Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Polyphonie parfumée

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Babelle
Zen littéraire
Babelle

Messages : 5065
Inscription le : 14/02/2007
Localisation : FSB

Polyphonie parfumée Empty
MessageSujet: Polyphonie parfumée   Polyphonie parfumée Icon_minitimeSam 15 Aoû 2009 - 21:25

Bix à eXpie :
-Tiens, un auteur qui me semble fait pour toi : il affiche un humour très particulier derrière une mélancolie qui me semble évidente.
Alexandre Vialatte :
-Ne jetes jamais le sein droit par dessus ton épaule gauche pour allaiter le bébé que tu portes sur le dos !
eXpie :
-Merci Bix ;(
Bix-bis :
-Babelle, il faut que tu lises L'Homme qui prenait sa femme pour un chapeau. C'est l'histoire réelle de personnes atteintes au plus profond d'elles memes d'affections diverses et de disfonctionnements du cerveau.
-Babelle :
- Merci Bix ;( -Ce Sacks me tente vraiment mais… pourquoi moi ?
Oscar Wilde :
-Parce que, le seul moyen de se délivrer de la tentation, c'est quand même d'y céder, non ?
Marko à Babelle :
-On en a parle a droite ou a gauche (desole je n'ai pas les accents) Ce sont des recits cliniques qui eclairent sur le fonctionnement du cerveau. Desole.
Marie :
-C'est gentil, Bix, de proposer à Babelle un livre (excellent, au demeurant) qui parle de dysfonctionnements cérébraux.
Kenav :
-Et pourquoi est-ce que tu ne mettrais plus les accents, mmm?
Marko :
-Si je mets les accents je vais m’éclater les yeux sur mon iPhone !
Un pensionnaire de la Maison Benjamin Button :
-Vous-ai-je déjà dit que j’avais été frappé 7 fois par la foudre ?
Speedy :
-Pfff ! Moi j’ai été mordu 30 fois par une méduse !
Bulle :
-C’est rien ça ! Moi j'ai lu cette semaine qu'un jeune homme avait eu le visage brûlé par l’implosion d'un iPhone. Ces gadgets sont dangereux à cause des batteries.
Marko (sur iPhone)
-Ohe, le clavier est impossible et je vais me faire explose les yeux !
Mordicus :
-Yep ! Genial sans les accents !
Bix :
-Je lis comme un reproche voilé dans mon conseil de lecture
kenavo (boudeuse) : -Et bien, bonne nuit ! Amusez-vous bien sur le forum!
Le diable (dictionnaire d’Ambrose Bierce) :
-C’est moi qui ai traffiqué les batteries chez Apple diablotin
Santiago H. Amigorena :
-Un nuage, sans jamais le toucher, modifie profondément un paysage, pour peu qu'il soit ensoleillé…
Queenie :
-Ouais, tartagueule
Lara :
-Je sors d'une relecture de Phèdre qui m'a laissé le coeur et la tête écartelés.
Bédou :
-Zut ! Je me suis trompée de fil !
Arlor :
-On confond parfois les mots ennuyant et ennuyeux. En effet, ces deux adjectifs prêtent à confusion puisqu’ils présentent un sens commun, soit celui de « qui ennuie (…)»
Raphaël Confiant :
-Les mots nous poussent à nous interroger (…)
Expie :
-Lévy, c'est tellement commercial que ça devrait s'appeler "Marque Lévy".
Elise :
-Il aurait presque pu vendre des jeans. Je l'imagine très bien faire des pubs total denim et en écrire une fresque amoureuse
Le diable :
-Il l’a déjà fait diablotin
Les Bibliopopette :
-Hier soir, nous avons vu un film plutôt ennuyant
Ségolène :
-Comme disent les rappeurs, Paris est dans la place! -et moi aussi, je suis là… dentsblanches
André Comte-Sponville :
-Aïe ! Pourtant, le bonheur, ne serait-ce pas un tout autre espace-temps où la joie serait immédiatement possible ?
Coline :
-La joie? Tu veux dire, comme à chaque fois qu'on regarde le remarquable Saraband ? –Je profite de ton intervention André pour remonter le fil afin de rendre à nouveau hommage à Bergman.
Tarkovski :
-Je suis convaincu que le Temps est réversible.
Rivela :
-Oui mais il ne suffit pas de fuir, il faut fuir dans le bon sens…
Un invité :
-Bonjour, je viens d’écrire un poème dentsblanches
Kenav :
-Yuna hatte bis dahin nie unter einem Theaterdach, oder wie die meisten Einheimischen sagen, auf einer Bühne, gespielt
Amapola :
-Les 20000 de Kenavo ! Ma connexion est leeeeeeente, il y a un hyperlag. Juste maintenant j'ai pu voir mon message et des tas de gens l'avaient déjà lu et répondu ! Je vais finir ma relecture de Ubik, qui est énormement meilleur que je ne me souvenais. J'ai mal à la tête, mal au dos et une fameuse mauvaise humeur. En plus ce netbook est odieux et il semble qu'un chat a essayé de coups de griffes dans le clavier. Je prévois des ennuis ennuyants et ennuyeux à diplomatiser.
Expie :
-On pourra dire que c'est ennuyeux, de ne pas connaître la différence entre "ennuyant" et "ennuyeux". Mais pas ennuyant ?
Queenie :
-On peut aussi dire ça me saoule, ça me gave, c'est chiant
Coline :
-Ou encore que c'est fastidieux, lassant
Marko :
-Je ne sais plus par où commencer pour en parler
Kenavo :
-Alors tais-toi et écoute : George Gershwin Live On Piano Rhapsody In Blue (1927)
Le chat :
-Si j'ai griffé son clavier c'est parce que j'ai glissé sur sa cour cirée.
Lucretius :
-Qu’on fasse venir mes lecteurs-goûteurs!
Un nain (enlevé la semaine dernière) :
-Non ! Y en a marre !
Queenie :
-Je suis dans la caverne des idées de Somoza.
La Pleurante des rues de Prague :
-Ah, tu ne t’en remettras jamais vraiment. Déambulations mues par de secrètes urgences…
Little devil :
-hier j’ai fait la teuf, suis crevée et je repars : la colo’ va être dure !
Un poète latin :
-Spernere mundum, spernere nemidem, spernere se ipsum, spernere se sperni
Queenie (dans la caverne) :
-Wa, c'est strange !
Queenie (sortie de la caverne) :
- J’ai lu des bribes de tout ce qui ne paraîtra qu’en octobre prochain!
La Pleurante :
-Qu’est-ce que je te disais !
Marko :
-Elfriede Jelineke, c’est glaçant comme un film d'Haneke
Animal :
-Panda déménageur pas glaçé
Coline :
-Non je ne lirai pas Sollers, je préfère vous faire des confitures
Kenavo (very happy) :
-J'achète la brioche
Bix (sorti de chez Leonid Dobyrchine) :
-Crapules ! Bande de Jean-foutre !
Madame Edwarda :
-La nuit achevait de tomber. Les chiens surgirent d’entre les arbres, déchaînés, hurlants. Ils jaillirent du couvert de la forêt et leurs ombres flottèrent dans un champ baigné de lune.
Membre très très timide :
-J’ai peur car je ne lis pas très vite.
eXpie (à Vialatte conseillé par Bix) :
-Mais non ! Je ne porterai pas le bébé sur le dos !
Aerial (depuis le Chili) :
-A cause de Traversay on a quitté Buenos Aires pour venir ici mais si on avait su : mon Speedy s’est fait mordre par un grand cormoran royal !
Ségolène :
-Oui ? Je suis toujours là 
Li :
-(…) les références à Truffaut sont quelque peu maladroites (l'élève est très loin du maître)... et puis cet arrière fond "lutte des classes" était-il vraiment nécessaire?
Bellonzo :
-Et que dire au cinéma de ces Vadius, Trissotin et autres salmigondis gratinés?
Kenavo (rassurant un petit nouveau) :
-Il ne faut pas te soucier ! Il y a tout un tas de différents rythmes de lecture parmi nous.
Visiteur :
-Pouvez-vous m’indiquer où retrouver la fameuse recette de ce fameux train bleu dont Steven, un collègue, nous a parlé au travail et qu’il aurait vu faire au bar la semaine dernière ?


Et, pendant ce temps, Ezechielle continuait de pénétrer dans les profondeurs de Nietzsche, Maryvonne s’était plongée dans Le Sexe, l’homme et l’évolution, Laurence V découvrait Diane Arbus, Anagramme s’entraînait pour participer à la prochaine Carte au trésor, Monilet faisait sa rentrée, swallow naviguait entre Mme de la Fayette et Sollers… Pardon si j'en ai oublié.

Donnons le dernier mot à Wajdi Mouawad :
-Ciels ! Cette pièce-là, en salle, rassemblera des gens venus écouter un embrouillamini qui par sa modernité va les bouleverser !


Dernière édition par Babelle le Sam 15 Aoû 2009 - 21:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://macrofictions.blogspot.com/
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Polyphonie parfumée Empty
MessageSujet: Re: Polyphonie parfumée   Polyphonie parfumée Icon_minitimeSam 15 Aoû 2009 - 21:44

Pffff, c' pas croyable ce qu' il se passe sur ce forum...Polyphonie parfumée 519158
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
Marie

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

Polyphonie parfumée Empty
MessageSujet: Re: Polyphonie parfumée   Polyphonie parfumée Icon_minitimeSam 15 Aoû 2009 - 21:46

Excellent, Babelle, excellent... rire

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Polyphonie parfumée Empty
MessageSujet: Re: Polyphonie parfumée   Polyphonie parfumée Icon_minitimeSam 15 Aoû 2009 - 21:53

Excellente idée.
Vraiment, un nouveau genre est né; le patchwork de phrases!
Un brin surréaliste et absurde!
Quoi de mieux.
Revenir en haut Aller en bas
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Polyphonie parfumée Empty
MessageSujet: Re: Polyphonie parfumée   Polyphonie parfumée Icon_minitimeSam 15 Aoû 2009 - 22:19

enthousiaste
Bravo Babelle une nouvelle fois!...
Very Happy ....Je ne sais pas ce que je pourrais te recommander comme lecture pour te remercier... scratch ...Euh...Jean Tardieu?...

Petit extrait de la comédie du langage: Finissez vos phrases

PERSONNAGES

MONSIEUR A, quelconque. Ni vieux, ni jeune.
MADAME B, même genre.

Monsieur A et Madame B, personnages quelconques, mais pleins d’élan (comme s’ils étaient toujours sur le point de dire quelque chose d’explicite) se rencontrent dans une rue quelconque, devant la terrasse d’un café.

[...]

MONSIEUR A, sur le ton de l’intimité.
Chère ! Si vous saviez comme, depuis longtemps !

MADAME B, touchée.
Vraiment ? Serait-ce depuis que ?

MONSIEUR A, étonné.
Oui ! Justement ! Depuis que ! Mais comment pouviez-vous ?

MADAME B, tendrement.
Oh ! Vous savez ! Je devine que. Surtout quand.

MONSIEUR A, pressant.
Quand quoi ?

MADAME B, péremptoire.
Quand quoi , Eh bien, mais : quand quand.

MONSIEUR A, jouant l’incrédule, mais satisfait.
Est-ce possible ?

MADAME B
Lorsque vous me mieux, vous saurez que je toujours là.

MONSIEUR A
Je vous crois, chère ! … (Après une hésitation, dans un grand élan.) Je vous crois, parce que je vous!

MADAME B, jouant l’incrédule.
Oh ! Vous allez me faire ? Vous êtes un grand !

MONSIEUR A, laissant libre cours à ses sentiments.
Non ! Non ! C’est vrai ! Je ne puis plus me ! Il y a trop longtemps que ! Ah ! si vous saviez ! C’est comme si je ! C’est comme si toujours je ! Enfin, aujourd’hui, voici que, que vous, que moi, que nous!

MADAME B, émue.
Ne pas si fort ! Grand, Grand ! On pourrait nous !

MONSIEUR A
Tant pis pour ! Je veux que chacun, je veux que tous ! Tout le monde, oui !

MADAME B, engageante, avec un doux reproche.
Mais non, pas tout le monde : seulement nous deux !
[...]

Jean TARDIEU, Finissez vos phrases ! ou Une heureuse rencontre, comédie associée à d’autres pièces dans La comédie du langage, 1978.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Babelle
Zen littéraire
Babelle

Messages : 5065
Inscription le : 14/02/2007
Localisation : FSB

Polyphonie parfumée Empty
MessageSujet: Re: Polyphonie parfumée   Polyphonie parfumée Icon_minitimeSam 15 Aoû 2009 - 22:33

Trop mignon!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://macrofictions.blogspot.com/
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Polyphonie parfumée Empty
MessageSujet: Re: Polyphonie parfumée   Polyphonie parfumée Icon_minitimeSam 15 Aoû 2009 - 22:39

bonjour sublime, Babelle.. c'est trop bon Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Polyphonie parfumée Empty
MessageSujet: Re: Polyphonie parfumée   Polyphonie parfumée Icon_minitimeSam 15 Aoû 2009 - 22:43

Tient cela me fait penser à La cantatrice chauve de Ionesco.
C'est un peu long mais pas mal, enfin c'est surtout cet extrait que j'avais aimé ... le reste beaucoup moins...

Comme c'est curieux!

Mme et M. Martin s'assoient l'un en face de l'autre, sans se parler. Ils se sourient, avec timidité.

M. Martin, d'une voix traînante, monotone, un peu chantante, nullement nuancée.
- Mes excuses, Madame, mais il me semble, si je ne me trompe, que je vous ai déjà rencontrée quelque part.

Mme Martin - A moi aussi, Monsieur, il me semble que je vous ai déjà rencontré quelque part.

M. Martin - Ne vous aurais-je pas déjà aperçue, Madame, à Manchester, par hasard ?

Mme Martin - C'est très possible ! Moi, je suis originaire de la ville de Manchester ! Mais je ne me souviens pas très bien, Monsieur, je ne pourrais pas dire si je vous y ai aperçu ou non !

M. Martin - Mon Dieu, comme c'est curieux ! Moi aussi je suis originaire de la ville de Manchester, Madame !

Mme Martin - Comme c'est curieux !

M. Martin - Comme c'est curieux !... Seulement moi, Madame, j'ai quitté la ville de Manchester il y a cinq semaines environ.

Mme Martin - Comme c'est curieux ! Quelle bizarre coïncidence ! Moi aussi, Monsieur, j'ai quitté la ville de Manchester il y a cinq semaines environ.

M. Martin - J'ai pris le train d'une demie après huit le matin, qui arrive à Londres un quart avant cinq, Madame.

Mme Martin - Comme c'est curieux ! Comme c'est bizarre! et quelle coïncidence ! J'ai pris le même train, Monsieur, moi aussi !

M. Martin - Mon Dieu, comme c'est curieux! Peut-être bien alors, Madame, que je vous ai vue dans le train?

Mme Martin - C'est bien possible, ce n'est pas exclu, c'est plausible et, après tout, pourquoi pas ! Mais je n'en ai aucun souvenir, Monsieur.

M. Martin - Je voyageais en deuxième classe, Madame. Il n'y a pas de deuxième classe en Angleterre, mais je voyage quand même en deuxième classe.

Mme Martin - Comme c'est bizarre! Que c'est curieux! et quelle coïncidence! Moi aussi, Monsieur, je voyageais en deuxième classe.

M. Martin - Comme c'est curieux! Nous nous sommes peut-être bien rencontrés en deuxième classe, chère Madame.

Mme Martin - La chose est bien possible et ce n'est pas du tout exclu. Mais je ne m'en souviens pas très bien, cher Monsieur !

M. Martin - Ma place était dans le wagon numéro huit, sixième compartiment, Madame !

Mme Martin - Comme c'est curieux! ma place aussi était dans le wagon numéro huit, sixième compartiment, cher Monsieur !

M. Martin - Comme c'est curieux et quelle coïncidence bizarre ! Peut-être nous sommes-nous rencontrés dans le sixième compartiment, chère Madame ?

Mme Martin - C'est bien possible, mais je ne m'en souviens pas, cher Monsieur !

M. Martin - A vrai dire, chère Madame, moi non plus je ne m'en souviens pas, mais il est possible que nous nous soyons aperçus là, et si j'y pense bien, la chose me semble même très possible.

Mme Martin - Oh ! Vraiment, bien sûr, vraiment, Monsieur !

M. Martin - Comme c'est curieux !... J'avais la place numéro trois, près de la fenêtre, chère Madame.

Mme Martin - Oh, mon Dieu, comme c'est curieux et comme c'est bizarre, j'avais la place numéro six, près de la fenêtre en face de vous, cher Monsieur.

M. Martin - Oh, mon Dieu, comme c'est curieux et quelle coïncidence !... Nous étions donc vis-à-vis, chère Madame ! C'est là que nous avons dû nous voir !

Mme Martin - Comme c'est curieux ! C'est possible mais je ne m'en souviens pas, Monsieur !

M. Martin - A vrai dire, chère Madame, moi non plus je ne m'en souviens pas. Cependant, il est très possible que nous nous soyons vus à cette occasion.

Mme Martin - C'est vrai, mais je n'en suis pas sûre du tout, Monsieur.

M. Martin - Ce n'était pas vous, chère Madame, la dame qui m'avait prié de mettre sa valise dans le filet et qui ensuite m'a remercié et m'a permis de fumer ?

Mme Martin - Mais si, ça devait être moi, Monsieur! Comme c'est curieux, comme c'est curieux, et quelle coïncidence !

M. Martin - Comme c'est curieux, comme c'est bizarre, quelle coïncidence ! Eh bien alors, alors, nous nous sommes peut-être connus à ce moment-là, Madame ?

Mme Martin - Comme c'est curieux et quelle coïncidence ! C'est bien possible, cher Monsieur! Cependant, je ne crois pas m'en souvenir.

M. Martin - Moi non plus, Madame.

Un moment de silence. La pendule sonne 2-1.

M. Martin - Depuis que je suis arrivé à Londres, j'habite rue Bromfield, chère Madame.

Mme Martin - Comme c'est curieux, comme c'est bizarre ! moi aussi, depuis mon arrivée à Londres j'habite rue Bromfield, cher Monsieur.

M. Martin - Comme c'est curieux, mais alors, mais alors, nous nous sommes peut-être rencontrés rue Bromfield, chère Madame.

Mme Martin - Comme c'est curieux, comme c'est bizarre ! C'est bien possible après tout ! Mais je ne m'en souviens pas, cher Monsieur.

M. Martin - Je demeure au numéro dix-neuf, chère Madame.

Mme Martin - Comme c'est curieux, moi aussi j'habite au numéro dix-neuf, cher Monsieur.

M. Martin - Mais alors, mais alors, mais alors, mais alors, mais alors, nous nous sommes peut-être vus dans cette maison, chère Madame ?

Mme Martin - C'est bien possible, mais je ne m'en souviens pas, cher Monsieur.

M. Martin - Mon appartement est au cinquième étage, c'est le numéro huit, chère Madame.

Mme Martin - Comme c'est curieux, mon Dieu, comme c'est bizarre ! et quelle coïncidence! moi aussi j'habite au cinquième étage, dans l'appartement numéro huit, cher Monsieur.

M. Martin - Comme c'est curieux, comme c'est curieux, comme c'est curieux et quelle coïncidence ! Vous savez, dans ma chambre à coucher j'ai un lit. Mon lit est couvert d'un édredon vert. Cette chambre, avec ce lit et son édredon vert, se trouve au fond du corridor, entre les water et la bibliothèque, chère Madame !

Mme Martin - Quelle coïncidence, ah mon Dieu, quelle coïncidence ! Ma chambre à coucher a elle aussi un lit avec un édredon vert et se trouve au fond du corridor, entre les water, cher Monsieur, et la bibliothèque !

M. Martin - Comme c'est bizarre, curieux, étrange! alors, Madame, nous habitons dans la même chambre et nous dormons dans le même lit, chère Madame. C'est peut-être là que nous nous sommes rencontrés !

Mme Martin - Comme c'est curieux et quelle coïncidence! C'est bien possible que nous nous y soyons rencontrés, et peut-être même la nuit dernière. Mais je ne m'en souviens pas, cher Monsieur.

M. Martin - J'ai une petite fille, ma petite fille, elle habite avec moi, chère Madame. Elle a deux ans, elle est blonde, elle a un oeil blanc et un oeil rouge, elle est très jolie, elle s'appelle Alice, chère Madame.

Mme Martin - Quelle bizarre coïncidence! Moi aussi j'ai une petite fille, elle a deux ans, un oeil blanc et un oeil rouge, elle est très jolie et s'appelle aussi Alice, cher Monsieur!

M. Martin, même voix traînante, monotone. - Comme c'est curieux et quelle coïncidence! et bizarre! C'est peut-être la même, chère Madame!

Mme Martin - Comme c'est curieux! C'est bien possible, cher Monsieur.

Un assez long moment de silence... La pendule sonne vingt-neuf fois.

M. Martin, après avoir longuement réfléchi, se lève lentement et, sans se presser, se dirige vers Mme Martin qui, surprise par l’air solennel de M. Martin, s'est levée, elle aussi, tout doucement; M. Martin a la même voix rare, monotone, vaguement chantante. - Alors, chère Madame, je crois qu'il n'y a pas de doute, nous nous sommes déjà vus et vous êtes ma propre épouse... Élisabeth, je t'ai retrouvée !

Mme Martin s'approche de M. Martin sans se presser. Ils s'embrassent sans expression. La pendule sonne une fois, très fort. Le coup de pendule doit être si fort qu'il doit faire sursauter les spectateurs. Les époux Martin ne l'entendent pas.

Mme Martin - Donald, c'est toi, darling !

Ils s'assoient dans le même fauteuil, se tiennent embrassés et s'endorment. La pendule sonne encore plusieurs fois.
Revenir en haut Aller en bas
Epi
Escargote Zen
Epi

Messages : 14255
Inscription le : 05/03/2008
Age : 59
Localisation : à l'ouest

Polyphonie parfumée Empty
MessageSujet: Re: Polyphonie parfumée   Polyphonie parfumée Icon_minitimeSam 15 Aoû 2009 - 22:48

bravo Babelle, j'adore quand tu pioches comme ça Laughing

_________________
Let It Be
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Polyphonie parfumée Empty
MessageSujet: Re: Polyphonie parfumée   Polyphonie parfumée Icon_minitimeSam 15 Aoû 2009 - 22:52

Babelle a écrit:
Polyphonie parfumée
...
Ah...c'est si bien... il faudra le refaire de temps en temps... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Polyphonie parfumée Empty
MessageSujet: Re: Polyphonie parfumée   Polyphonie parfumée Icon_minitimeSam 15 Aoû 2009 - 22:54

coline a écrit:
Ah...c'est si bien... il faudra le refaire de temps en temps... Very Happy
oui.. elle est vraiment extra - je me rappelle de ces extraits - mais il y en a qui datent depuis un certain moment.. c'est trop fort Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Li
Main aguerrie
Li

Messages : 462
Inscription le : 09/05/2009

Polyphonie parfumée Empty
MessageSujet: Re: Polyphonie parfumée   Polyphonie parfumée Icon_minitimeDim 16 Aoû 2009 - 12:57

Bravo Babelle!


sourire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

Polyphonie parfumée Empty
MessageSujet: Re: Polyphonie parfumée   Polyphonie parfumée Icon_minitimeDim 16 Aoû 2009 - 13:26

Babelle bravo bravo

bisous

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rivela
Zen littéraire
rivela

Messages : 3875
Inscription le : 06/01/2009
Localisation : Entre lacs et montagnes

Polyphonie parfumée Empty
MessageSujet: Re: Polyphonie parfumée   Polyphonie parfumée Icon_minitimeMer 19 Aoû 2009 - 16:20

Belle écoute et observation du forum.Bravo Babelle.
bravo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Polyphonie parfumée Empty
MessageSujet: Re: Polyphonie parfumée   Polyphonie parfumée Icon_minitimeMer 19 Aoû 2009 - 16:52

Souriez, on vous filme et on vous enregistre aussi ! Polyphonie parfumée 916226
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Polyphonie parfumée Empty
MessageSujet: Re: Polyphonie parfumée   Polyphonie parfumée Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Polyphonie parfumée
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» (Vive la) révolution ! (American Cream) parfum liquide édition limitée
» recherche flacon de parfum jp gaultier
» Lust (Perfume)
» Philtre d'amour (Love Potion)
» Date de peremption (produit de beauté)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Un moment de détente… :: Bar ou autres fantaisies...-
Sauter vers: