Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Le cri d'Antigone

Aller en bas 
AuteurMessage
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Le cri d'Antigone Empty
MessageSujet: Le cri d'Antigone   Le cri d'Antigone Icon_minitimeVen 24 Juil 2009 - 19:32

Le cri d'Antigone
Adaptation, conception : Géraldine Bénichou d’après Antigone, le roman de Henry Bauchau.
Avec la comédienne Magali Bonat
Et le chanteur Salah Gaoua


Le cri d'Antigone Tract_10


Je reprends des éléments de ce que je disais sur ce texte de Bauchau :

Un magnifique texte épique et poétique.

Après la mort de son père qu’elle a accompagné sur la route jusqu’à Colone, Antigone reprend le chemin vers Thèbes. Elle berce l’espoir de pouvoir empêcher la guerre entre ses deux frères tant aimés, Polynice et Etéocle.
[…] Dès l’enfance, ils se sont affrontés malgré leur amour et leur admiration réciproques. […]
Parvenus à l’âge adulte, les deux frères se livrent à une rivalité violente et incessante dont le but est pour chacun de régner sur Thèbes.

Antigone ne peut empêcher cette guerre fratricide qui ruine le peuple et Antigone se met à son service. Pour l’aider à survivre, elle va par les rues refaire ce qu’elle a appris lors du voyage avec Œdipe. Mendier. Mendier pour acheter des médicaments, obtenir de la nourriture. Elle sait le faire.

"Je veux devenir ce que je suis vraiment: une mendiante".
Elle mendie et son cri bouleverse tous ceux qui l’entendent. Pour secourir les malades et les blessés de Thèbes, elle obtient beaucoup…
« Finalement, au fil des années, nous avons beaucoup reçu et c’est ce don pauvre mais perpétuel qui a rattaché Œdipe à la vie. Demander, recevoir parce qu’on a eu la confiance de demander, on s’aperçoit alors qu’on ne mendie pas seulement pour survivre, on mendie pour n’être plus seul. »

Le cri d’Antigone, nous ne l’entendrons pas…C’est le corps de la comédienne Magali Bonat qui toujours dessine le cri tandis que s’élève une voix empreinte de douceur. Celle de Salah Gaoua qui chante des textes sacrés en Arabe et en kabyle.

Le cri d'Antigone Wb_dsc11

Lorsque Créon, l’oncle devenu roi de Thèbes, décide que seul Etéocle recevra une sépulture, Antigone se jette dans un dernier combat pour rendre justice à Polynice. Ce combat la mènera à sa propre mort.

« Quand il annonce que le corps de Polynice doit pourrir sans sépulture, je ne puis plus contenir mon cri. L’indignation, la colère s’échappent de mon corps et vont frapper de front le mufle de la ville avec l’énorme fardeau de douleur, de bêtise et d’iniquité qu’elle fait peser sur moi et sur toutes les femmes. Oui, moi Antigone, la mendiante du roi aveugle, je me découvre rebelle à ma patrie, définitivement rebelle à Thèbes, à sa loi virile, à ses guerres imbéciles et à son culte orgueilleux de la mort »

Une petite salle, une mise en scène épurée, chaque image, chaque objet a un sens (il y en a peu) et contribue à créer symboliquement et justement un univers d’une grande beauté.
Le jeu de la comédienne est puissant et sensible, sa voix aussi qui nous envoûte. Chacun de ses gestes participe de cette chorégraphie du cri.
On sort du spectacle ému et séduit, ébloui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le cri d'Antigone
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Images et sons :: Théâtre, spectacles :: Pièces vues par des parfumés-
Sauter vers: