Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Oedipe, Antigone,...

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Oedipe, Antigone,... Empty
MessageSujet: Oedipe, Antigone,...   Oedipe, Antigone,... Icon_minitimeMer 19 Aoû 2009 - 12:09

Il y a longtemps que je me dis qu'ouvrir des fils pour les différents mythes, comme source d'inspiration pour différentes formes d'Art, pourrait être intéressant...
Je vous propose de commencer avec Les Labdacides .

Si j'avais plus de temps, je vous ferais un petit topo mais je n'en ai guère aussi je vous mets ce lien pour tout savoir sur
Les Labdacides


Ici ou là, sur les fils, en rubriques théâtre, musique, peinture, littérature, etc... vous avez déjà évoqué la famille (maudite) d'Oedipe, Antigone, Jocaste, Etéocle, Polynice, Ismène, etc...
Je vous propose de copier-coller sur ce fil (en doublon donc) ce que vous avez pu poster ici ou là sur le sujet... Wink


Dernière édition par coline le Lun 24 Aoû 2009 - 19:29, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Oedipe, Antigone,... Empty
MessageSujet: Re: Oedipe, Antigone,...   Oedipe, Antigone,... Icon_minitimeMer 19 Aoû 2009 - 12:12

Alors voilà...
Oedipe, Antigone,... Sous-l11

SOUS L’ŒIL D’OEDIPE
de Joël Jouanneau
mise en scène : Joël Jouanneau


Avec : Jacques Bonnaffé, Mélanie Couillaud, Philippe Demarle, Cécile Garcia-Fogel, Sabrina Kouroughli, Bruno Sermonne, Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre, Alexandre Zeff

Sous l’œil d’Œdipe , ce titre est « une manière de dire que, cherchant des échos d’aujourd’hui dans le mythe antique, je me plaçais sous le regard d’Œdipe et non sous ceux de Sophocle et d’Euripide, ce qui eut été pour moi une trop lourde contrainte. »(J. Jouanneau)

Dans la note d'intention de Sous l'oeil d'Œdipe, Joël Jouanneau écrit que ce spectacle "est la tentative de retracer, en un même texte et pour un même soir, le destin sanglant des enfants de la maison de Labdacos (...) ; si je me suis lancé dans cette aventure, c'est pour comprendre, mais de l'intérieur, ce qu'est une malédiction."

Ce que Joël Jouanneau définit comme une « Jocastie moderne », ce n’est pas une adaptation mais une réécriture du mythe, vingt-cinq siècles plus tard.
L’auteur-metteur en scène est parti sur le chemin tracé par Sophocle et Euripidemais il s’est inspiré de la littérature contemporaine et du siècle dernier. Il cite ses références, parmi lesquelles : Pierre Michon, Henri Michaux, Paul Celan, Yeats, Emily Dickinson, Henry Bauchau , Kafka, Hölderlin, Beckett ,Caroline Sagot-Duvauroux, Claude Louis-Combet …Et surtout Ritsos, qui fit entendre la -voix de la dernière survivante du clan, Ismène, dans son long poème Ismène !

« Mon Œdipe tient à la main L’ Etranger d’Edmond Jabès un des trois livres clés de mon inspiration. Le deuxième est Le Corps du Roi de Pierre Michon et le troisième est L’ Ismène de Ritsos. C’est un magnifique poème d’une trentaine de pages pleines de couleurs et d’odeurs qui raconte la petite enfance des enfants d’Œdipe. »

L’auteur pointe ce qui nous parle aujourd’hui encore dans l’histoire du clan des Labdacides. Le pouvoir, la violence, le bouc émissaire, l’exilé …
Mais la version apporte aussi sa nouveauté : dans la pièce de J.Jouanneau l’inceste inconscient entre Œdipe et Jocaste se double visiblement de celui entre Polynice et Antigone, voire d’un autre qui lie Œdipe à Ismène.

La mise en scène est d’une grande sobriété. Le dispositif scénique bi-frontal. La longue scène, entre les gradins, est presque vide. D’un côté un mur qui brille d’une lueur métallique représente le palais de Thèbes. En face, à l'autre extrémité, un mur gris et mat figure le pays de l'exil et de la mort ...
Oedipe, Antigone,... 4755810 Oedipe, Antigone,... Sous-l10


Il est 22 heures lorsque le spectacle commence. Les spectateurs sont installés sur des sièges plus qu’inconfortables et, pendant plus de trois heures, s’éventent avec leur programme dans la chaleur étouffante d’un gymnase de lycée avignonnais. Avant d’entrer, ils ont dû se tenir longtemps debout et immobiles dans une file interminable. Bref ils sont là, au rendez-vous, très nombreux…

La première partie se déroule, largement consacrée à l’ éblouissant Œdipe -Jacques Bonnafé. Puis pause à l’extérieur. La deuxième partie, moins puissante dans l’écriture et le jeu met en scène la lutte fratricide d’ Eteocle et Polynice, les relations passionnelles entre les frères et sœurs.

La pièce de Joël Jouanneau est servie par des comédiens de statures très inégales qui ont fait un gros travail, c’est visible, sur la voix et le corps.
J’ai bien aimé le Tirésias agile et grommelant incarné par Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre.
Oedipe, Antigone,... F-057-10
Et l’ Euménide gracile, aux gestes d’oiseau, interprétée par Mélanie Couillaud .
Mais le jeu des frères et sœurs m’a paru bien faible en comparaison de celui de Jacques Bonnafé.
Ce dernier habite merveilleusement le personnage d’Œdipe. Il lui donne la force de sa voix et l’énergie puissante de son corps.
« Je ne sais pas si je me serais lancé dans l’aventure si Jacques Bonnaffé, à qui j’avais parlé de mon projet et proposé le rôle d’Œdipe, ne m’avait pas dit oui. Pourquoi lui ? Sans doute pour voir ce qui se cache derrière le masque et le rire du clown, mais il est clair que ce oui là a été décisif. Physiquement, vocalement, j’entendais Jacques quand j’écrivais, il était à mes côtés et je lui ai envoyé pratiquement tous mes brouillons. Le personnage est nourri de tous ces échanges, de ce qu’il est sur un plateau comme dans la vie, un poète. » (J. Jouanneau)
Oedipe, Antigone,... H_4_il11

Je pourrais émettre plein de réserves, et en discuter si d’autres Parfumés le voient, mais dans l’ensemble ce spectacle m’a tout de même plutôt éblouie.

Diaporama ici!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Oedipe, Antigone,... Empty
MessageSujet: Re: Oedipe, Antigone,...   Oedipe, Antigone,... Icon_minitimeMer 19 Aoû 2009 - 12:16

Œdipe sur la route. Roman de Henry Bauchau.

Œdipe sur la route est le premier ouvrage d’un cycle mythologique pour Henry Bauchau.
Il est sorti en 1990. Viendront ensuite Diotime et les lions (1991) puis Antigone (1997).

Œdipe sur la route reprend le mythe.

« Roman qui raconte les aventures et l'évolution d'Oedipe et d'Antigone entre Thèbes, lieu de l'aveuglement d'Oedipe, et Colone, où il devient un voyant. »
(Henry Bauchau)

"Les blessures des yeux d’Œdipe, qui ont saigné si longtemps, se cicatrisent. On ne voit plus couler sur ses joues ces larmes noires qui inspirent de l’effroi comme si elles provenaient de votre propre sang. L’incroyable désordre, qui a régné au palais après la mort de Jocaste, s’efface ? Créon a rétabli les usages et le cérémonial mais chacun à Thèbes sent persister une dangereuse et secrète fêlure.
Œdipe met longtemps, près d’un an, à comprendre. Si ses fils s’agitent et se querellent, si parfois une rumeur de détresse s’élève sourdement de la ville, Créon, qui détient le pouvoir, est patient, encore patient. Il sait qu’un jour Œdipe n’en pourra plus d’attendre. D’attendre quoi ?"


Oedipe, Antigone,... 14-oed10
Hillemacher

Œdipe s’est crevé les yeux pour se punir car, jouet des dieux, il a comme cela avait été prédit, tué son père et épousé sa mère Jocaste, reine de Thèbes. Après le suicide de cette dernière, il est chassé de Thèbes. Déchu, il doit errer jusqu’à sa mort.
Il prend la route accablé par le poids de ses fautes.
Sa fille Antigone le suit.

Ils seront rejoints par Clios, un bandit, un très beau jeune homme qui assassine les jeunes femmes. Œdipe va le vaincre et Clios décidera de les accompagner pour les aider. Clios effraie puis subjugue Antigone.

La route est longue et semée d’embûches. Œdipe la suit parce que c’est son destin. Antigone sur ses pas, par amour pour son père.

Oedipe, Antigone,... 56442310

Au contact de Clios, Œdipe et Antigone vont découvrir les vertus de l’Art. L’Art comme thérapie, l’Art qui libère.
« Est-ce que bonheur et malheur peuvent exister en dehors de la danse ? »

Clios danse :

« C’est la nuit de la lune noire, Clios le sent à la violente certitude, à la nécessité de danser qui l’habitent. Quand il croit Œdipe endormi, il sort de la cabane et descend dans le vallon solitaire. Il attend le moment qui va survenir, qui se produisait chaque année quand le clan existait encore.
Il s’aperçoit qu’Œdipe l’a suivi, mais il est trop tard pour s’occuper de lui. Les nuages ferment le ciel, l’obscurité est totale et déjà la danse s’est emparée de lui. Il n’y a plus de pas, plus de gestes maîtrisés, plus d’issue que de s’enfoncer dans la Femme divine et de se perdre en elle comme elle se perd en vous. Vous êtes obligé de tournoyer et de vous perdre dans le mouvement du monde qui, lorsque vous penchez la tête en arrière, se renverse sauvagement sur vous.
Au milieu de la course effrénée des nuages, à la fugitive apparition d’un astre, un étrange plaisir vous prend. Sur le fil tranchant d’un couteau, vous progressez dans la direction la plus dangereuse, celle peut-être de la pensée, si ce que vous appeliez ainsi avec des mots n’avait pas perdu contact avec la mère. Or elle est là, tout en parfums, en chair ardente et en violences de squelette. Est-ce que vous pourrez survivre à cela ? Est-ce qu’Œdipe le vit comme vous ? Peut-être puisque vous le voyez, énorme, tourbillonnant comme une montagne et renversant vers le ciel, vers ses millions d’étoiles aveugles, son visage de voyant. Vous tournez sur le bord tremblant du plaisir et vous découvrez tous les deux le bonheur de n’être plus ni le sens ni le centre de vous-même. Vous parvenez au terme du temps. Vous êtes fauchés et jetés par lui sur le sol, n’importe où, n’importe comment. »


Au cours de son errance, Œdipe va peindre, sculpter, chanter et peu à peu, se libérer de sa culpabilité, de sa peur et de ses remords. Chaque jour qui passe est aussi celui d’ un voyage intérieur. Lorsqu’ Œdipe parvient à Colone,.il est devenu clairvoyant.

Oedipe, Antigone,... Oedipe10
Oedipe à Colone. Jean Hugues (Musée d'Orsay)

Sur la route, Œdipe et Antigone atteignent souvent leurs limites physiques. Ils sont au bord du gouffre, délirant, frôlant la folie. Ils sont des demi-dieux mais Henry Bauchau leur a donné une vraie présence charnelle.
Bien que l'histoire d'Oedipe soit violente, il se dégage de ce livre une paix incroyable. Poétique, il est carrément éblouissant !
Il traite de philosophie, de psychologie et d’Art, mais on se trouve face à un récit limpide, aisément accessible et palpitant.
Une merveille!...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Oedipe, Antigone,... Empty
MessageSujet: Re: Oedipe, Antigone,...   Oedipe, Antigone,... Icon_minitimeMer 19 Aoû 2009 - 12:18

Le cri d'Antigone
Adaptation, conception : Géraldine Bénichou d’après Antigone, le roman de Henry Bauchau.
Avec la comédienne Magali Bonat
Et le chanteur Salah Gaoua


Oedipe, Antigone,... Tract_10


Je reprends des éléments de ce que je disais sur ce texte de Bauchau :

Un magnifique texte épique et poétique.

Après la mort de son père qu’elle a accompagné sur la route jusqu’à Colone, Antigone reprend le chemin vers Thèbes. Elle berce l’espoir de pouvoir empêcher la guerre entre ses deux frères tant aimés, Polynice et Etéocle.
[…] Dès l’enfance, ils se sont affrontés malgré leur amour et leur admiration réciproques. […]
Parvenus à l’âge adulte, les deux frères se livrent à une rivalité violente et incessante dont le but est pour chacun de régner sur Thèbes.

Antigone ne peut empêcher cette guerre fratricide qui ruine le peuple et Antigone se met à son service. Pour l’aider à survivre, elle va par les rues refaire ce qu’elle a appris lors du voyage avec Œdipe. Mendier. Mendier pour acheter des médicaments, obtenir de la nourriture. Elle sait le faire.

"Je veux devenir ce que je suis vraiment: une mendiante".
Elle mendie et son cri bouleverse tous ceux qui l’entendent. Pour secourir les malades et les blessés de Thèbes, elle obtient beaucoup…
« Finalement, au fil des années, nous avons beaucoup reçu et c’est ce don pauvre mais perpétuel qui a rattaché Œdipe à la vie. Demander, recevoir parce qu’on a eu la confiance de demander, on s’aperçoit alors qu’on ne mendie pas seulement pour survivre, on mendie pour n’être plus seul. »

Le cri d’Antigone, nous ne l’entendrons pas…C’est le corps de la comédienne Magali Bonat qui toujours dessine le cri tandis que s’élève une voix empreinte de douceur. Celle de Salah Gaoua qui chante des textes sacrés en Arabe et en kabyle.

Oedipe, Antigone,... Wb_dsc11

Lorsque Créon, l’oncle devenu roi de Thèbes, décide que seul Etéocle recevra une sépulture, Antigone se jette dans un dernier combat pour rendre justice à Polynice. Ce combat la mènera à sa propre mort.

« Quand il annonce que le corps de Polynice doit pourrir sans sépulture, je ne puis plus contenir mon cri. L’indignation, la colère s’échappent de mon corps et vont frapper de front le mufle de la ville avec l’énorme fardeau de douleur, de bêtise et d’iniquité qu’elle fait peser sur moi et sur toutes les femmes. Oui, moi Antigone, la mendiante du roi aveugle, je me découvre rebelle à ma patrie, définitivement rebelle à Thèbes, à sa loi virile, à ses guerres imbéciles et à son culte orgueilleux de la mort »

Une petite salle, une mise en scène épurée, chaque image, chaque objet a un sens (il y en a peu) et contribue à créer symboliquement et justement un univers d’une grande beauté.
Le jeu de la comédienne est puissant et sensible, sa voix aussi qui nous envoûte. Chacun de ses gestes participe de cette chorégraphie du cri.
On sort du spectacle ému et séduit, ébloui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Oedipe, Antigone,... Empty
MessageSujet: Re: Oedipe, Antigone,...   Oedipe, Antigone,... Icon_minitimeMer 19 Aoû 2009 - 12:21

coline a écrit:
Œdipe sur la route. Roman de Henry Bauchau.


Oedipe sur la route

Tous les passages sur l’Art sont d’une très grande beauté. On connaît l’importance de l’Art pour Henry Bauchau.
A un moment de leur voyage, Œdipe, Antigone et Clios vont sculpter au flanc d’ une falaise une vague gigantesque au cœur de laquelle ils placent un bateau et des rameurs. Une allégorie des épreuves à franchir, de ce qu’il faudra entreprendre pour survivre.
Ce sont des pages d’anthologie qui nous entraînent dans le délire des trois artistes au cœur de leur fièvre créatrice.

EXTRAITS :

« Le soleil à demi caché éclaire le rivage d’une lumière hésitante. Plusieurs barques reviennent au port, elles ont hissé leurs voiles et les rameurs se reposent. Clios l’arrête, il dit « Il faut que je te parle. » Il y a en elle un instant d’attente, d’espérance insensée. Il continue : « Je ne peux pas faire le haut de la vague, je n’y arriverai jamais ». La déception d’Antigone est amère, elle ne peut la cacher. Il ne comprend pas, heureusement. Il se fâche, lui saisit le bras, lui fait mal, lui fait peur : « La vague, c’est la folie d’Œdipe, c’est la mienne. J’ai pu la faire monter, il faut qu’elle se retourne, qu’elle retombe dans la mer. Je n’y arriverai pas, je ne pourrai pas la retenir, tu comprends ? Elle va déferler sur le cap et nous submergera tous. – Mais la vague est en pierre, Clios. – Ne crois pas cela, Antigone, la vague est en délire. Rien qu’en délire. »

«Elle descend dans l'ombre de la falaise et sa froide lumière. Elle voit la barque qui jaillit, très blanche, de l'énorme roche et comment, pendant ces deux jours, ces deux nuits, Oedipe a incarné sa fille Antigone dans la pierre. Autour du front et des longs cheveux que le vent déroule, le mouvement de la pierre a formé une couronne d'écume. C'est donc ainsi qu'Oedipe la pense, qu'il la fait voir, animée d'une beauté qui n'est pas celle de Jocaste ni celle d'Ismène. Une beauté active, résolue, acharnée dans la confiance. Ce visage connaît la menace de la vague, son écrasante pesanteur, mais il ne s'abandonne pas à l'effroi.»

« Antigone scrute la pierre où va naître le pilote. Elle ne s’est pas trompée, le contour tracé par Œdipe est trop petit et n’est plus en rapport avec les rameurs tels qu’elle les a faits. La pierre exige d’autres proportions, il n’a pas senti ce mouvement majestueux qui l’entraîne vers le haut, il n’a pu voir cette ombre qui la redresse ni le regard des rameurs dont l’espérance l’agrandit. L’agrandit jusqu’où ? Elle est effrayée, en se confrontant à la pierre, de s’apercevoir que ses propres repères sont, eux aussi, trop restreints. Le maître de la barque doit être grand, beaucoup plus grand. Il y a là une outrance qu’elle redoute. Elle court vers Œdipe : « La pierre fait du pilote un géant ! - Alors, c’est la pierre qui a raison. » Elle est sur le point de pleurer : « Je n’ai jamais vu de géant. - Mais si, tu en as vu. Quand tu étais toute petite tu vivais au milieu d’eux. Tu les connais très bien. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Oedipe, Antigone,... Empty
MessageSujet: Re: Oedipe, Antigone,...   Oedipe, Antigone,... Icon_minitimeMer 19 Aoû 2009 - 12:24

coline a écrit:
Le cri d'Antigone
Adaptation, conception : Géraldine Bénichou d’après Antigone, le roman de Henry Bauchau.

Antigone

Depuis Sophocle, on a connu beaucoup de versions d’Antigone (Cocteau, Anouilh et Brecht..) écrites pour le théâtre. Henry Bauchau a fait renaître le mythe dans un roman qui se présente comme un long monologue, un magnifique texte épique et poétique.

Après la mort de son père qu’elle a accompagné sur la route jusqu’à Colone, Antigone reprend le chemin vers Thèbes. Elle berce l’espoir de pouvoir empêcher la guerre entre ses deux frères tant aimés, Polynice et Etéocle.
Jumeaux, ils ont été nourris d’une affection inégale de la part de leur mère, Jocaste. Dès l’enfance, ils se sont affrontés malgré leur amour et leur admiration réciproques. Des sentiments complexes qui font dire à Etéocle: «Ma pauvre sœur, je crois que tu ne comprendras jamais rien à la haine. La haine, c'est l'amour en dur.»
Parvenus à l’âge adulte, les deux frères se livrent à une rivalité violente et incessante dont le but est pour chacun de régner sur Thèbes.

Au cœur du récit de cette guerre fratricide qu’Antigone ne peut empêcher, tous les personnages tournent autour d’elle qui met toute son ardeur à s’opposer à la guerre, au pouvoir, à la misère et plaide pour l’amour, l’Art, l’attention à l’autre et un futur assuré aux enfants…

"Je veux devenir ce que je suis vraiment: une mendiante".
Elle mendie et son cri bouleverse tous ceux qui l’entendent. Pour secourir les malades et les blessés de Thèbes, elle obtient beaucoup…
« Finalement, au fil des années, nous avons beaucoup reçu et c’est ce don pauvre mais perpétuel qui a rattaché Œdipe à la vie. Demander, recevoir parce qu’on a eu la confiance de demander, on s’aperçoit alors qu’on ne mendie pas seulement pour survivre, on mendie pour n’être plus seul. »

Antigone, dans ce roman, ne semble plus être une héroïne de mythe mais un être de chair qui aime, souffre et se bat. Ses sentiments et son combat pourraient être ceux des femmes de toutes les époques en temps de guerre.
Ses dons merveilleux (elle sculpte, elle utilise l’arc comme personne, elle crie…) ne lui permettront pas d’empêcher, comme on le sait, la mort de ses frères.
Lorsque Créon, l’oncle devenu roi de Thèbes, décide que seul Etéocle recevra une sépulture, Antigone se jette dans un dernier combat pour rendre justice à Polynice qui la mènera à sa propre mort.

« Quand il annonce que le corps de Polynice doit pourrir sans sépulture, je ne puis plus contenir mon cri. L’indignation, la colère s’échappent de mon corps et vont frapper de front le mufle de la ville avec l’énorme fardeau de douleur, de bêtise et d’iniquité qu’elle fait peser sur moi et sur toutes les femmes. Oui, moi Antigone, la mendiante du roi aveugle, je me découvre rebelle à ma patrie, définitivement rebelle à Thèbes, à sa loi virile, à ses guerres imbéciles et à son culte orgueilleux de la mort »

Créon s'impatiente […] "Tout le monde à Thèbes m'obéit, sauf toi, une femme !"
[…] "Je ne refuse pas les lois de la cité, ce sont des lois pour les vivants, elles ne peuvent s'imposer aux morts. Pour ceux-ci il existe une autre loi qui est inscrite dans le corps des femmes. Tous nos corps, ceux des vivants et ceux des morts, sont nés un jour d'une femme, ils ont été portés, soignés, chéris par elle. Une intime certitude assure aux femmes que ces corps, lorsque la vie les quitte, ont droit aux honneurs funèbres et à entrer à la fois dans l'oubli et l'infini respect. Nous savons cela, nous le savons sans que nul ne l'enseigne ou l'ordonne."



Oedipe, Antigone,... Antigo10
Ismene and Antigone by Emil Teschendorff

Il est à noter que dans ce roman éblouissant (et pourtant simple, d’une écriture proche de l’oralité), Henry Bauchau donne à Ismène, la sœur d’Antigone, un rôle important qu’elle a rarement eu dans la littérature.

"Depuis mon retour à Thèbes, c'est toi qui as été la grande soeur, c'est toi qui sans cesse m'as protégée de ton affection et de ta clairvoyance. Le peu que j'ai pu faire, c'est grâce à toi. Sans ta patience -et tes colères contre mes illusions- tout aurait tourné plus mal encore et plus vite. Au lieu de pouvoir dire non à Créon comme tu m'en as donné le temps et la force, je serais morte depuis longtemps. N'oublie pas, le non à Créon était un oui à ton enfant et à ta vie."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Oedipe, Antigone,... Empty
MessageSujet: Re: Oedipe, Antigone,...   Oedipe, Antigone,... Icon_minitimeMer 19 Aoû 2009 - 12:37

Antigone et Polynice par Benjamin Constant:

Oedipe, Antigone,... Consta10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Oedipe, Antigone,... Empty
MessageSujet: Re: Oedipe, Antigone,...   Oedipe, Antigone,... Icon_minitimeMer 19 Aoû 2009 - 12:41

André Marcel Baschet: Oedipe maudissant Polynice

Oedipe, Antigone,... Basche10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Oedipe, Antigone,... Empty
MessageSujet: Re: Oedipe, Antigone,...   Oedipe, Antigone,... Icon_minitimeMer 19 Aoû 2009 - 12:55

Tiepolo: Etéocle et Polynice

Oedipe, Antigone,... 263px-10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Oedipe, Antigone,... Empty
MessageSujet: Re: Oedipe, Antigone,...   Oedipe, Antigone,... Icon_minitimeMer 19 Aoû 2009 - 14:41

Oedipe, Antigone,... Aff_2110

Qui a vu ce film et pourrait en parler?... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Oedipe, Antigone,... Empty
MessageSujet: Re: Oedipe, Antigone,...   Oedipe, Antigone,... Icon_minitimeMer 19 Aoû 2009 - 14:48

La légende d'Œdipe est le sujet de nombreuses œuvres littéraires anciennes et contemporaines :

-Œdipe roi et Œdipe à Colone, tragédies grecques de Sophocle.
-Œdipe roi, traduit du mythe par Didier Lamaison, NRF Gallimard, Série Noire N° 2355, 1994.
-Œdipe, tragédie romaine de Sénèque.
-Roman de Thèbes, œuvre anonyme du XIIe siècle.
-Œdipe de Corneille (1659).
-Œdipe de Voltaire.
-Les Sept contre Thèbes d'Eschyle.
-La Machine infernale de Jean Cocteau.
-Œdipe d'André Gide.
-Œdipe sur la route d'Henry Bauchau.
-Contes et légendes de la mythologie grecque de Claude Pouzadoux.
-Mes Œdipes de Jacqueline Harpman.
-Devinette 4 pieds, 2 pieds et 3 pieds
-Antigone, de Anouilh
-La Mort de la Pythie, de Friedrich Dürrenmatt

L'histoire existait cependant déjà dans la tradition orale bien avant d'être écrite.

Il y a eu de nombreuses reprises et adaptations tout au long des siècles, et cette légende a également inspiré de nombreuses œuvres et reçu de très nombreux clins d'œil et rappels dans la littérature.


En musique
-Œdipe à Colone (1786), opéra d'Antonio Sacchini.
-Œdipus rex (1927), opéra d'Igor Stravinski.
-Œdipe (1931), opéra de Georges Enesco.
-The End (1967), chanson de The Doors

Au cinéma
Œdipe roi, film de Pier Paolo Pasolini.

En psychanalyse
Sigmund Freud a nommé complexe d'Œdipe, le penchant amoureux des garçons à l'égard de leur mère, et complexe d'Électre son équivalent féminin.

(Source Wikipedia...Il y manque déjà Sous l'oeil d'Oedipe de Jouanneau. Théâtre)


Dernière édition par coline le Mer 19 Aoû 2009 - 15:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Oedipe, Antigone,... Empty
MessageSujet: Re: Oedipe, Antigone,...   Oedipe, Antigone,... Icon_minitimeMer 19 Aoû 2009 - 14:58

Quant à Antigone...

Son histoire a inspiré de nombreuses œuvres littéraires, et notamment :

-Les Sept contre Thèbes d'Eschyle, où elle représente à la fin de la pièce, dans ce qui est souvent considéré comme un ajout postérieur par un lecteur de Sophocle et d'Euripide, la figure de la loi divine s'opposant seule à la loi des hommes représentée par le roi Créon, son oncle ;
-Antigone de Sophocle ;
-Antigone, ou la Piété de Robert Garnier ;
-Antigone de Jean de Rotrou ;
-La Thébaïde, de Jean Racine, reprend le mythe des frères ennemis, mais Antigone n'y est pas l'héroïne violente et subversive de Sophocle.
-Antigone de Jean Cocteau ;
-Antigone de Philippe Duplessis ;
-Antigone de Vittorio Alfieri ;
-Antigone de Jean Anouilh ;
-Antigone de Brecht ;
-Antigone d'Henry Bauchau ;
-Antigone de Friedrich Hölderlin, ;
-Meurtres à l'antique d'Yvonne Besson, est une réécriture de ce mythe.
-Antigone à New York de Janusz Glowacki
-Antigone ou le choix (nouvelle de Marguerite Yourcenar )
-Antigone et Colette de D. Lava est non seulement une réécriture du fameux mythe mais aussi une ouverture sur l'avenir et une invitation au voyage

(source Wikipedia)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Oedipe, Antigone,... Empty
MessageSujet: Re: Oedipe, Antigone,...   Oedipe, Antigone,... Icon_minitimeMer 19 Aoû 2009 - 19:13

Un beau fil prometteur! J'ai lu récemment l'Antigone de Sophocle et je vais lire celle de Brecht. Je reviens en discuter...

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Oedipe, Antigone,... Empty
MessageSujet: Re: Oedipe, Antigone,...   Oedipe, Antigone,... Icon_minitimeMer 19 Aoû 2009 - 19:41

Marko a écrit:
Un beau fil prometteur! J'ai lu récemment l'Antigone de Sophocle et je vais lire celle de Brecht. Je reviens en discuter...

Et tu peux déjà ajouter ce que tu avais posté sur l'opéra Oedipe de Georges Enesco!
(c'est ce qui m'a donné ce matin l'idée d'ouvrir ce fil! content )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Oedipe, Antigone,... Empty
MessageSujet: Re: Oedipe, Antigone,...   Oedipe, Antigone,... Icon_minitimeLun 24 Aoû 2009 - 19:28

Marko a écrit:
Un beau fil prometteur! ...


Basketball
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Oedipe, Antigone,... Empty
MessageSujet: Re: Oedipe, Antigone,...   Oedipe, Antigone,... Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Oedipe, Antigone,...
Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Et vous, l'oedipe?...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Un moment de détente… :: Pratiques culturelles-
Sauter vers: