Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Paul Eluard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Bibliophile
Envolée postale
avatar

Messages : 299
Inscription le : 09/07/2010
Age : 23
Localisation : 76

MessageSujet: Re: Paul Eluard   Lun 19 Juil 2010 - 19:52

Livvy a écrit:
La courbe de tes yeux est un poème dont je ne me lasse pas.

Il en ai de même pour moi! honte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bibliophile.skyblog.com
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Paul Eluard   Ven 9 Nov 2012 - 19:54

Capitale de la douleur (1926)




Capitale de la douleur… Quelle douleur ? Celle de se rendre compte qu’on reste totalement insensible à la forme d’expression qui se voudrait la plus personnelle –la poésie ?
Un livre peut-il séparer du sentiment de ses semblables lorsque, en le refermant après l’avoir trouvé négligeable, on découvre qu’il figure au 60e rang des 100 meilleurs livres du 20e siècle ? Qui a établi ce classement ? D’après quels critères ? Pour en apprécier la lecture, faut-il avoir vécu sous une période bien précise ? Faut-il avoir connu des expériences historiques et politiques spécifiques ? Faut-il disposer des références adéquates, sans lesquelles le sens caché d’un texte ne peut être révélé ?


Dernière question –dont la réponse déterminera celles de toutes les questions précédentes : un texte nécessitant tant de ces dispositions exactes pour être apprécié est-il vraiment absolument génial ? Je ne crois pas.


Avant de lire Capitale de la douleur, je n’ai pas fait la démarche de me renseigner sur l’intention de signification qu’a cherché à lui donner Paul Eluard. Je ne pensais pas que ce recueil serait composé de textes liés par un fil conceptuel. Après recherches, je m’aperçois que si : Paul Eluard décrit le voyage d’un homme en crise et la révolution de trois étapes décisives de son existence : genèse, paroxysme, résolution. Si on ne le sait pas avant de commencer la lecture, on ne le sait toujours pas une fois qu’elle est terminée… à moins d’être Paul Eluard. La limpidité n’est pas une caractéristique de son écriture, à croire qu’il a écrit en se disant : « Plus le lecteur restera éloigné de mes idées, mieux ce sera. Plus le lecteur devra faire d’efforts pour comprendre mes expressions inutilement alambiquées, ridiculement mystiques et symboliques, plus je pourrais revendiquer le caractère poétique et profond de mes poèmes ».


Mais après tout, certains lecteurs trouvent-ils vraiment une résonnance à leurs pensées à la lecture de ce recueil ? Pour ma part, les images convoquées par la poésie de Paul Eluard m’ont laissée totalement impassible. Deux figures de cas : l’indifférence neutre des expressions que le hasard semble avoir forgées –alignements de noms qui n’ont rien à faire les uns à côté des autres, et que même l’effort d’imagination ne suffit pas à rendre attrayants-, et l’agacement des expressions où le romantisme naïf cherche à se donner l’apparat d’une symbiose entre l’homme et la femme –la femme étant toujours une créature muette et mystérieuse, parée d’atours au symbolisme désuet.


La poésie de Paul Eluard a peut-être plu par ses velléités contestataires, à une période de l’histoire où la soumission à l’ordre était particulièrement prégnante ? Ma vision actuelle me fait surtout considérer ces tentatives de dissipation morales comme d’innocentes provocations adolescentes, l’envie de faire un pied-de-nez aux personnes « sérieuses » en hurlant au monde entier que soi-même on vaut mieux que les autres –prétention qui traduit une vision du monde réduite à peau de chagrin. Paul Eluard évoque la mort à travers ses squelettes et ses corbeaux noirs ; l’amour en invoquant les sirènes des territoires orientaux, les yeux bleus immenses, les corps frémissants ; et c’est à peu près tout. Freud dirait : pulsion de vie, pulsion de mort. La dualité éternelle se retrouve en grandes pompes, il n’y a finalement rien de se profondément bouleversant dans la poésie de Paul Eluard.


Capitale de la douleur est le livre de l’expérience zéro. A la limite aura-t-il seulement contribué à me désolidariser de ces mystérieux juges qui ont placé le recueil dans les meilleurs livres du 20e siècle –sentiment dont je me serais bien passée, et qui contribue une fois encore à augmenter ma déception.

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Paul Eluard   Ven 9 Nov 2012 - 21:28

c'est drôle ! Capitale de la douleur est pour moi le recueil de poésie le plus essentiel de ma vie avec (la Vie Immédiate du même)... de cette manière absolument inexplicable qu'est le sentiment d'avoir rencontré celui qui par ses mots, par ses silences, ses blancs exprime enfin l'intérieur de mon corps.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Paul Eluard   Ven 9 Nov 2012 - 21:51

Il faudrait que j'essaie. je m'aperçois que je me suis arrêté dans le recueil 1913-1926, ce qui n'empêche pas de jeter un œil :

DORMEUR

L'ombre du cœur vers le matin,
En hâte,
Au repos.
Rien n'enveloppe en son sommeil
Ce cœur plus gonflé que les vitres.
Ombre, nuit et sommeil.
Un cœur se débarrasse
De tout ce qu'il ignore.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esperluette
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1660
Inscription le : 09/04/2012

MessageSujet: Re: Paul Eluard   Ven 9 Nov 2012 - 22:30

Comme c'est bizarre ce choix, Animal! ;-)

Pour ma part, je reste très receptive à la poésie d'Eluard mais je comprends qu'il puisse te sembler désuet Colimasson. J'apprécie justement ce penchant dans son oeuvre.

Dans le même recueil, p.219.

Défense de savoir.
I

Ma présence n'est pas ici
Je suis habillé de moi-même.
Il n'y a pas de planète qui tienne
La clarté existe sans moi.

Née de ma main sur mes yeux
Et me détournant de ma voie
L'ombre m'empêche de marcher
Sur ma couronne d'univers,
Dans le grand miroir habitable,
Miroir brisé, mouvant, inverse
Où l'habitude et la surprise
Créent l'ennui à tour de rôle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Paul Eluard   Dim 11 Nov 2012 - 22:11

Même vos deux extraits ne provoquent rien en moi lorsque je les lis... J'ai l'impression que c'est factice, que ça sonne creux...

Esperluette a écrit:


Pour ma part, je reste très receptive à la poésie d'Eluard mais je comprends qu'il puisse te sembler désuet Colimasson. J'apprécie justement ce penchant dans son oeuvre.

Un penchant dans son oeuvre ? Le reste de ses écrits est différent ?

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Esperluette
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1660
Inscription le : 09/04/2012

MessageSujet: Re: Paul Eluard   Ven 16 Nov 2012 - 18:22

colimasson a écrit:
Même vos deux extraits ne provoquent rien en moi lorsque je les lis... J'ai l'impression que c'est factice, que ça sonne creux...

Esperluette a écrit:


Pour ma part, je reste très receptive à la poésie d'Eluard mais je comprends qu'il puisse te sembler désuet Colimasson. J'apprécie justement ce penchant dans son oeuvre.

Un penchant dans son oeuvre ? Le reste de ses écrits est différent ?

Oups, Embarassed Colimasson, je n'avais pas vu ta question! Désolée de cette réponse incomplète et tardive! Wink
Je vais faire quelques recherches mais je crois connaître, en partie, la réponse. Les thèmes abordés seront certes différents mais le ton, les mots resteront à son l'image de sa poésie : simple et universelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esperluette
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1660
Inscription le : 09/04/2012

MessageSujet: Re: Paul Eluard   Sam 17 Nov 2012 - 9:59

Après avoir consulté un vieux manuel de littérature du XXème siècle intitulé La littérature en France de 1945 à 1968, il en ressort cette idée que la poésie est au-dessus de tout, dans l’œuvre de Paul Eluard.
J’ai trouvé cette citation (dans le même livre) qui donne un aperçu de sa démarche :

Citation :
« Il nous faut peu de mots pour exprimer l’essentiel, il nous faut tous les mots pour le rendre réel. »
Paul Eluard, Avenir de la poésie - 1937.

Il est souvent connu pour être le poète de l’amour, mais il dénonce la guerre ou la barbarie par exemple avec innocence et douceur. D’où cet aspect désuet ou mièvre qui ne te parle pas, peut-être.

Je mets un autre poème que tu dois connaître, Colimasson, dans lequel il s’insurge contre l’horreur de la barbarie en des termes simples mais justes.

Comprenne qui voudra
En ce temps-là, pour ne pas châtier les coupables, on maltraitait des filles. On allait même jusqu’à les tondre.

Comprenne qui voudra
Moi mon remords ce fut
La malheureuse qui resta
Sur le pavé
La victime raisonnable
À la robe déchirée
Au regard d’enfant perdue
Découronnée défigurée
Celle qui ressemble aux morts
Qui sont morts pour être aimés

Une fille faite pour un bouquet
Et couverte
Du noir crachat des ténèbres
Une fille galante
Comme une aurore de premier mai
La plus aimable bête

Souillée et qui n’a pas compris
Qu’elle est souillée
Une bête prise au piège
Des amateurs de beauté
Et ma mère la femme
Voudrait bien dorloter
Cette image idéale
De son malheur sur terre.

Paul Eluard, Au rendez-vous allemand, 1944.

Un début de réaction (pour amaorcer une discussion?) à propos de ce poème qui évoque la femme humiliée :

Nulle haine, nulle trace de mépris, seul le mot “remords” qui pourrait traduire son sentiment d’avoir assisté à ce genre de scène sans être intervenu!

Et ce poème, il te parle davantage, Colimasson?
Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Paul Eluard   Sam 17 Nov 2012 - 22:53

Peut-être un peu moins "grandiloquent" à tendances "romantiques" que ceux que j'ai pu lire dans Capitale de la douleur.
Mais je persiste... je n'aime pas les images qu'il emploie... impression qu'elles sont éculées, vides de sens... Et pourquoi toujours cette image de la femme ? Il me semble qu'il porte un regard condescendant, et qu'en cherchant à la flatter sans cesse -uniquement en ce qui concerne ses attributs de fragilité et de beauté- il lui concède un statut de second choix -de soumission, finalement.

Mais ce n'est que mon impression et dans tout ça, c'est peut-être seulement moi qui interprète mal une poésie innocente et faite de sentiments réellement honorables ?

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Esperluette
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1660
Inscription le : 09/04/2012

MessageSujet: Re: Paul Eluard   Dim 18 Nov 2012 - 10:47

Bon tant pis pour mon essai raté alors...
J'aurais essayé avec ce poème mais j'aurais pu en mettre d'autres! rire

Je comprends parfaitement que tu ne sois pas réceptive à sa poésie, cela ne se commande pas, Colimasson! Je suis persuadée que d'autres poètes sauront te toucher davantage.
Je ne crois pas qui tu interprètes mal sa poésie. Il aimait à citer Lautréamont qui disait : " La poésie doit être faite par tous. Non par un" ! Ce qui rend à tous - lecteurs ou compositeurs - sa liberté !

Sinon diablotin quelles images te paraissent éculées dans ce poème? ange
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassiopée
Main aguerrie
avatar

Messages : 347
Inscription le : 28/07/2011
Localisation : France

MessageSujet: Re: Paul Eluard   Dim 18 Nov 2012 - 20:51

Ce poète pour moi sera toujours celui qui m’a fait découvrir que les mots pouvaient chanter, vibrer, éveiller des tas de sentiments, d’émotions en moi …
Le pouvoir des mots dans un poème, c’est comme un tableau, une œuvre d’art, un beau paysage, un texte qui ne serait écrit que pour vous car, même s’il nous parle au cœur, ce poème, chacun l’appréhende avec ses sens, son vécu …

Paul Eluard, c’est avant tout une rencontre. Celle de la petite fille que j’ai été, qui en CM2 a reçu ses livres de classe, dont un livre de lecture.
Ce livre, comme tous les livres que je lis, je l’ai commencé par la fin …
Sur les deux dernières pages s’étalait une partie du poème Liberté de Paul Eluard. En voici quelques strophes.

Citation :
Liberté

Sur mes cahiers d'écolier
Sur mon pupitre et les arbres
Sur le sable sur la neige
J'écris ton nom

Sur toutes les pages lues
Sur toutes les pages blanches
Pierre sang papier ou cendre
J'écris ton nom

Sur la santé revenue
Sur le risque disparu
Sur l'espoir sans souvenir
J'écris ton nom

Et par le pouvoir d'un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître
Pour te nommer

"Liberté".
Ce poème a été imprimé à des milliers d’exemplaires et lancé par avion au dessus de la France
occupée …

Paul Eluard était rentré dans ma vie … A partir de ce moment-là, j’ai voulu lire d’autres poèmes de lui, des livres (L’enfant qui ne voulait pas grandir, Grain d’Aile…), j’ai voulu tout connaître, tout savoir sur lui, tout lire …
Je n’ai pas encore tout lu … La poésie ne se dévore pas, la poésie se savoure, se découvre, se murmure, se déclame, s’impose à vous parfois, se crie, se chante …

Paul Eluard c’est aussi une phrase
Citation :
« La terre est bleue comme une orange »
que je collectionne en cartes postales, comme celle de Déborah Chock.

D’ailleurs, souvenez-vous des aventures de Tintin, « Tintin et les oranges …. »
Paul Eluard c'est le mouvement dada, le surréalisme qui fait dire à certains que ce qu'il écrit ne veut rien dire...

J’ai commencé à acheter des livres de poche avec des poèmes d’Eluard (Poésie ininterrompue, Le livre ouvert, La vie immédiate, Derniers poèmes d’amour etc……) avant de m’offrir, avec mon premier salaire, comme un symbole, ses œuvres complètes, dans la collection « La Pléiade ».

Après la découverte de « Liberté », je n’ai plus appréhendé la poésie de la même façon. J’étais capable de comprendre, d’entendre, de sentir les mots monter en moi …

Eluard c’est aussi:

Citation :
C'est la douce loi des hommes
Du raisin ils font du vin
Du charbon ils font du feu
Des baisers ils font des hommes

C'est la dure loi des hommes
Se garder intact malgré
Les guerres et la misère
Malgré les dangers de mort

C'est la chaude loi des hommes
De changer l'eau en lumière
Le rêve en réalité
Et les ennemis en frères

Une loi vieille et nouvelle
Qui va se perfectionnant
Du fond du coeur de l'enfant
Jusqu'à la raison suprême
Et encore « L’amoureuse » :
Citation :
Elle est debout sur mes paupières
Et ses cheveux sont dans les miens ..

Eluard ce sont des livres pour enfants magnifiquement illustrés "Grain d’Aile", "L’enfant qui ne voulait pas grandir." Mais aussi un recueil « Corps mémorables » accompagnés des photographies de Lucien Clerque.

Eluard, c’est tout ça : l’enthousiasme, la discrétion, les passions, les silences, les souffrances, les rencontres …. La vie ….

Et si vous dites à l’être aimé
Citation :
« Tu sais, il ne faut pas de tout pour faire un monde »
et qu’il vous répond :
Citation :
« Je sais, il faut du bonheur et rien d’autre. »
Vous saurez alors que lui aussi a rencontré Paul Eluard ….

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 72
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Paul Eluard   Lun 19 Nov 2012 - 17:19

un plaisir de te lire Cassiopée !

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassiopée
Main aguerrie
avatar

Messages : 347
Inscription le : 28/07/2011
Localisation : France

MessageSujet: Re: Paul Eluard   Lun 19 Nov 2012 - 17:38

Bédoulène a écrit:
un plaisir de te lire Cassiopée !



Embarassed Merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Paul Eluard   Lun 19 Nov 2012 - 22:21

En effet Cassiopée, belle défense !

C'est vrai que Liberté est un poème plutôt plaisant... dans le fond, ça se discute, mais dans la forme ! Je trouve ses sonorités très agréables, on dirait presque une chanson...

Esperluette a écrit:

Je comprends parfaitement que tu ne sois pas réceptive à sa poésie, cela ne se commande pas, Colimasson! Je suis persuadée que d'autres poètes sauront te toucher davantage.

Oui, bien sûr, et heureusement !
Et pour ce qui est des images que je trouve éculées...

Citation :
La victime raisonnable
À la robe déchirée
Au regard d’enfant perdue

(les oripeaux de la misère...)

Citation :
Celle qui ressemble aux morts
Qui sont morts pour être aimés

ô pulsion de vie-pulsion de mort !

Citation :
Une fille faite pour un bouquet
Et couverte
Du noir crachat des ténèbres

La fille rapportée à la fleur... classique !
et l'opposition hénaurme avec "l'image de la mort"...

Citation :
Et ma mère la femme
Voudrait bien dorloter

Encore des lieux communs...


_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Esperluette
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1660
Inscription le : 09/04/2012

MessageSujet: Re: Paul Eluard   Lun 19 Nov 2012 - 22:44

Oui, je le savais!
Mais je reviens plus tard pour poster une réponse digne! ange

Merci de t'être prêtée au jeu!! flower

Cassiopée, viens m'aider à convaincre Colimasson! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Paul Eluard   

Revenir en haut Aller en bas
 
Paul Eluard
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Paul Éluard
» PAUL ELUARD
» Paul Watson pirate des mers pour combattre les bateaux tueurs de baleines...
» Jacqueline Duhême
» JEAN PAUL II

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Poésie (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: