Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Marie NDiaye

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
Marko
Faune frénéclectique


Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 48
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Marie NDiaye   Mer 11 Nov 2009 - 15:27

Lisez plutôt ses romans...

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Marie NDiaye   Mer 11 Nov 2009 - 15:29

L'un n'empêche pas l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Marko
Faune frénéclectique


Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 48
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Marie NDiaye   Mer 11 Nov 2009 - 17:03

Lara a écrit:
L'un n'empêche pas l'autre.

Bien sûr Very Happy

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roderick Usher
Posteur en quête


Messages : 75
Inscription le : 23/10/2009
Age : 24

MessageSujet: Re: Marie NDiaye   Mer 11 Nov 2009 - 22:26

J'ai moi aussi était profondément choqué par les propos de ce député, d'un pays censé être une démocratie dans le monde (mais oui vous savez les droits de l'hommes, ce truc inventé au moment de la révolution française, et la liberté, l'égalité et la fraternité, oui le truc qui est marqué sur le fronton des écoles), c'est franchement honteux.

(désolé de ne pas avoir fait de grandes envolés digne des châtiments, mais je ne suis hélas pas le vrai Victor Hugo)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique


Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 48
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Marie NDiaye   Mer 11 Nov 2009 - 22:34

Victor Hugo a écrit:
J'ai moi aussi était profondément choqué par les propos de ce député, d'un pays censé être une démocratie dans le monde (mais oui vous savez les droits de l'hommes, ce truc inventé au moment de la révolution française, et la liberté, l'égalité et la fraternité, oui le truc qui est marqué sur le fronton des écoles), c'est franchement honteux.

(désolé de ne pas avoir fait de grandes envolés digne des châtiments, mais je ne suis hélas pas le vrai Victor Hugo)

Je suis bien d'accord. La seule chose positive dans cette histoire c'est que Marie Ndiaye accède à une plus grande visibilité. Si ça peut conduire à la lire...

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
domreader
Zen littéraire


Messages : 3410
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Marie NDiaye   Jeu 12 Nov 2009 - 20:34

Moi je suis sûre que cette histoire va faire enfler la vente de son livre...et c'est super !!

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque


Messages : 24647
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Marie NDiaye   Jeu 12 Nov 2009 - 21:17

Je ne connais pas encore Marie Ndiaye en tant qu' auteur...
Mais en tant que femme et qu' individu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emmanuelle Caminade
Envolée postale


Messages : 204
Inscription le : 06/11/2009
Age : 66
Localisation : Drôme provençale

MessageSujet: Re: Marie NDiaye   Ven 13 Nov 2009 - 10:19

Début septembre,n'ayant lu aucun livre de cette auteure, je m'apprêtais à commander Trois femmes puissantes.
Malheureusement, ou heureusement - je ne sais- j'eus l'occasion de lire sur le Net les premières pages de son roman.
Je fus immédiatement rebutée par cette écriture : je l'ai trouvée lourde et très artificielle , ayant même la désagréable impression de lire une écrivaine se regardant écrire...
Impossible donc de m'abandonner à cette écriture .

Néanmoins, beaucoup de personnes dont j'estime le jugement et partage souvent les goûts littéraires appréciant cette écrivaine et quelques pages n'étant pas suffisantes pour juger un auteur, je vais faire un effort.
Comme Marko m'apprend que Rosie Carpe, dont on m'a déjà dit beaucoup de bien, est sorti en poche , en voilà l'occasion !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://l-or-des-livres-blog-de-critique-litteraire.over-blog.com
Kashima
Envolée postale


Messages : 111
Inscription le : 13/04/2009

MessageSujet: Re: Marie NDiaye   Dim 27 Déc 2009 - 10:21

Emmanuelle Caminade a écrit:

Je fus immédiatement rebutée par cette écriture : je l'ai trouvée lourde et très artificielle , ayant même la désagréable impression de lire une écrivaine se regardant écrire...
Impossible donc de m'abandonner à cette écriture .

Son écriture est classique et soignée. Il lui manque, selon moi, quelque chose de poétique ou de plus creusé, dont je me serais délectée. Mais jamais elle ne paraît lourde, elle est plutôt limpide, même, dans sa recherche.

J'ai lu ce que Marko a écrit sur Trois femmes puissantes. Je suis d'accord dans l'ensemble (comme lui, j'ai été happée par la première histoire que j'ai quitté à regret, pensant qu'on y reviendrait). Vos remarques sur ce livre sont intéressantes... Je ne perçois pas tout à fait les choses ainsi.

Voici le résumé que j'en ai fait et mes impressions :

Marie Ndiaye nous raconte une parcelle du destin de trois Sénégalaises : Norah, qui vit en France, devenue une brillante avocate et qui se voit obligée de revenir rendre visite à son père au pays ; Fanta, mariée à Rudy Descas, qui est partie de Dakar où elle enseignait pour suivre en France son mari ; Khady, fière d'être Khady, mais misérable.

D'abord Norah : elle exècre son père, mais il l'oblige à venir le voir pour une affaire importante : son fils chéri, Sony, qu'il a enlevé à sa mère et ramené de force avec lui au Sénégal quand il était petit, est incarcéré pour le meurtre de sa belle-mère. Il compte sur Norah pour le défendre... Celle-ci, rebutée par tout ce qui concerne son père, repense au passé, à sa mère, à sa soeur, au présent qu'elle partage avec un homme qui dérange l'ordre qu'elle s'est imposée avec sa fille et qui l'oppresse par sa douceur et sa nonchalance... C'est la première partie du livre, celle qui m'a accrochée et m'a donné envie de poursuivre.

Dans le deuxième partie, le lecteur est dans la tête de Rudy Descas : professeur agrégé de lettres classiques au Sénégal, il a dû rentrer en France suite à un geste de folie envers un élève. Sa femme, confiante, l'a suivi, croyant qu'ils auraient une belle vie là-bas. Et nous sommes témoins de sa misère sociale et intellectuelle, de sa déchéance psychologique, de la vie ratée de cet homme qui aime sa femme mais montre le contraire.

Enfin, une lointaine cousine de Fanta Descas, Khady, a été mariée pendant trois ans à un gentil mari dont elle n'a pas pu, malgré son acharnement, avoir un enfant. A la mort de celui-ci, elle se retrouve dans sa belle-famille qui s'en débarrasse. Elle suit où on l'emporte, vers un destin misérable qui la poussera, sans volonté de sa part, à vouloir gagner l'Europe.

L'origine de ces trois femmes les lie, c'est l'Afrique. Norah, puissante par sa réussite ; Fanta, par l'amour qu'elle inspire à son mari et l'indifférence qu'elle lui donne ; Khady, par sa propre estime d'elle-même qu'elle gardera même sur un "matelas de mousse", "la vulve gonflée et douloureuse", "le vagin brûlant, irrité" (296), au cœur même de la prostitution à laquelle elle est réduite.

On accède aux pensées de Norah et de Khady indirectement, un narrateur se dresse entre elle et nous ; de Fanta, on n'a que l'ombre, car c'est ce que veut bien nous en dire Rudy, par le biais du même narrateur, ombre qu'elle est devenue en abandonnant pour rien son pays, son métier d'enseignante, vouée à une vie misérable dans un pavillon banal acheté à crédit et dont Rudy a du mal (devenu vendeur de cuisines) à payer les échéances.

Le flamboyant, la buse, la plaie et les corbeaux, ces symboles accompagnent les personnages (parfois un peu trop visibles pour devenir poétiques).
Je ne suis pas sous le charme immense de la lecture, mais elle me laisse un bon goût (pas aussi fort que celui que promettait le destin de Norah). J'ai davantage l'impression d'avoir lu trois nouvelles : l'agencement des trois vies manque et, par son brio, il aurait fait mériter à ce livre le Prix Goncourt... Il manque, à ce roman, cette puissance-là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://edencash.forumactif.org
Estha
Invité



MessageSujet: Re: Marie NDiaye   Ven 8 Jan 2010 - 21:14

Je ne connais Marie Ndiaye que par Trois femmes puissantes et je dois dire que j'ai été franchement déçu !
Autant le premier récit était accrocheur, bien écrit et l'intrigue assez bien construite, autant le reste m'a déçu : je n'ai pas réussi à finir les deux autres histoires, je les ais trouvées insipides à côté et l'écriture m'a semblée très différente du premier récit...assez artificielle, c'est vrai, je suis d'accord avec Emmanuelle !
C'est assez décevant, je trouve, pour ceux qui comme moi ne connaissent pas l'auteur et se laissent attirer par le prix Goncourt. J'ai trouvé La Délicatesse plus intéressante par comparaison ...
Enfin ... pouvez-vous me conseillez des bons livres * et des vrais * de cet auteur ? Je ne voudrais pas m'arrêter sur un échec !
Revenir en haut Aller en bas
Marko
Faune frénéclectique


Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 48
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Marie NDiaye   Ven 8 Jan 2010 - 22:39

Voilà un article de Nathalie Crom (Télérama) qui exprime très bien ce que ce livre peut avoir de beau et d'important:

Citation :
On connaît le grand art de Marie NDiaye, qui consiste, par l'introduction dans la narration de symptômes d'étrangeté (apparitions, métamorphoses...) de plus en plus discrets au fil des livres, à jouer avec les règles du réalisme pour le complexifier, l'intensifier, l'opacifier. Allant jusqu'à en modifier l'essence même, en creusant chaque fois dans la narration des déchi­rures, des béances - qui sont comme des portes d'entrée vers la vie intérieure la plus profonde de ses personnages, ce lieu indicible de l'être où la psychologie est ­obsolète, ce territoire intime, sauvage, archaïque, violent, toxique, où incubent les blessures originelles, où éclosent les pulsions prédatrices. C'est là, en cette dimension secrète et presque intouchable de l'expérience humaine, qu'évolue toujours Marie NDiaye. Là qu'elle nous convoque, une fois de plus, dans Trois Femmes puissantes, où elle semble au fil des pages dépouiller peu à peu ses récits de leur coloration surréelle, sans rien perdre pourtant en puissance d'évocation, en secret, en impénétrabilité. Déployant, sous couvert d'une écriture veloutée, savante et pré­cise, sans haussements de ton, d'une simplicité éminemment exigeante, une vision terriblement juste, concrète, digne et poignante de l'humanité souffrante.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madame B.
Zen littéraire


Messages : 5354
Inscription le : 17/07/2008
Age : 43

MessageSujet: Re: Marie NDiaye   Dim 10 Jan 2010 - 14:53

J'ai lu Trois femmes puissantes et j'ai l'impression que cela ne me convient pas.
J'ai eu très peur en lisant la première phrase du livre tant j'ai trouvé l'écriture lourde et artificielle. Je trouve que c'est un peu poseur, qu'elle se regarde écrire, qu'elle veut faire littéraire.
Résultat, je me suis ennuyée, je n'ai rien ressenti pour les personnages tant les procédés sont appuyés.
Je sauverai tout de même le dernier texte, le plus beau , peut-être parce qu'on y trouve de vrais accents de révolte dans l'histoire de cette femme qui tombe de plus en plus dans l'abîme, qui se retrouve coincée derrière ce mur dont l'Europe se sert pour se protéger du malheur africain. Cette sincérité éloigne Marie Ndiaye un moment de la tentation poético-littéraire que je n'apprécie guère et donne un nouvel élan à l'oeuvre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://labougeotte-impressionsdevoyages.blogspot.com/
Marko
Faune frénéclectique


Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 48
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Marie NDiaye   Dim 10 Jan 2010 - 16:38

Madame B. a écrit:
J'ai lu Trois femmes puissantes et j'ai l'impression que cela ne me convient pas.
J'ai eu très peur en lisant la première phrase du livre tant j'ai trouvé l'écriture lourde et artificielle. Je trouve que c'est un peu poseur, qu'elle se regarde écrire, qu'elle veut faire littéraire.

Je te trouve très difficile. Elle a un style superbe qui permet de plonger en profondeur dans l'intimité de ses personnages. Cette écriture n'est pas prétentieuse ou "poseuse" ou alors il faudrait le dire de beaucoup de grands écrivains qui ont du style. Dire que c'est lourd et artificiel est injuste tellement elle est capable de subtilité et de profondeur. Et vous semblez dire qu'elle abuse de ces longues phrases proustiennes alors qu'il y en a finalement assez peu et qu'elles sont très belles. Le reste est plus concis et incisif.

Elle ne veut pas "faire littéraire". Elle est un grand écrivain en train de construire une oeuvre. Etrange comme on peut toujours dire une chose et son contraire suivant sa propre sensibilité. Mais ne devrait-il pas y avoir unanimité quand un texte est tellement au-dessus de tout ce qui sort habituellement?

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madame B.
Zen littéraire


Messages : 5354
Inscription le : 17/07/2008
Age : 43

MessageSujet: Re: Marie NDiaye   Dim 10 Jan 2010 - 19:47

Marko a écrit:
Citation :
Mais ne devrait-il pas y avoir unanimité quand un texte est tellement au-dessus de tout ce qui sort habituellement?

C'est un point de vue.
J'ai déjà déjà eu l'occasion de remarquer que tu n'aimais pas que l'on ne soit pas d'accord avec toi.
Relis mon message, la fin est moins dure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://labougeotte-impressionsdevoyages.blogspot.com/
Marko
Faune frénéclectique


Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 48
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Marie NDiaye   Dim 10 Jan 2010 - 23:59

Madame B. a écrit:
J'ai déjà déjà eu l'occasion de remarquer que tu n'aimais pas que l'on ne soit pas d'accord avec toi.

Oh non! Rien de personnel là dedans. Je ne fais que défendre mes coups de coeur avec toute ma subjectivité Very Happy

De toutes façons je me demande s'il existe une seule oeuvre, même parmi les plus géniales, qui fasse l'unanimité... Probablement impossible.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Marie NDiaye   Aujourd'hui à 21:10

Revenir en haut Aller en bas
 
Marie NDiaye
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le Havre Marie-Galante GOURNAY GUESNON 17è
» quelque photos d'un paras qui est a bord du louise marie
» anniversaire Marie Christine
» ° FEUGRAY Marie Anne Marguerite
» Thiouville +ROUSSEL Marie Anne epouse ROGER

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: