Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Paul Eluard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Paul Eluard   Jeu 23 Juil 2009 - 22:05



Biographie

Avec un père comptable aux affaires prospères, le jeune Eugène Grindel multiplie les voyages et étudie dans des établissements de renom. Lorsque sa santé se fait précaire, il rallie le sanatorium de Davos, où il fait la rencontre de Helena Dimitrievnia Diakonova, dite Gala, qui deviendra son épouse. Source d'inspiration intarissable, Eugène Grindel compose alors ses premiers poèmes. Il emprunte dès lors le nom de sa grand-mère maternelle, s'appelant désormais Paul Eluard, un nom plus évocateur, semble-t-il. C'est alors que les rencontres foisonnent : Breton, Aragon, Ernst, Man Ray, Magritte... S'ensuit l'adhésion au mouvement artistique dadaïste avant que ne vienne le temps du surréalisme, mouvement artistique initié en compagnie de son ami André Breton. Paul Eluard se voue à une lutte inlassable contre le conformisme, donne naissance à quelques jeux de langage, milite surtout. Chantre et activiste de la Résistance, il ne cessera par la suite de s'engager dans des causes sociales. Ses oeuvres fascinent, teintées d'amour et de souffrance, le tout bercé par des images énigmatiques. Lorsque Gala le quitte pour Dali, la rupture lui est douloureuse. Mais le poète s'évertue à utiliser ses déboires amoureux pour parfaire son art et s'adonner de plus belle à la poésie. Artiste majeur, les poèmes de Paul Eluard sont considérés comme de véritables chefs-d' oeuvre.

Marylouu a écrit:
Un de mes auteurs favoris et l'un des auteurs majeurs du mouvement Surréaliste que vous connaissez sans doute, mais voici sa biographie.

Paul Eluard est né en 1895, il eut une adolescence agitée. Elle fut marquée par la tuberculose et de longs séjours en sanatorium. Il y fait la connaissance d’une jeune fille russe qu’il surnomme Gala.

Lorsque la guerre de 14-18 éclate, il épouse Gala et rejoint l’infanterie.

En 1919, il fait la connaissance d’André Breton, Louis Aragon, Philippe Soupault. Avec eux, il s’engage dans le Surréalisme.

En 1924, il part, dépressif, pour Tahiti. Gala et Max Ernst le ramènent à Paris.

En 1926, son recueil Capitale de la douleur le fait connaître du public.

Pendant l’Occupation, son poème Liberté est traduit et parachuté à tous les résistants d’Europe.

En 1929, il rencontra Nush, une jeune femme qu'il épousera 2 ans plus tard. Cette femme fut sa principale inspiratrice de ses ouvrages. Sa muse.

En 1946, à la mort de Nusch, sa nouvelle compagne, il traverse une crise qui l’amène au bord de la folie.

Une crise cardiaque l’emporte en 1952.

Ses œuvres :


• Sa poésie : Elle naît avec le mouvement surréaliste. Eluard renouvelle l’expression de l’amour, essentielle pour lui. Il pratique la poésie « involontaire », chère aux surréalistes, permet le jeu sur les mots, utilise des rapprochements inattendus, qui donnent toute leur force aux images.

Durant l’Occupation, Eluard, l’écrivain engagé, utilise un langage accessible à tous.

Quelques-uns de ses recueils : Mourir de ne pas mourir (1924) ; Facile (1935) ; Les Mains libres (1937) ; Poésie et vérité (1943) ; Poésie ininterrompue (1946) ; Le Temps déborde (1947)...


Dernière édition par Lara le Jeu 23 Juil 2009 - 22:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Paul Eluard   Jeu 23 Juil 2009 - 22:09

Tiens un mot en gras qui a totalement échappé aux parfumés!!!!!!!

Je cherchais un peu de poésie sur ce forum, et voilà que soudain une envie d'Éluard me prends.
Je pars en quête de son fil, et.... ET..... ET RIEN! Rolling Eyes
Rattrapons-nous!!!
Il le faut!
Oh oui vraiment...
(en plus j'y tiens à ce type et à ses poèmes...)

Alors commençons! Ce que j'ai vu à travers lui, c'est une douceur immense, des mots simples, une façon de parler des femmes plus que touchante, un poète engagé, la folie poétique du surréalisme ...
Je ne sais comment dire mais ça poésie est très touchante (je me répète, je sais) sans en faire trop...
Poète d'amour et d'émotions...
Il y croit lui...
Les femmes sont ses muses et ses idéaux ses moteurs.
Et ses rêves les plus beaux cadeaux qu'il nous ait faits...


Dernière édition par Lara le Jeu 23 Juil 2009 - 23:10, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Paul Eluard   Jeu 23 Juil 2009 - 22:23

Un de ceux que j'aime le plus! Je vous laisse mettre les plus connus, (la terre est bleue comme une orange, Liberté etc...) Wink


Adieu tristesse
Bonjour tristesse
tu es inscrite dans les lignes du plafond
Tu es inscrite dans les yeux que j'aime
Tu n'es pas tout à fait la misère
Car les lèvres les plus pauvres te dénoncent
Par un sourire
Bonjour tristesse
Amour des corps aimables
Puissance de l'amour dont l'amabilité surgit
Comme un monstre sans corps
Tête désappointée
Tristesse beau visage


extrait de La vie immédiate, 1935

Ce poême se trouve entre autre au début du livre Bonjour Tristesse de Sagan.


Dernière édition par Lara le Jeu 23 Juil 2009 - 23:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Paul Eluard   Jeu 23 Juil 2009 - 22:27

Un autre (je n'arrive pas à me contenir surout que celui-là est peu connu!)

Le plus jeune

Au plafond de la libellule
Un enfant fou s'est pendu,
Fixement regarde l'herbe,
Confiant lève les yeux :
Le brouillard léger se lêche comme un chat
Qui se dépouille de ses rêves.
L'enfant sait que le monde commence à peine :
Tout est transparent,
C'est la verdure qui couvre le ciel
Et c'est dans les yeux de l'enfant,
Dans ses yeux sombres et profonds
Comme les nuits blanches
Que naît la lumière.

Capitale de la douleur
(1926)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Paul Eluard   Jeu 23 Juil 2009 - 22:43

Et encore un pcq c'est trop beau et qu'on la totalement oublié! colere

Il la prend dans ses bras

Il la prend dans ses bras
Lueurs brillantes un instant entrevues
Aux omoplates aux épaules aux seins
Puis cachées par un nuage.

Elle porte la main sur son coeur
Elle pâlit elle frissonne
Qui donc a crié?

Mais l'autre s'il est encor vivant
On le retrouvera
Dans une ville inconnue


Dernière édition par Lara le Jeu 23 Juil 2009 - 22:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
animal
Tête de Peluche


Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Paul Eluard   Jeu 23 Juil 2009 - 22:45

pas de fil mais évoqué à plusieurs reprises (recherche avancée - recherche google pour le déterrage), je me souviens d'une adepte parmi nous (Harmonuit).

deux déterrage :

animal a écrit:


Quelques poètes sont sortis
à Philippe Soupault


Comme autrefois, d'une carrière abandonnée,
comme un homme triste,
le brouillard, sensible et tête
comme un homme fort et triste,
tombe dans la rue, épargne les maisons et nargue les rencontres.


Dix, cent, mille crient
pour un ou plusieurs chanteurs silencieux.
Chant de l'arbre et de l'oiseau,
la jolie fable, le soutien.
Une émotion naît, légère comme le poil.
Le brouillard donne sa place au soleil
et qui l'admire?
dépouillé comme un arbre
de toutes ses feuilles, de toute son ombre?


Ô souvenir! Ceux qui criaient.



Paul Eluard.

qui m'a interpelé...

vu ici : http://www.pierdelune.com/eluard1.htm

(j'aime cette mise en page simple et la liaison avec l'image)


et du coup de coeur poétique :

Nezumi a écrit:
Animal rit

Le monde rit,
Le monde est heureux, content et joyeux.
La bouche s’ouvre, ouvre ses ailes et retombe.
Les bouches jeunes retombent,
Les bouches vieilles retombent.

Un animal rit aussi,
Étendant la joie de ses contorsions.
Dans tous les endroits de la terre
Le poil remue, la laine danse
Et les oiseaux perdent leurs plumes.

Un animal rit aussi
Et saute loin de lui-même.
Le monde rit,
Un animal rit aussi,
Un animal s’enfuit.


Les Animaux et leurs hommes
Paul Eluard

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Paul Eluard   Jeu 23 Juil 2009 - 22:50

Ouf me voilà rassurée Animal^^

J'ai eu longtemps un visage inutile,
Mais maintenant
J'ai un visage pour être aimé,
J'ai un visage pour être heureux.


Ce n'est pas magnifique?
Bon j'arrête là ou je vais vous copier tous ceux que j'aime!( euh encore La courbe de ses yeux, et Je t'aime..)
Eluard est sûrement le poête le plus touchant. (en tout cas pr moi). Ne l'oublions pas! Par pitié!
Revenir en haut Aller en bas
animal
Tête de Peluche


Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Paul Eluard   Jeu 23 Juil 2009 - 22:58

j'ai un petit recueil quelque part... dans un carton en fait pour le moment donc pour le titre... (maybe avec la recherche ?) qui me semble reprenait plusieurs périodes ou formes, il y a une partie illustrée (max ernst ?). Une partie avec des poèmes "conventionnels" et une autre avec des textes plus "déconstruits". Certains qui accrochent d'autre non ou pas du tout. mais je n'ai pas l'habitude de lire de la poésie.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Paul Eluard   Jeu 23 Juil 2009 - 23:07

Si c'est Ernst Il y a des chances que ce soi, soit Répétitions soit Les malheurs des immortels. Mais je ne les connais pas tous...
Autrement d'illustrés moi j'ai Tout dire par Françoise Gilot.

Tiens avec ce nouveau message j'en profite pr mettre ce poême honte :

Je t’aime

Je t’aime pour toutes les femmes que je n’ai pas connues
Je t’aime pour tous les temps où je n’ai pas vécu
Pour l’odeur du grand large et l’odeur du pain chaud
Pour la neige qui fond pour les premières fleurs
Pour les animaux purs que l’homme n’effraie pas
Je t’aime pour aimer
Je t’aime pour toutes les femmes que je n’aime pas

Qui me reflète sinon toi-même je me vois si peu
Sans toi je ne vois rien qu’une étendue déserte
Entre autrefois et aujourd’hui
Il y a eu toutes ces morts que j’ai franchies sur de la paille
Je n’ai pas pu percer le mur de mon miroir
Il m’a fallu apprendre mot par mot la vie
Comme on oublie

Je t’aime pour ta sagesse qui n’est pas la mienne
Pour la santé
Je t’aime contre tout ce qui n’est qu’illusion
Pour ce cœur immortel que je ne détiens pas
Tu crois être le doute et tu n’es que raison
Tu es le grand soleil qui me monte à la tête
Quand je suis sûr de moi.

Ce poème provient du recueil intitulé Le Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Marie
Zen littéraire


Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Paul Eluard   Ven 24 Juil 2009 - 3:17

Ah, Je t'aime a été mis en musique par Philippe Gérard et chanté par Yves Montand! Mais je ne le trouve pas, hélas.
Eluard, pour moi, c'était déjà, Sur mes cahiers d'écolier, j'écris ton nom..que tout le monde connait!
icidit par Gérard Philipe.
Et puis quand même..


La terre est bleue

La terre est bleue comme une orange
Jamais une erreur les mots ne mentent pas
Ils ne vous donnent plus à chanter
Au tour des baisers de s'entendre
Les fous et les amours
Elle sa bouche d'alliance
Tous les secrets tous les sourires
Et quels vêtements d'indulgence
À la croire toute nue.

Les guêpes fleurissent vert
L'aube se passe autour du cou
Un collier de fenêtres
Des ailes couvrent les feuilles
Tu as toutes les joies solaires
Tout le soleil sur la terre
Sur les chemins de ta beauté.

Oeil de sourd
Faites mon portait.
Il se modifiera pour remplir tous les vides.
Faites mon portrait sans bruit, seul le silence,
A moins que - s'il - sauf - excepté -
Je ne vous entends pas.

Il s'agit, il ne s'agit plus.
Je voudrais ressembler -
Fâcheuse coïncidence, entre autres grandes affaires.
Sans fatigue, têtes nouées
Aux mains de mon activité.

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile


Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Paul Eluard   Ven 24 Juil 2009 - 13:14

Marie a écrit:
Ah, Je t'aime a été mis en musique par Philippe Gérard et chanté par Yves Montand! Mais je ne le trouve pas, hélas.

En écoute ici (piste 6 ; je n'ai pas trouvé de lien direct).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Paul Eluard   Ven 24 Juil 2009 - 15:02

eXPie a écrit:
Marie a écrit:
Ah, Je t'aime a été mis en musique par Philippe Gérard et chanté par Yves Montand! Mais je ne le trouve pas, hélas.

En écoute ici (piste 6 ; je n'ai pas trouvé de lien direct).

Tiens je ne connaissais pas la chanson. Trop jeune peut-être! sourire Merci Marie pr le poême! Et j'en profite encore dentsblanches :

La Courbe de tes yeux

La courbe de tes yeux fait le tour de mon coeur,
Un rond de danse et de douceur,
Auréole du temps, berceau nocturne et sûr,
Et si je ne sais plus tout ce que j'ai vécu
C'est que tes yeux ne m'ont pas toujours vu.

Feuilles de jour et mousse de rosée,
Roseaux du vent, sourires parfumés,
Ailes couvrant le monde de lumière,
Bateaux chargés du ciel et de la mer,
Chasseurs des bruits et sources des couleurs,

Parfums éclos d'une couvée d'aurores
Qui gît toujours sur la paille des astres,
Comme le jour dépend de l'innocence
Le monde entier dépend de tes yeux purs
Et tout mon sang coule dans leurs regards.

Capitale de la douleur (1926)
Revenir en haut Aller en bas
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Paul Eluard   Jeu 10 Juin 2010 - 22:58




Max Ernst


Dans un coin l'inceste agile
Tourne autour de la virginité d'une petite robe.
Dans un coin le ciel délivré
Aux épines de l'orage laisse des boules blanches.
Dans un coin plus clair de tous les yeux
On attend les poissons d'angoisse
Dans un coin la voiture de verdure de l'été
Immobile glorieuse et pour toujours.
À la lueur de la jeunesse
Des lampes allumées très tard
La première montre ses seins que tuent des insectes rouges.


(Répétitions, in Capitale de la douleur)

Toile "Gala", de Salvador Dali
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Livvy
Main aguerrie


Messages : 530
Inscription le : 11/03/2010
Age : 38
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: Paul Eluard   Ven 11 Juin 2010 - 10:27

La courbe de tes yeux est un poème dont je ne me lasse pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.oliviabillington.com
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Paul Eluard   Mer 7 Juil 2010 - 9:45




Salvador Dali


C'est en tirant sur la corde des villes en fanant
Les provinces que le délié des sexes
Accroît les sentiments rugueux du père
En quête d'une végétation nouvelle
Dont les nuits boule de neige
Interdisent à l'adresse de montrer le bout mobile de son nez
C'est en lissant les graines imperceptibles des désirs
Que l'aiguille s'arrête complaisamment
Sur la dernière minute de l'araignée et du pavot
Sur la céramique de l'iris et du point de suspension
Que l'aiguille se noue sur la fausse audace
De l'arrêt dans les gares et du doigt de la pudeur.
C'est en pavant les rues de nids d'oiseaux
Que le piano des mêlées de géants
Fait passer au profit de la famine
Les chants interminables des changements de grandeur
De deux êtres qui se quittent
C'est en acceptant de se servir des outils de la rouille
En constatant nonchalamment la bonne foi du métal
Que les mains s'ouvrent aux délices des bouquets
Et autres petits diables des villégiatures
Au fond des poches rayées de rouge.
C'est en s'accrochant à un rideau de mouches
Que là pêcheuse malingre se défend des marins
Elle ne s'intéresse pas à la mer bête et ronde comme une pomme
Le bois qui manque la forêt qui n'est pas là
La rencontre qui n'a pas lieu et pour boire
La verdure dans les verres et la bouche qui n'est faite
Que pour pleurer une arme le seul terme de comparaison
Avec la table avec le verre avec les larmes
Et l'ombre forge le squelette du cristal de roche.
C'est pour ne pas laisser ces yeux les nôtre vides entre nous
Qu'elle tend ses bras nus
La fille sans bijoux la fille à la peau nue
Il faudrait bien par ci par là des rochers des vagues
Des femmes pour nous distraire pour nous habiller
Ou des cerises d'émeraudes dans le lait de la rosée.
Tant d'aubes brèves dans les mains
Tant de gestes maniaques pour dissiper l'insomnie
Sous la rebondissante nuit du linge
Face à l'escalier dont chaque marche est le plateau d'une balance
Face aux oiseaux dressés contre les torrents
L'étoile lourde du beau temps s'ouvre les veines.


(La Vie immédiate)

Toile "Roger délivrant Angélique ou Saint Georges et la demoiselle", de Salvador Dali
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Paul Eluard   Aujourd'hui à 22:19

Revenir en haut Aller en bas
 
Paul Eluard
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 6Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Paul Éluard
» Paul Watson pirate des mers pour combattre les bateaux tueurs de baleines...
» Jacqueline Duhême
» JEAN PAUL II
» Bloody Sunday de Paul Greengrass (2002)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Poésie (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: