Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Miklós Bánffy [Transylvanie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Miklós Bánffy [Transylvanie]   Ven 28 Aoû 2009 - 20:32





Miklós Bánffy (1873-1950)


Cet est pour ainsi dire inconnu en France, je n’ai trouvé qu’en anglais une biographie que je résume au mieux. Il semble en tous les cas que sa vie ressemble beaucoup à celles des héros de ses livres.
Il est originaire de Transylvanie, une région peuplée en majorités de Hongrois, mais attribuée après la première guerre mondiale à la Roumanie. Miklós Bánffy est issu d’une famille noble apparue au XVem siècle qui produisit un certain nombre de notables, et même un premier ministre au XIXem siècle. Miklós Bánffy a d’ailleurs fait lui-même une carrière politique, en 1901, c'est-à-dire du temps de l’empire austro-hongrois il est entré au parlement. Entre 1913 et 1918 il fut directeur du Théâtre National et de l’Opéra, et il a été un des premiers défenseurs de l’œuvre de Bartok.

En 1921, c'est-à-dire dans la Hongrie détachée de l’Autriche, Miklós Bánffy est devenu ministre des affaires étrangères. Pendant le seconde guerre mondiale, se rend en mission diplomatique en Hongrie, pour persuader les Roumains de conclure ensemble avec les Hongrois un accord avec les Alliés, et d’abandonner le camps allemand. Ses démarches n’aboutissent pas, et en représailles son château de famille est détruit pas les Allemands. A la fin de la seconde guerre mondiale, sa famille se trouve en Hongrie et lui-même en Transylvanie qui reste un territoire roumain. Il ne pourra rejoindre les siens qu’en 1949, peu de temps avant sa mort.
Il a écrit relativement peu, et son œuvre la plus importante est la trilogie de Transylvanie, écrite entre 1934 et 1940. Sortie dans son pays, elle ne peut plus y paraître sous régime communiste. Une traduction anglaise récente a eu un certain succès, et fait que ce livre est un peu connu dans les pays anglo-saxons, et qu’il y a eu quelques traductions dans d’autres langues.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Miklós Bánffy [Transylvanie]   Ven 28 Aoû 2009 - 20:34

Vos jours sont comptés



C’est le premier volume de la Trilogie de Transylvanie, vaste fresque romanesque, aux personnages nombreux. Nous sommes au début du vingtième siècle, même si les années dans lesquelles se déroulent les événements ne sont jamais données avec précision. Après 1905, puisque la guerre russo-japonaise est juste terminée. Nous suivons les destinées de plusieurs personnages, issus du même monde, celui de l’aristocratie hongroise originaire de Transylvanie. Bálint Abády en tout premier lieu, qui ressemble par certains aspects à l’auteur lui-même. Au début du roman, il rentre dans sa Transylvanie natale, décidé à se faire élire comme député et d’abandonner la carrière dans la diplomatie qu’il avait commencée dans les ambassades autrichiennes. Grâce à lui nous pourrons suivre la vie politique hongroise, et croiser les hommes politiques importants de l’époque. Mais si Bálint revient, ce n’est pas que pour sa carrière. Il n’a jamais pu oublier sa cousine Adrienne, bien qu’elle ait épousé un autre homme d’une façon brusque et incompréhensible. Les bals, parties de chasse, et autres réjouissances mondaines vont lui donner l’occasion de la revoir et nouer des relations avec elle, relations qui vont vite devenir très tendres. Mais il y a aussi le cousin de Bálint, László, que son tuteur a obligé à faire des études de droit, alors qu’il ne rêvait que de musique, et qui devenu majeur décide de rattraper le temps perdu, et de composer. Mais l’amour qu’il porte à Klára, sa riche cousine, va perturber ses plans.

En fait il est impossible de résumer ce roman, tant les personnages sont nombreux et les événements abondants. Il y a aussi bien les événements historiques dans l’empire austro-hongrois en décomposition, dont la chute est proche, même si cette éventualité est totalement imprévisibles pour les aristocrates hongrois qui dansent au bord du gouffre. La fin prochaine de leur monde ne les empêche pas de passer les nuits à boire, à jouer, à danser, à faire des folies, et à terminer parfois au matin par un duel sans véritable raison. Miklós Bánffy montre l’inconscience et le manque de vision à moyen terme de cette classe, qui aussi a du mal à voir de sa palais la souffrance de petites gens, paysans ou domestiques, exploités et humiliés. De même qu’elle ne réalise pas l’exaspération qui monte chez les minorités, roumaine en particulier. Ils sont en fait assis sur une poudrière, et ne s’en rendent pas compte, ergotant sur questions insignifiantes, et mourant bêtement pour des dettes de jeu.

Miklós Bánffy dresse des portraits forts de personnages attachants. Les femmes en particulier sont remarquables, malgré toutes les contraintes que cette société fait peser sur elles, aussi bien jeunes filles que femmes mariées. Elles ne peuvent réussir un peu à assouvir leurs aspirations que dans le mensonge et la dissimulation, en dérobant quelques moments de bonheur toujours fugitif.

L’auteur nous dessine un portrait saisissant d’un monde crépusculaire, d’autant plus beau qu’il est voué à disparaître, d’autant plus cher qu’il vit ses derniers instants. Il a connu ce monde, et il nous en restitue de mémoire les détails et les enchantements, tout en étant lucide sur ses laideurs et ses absurdités.

Un livre passionnant, touchant, enchanteur, qui ne donne qu’une seule envie, continuer la lecture des volumes suivants et connaître le destin des héros auxquels on s’est attaché.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Miklós Bánffy [Transylvanie]   Ven 28 Aoû 2009 - 21:28

Merci pour ce fil, livre(s) pour qui tu m'as déjà donné envie sur le fil des nos lectures du mois
Je crains que cela va durer un moment avant que je reviens ici, mais j'ai commandé la trilogie en anglais Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Miklós Bánffy [Transylvanie]   Ven 28 Aoû 2009 - 21:47

Quand tu seras prête le fil sera là. Mais j'avoue que j'aimerais bien avoir tes impressions.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Miklós Bánffy [Transylvanie]   Mer 2 Sep 2009 - 19:54

Vous étiez trop légers



Nous suivons les destinées des personnages avec lesquels nous avons fait connaissance dans le premier tome de la trilogie. On ne peut pas dire que l’auteur les gâte, et les destins sont plus souvent plus tragiques qu’heureux. Mais je ne veux pas raconter les choses en détails, parce qu’il serait dommage de gâcher le plaisir de ceux qui voudraient lire ces romans à l’intrigue très romanesque. En tous les cas, pendant que mariages, décès, drames ou moments heureux se déroulent, la tension monte en Europe, qui se dirige inéluctablement vers la première guerre modiale. Bálint en est une sorte d’observateur privilégié et en même temps impuissant. Pendant que certains se dirigent sciemment vers le conflit armé, d’autres semblent totalement inconscients du danger, persuadés que rien ne va remettre en cause le monde qu’ils connaissent et qu’ils aiment. Il est pourtant très proche de la rupture.

Un extrait :

Quelques nobles ont décidé de donner une sérénade à une dame :

Citation :
Il pouvait être une heure et demie du matin quand les tsiganes rassemblant leurs instruments, se mirent en marche dans la nuit déjà printanière. Cette année-là, le mois de mars était doux. Laji Pogracz marchait en tête, ainsi qu’il sied à un primas ; son col de fourrure relevé, encadrait ses bajoues ; il serrait sous son bras son précieux violon, lui aussi douillettement emmitouflé. Dernier de la troupe, le porteur du cymbalum claudiquait, cassé en deux sous le poids de son fardeau. Un fiacre suivait, au pas, sur lequel on avait chargé une table et six chaises. Monté à côté du cocher, un garçon de café tenait sur ses genoux un panier plein de verres ; il avait à ses pieds une dizaine de bouteilles de champagne, deux de cognac et un seau de glace en fer-blanc. Deux sergents de ville fermaient la marche, dépêchés par la mairie, car le règlement imposait de déclarer à l’avance tout concert nocturne et de solliciter la présence de la maréchaussée.


J’attends avec impatience d’avoir le troisième et dernier volume…..

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
thomas212
Envolée postale
avatar

Messages : 177
Inscription le : 27/06/2009
Age : 49
Localisation : Marrakech

MessageSujet: Re: Miklós Bánffy [Transylvanie]   Sam 12 Sep 2009 - 12:47

Genial,Arabella.
Je crois que nous somme peu nombreux encore a partagé cette passion mais les convertis se multiplie lentement.
J'en suis au même point que toi dans la trilogie et, je dois avoué,très inquiet au sujet de Laszlo(mon personnage préféré !)que Banffy abandonne ivre dans la neige.(j'ai même feuilleté les dernier chapitre tellement j'était curieux)
J'ai vu que tu as le dernier volume,s'il te plais donne moi un signe si les nouvelle sont bonne(je ne l'ai pas encore moi meme)
J'aime aussi beaucoup les personnage féminin(l'amie qui recueille laszlo a la foire du village m'a m'a beaucoup plu )
Balint est toujours un peu ridicule,un gros poupon mou mais on fini par s'attache
Le mari d'Adrienne est aussi assez intéressant(et inquiétant !),vraiment le personnage des Carpates.
Enfin le magnifique Laszlo, âme perdu ,brulant sa vie dans sa maison en ruine.Superbe et pathétique.
Je suis entrain de lire Le rouge et le noir et ,même si c'est un très beau livre,je trouve qu'il y manque la subtilité,le légèreté et l'humour de Banffy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thomassaliot.com
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Miklós Bánffy [Transylvanie]   Sam 12 Sep 2009 - 15:00

thomas212 a écrit:
Je crois que nous somme peu nombreux encore a partagé cette passion mais les convertis se multiplie lentement.
Very Happy grâce à toi, Arabella a découvert.. et elle en a parlé trop souvent et trop bien diablotin je ne pouvais pas passer à côté..
les trois livres sont chez moi - en anglais - mais c'est éééééééénorme! Je vais devoir trouver un bon moment.. et un peu de temps Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Miklós Bánffy [Transylvanie]   Sam 12 Sep 2009 - 20:05

thomas212 a écrit:

Je crois que nous somme peu nombreux encore a partagé cette passion mais les convertis se multiplie lentement.
Je voudrais bien, mais malheureusement les deux premiers volumes ne sont plus disponibles en Français, je l'ai trouvé uniquement en bibliothèque, il faudra encore du temps pour que cet auteur soit reconnu. J'ai vu qu'il l'était d'avantage chez les anglo-saxons.

thomas212 a écrit:

J'en suis au même point que toi dans la trilogie et, je dois avoué,très inquiet au sujet de Laszlo(mon personnage préféré !)que Banffy abandonne ivre dans la neige.(j'ai même feuilleté les dernier chapitre tellement j'était curieux)
J'ai vu que tu as le dernier volume,s'il te plais donne moi un signe si les nouvelle sont bonne(je ne l'ai pas encore moi meme)
J'aime aussi beaucoup les personnage féminin(l'amie qui recueille laszlo a la foire du village m'a m'a beaucoup plu )
Balint est toujours un peu ridicule,un gros poupon mou mais on fini par s'attache
Le mari d'Adrienne est aussi assez intéressant(et inquiétant !),vraiment le personnage des Carpates.
Enfin le magnifique Laszlo, âme perdu ,brulant sa vie dans sa maison en ruine.Superbe et pathétique.
Je vais commencer le troisième volume ce soir et je te laisserai un spoiler pour Laszlo Wink
D'accord avec toi sur Balint, fils unique, gâté au possible. Il veut faire au mieux, mais ne se rend pas compte de la compléxité des choses, de la vie des gens qui ont y moins de chance que lui, et du coup il se plante et fait plus de mal que de bien. Mais il est au fond plein de bonne volonté, et finira peut être par apprendre.
Les personnages de femmes sont en effet magnifiques, Adrienne, Dodo, et toutes les autres. Cela fait plaisir.
Si tu ne connais pas encore, je ne saurais trop te conseiller de lire un autre auteur hongrois Lajos Zilahy. Son roman Les Dukay se place aussi dans le première partie du XXem siècle, nous sommes un peu dans le même univers de l'aristocratie hongroise sur le point de disparaître, plein de personnages plus attachants les uns que les autres, de magnifiques portraits de femmes, et toujours cet humour, cette legertè élégante, mais qui n'empêche pas une vraie profondeur, mais sans lourdeur. Je crois que j'ai encore plus aimé que Banffy. Les écrivains hongrois sont décidement étonnants. Et Zilahy est facile à trouver, il est sorti en poche.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
thomas212
Envolée postale
avatar

Messages : 177
Inscription le : 27/06/2009
Age : 49
Localisation : Marrakech

MessageSujet: Re: Miklós Bánffy [Transylvanie]   Mar 15 Sep 2009 - 15:50

Merci Arabella.
Zelahy est maintenant en tête de mes priorités absolu.
Je n'en avais jamais entendu parlé.
Mon fournisseur sous les rempart de Marrakech a quelques fois de chose étonnantes.Sait on jamais,sinon l'or de mon prochain séjour Parisien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thomassaliot.com
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Miklós Bánffy [Transylvanie]   Mar 15 Sep 2009 - 18:12

Arabella a écrit:
Miklós Bánffy (1873-1950)

Entre 1913 et 1918 il fut directeur du Théâtre National et de l’Opéra, et il a été un des premiers défenseurs de l’œuvre de Bartok.

Avec des arguments pareils je ne peux qu'aller regarder de plus près Very Happy

Et j'aime bien les couvertures:

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Miklós Bánffy [Transylvanie]   Mar 15 Sep 2009 - 18:29

Les couvertures sont très belles, mais les deux premiers livres sont malheureusement épuisés.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Miklós Bánffy [Transylvanie]   Mar 15 Sep 2009 - 18:33

Arabella a écrit:
Les couvertures sont très belles, mais les deux premiers livres sont malheureusement épuisés.

Pas sur amazon...

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Miklós Bánffy [Transylvanie]   Mar 15 Sep 2009 - 18:34

ah si zut!

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Miklós Bánffy [Transylvanie]   Mar 15 Sep 2009 - 19:42

Marko a écrit:
Arabella a écrit:
Les couvertures sont très belles, mais les deux premiers livres sont malheureusement épuisés.
Pas sur amazon...
Marko a écrit:
ah si zut!
rire

c'est la raison pour laquelle je vais les lire en anglais
couvertures pas aussi alléchantes.. mais je les trouve appropriées Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Miklós Bánffy [Transylvanie]   Mar 15 Sep 2009 - 20:23

Que le vent vous emporte



Dans ce troisième et dernier volume, Miklós Bánffy amène ses personnages et le monde dans lequel ils vivent vers le dénouement qui s’annonçait depuis un moment, un dénouement tragique, et inéluctable. Personne ne va échapper à son destin, et ce volume contient un nombre important de terribles d’événements. Les morts y sont nombreux, et plus on avance vers la fin, et moins l’auteur nous donne pour respirer de moments de beauté, de grâce, ou d’apaisement. Il ne reste plus qu’à mourir avec dignité, avant de voir sombrer le monde rassurant et heureux, certes un peu vain et égoïste, mais tellement rempli de bonheurs et de joie de vivre dans lequel évoluaient les héros. Le bonheur individuel est impossible dans un monde qui s’enfonce dans le chaos et la haine.

J’ai peut être moins aimé ce dernier volume que les précédents, parce que d’une certaine façon tout est déjà joué, et il n’y a que peu de doutes sur ce qui va se passer. Toute cette noirceur, tout le désespoir d’un univers proche de la destruction sont certes poignants, mais en même temps peut être trop prévisibles, et déjà très fortement annoncés dans les volumes précédents. Il me manquait un peu le frisson de l’inattendu, du surprenant, qu’il y avait dans les deux premiers volumes. Là tous les personnages sont connus, et le fin déjà jouée. Mais évidemment on ne peut s’empêcher de la lire, parce que l’on s’est attaché à tous ces personnages, qu’on aime le monde de Miklós Bánffy, et que l’on veut aller jusqu’au bout de l’aventure, même si on devine ce qui va arriver. Le pathos est plus présent et l’humour beaucoup moins, comme si l’auteur en face de la catastrophe finale, n’arrivait plus à garder la distance qu’il avait maintenu entre son récit et ses propres sentiments.

Une très belle trilogie, foisonnante et riche, remplis de personnages attachants, d’une douce mélancolie, d’une poésie discrète et prenante. Un récit subtil, dont il est difficile d’oublier les méandres. Une œuvre originale, née de la plume d’un écrivain puissant et fin à la fois, ayant à sa disposition un style parfaitement maîtrisé. Une très belle découverte.

Alors spécialement pour Thomas, quelques éléments sur Laszlo

Spoiler:
 

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Miklós Bánffy [Transylvanie]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Miklós Bánffy [Transylvanie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» ? créatures magiques.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature russe, d'Europe centrale et orientale (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: