Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Elfriede Jelinek [Autriche]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Elfriede Jelinek [Autriche]   Mar 1 Sep 2009 - 13:49

eXPie a écrit:
Je ne savais pas qu'il y avait de l'idéal dedans. Je tâcherai d'y jeter un oeil ou deux... attentif
Wink
mais je pense qu'une décision pour un Nobel pour Jelinek (et Pinter.. et tant d'autres ces dernières années) est plutôt à trouver dans ce que Marko dit:
Marko a écrit:
Mais je trouve important de récompenser aussi des auteurs qui dénoncent la barbarie, la violence, l'hypocrisie sociale, le mal de vivre...
et ainsi il y aura toujours des Nobel qui vont nous suprendre - parce qu'on attend plus de littérature que de l'engagement social.. mais en ces temps ci.. c'est probablement assez important pour un prix aussi important Wink

Wittgen a écrit:
Reste que de toute façon, je trouve que le Nobel en littérature est une bonne chose, même s'il fragilise parfois la mince bulle nécessaire à l'écriture.
j'aime bien cette phrase Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maryvonne
Zen littéraire
avatar

Messages : 4259
Inscription le : 03/08/2009
Localisation : oui, merci.

MessageSujet: Re: Elfriede Jelinek [Autriche]   Dim 13 Sep 2009 - 12:26

Arabella a écrit:
Je crois que Queenie a très bien résumé le problème, même si je ne l'ai pas lu, elle donne comme ça à priori l'impression d'être très cérébral. Et du coup j'ai l'impression que je n'aimerais pas.

Moi, c'est pire, j'ai essayé de lire "Avidité". J'ai lu 30 pages. Pour m'arrêter et me dire que je n'avais rien compris.
Aïe.
J'étais dans les transports en communs, certes.
Je me suis dit qu'il fallait que je reprenne du début...
J'attends le moment d'avoir le cerveau disponible.

Quelqu'un l'a lu ?

Citation :
Une jeune fille est retrouvée noyée dans un lac autrichien, ficelée dans une bâche. Du travail en perspective pour les gendarmes... L'un d'eux fréquentait la victime. Mais il a aussi la particularité de séduire les femmes mûres vivant seules dans l'espoir de se voir léguer tous leurs biens... Avec un cynisme frisant la misanthropie et une virtuosité verbale savamment calculée, Elfriede Jelinek nous livre à travers ce roman un nouveau témoignage de ce rapport d'amour-haine qu'elle entretient avec l'Autriche, son 'pays de cannibales'.

(Bon, faut dire aussi que je suis une tapette, et que ça me fait un peu peur
ce genre de sujet).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
darkanny
Zen littéraire
avatar

Messages : 7078
Inscription le : 02/09/2009
Localisation : Besançon

MessageSujet: Re: Elfriede Jelinek [Autriche]   Dim 13 Sep 2009 - 12:34

J'ai lu "La pianiste" , par moments ça m'a donné envie de vomir , je n'ai pas pu le finir .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Elfriede Jelinek [Autriche]   Dim 13 Sep 2009 - 15:26

Maryvonne a écrit:
Quelqu'un l'a lu ?
après Le pianiste et Lust, j'avais tenté.. mais dans le temps je n'avais pas la tête libre.. je n'arrivais pas.. peut être aujourd'hui, après l'expérience de beaucoup de lectures d'Antunes qui fait aussi parler plusieurs personnes en même temps et ne prend aucun égard pour son lecteur Wink
dans ce roman, il y a trois 'histoires' différentes: Kurt Janisch qui est obsédé par son avidité: pour des femmes, des possessions et des maisons: il y a sa femme, sa victime Gerti dont il veut la maison et la jeune fille Gabi.. Jelinek mélange le tout et c'est au lecteur de se retrouver.. assez 'compliqué' on va dire.. chez Antunes j'arrive facilement.. chez elle un peu moins bien Wink

(à noter son cynisme: de sous-titré ce livre: roman de divertissement diablotin )

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
domreader
Zen littéraire
avatar

Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Elfriede Jelinek [Autriche]   Dim 13 Sep 2009 - 20:10

J'avais entamé 'La Pianiste' au début de l'été et franchement j'avais du mal, l'écriture n'est pas évidente et les personnages sont glauques, à tel point que je m'étais assigné 20 pages par jour ! Mais voilà j'ai perdu le livre - acte manqué ! Mince... ! (je me suis dit hypocritement.)

Pas de pot, je viens de retrouver le livre aujourd'hui, alors il va falloir s'y remettre, et même retourner quelques pages en arrière pour me remettre les choses en mémoire !

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Elfriede Jelinek [Autriche]   Dim 13 Sep 2009 - 20:17

domreader a écrit:
Pas de pot, je viens de retrouver le livre aujourd'hui, alors il va falloir s'y remettre, et même retourner quelques pages en arrière pour me remettre les choses en mémoire !
ce que je viens de dire sur le fil de Yates à propos de persister.. je ne sais pas si c'est valable pour Jelinek.. en tout cas si ton subconscient te fait perdre le livre - je suis sûre que tu n'as pas trop d'envie de continuer Wink

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wittgen
Envolée postale


Messages : 117
Inscription le : 28/08/2009
Age : 30

MessageSujet: Re: Elfriede Jelinek [Autriche]   Mer 7 Oct 2009 - 14:58

Je suis assez surpris car à lire divers commentaires sur Jelinek, notamment sur worldliteratureforum, j'ai le sentiment qu'elle fait presque l'unanimité contre elle. Si certains, notamment à l'étranger, se demandent encore de quel chapeau est sorti Le Clézio, beaucoup semblent n'être toujours pas revenus de l'attribution du prix à Elfriede.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 50
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Elfriede Jelinek [Autriche]   Mer 7 Oct 2009 - 15:02

Wittgen a écrit:
Je suis assez surpris car à lire divers commentaires sur Jelinek, notamment sur worldliteratureforum, j'ai le sentiment qu'elle fait presque l'unanimité contre elle. Si certains, notamment à l'étranger, se demandent encore de quel chapeau est sorti Le Clézio, beaucoup semblent n'être toujours pas revenus de l'attribution du prix à Elfriede.

Et de mon côté je comprends ce choix et je l'applaudis... Jelinek montre une face dérangeante de la nature humaine mais elle le fait sans complaisance. Et je trouve rassurant qu'un jury comme celui du Nobel face le choix d'une oeuvre moins "rassurante" et consensuelle mais qui reste d'une profonde humanité. Ceci dit Le clézio le mérite tout autant!

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tom léo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 55
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Re: Elfriede Jelinek [Autriche]   Mer 7 Oct 2009 - 15:47

Le mot `glauque` resume bien pour moi l`univers de Jelinek. Mais les morceaux lus, plutot des extraits, montrait une maitrise d`une langue incroyable. Mais derriere cela? Quelle souffrance - a mon avis - vis a vis de soi-meme et son pays, dans la continuite de certains autres auteurs autrichiens...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 50
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Elfriede Jelinek [Autriche]   Mer 7 Oct 2009 - 16:54

tom léo a écrit:
Le mot `glauque` resume bien pour moi l`univers de Jelinek. Mais les morceaux lus, plutot des extraits, montrait une maitrise d`une langue incroyable. Mais derriere cela? Quelle souffrance - a mon avis - vis a vis de soi-meme et son pays, dans la continuite de certains autres auteurs autrichiens...


C'est une écorchée vive qui montre la souffrance et ce n'est pas confortable mais nécessaire. Le cinéaste Ulrich Seidl (encore un autrichien) a une démarche similaire qui est douloureuse et "glauque" comme tu dis mais dont le résultat est un portrait bouleversant d'un certain mal de vivre individuel et social. Et une réflexion sur ce constat.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wittgen
Envolée postale


Messages : 117
Inscription le : 28/08/2009
Age : 30

MessageSujet: Re: Elfriede Jelinek [Autriche]   Lun 12 Oct 2009 - 10:50

Faute d'avoir trouvé ce que je cherchais en occasion chez Gibert samedi, j'ai sauvé ma journée en trouvant à moitié prix ce nouvel essai-portrait qui vient de sortir et donc je n'avais même pas encore entendu parler :



Il y a de belles pages de photos et je suis surpris de voir que Jelinek était charmante dans sa jeunesse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wittgen
Envolée postale


Messages : 117
Inscription le : 28/08/2009
Age : 30

MessageSujet: Re: Elfriede Jelinek [Autriche]   Ven 23 Oct 2009 - 9:26

Relecture en français de
  • La Pianiste
en ce début de semaine. Que dire, si ce n'est que je ne comprends pas le déni de certains (je peux comprendre les réticences thématiques, mais pas les accusations de "pornographie", de "camelote littéraire" etc.).

La prose de Jelinek est vraiment remarquable d'inventivité. Ca foisonne d'images, ça déborde de créativité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
domreader
Zen littéraire
avatar

Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Elfriede Jelinek [Autriche]   Ven 23 Oct 2009 - 17:32

Je vais me remettre à la lecture de La Pianiste pendant les vacances. C'est vrai wittgen, on ne comprend pas trop pourquoi on parle de camelote littéraire à son sujet.
Je n'aime pas trop le roman La Pianiste pour le moment, mais on ne peut en aucun cas lui dénier une vraie qualité littéraire, très originale de surcroit. Je finirai ce livre précisément à cause de cela.
Pour ce qui est du reste, je n'accroche pas tout simplement, je n'ai pas envie de savoir ce qui se passe sur la page suivante, mais je ne peux pas dire que je m'ennuie...probablement à cause de cette grande qualité d'écriture qu'a Jelinek.

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
domreader
Zen littéraire
avatar

Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Elfriede Jelinek [Autriche]   Mar 10 Nov 2009 - 21:42

LA PIANISTE
Elfried Jelinek


Erika Kohut est professeur de piano au conservatoire de Vienne après avoir échoué à un concours qui lui aurait permis d’accéder à une carrière plus brillante de concertiste.
Et pourtant ! Après tous les sacrifices et l’éducation scrupuleuse dispensée par sa mère qui se plait à lui rappeler cet échec ! Car, à 36 ans Erika vit toujours avec sa mère et pire encore, elle dort depuis toujours dans le lit maternel. Sa mère règne sur elle, sur ses horaires, sur ses tenues, sur son régime alimentaire, sur ses distractions, et bien sûr elle veille tel un cerbère sur les amours de sa fille. Erika est complètement soumise, et on sent qu’elle a presque renoncé à toute révolte, et finit par se complaire dans cette relation monstrueuse, où la mère et la fille ne forment qu’un seul être bicéphale. Erika est perturbée, elle se mutile, fréquente les cinés pornos et les sous-bois où des couples enfiévrés s’empoignent.
Alors, lorsqu’un jeune homme étudiant du conservatoire lui fait part de son désir, Erika ne saura que lui offrir une trame de rapports sado-maso ultra codés propre à annihiler tout sentiment.

Un livre que j’ai eu un peu de mal à terminer, et qui aurait sans doute demandé de ma part plus de temps et de concentration. L’atmosphère y est dense à souhait, glauque et malsaine. L’écriture elle aussi est très dense. Pas un espace, pas un chapitre, pas un paragraphe, pas un souffle, tout est écrit d’un trait, d’une traite. On passe du présent, au passé, du concret au virtuel des rêves, ou alors de scènes en cours de déroulement à l’imagination, aux phantasmes. Tout cela pour mieux nous enfermer dans ce couple mère-fille infernal et étouffant. Pas d’espoir, pas un rayon de lumière, et lorsqu’on croit qu’il survient, même si cela se passe dans les toilettes, la scène d’amour tourne court, et la névrose repart à train d’enfer….
Mais Jelinek est une virtuose, la prose est incroyable, la construction aussi, c’est du grand art littéraire (même si ce n’est pas tout à fait ma tasse de thé).

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tom léo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 55
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Les amantes   Ven 12 Nov 2010 - 17:42

Les amantes

Présentation de l’éditeur :
Quel est le destin d’une ouvrière, ou plutôt comment échapper à son destin quand on est ouvrière ? Le plus simple : le mariage. Encore faut-il choisir avec circonspection son futur époux et se garder des séductions du sexe. L’amante doit apprendre à gérer son corps jeune et attrayant, son seul bien, et ne pas rêver à l’amour idéal des romans-photos. À travers le « bon exemple » de Brigitte et le « mauvais exemple » de Paula, Elfriede Jelinek, l’iconoclaste, fait voler en éclats une spécialité autrichienne : l’idylle.

Remarques:
Il s’agit bien d’une caricature du « Heimatroman » et de tous les clichés de la vie adéquate d’une simple femme, « déstinée à enfanter, être un jouet de l’homme et femme du mènage etc. » Si une telle caricature est encore actuelle après 35 ans, je ne le sais pas. C’est vrai que Jelinek parle ici plutôt d’une certaine couche sociale, où la femme ne peut pas (ou ne veut pas ?) sortir du strict cercle familial : pas de vie professionnelle souhaitée, pas de définition de soi-même sans référence à l’homme/le mari.

Paru en 1975 on découvre une Jelinek d’à peine 29 ans, et déjà avec un style si particulier : une écriture en minuscules (en allemand encore plus révolutionnaire qu’en français ?), une cadence faite de répétitions, ruptures, innovation linguistiques. Bien sûr que j’ai lu ce livre en allemand et j’étais bien sous le choc de découvrir cette langue particulière. Cela grince, cela fait mal, et on ne peut pas parler d’une « belle histoire ». Mais quelle maîtrise, quelle capacité de dénoncer! Peut-être plus abordable que des romans encore plus complexe tardifs?

Citation (de ma main) :
« Si quelqu’un a un destin, c’est bien un homme. Si quelqu’un reçoit un destin, c’est bien une femme. »


Je reprends deux remarques du fil qui s’appliquent bien aussi pour ce livre précis :

Wittgen a écrit:

La prose de Jelinek est vraiment remarquable d'inventivité. Ca foisonne d'images, ça déborde de créativité.

Marko a écrit:

...Mais je trouve important de récompenser aussi des auteurs qui dénoncent la barbarie, la violence, l'hypocrisie sociale, le mal de vivre... A partir du moment où le portrait qui est fait soit inspiré, touche à quelque chose de profond et de "vrai" qui éclaire sur cette part des ténèbres. Peut-être aussi qu'il y ait une possibilité d'ouverture sans forcément tomber dans la tarte à la crême de la rédemption.

Jelinek me fait penser au cinéaste de Dogville ou à Haneke. Ce qu'ils montrent n'est pas reluisant mais je sens derrière la cruauté et l'intransigeance un désir de montrer l'humain dans sa complexité, sa fragilité, son absurdité et sa souffrance. Et c'est une autre façon de témoigner de notre passage et d'une quête de sens (ou de non sens). Donc oui pour un Nobel à Jelinek !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Elfriede Jelinek [Autriche]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Elfriede Jelinek [Autriche]
Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» En Autriche, on nage dans la bière
» 16ans pour les nouveaux voteurs d'autriche
» (AUTRICHE)
» Un paysan normand au STO en Allemagne
» « le mur invisible » de Marlen Haushofer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature germano-néerlandaise (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: