Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Jean-Christophe Rufin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
bertrand-môgendre
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1299
Inscription le : 03/02/2007
Age : 62
Localisation : ici et là

MessageSujet: Jean-Christophe Rufin   Lun 16 Avr 2007 - 6:23



Biographie de l'auteur
Jean-Christophe Rufin, né en 1952, médecin, voyageur, est président de l'association humanitaire " Action contre la faim ". Il a publié en 1997 L'Abyssin, prix Goncourt du Premier roman et prix Méditerranée, Sauver Ispahan en 1998, Asmara et les causes perdues, prix Interallié 1999, Rouge Brésil pour lequel il a reçu le prix Goncourt 2001, Globalia en 2004, et La Salamandre en 2005.

Bibliographie

Citation :
Index: (cliquez sur les numéros de page pour y accéder directement)
Romans
1997 L'Abyssin, Page 3,
1998 Sauver Ispahan, Page 3,
1999 Les Causes perdues (réédité avec le titre Asmara et les causes perdues), Pages 1, 4,
2001 Rouge Brésil, Page 1,
2004 Globalia, Page 1,
2005 La Salamandre, Page 1,
2007 Le Parfum d'Adam,  Page 1,
2010 Katiba, Pages 2, 3,
2012 Le Grand Cœur, Pages 3, 4,
2014 Le collier rouge

Nouvelles
2011 Sept histoires qui reviennent de loin, Page 2,

Essais
2008 Un léopard sur le garrot, Page 3,
2013 Immortelle randonnée, Pages 3, 4,


Citation :
mise à jour le 26/09/2013, page 4



La salamandre de Jean-Christophe Rufin ( 15/4/07)
Broché: 199 pages Editeur : Editions Gallimard (15 mars 2005)
ISBN-10: 2070774104  

Présentation de l'éditeur
Catherine, dont la vie s'organisait autour du travail avec la haine des dimanches, le secours de la télévision, l'affection d'un chat et l'usage fréquent de somnifères, tourne le dos à la France pour s'installer au Brésil. Dépassant sa condition de touriste, elle quitte l'univers des agences de voyages pour celui des favelas. La violence avec laquelle les gens se traitent entre eux ne lui est alors plus épargnée. Dans ce récit d'un parcours absolu, Jean-Christophe Rufin livre une tragédie moderne, où l'héroïne semble soudain obéir à une loi profonde qui la pousse à se détruire et à s'accomplir en même temps. À travers ce portrait d'une femme qui se perd et se découvre, l'auteur reprend aussi un thème qui lui est cher, celui de la rencontre entre les Occidentaux et leur tiers-monde fantasmé. Loin de la vitrine exotique et du mythe révolutionnaire, il va au-delà de la vision idéalisée, tout au moins " idéologisée ", du tiers-monde, vers un monde ambivalent, fait à la fois de richesse et de violence, repoussant et attirant.

Mon commentaire : petite combustion tranquille des ailes du désir

Que fait elle Catherine, notre petite secrétaire française en vacances sur la côte touristique brésilienne ? Comment réagit cette célibataire quadragénaire grise  face à la jeunesse vigoureuse d’un autochtone entreprenant ? Cette femme rougit par les morsures du soleil se brûle soudain aux feux de l’amour. Elle est  salamandre triste si sombre qu’il n’y a que les flammes qui lui soient si douces.

L’écriture de Rufin, permet de parcourir cette fable moderne (aux accents surfaits), avec allégresse  et rapidité. Pourtant la présentation de ses personnages relève de la vieille école du romancier scrupuleux, nous infligeant la  description méticuleuse de  carapaces humaines avant de s’introduire en elles pour expliquer tel ou tel comportement (page 57 à propos de Catherine jeune épousée … elle préféra donc penser que ce divorce était un malheur et en fit retomber le reproche sur ses parents, espérant se libérer par là d’une autre dépendance).

J’ai l’impression de connaître par moments, quelques lourdeurs administratives obligatoirement introduites au fil des pages pour donner un sens cohérent à certaines actions. Ce qui ne l’empêche pas d’introduire, par petites touches, elles par contre, délicates presque inaperçues, ses idées sur les rapports déséquilibrés entre les peuples  (page 91 : Catherine l’européenne, offre l’argent nécessaire à une tenancière de cabane « paillote » afin qu’elle puisse devenir propriétaire de son outil de travail : Ce qu’elle venait de faire n’était plus à ses yeux une action généreuse mais un acte de violence. Chaque fois que l’injustice du monde s’illustre dans le rapport concret d’un être humain à un autre, elle devient insupportable. La charité est le moment privilégié de cette révélation.)

Ce qui me gêne dans ce roman, c’est le côté versatile de l’histoire, genre drame conté par un journal à sensations. C’est un drame humain. Soit. Rufin avec Rouge Brésil et Globalia, nous avait séduit d’une toute autre manière.
Sur la Salamandre, quelques flammèches incolores ne pourraient survivre longtemps tant le foyer manque de combustible.(bertrand-môgendre)[/b][/b][/b][/b][/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bertrand-môgendre
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1299
Inscription le : 03/02/2007
Age : 62
Localisation : ici et là

MessageSujet: Re: Jean-Christophe Rufin   Lun 16 Avr 2007 - 6:48

Globalia Jean-Christophe Rufin
Broché: 495 pages Editeur : Editions Gallimard (8 janvier 2004)
ISBN-10: 2070737292

Présentation de l'éditeur
Tu ne comprends pas, Kate. Ce sera partout la même chose. Partout nous serons en Globalia. Partout, nous retrouverons cette civilisation que je déteste. Évidemment, puisqu'il n'y en a qu'une ! Aurais-tu la nostalgie du temps où il y avait des nations différentes qui n'arrêtaient pas de se faire la guerre ? Tu me récites la propagande que tu as apprise comme nous tous. Globalia, c'est la liberté ! Globalia, c'est la sécurité ! Globalia, c'est le bonheur. Kate prit l'air vexé. Le mot de propagande était blessant. Moi, reprit Baïkal d'un ton passionné, je continue à croire qu'il existe un ailleurs. Un grand roman d'aventures et d'amour, par l'auteur de L'Abyssin et de Rouge Brésil (prix Goncourt 2001). Mais aussi une fable visionnaire sur la mondialisation

Mon commentaire

L’engagement de l’auteur nous oblige à sortir de notre bulle protectrice face aux agressions de l’inconnu que nous croyons étrange, malfaisant, dangereux souvent par manque de connaissance. De fausses informations, en rumeurs qui grondent, de l’inquiétude des nouveautés qui pourraient perturber notre ronron sécuritaire en œillères capitonnées, nous ouatons notre existence par le bien pensant, le mieux disant, les convenances douces-heureuses.
Combien la jeunesse, gagnée par la folie des conquêtes, bousculant nos armures, dynamisant notre existence, combien cette jeunesse peut raviver cet esprit enthousiaste qui s’engrisaille peu à peu.
Jeunesse et sagesse sont antinomiques ? Quelle importance du moment que la vie prend le dessus.
Jeunesse et sagesse sont complémentaires ? Voilà du travail constructif en prévision d’un futur évolué.

Globalia est à lire avec un certain recul, avec la légèreté d’un observateur décryptant un petit monde parfait futuriste, vivant sous cloche, opposé à l’essentiel de la planète demeurée dans une incertitude non programmée, angoissante, mais libre, d’agir et de penser.(bertrand-môgendre)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bertrand-môgendre
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1299
Inscription le : 03/02/2007
Age : 62
Localisation : ici et là

MessageSujet: rouge brésil   Lun 16 Avr 2007 - 11:19

Rouge brésil de Jean Christophe Rufin
Broché: 550 pages Editeur : Gallimard (30 avril 2002)
ISBN-10: 2070761983

Présentation de l'éditeur
La conquête du Brésil par les Français est un des épisodes les plus extraordinaires et les plus méconnus de la Renaissance. "Rouge Brésil" raconte cette histoire à travers deux enfants, Just et Colombe, embarqués de force dans cette expédition pour servir d'interprètes auprès des tribus indiennes. Tout est démesuré dans cette aventure. Le cadre : cette baie sauvage de Rio, encore livrée aux jungles et aux Indiens cannibales. Les personnages, et d'abord le Chevalier de Villegagnon, chef de cette expédition, nostalgique des croisades, pétri de culture antique, précurseur de Cyrano ou de d'Artagnan. Les événements : le huis clos dramatique de cette France des Tropiques sera une répétition générale, avec dix ans d'avance, des guerres de religion.

Mon commentaire :
Quel travail ! Comme il est difficile d’aimer un pavé livresque si l’histoire ne s’emmêle pas de découvertes en émerveillement.
Romancé, écrit légèrement par une plume alerte, vive et mesurée, ce document me procure le plaisir de la conquête de nouveaux mondes inconnus, livrés pour nous pauvres pêcheurs, tel pugilat à défendre becs et ongles.
L’esprit des précurseurs m’indispose. La débauche des valeurs guerrières révulse mon esprit calme et tranquille. Pourtant ils ont bien existé ses fous, qui forgèrent en nos esprits endormis des valeurs « d’humanité », comme a tant pu le rabâcher, le représentant de ma religion catholique. Frère des hommes, rime avec armes à la main, au rouleau compresseur de la foi meurtrière.
D’en comprendre le mécanisme historique, me permet d’analyser la haine ancestrale des outragés de l’espèce humaine sauvage, face aux civilisés porteur de bonnes paroles, exploiteurs des richesses minières. (bertrand-môgendre)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Jean-Christophe Rufin   Lun 16 Avr 2007 - 12:20

Il me semble que tu fais comme moi Bertrand et que tu as du mal à te contenter d'un seul livre d'un auteur qui t'accroche... :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bertrand-môgendre
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1299
Inscription le : 03/02/2007
Age : 62
Localisation : ici et là

MessageSujet: Re: Jean-Christophe Rufin   Lun 16 Avr 2007 - 12:23

c'est, je crois coline, un bon moyen de connaitre l'auteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Jean-Christophe Rufin   Lun 16 Avr 2007 - 12:32

bertrand-môgendre a écrit:
c'est, je crois coline, un bon moyen de connaitre l'auteur.

C'est évident...Mais nous pourrions aussi grapiller à droite et à gauche, un titre d'un auteur par ci, un titre d'un autre auteur par là...et avoir ainsi le sentiment de "connaître" à travers un livre l'oeuvre d'un auteur.

Je ne porte pas de jugement sur cette attitude de zapping littéraire (il y a tant à découvrir et cela rend boulimique... chacun fait comme il veut pourvu qu'il reste l'ivresse de lire! :) ) mais ce que je voulais dire c'est que je suis comme ça, du genre à vouloir épuiser (ou presque) l'oeuvre d'un auteur que j'admire...Je l'ai fait par exemple pour Pascal Quignard, Pessoa, François Cheng, Haruki Murakami, etc...Celle qui m'a retenue le plus longtemps (quelle collection de titres!) étant Marguerite Duras...dont je pense, justement, qu'ilest éminemment réducteur de ne voir en elle que l'auteur de L'Amant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
celene721
Espoir postal
avatar

Messages : 37
Inscription le : 17/05/2007
Age : 65
Localisation : saône et loire

MessageSujet: jean-Christophe RUFIN   Lun 6 Aoû 2007 - 13:47

Le Parfum d'Adam
Editions Flammarion
530 p

4ème de couverture:
Juliette est une jeune militante écologiste, fragile et idéaliste. Elle participe à une opération commando pour libérer des animaux de laboratoire. Cette action apparemment innocente va l'entraîner au coeur d'un complot sans précédent qui au nom de la planète, prend ni plus ni moins pour cible l'espèce humaine.
L4agence de renseignements privée "Providence", aux Etats-Unis, est chargée de l'affaire. Elle recrute deux anciens agents, Paul et Kerry, qui ont quitté les services secrets pour reprendre des études, l'un de médecine et l'autre de psychologie. Leur enquête va les plonger dans l'univers terrifiant de l'écologie radicale et de ceux qui la manipulent. Car la défense de l'environnement n'a pas partout le visage sympathique qu'on lui connaît chez nous. La recherche d'un Paradis perdu, la nostalgie d'un temps où l'homme était en harmonie avec la nature peuvent conduire au fanatisme le plus meurtrier.

Mon avis: C'est un livrepassionnant qui se lit de bout en bout, roman d'aventures, d'espionnage et thriller écolo.
L'écologisme est le départ du livre mais au fur et à mesure de la lecture on voit que l'on a affaire avec une cause plus profonde, celle de la surabondance de l'espèce humaine qui amène à la dégradation de la planète.Alors pour réduire la population, il faut trouver une solution.Ici c'est la destruction de ceux qui sont les plus pauvres par des moyens malhonnêtes, biologiques, mais je vous laisse découvrir cela.

L'auteur, médecin humanitaire explique dans sa postface que la réalité n'est pas loin de cela et que l'écoterrorisme est la deuxième menace après le fondamentalisme islamique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pénélope
Posteur en quête
avatar

Messages : 61
Inscription le : 05/09/2007
Age : 31
Localisation : Bruxelles

MessageSujet: Re: Jean-Christophe Rufin   Dim 9 Sep 2007 - 22:01

Il y a quelques années, je lus L'Abyssin. Je ne me souviens plus de grand chose mais les sensations restent: elles sont positives...

J'ai commencé Globalia mais pas encore fini... Je me demande si ce roman en vaut la peine finalement?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milly
Main aguerrie
avatar

Messages : 529
Inscription le : 08/09/2007
Age : 39
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Jean-Christophe Rufin   Lun 10 Sep 2007 - 13:25

Jean Christophe RUFIN est indéniablement un de mes auteurs fétiches.

Les oeuvres que j'ai lu de lui :
L'Abyssin
Sauver Ispahan
La Salamandre
Rouge Brésil
Globalia

J'aime beaucoup sont style, riche en description, mais aussi très poétique et documenté.
Les thèmes qu'il aborde sont passionnant, et il construit ses romans avec beaucoup de talent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amapola
Agilité postale


Messages : 792
Inscription le : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Jean-Christophe Rufin   Lun 10 Sep 2007 - 14:44

Rufin est très charmant et parle portugais très très bien. Celà dit, Rouge Brésil m'a beaucoup amusée par son ingénuité. D'abord l'intrigue, très feuilleton rocambole. Ces frères qui ne sont pas frères, ses parfuns d'inceste qu'à la fin ne le sont pas. Ensuite le vieux français naufragé, devenu savant parmi les indiens de la côte. Ensuite laugh la blonde Colombe courant nue sous le soleil et livrée aux moustiques. Je peux la voir joliment défigurée par l'action conjuguée de deux. En ce temps là il n'existait de, comment vous appellez ça en français? Lotion pour bloquer UVA et UVB? Et les moustiques de Rio? La région entière était marécageuse, même aujourd'hui, après des siècles de travaux, la plupart du centre de la ville est situé au-dessous du niveau de la mer, ce qui explique les innondations estivales d'une bonne partie des quartiers. Ce n'était pas la catastrophe totale, comme à Kousrou, en Guiane, mais comme restitution de l'ambiance, je recommande plutôt le film de Herzog, Aguirre. Il suffit de consulter une carte de Rio pour voir comment la ville se trouve coincée entre l'océan et la baie.
Et je ne dit rien des fourmis, ce week-end une "saúva", 0,5 cm d'insecte rouge et féroce, m'a prouvé sa valeur en combat, et son caractère sournois et méchant, en m'attaquant sans aucune provocation, quand je sirotais une bière pilsener terriblement glacée assise sous un manguier dans le Club Naval, tout en suivant le mouvement des gens autour de la piscine.
À mon avis, à cause de ce côté trop fantaisiste, Rouge Brésil n'est pas un roman historique, Rufin n'était vriament préoccupé de la vraissemblance de son récit. Je classifierai ce livre plutôt comme un "feuilleton d'époque", ou quelque chose comme ça.
Celà dit, des fouilles archéologiques ont été réalisées et un nombre assez important d'objets a été rétrouvée. J'ai eu l'occasion de voir dans le Musée Historique National une épée dont on se servait pour couper de têtes. Il fallait être bien grand et fort pour manier cet objet, énorme et évidement très lourd.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milly
Main aguerrie
avatar

Messages : 529
Inscription le : 08/09/2007
Age : 39
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Jean-Christophe Rufin   Mar 28 Oct 2008 - 9:05

Titre de l'oeuvre : Asmara et les causes perdues
Nom de l'auteur : Jean-Christophe Rufin
Edition : Folio
Pages : 303



Quatrième de couverture :

Asmara, ancienne capitale coloniale italienne, dresse encore sur le sol d'Afrique ses palais romains, ses villas toscanes et ses colonnades vénitiennes. C'est dans ce décor baroque et nostalgique, isolé du monde par trente ans de guerre civile, que débarque, en 1985, un groupe d'humanitaires français, venus porter secours aux victimes d'une invisible famine qui fait rage quelque part, loin sur les hauts plateaux arides qui entourent la ville.
Hilarion Grigorian, Arménien d'Erythrée, né avec le siècle, se fait, jour après jour, le narrateur cocasse de cette mission humanitaire avec ses querelles internes, ses passions intimes et tous les obstacles nés des manipulations politiques opérées par le gouvernement.
Ce roman est un témoignage direct qui met pour la première fois en scène de l'intérieur cette génération orpheline des idéologies, qui a perdu les causes traditionnelles de l'engagement et qui les cherche du côté de l'action humanitaire. Mais aussi l'évocation d'une Ethiopie qui depuis des siècles, par la beauté de ses peuples, la force des ses paysages et la puissance de sa spiritualité rend fou d'amour ceux qui s'aventurent jusqu'à elle.


Mon avis personnel :

Comme tous les livres de Jean-Christophe Rufin que j'ai déjà lu, je me suis régalée. Bien plus qu'un écrivain talentueux, Jean-Christophe Rufin est une merveilleux conteur.

Ce roman est magnifique, riche de part son vocabulaire (beaucoup de mots Ethiopiens), riche de part les personnages qui peuplent les pages de ce récit et riche aussi, de part le sujet qu'il aborde.
Jean-Christophe Rufin nous emmène dans les dessous des organisations humanitaires, dans un pays déchiré entre un gouvernement communiste totalitaire et des rebelles prêt à tout.
On y apprend que tous les humanitaires de cette mission intervenant à Rama, au sud d'Asmara, ne sont pas venus seulement pour aider une population dans le besoin. Certains sont là pour la gloire, d'autres pour étancher leurs dettes.
Lors de cette mission humanitair, des amitiés et des amours vont naîtres.

Jean-Christophe Rufin nous fait découvrir cette mission par l'intermédiaire du journal d'Hilarion.
Ce roman est donc, un moment d'évasion pure et de plaisir de lecture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chatperlipopette
Zen littéraire
avatar

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 52
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Jean-Christophe Rufin   Mar 28 Oct 2008 - 12:48

Le seul roman lu de cet auteur: Rouge Brésil qui m'avait charmée au plus haut point.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
Harelde
Zen littéraire
avatar

Messages : 6465
Inscription le : 28/04/2010
Age : 42
Localisation : Yvelines

MessageSujet: Re: Jean-Christophe Rufin   Mer 5 Mai 2010 - 15:10

bertrand-môgendre a écrit:
Globalia est à lire avec un certain recul, avec la légèreté d’un observateur décryptant un petit monde parfait futuriste, vivant sous cloche, opposé à l’essentiel de la planète demeurée dans une incertitude non programmée, angoissante, mais libre, d’agir et de penser.
Je crois avoir presque tout lu de Rufin :

- Asmara et les Causes perdues
- Globalia
- La Salamandre
- L'Abyssin
- Le Parfum d'Adam
- Rouge Brésil
- Sauver Ispahan

Le commentaire de Bertrand sur Globalia m'étonne. Certes, j'ai lu Globalia il y a longtemps. Certes, je ne me rappelle plus de tous les détails, bien que mes souvenirs soient relativement nombreux tant ce livre m'avait plu. Ce petit monde n'a rien de parfait. Il est totalement artificiel et je le compare volontiers au monde de Big Brther dans 1984 : tout est contrôlé dans les moindres détails. Le libre arbitre n'existe plus et les habitants gobe tout rond les nouvelles inventées de toute pièce et distillées par les médias. Ce n'est pas un petit monde parfait mais un jardin zoologique : tout le monde est en cage et n'en a pas conscience (comme dans le train La Flêche Jaune de Viktor Pelevine).

bertrand-môgendre a écrit:
Ce roman est magnifique, riche de part son vocabulaire (beaucoup de mots Ethiopiens), riche de part les personnages qui peuplent les pages de ce récit et riche aussi, de part le sujet qu'il aborde.
Jean-Christophe Rufin nous emmène dans les dessous des organisations humanitaires, dans un pays déchiré entre un gouvernement communiste totalitaire et des rebelles prêt à tout.
On y apprend que tous les humanitaires de cette mission intervenant à Rama, au sud d'Asmara, ne sont pas venus seulement pour aider une population dans le besoin. Certains sont là pour la gloire, d'autres pour étancher leurs dettes.
Lors de cette mission humanitair, des amitiés et des amours vont naîtres.

Jean-Christophe Rufin nous fait découvrir cette mission par l'intermédiaire du journal d'Hilarion.
Ce roman est donc, un moment d'évasion pure et de plaisir de lecture.
Sans doute mon roman préféré de cet auteur. Rufin connaît d'autant mieux son sujet qu'il a été là-bas au moment des faits : il était le directeur médical d'Action Contre la Faim en Ethiopie en 1985.

_________________
Etre un écrivain, c'est braver l'observation de Darwin voulant que, plus une espèce se spécialise, plus elle risque de disparaître.
[Joyce Carol Oates - J'ai réussi à rester en vie]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.senscritique.com/BibliOrnitho
traversay
Flâneur mélancolique
avatar

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 59
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: Jean-Christophe Rufin   Mer 5 Mai 2010 - 15:15

Harelde a écrit:


Le commentaire de Bertrand sur Globalia m'étonne. Certes, j'ai lu Globalia il y a longtemps. Certes, je ne me rappelle plus de tous les détails, bien que mes souvenirs soient relativement nombreux tant ce livre m'avait plu. Ce petit monde n'a rien de parfait. Il est totalement artificiel et je le compare volontiers au monde de Big Brther dans 1984 : tout est contrôlé dans les moindres détails. Le libre arbitre n'existe plus et les habitants gobe tout rond les nouvelles inventées de toute pièce et distillées par les médias. Ce n'est pas un petit monde parfait mais un jardin zoologique : tout le monde est en cage et n'en a pas conscience (comme dans le train La Flêche Jaune de Viktor Pelevine).

C'est tout à fait ça. Alors, à quand la lecture du petit dernier "Katiba" ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
Harelde
Zen littéraire
avatar

Messages : 6465
Inscription le : 28/04/2010
Age : 42
Localisation : Yvelines

MessageSujet: Re: Jean-Christophe Rufin   Mer 5 Mai 2010 - 15:23

traversay a écrit:
C'est tout à fait ça. Alors, à quand la lecture du petit dernier "Katiba" ?

Il y a un nouvel opus ?
Je regarde ça tout de suite !

J'en étais resté au Parfum d'Adam qui m'avait déçu.

_________________
Etre un écrivain, c'est braver l'observation de Darwin voulant que, plus une espèce se spécialise, plus elle risque de disparaître.
[Joyce Carol Oates - J'ai réussi à rester en vie]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.senscritique.com/BibliOrnitho
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jean-Christophe Rufin   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jean-Christophe Rufin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 7Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le Collier rouge - de Jean-Christophe Rufin
» ACHARNÉ (RC)
» 2.500 postes de sous-officiers et 7 000 postes de gendarmes adjoints
» hachoir moulin*x fresh
» Colonel BECHON nouveau chef de Corps

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: