américain en fin de XXe siècle : viols, fanatisme, perversions sexuelles, racisme, pédophilie.


Sailor et Lula, un roman pleiin de violence, de tendresse, de désespoir et aussi d'espoir...



Citation :
Avant d'être un film réalisé par David Lynch, béni des amateurs de « romance-movies » et palmé à Cannes, « Sailor et Lula » était un roman. Mais saviez-vous qu'il n'était que le premier tome d'une saga qui en compte sept ? Le dernier, « L'Imagination du cœur », est paru récemment.

Je ne savais pas pour la saga, et ça me donne envie de m'y plonger entier dedans... Quelqu'un a lu ?

_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.


Dernière édition par Steven le Dim 19 Juil 2009 - 23:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
avatar

Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Barry Gifford   Dim 19 Juil 2009 - 10:40

Pas lu, mais c'est alléchant.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Barry Gifford
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Swatch Barry M
» Robertine Barry (1863-1910)
» Quel(s) pigment/paillettes/FAP pour obtenir ce résultat?
» CITATIONS DICTONS PROVERBES
» Article dans le journal L'Oeil Régional

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature nord américaine (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs étasuniens à découvrir-
Sauter vers: