Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Jean-Christophe Rufin

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
églantine
Zen littéraire
églantine

Messages : 6498
Inscription le : 15/01/2013
Age : 54
Localisation : Peu importe

Jean-Christophe Rufin - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Jean-Christophe Rufin   Jean-Christophe Rufin - Page 4 Icon_minitimeLun 24 Juin 2013 - 9:51

Merci Dom , ton com me soulage de mon scepticisme qui m'aurait peut-être incitée à le lire (je n'ai jamais vraiment apprécié les écrits de Rufin mais le thème de ce dernier livre m'interpellait..... )alors que j'ai une PAL déjà effrayante affraid: Je raye pour porter mon regard vers d'autres horizons !

_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimi54
Zen littéraire
mimi54

Messages : 6043
Inscription le : 02/05/2010

Jean-Christophe Rufin - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Jean-Christophe Rufin   Jean-Christophe Rufin - Page 4 Icon_minitimeLun 24 Juin 2013 - 12:29

églantine a écrit:
Merci Dom , ton com me soulage de mon scepticisme qui m'aurait peut-être incitée à le lire (je n'ai jamais vraiment apprécié les écrits de Rufin mais le thème de ce dernier livre m'interpellait..... )alors que j'ai une PAL déjà effrayante affraid: Je raye pour porter mon regard vers d'autres horizons !
 Désolée de vous contredire, mais j'ai beaucoup apprécié les ouvres non romanesque de Rufin.... Je leur ai trouvé beaucoup de qualités jypeurien
Alors que ses romans sont très bien écrits, mais ne me touchent pas plus que cela
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
GrandGousierGuerin

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

Jean-Christophe Rufin - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Jean-Christophe Rufin   Jean-Christophe Rufin - Page 4 Icon_minitimeLun 29 Juil 2013 - 18:03

Asmara et les causes perdues

Environ 300 pages qui se lisent facilement, d’une seule traite … et qui traitent de manière très résumée de la famine en Ethiopie et de l’aide apportée par les Organisation Non Gouvernementales, notamment  au travers des Européens en charge de cette aide et en confrontation avec une réalité où ils ne sont que de simples pions sur un échiquier dont toutes les pièces sont forcément sombres. Sur ce jeu se trouvent également les populations affamées qui ne sont même pas des personnages, tout juste un élément du paysage, les militaires loyalistes contre les rebelles, et surtout Asmara, ville décrépite fondée par les colonisateurs italiens et condensant toutes les architectures présentes dans la Botte. Dans cette ville coquille vide ne subsistent que des souvenirs qui se referment sur ceux qui n’ont pas su partir à temps. L’arrivée des Européens apporte un vent frais qui peu à peu s’étiole et disparaît dans la chaleur torride des hauts plateaux. Le  seul réconfort envisageable se trouve auprès des jeunes filles fières et mystérieuses. Mais là aussi la chair chasse l’illusion et on ne retient en fin que le triste catalogue des vanités balayées et des causes perdues.
J’ai donc bien aimé ce livre et je songe même à poursuivre la lecture de l’œuvre publiée par Rufin …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Jean-Christophe Rufin - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Jean-Christophe Rufin   Jean-Christophe Rufin - Page 4 Icon_minitimeLun 29 Juil 2013 - 22:39

et bien voilà un commentaire qui pourrait me rabibocher avec Rufin (après la plutôt insipide rencontre de L'Abyssin), d'autant plus qu'ils sont rares les auteurs à nous parler de ces contrées perdues et pourtant si présentes dans notre actualité...

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MartineR
Main aguerrie
MartineR

Messages : 364
Inscription le : 10/09/2010
Localisation : essonne

Jean-Christophe Rufin - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Jean-Christophe Rufin   Jean-Christophe Rufin - Page 4 Icon_minitimeLun 19 Aoû 2013 - 18:45

traversay a écrit:
Jean-Christophe Rufin - Page 4 97820711

Le Grand Cœur
je viens de finir ce livre romancé sur Jacques Coeur, l'écriture est belle mais certaines longueurs, Une découverte pour moi cette période charnière de notre histoire, Jacques Coeur, un ambitieux mais aussi un visionnaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pourtouteslesaig.canalblog.com/
Harelde
Zen littéraire
Harelde

Messages : 6465
Inscription le : 28/04/2010
Age : 44
Localisation : Yvelines

Jean-Christophe Rufin - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Jean-Christophe Rufin   Jean-Christophe Rufin - Page 4 Icon_minitimeMar 20 Aoû 2013 - 10:08

Immortelle randonnée : Compostelle malgré moi


L’auteur de l’Abyssin est dans le train en direction d’Hendaye. Un gros sac à dos et de bonnes chaussures l’accompagnent. Il part se dégourdir les jambes : le chemin de Saint-Jacques sera son chemin de croix. Il a opté pour le chemin du nord, celui qui part du Pays basque et longe les côtes de la Cantabrie (par opposition au chemin « français », plus méridional, beaucoup plus emprunté et qui prolonge l’itinéraire depuis le Puy-en-Velay).

L’écrivain marche, pense, espère, souffre. Pour finalement ne plus rien faire d’autre que marcher. Car, nous dit-il, en cours de route, on de déleste de beaucoup de choses : des bagages superflus et qui pèsent sur les épaules sont en fonction de leur valeur soit jetés, soit réexpédiés en France par voie postale ; de sa routine, de ses peurs, de ses attentes. Peu à peu, l’homme cède la place au pèlerin, la balade vire à la quête. Une quête spirituelle qui dépasse de beaucoup la seule religion catholique et le symbole controversé des restes de Saint-Jacques découverts en Galice (fort loin du Moyen-Orient, il faut le reconnaître).

Ampoules aux pieds, douleurs dans les lombaires, épaules meurtries, chaussettes qui sèchent accrochées au sac, crasse du jour qui souvent s’ajoute à celle de la veille, l’auteur se détend. Il est zen et accède à une profonde paix intérieure.

Anecdotes en tous sens, parfois graves, souvent humoristiques, empreintes d’une touche d’auto dérision agréable, le récit n’en demeure pas moins assez long. Mon intérêt pour l’évolution philosophique de Rufin s’est quelque peu émoussé au gré des coquilles jacquaires. Et l’auteur me confirme ce que j’ai entendu à plusieurs reprises : le parcours français est plus intéressant que le cheminement ibérique qui longe trop souvent des voies rapides, des usines chimiques ou des lotissements vidés de leurs habitants.

_________________
Etre un écrivain, c'est braver l'observation de Darwin voulant que, plus une espèce se spécialise, plus elle risque de disparaître.
[Joyce Carol Oates - J'ai réussi à rester en vie]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.senscritique.com/BibliOrnitho
Flibustière
Agilité postale
Flibustière

Messages : 884
Inscription le : 29/09/2012
Localisation : Paris

Jean-Christophe Rufin - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Jean-Christophe Rufin   Jean-Christophe Rufin - Page 4 Icon_minitimeDim 1 Sep 2013 - 20:40

Asmara et les causes perdues

Comme le sujet de l'humanitaire me passionne et que le parcours de Jean-Christophe Rufin, médecin humanitaire puis ambassadeur de France au Sénégal m'intrigue, voilà qui m'a donné très envie de découvrir ses romans et je n'ai pas été déçue par sa plume "enlevée". Dans ce roman, Rufin nous décrit, plutôt de façon pudique et modérée je trouve, malgré la gravité du sujet, la grave famine que subit la population en Erythrée, et les dérives et manipulations politiques auxquels doit faire face un groupe appartenant à une ONG européenne, censé venir en aide à cette population.
C'est le narrateur, Hilarion, habitant Asmara, ancienne capitale coloniale où se déroule la mission, qui nous décrit -- dans son journal mais le roman n'a pas les travers du journal -- les faits et les gestes, les difficultés que rencontre ce groupe d'humanitaires qui, les uns et les autres, ne sont pas venus pour les mêmes motifs ni pour les mêmes causes, les dysfonctionnements au sein du groupe et surtout ceux qu'ils rencontrent avec les politiques locales. Si leurs buts sont personnels, tous ne sont que des marionnettes. Les populations sont déplacées au gré des autorités totalitaires à des fins stratégiques bien loin de la dimension humanitaire. Quel est alors le sens de la mission ?
Hilarion le narrateur reprend goût à la vie depuis l'arrivée de cet ONG à Asmara, assoupie depuis des lustres.
Je dois dire que j'ai été touchée par ce roman et même fascinée. Tout d'abord par la description de cette ville, plantée là comme un décor de théâtre, sa splendeur fanée, l'architecture toscane de ses villas surannées. La chaleur. Le café ombragé sous les colonnes où se retrouvent les vieux Italiens qui n'ont pas bougé d'Asmara depuis la colonisation. Les petites intrigues amoureuses dans le groupe, rendez-vous au café d'Asmara la nostalgique. Et le pire : le non-sens de la mission humanitaire.
La plume de Rufin coulait de source, et je n'ai pu lâcher ce trop court roman !

_________________
"Il y a encore bien des lunes mortes, ou pâles, ou obscures, au firmament de la raison." (Cl. Lévi-Strauss)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
GrandGousierGuerin

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

Jean-Christophe Rufin - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Jean-Christophe Rufin   Jean-Christophe Rufin - Page 4 Icon_minitimeDim 1 Sep 2013 - 23:06

@Flibustière : Joli commentaire dans lequel je retrouve ma propre lecture : la ville assoupie, les flirts plus ou moins avancés sous le regard amusé d'Hilarion ...
Comptes-tu lire un autre de ses romans ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
Flibustière
Agilité postale
Flibustière

Messages : 884
Inscription le : 29/09/2012
Localisation : Paris

Jean-Christophe Rufin - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Jean-Christophe Rufin   Jean-Christophe Rufin - Page 4 Icon_minitimeLun 2 Sep 2013 - 10:03

GrandGousierGuerin a écrit:
@Flibustière : ... Comptes-tu lire un autre de ses romans ?
J'ai lu également Katiba de Jean-Christophe Rufin que j'ai vraiment apprécié, aussi bien le sujet al-Qaida et comment sont tissés les réseaux terroristes (mais ça reste romanesque), et j'ai lu aussi Un léopard sur le garrot, qui est une sorte de biographie (adaptée au roman), que j'ai beaucoup aimé. J'avais pensé être déçue en pensant qu'il serait trop tourné sur lui-même, mais non, c'est agréable à lire et on ne lâche pas le bouquin ! J'ai lu cet été Le Parfum d'Adam, très sympa à lire, on ne s'ennuie pas une seconde malgré quelques petites longueurs mais le sujet m'a donné envie d'aller voir plus loin sur l'éco-terrorisme ! Dans ma pile de livres, m'attendent deux autres Rufin, Globalia et La Salamandre.

_________________
"Il y a encore bien des lunes mortes, ou pâles, ou obscures, au firmament de la raison." (Cl. Lévi-Strauss)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
GrandGousierGuerin

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

Jean-Christophe Rufin - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Jean-Christophe Rufin   Jean-Christophe Rufin - Page 4 Icon_minitimeMer 4 Sep 2013 - 21:52

Flibustière a écrit:
GrandGousierGuerin a écrit:
@Flibustière : ... Comptes-tu lire un autre de ses romans ?
J'ai lu également Katiba de Jean-Christophe Rufin que j'ai vraiment apprécié, aussi bien le sujet al-Qaida et comment sont tissés les réseaux terroristes (mais ça reste romanesque), et j'ai lu aussi Un léopard sur le garrot, qui est une sorte de biographie (adaptée au roman), que j'ai beaucoup aimé. J'avais pensé être déçue en pensant qu'il serait trop tourné sur lui-même, mais non, c'est agréable à lire et on ne lâche pas le bouquin ! J'ai lu cet été Le Parfum d'Adam, très sympa à lire, on ne s'ennuie pas une seconde malgré quelques petites longueurs mais le sujet m'a donné envie d'aller voir plus loin sur l'éco-terrorisme ! Dans ma pile de livres, m'attendent deux autres Rufin, Globalia et La Salamandre.
Cela devient de la passion dentsblanches 
Pour ma part, j'ai peur de perdre mon souffle en enchaînant les livres du même auteur ...
J'aime à me dire que j'ai goûté et aimé, le garder en mémoire et y revenir si altération ou passage à vide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
Flibustière
Agilité postale
Flibustière

Messages : 884
Inscription le : 29/09/2012
Localisation : Paris

Jean-Christophe Rufin - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Jean-Christophe Rufin   Jean-Christophe Rufin - Page 4 Icon_minitimeMer 4 Sep 2013 - 22:18

Je ne lis pas deux romans à la suite du même auteur, je préfère en découvrir d'autres et au fil de l'eau je me replonge dans un autre roman d'un auteur aimé ! Avant de reprendre du Rufin je vais attendre un peu !

_________________
"Il y a encore bien des lunes mortes, ou pâles, ou obscures, au firmament de la raison." (Cl. Lévi-Strauss)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harelde
Zen littéraire
Harelde

Messages : 6465
Inscription le : 28/04/2010
Age : 44
Localisation : Yvelines

Jean-Christophe Rufin - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Jean-Christophe Rufin   Jean-Christophe Rufin - Page 4 Icon_minitimeJeu 26 Sep 2013 - 10:14

Le Grand Coeur



Au XVe siècle, la France est en guerre avec l’anglais, son ennemi irréductible. Le roi est fou et son entourage en profite. A sa mort, le pays est déchiré. Sa veuve est résolue à offrir la couronne au roi d’outre-Manche – livrer le pays à l’ennemi : madame manque cruellement de pudeur !

Le fils (Charles VII) vivote dans un palais de Bourges et se déplace beaucoup au sein de son royaume réduit comme peau de chagrin : le nord, l’ouest et le sud-ouest sont aux mains des anglais, l’est au duc de Bourgogne et la Provence au duc d’Anjou. Le domaine royal se limitant au centre du pays.

Car la vie de Jacques Cœur que nous conte Jean-Christophe Rufin c’est avant tout l’Histoire de France en cette fin de Moyen-Age et celle du roi Charles VII.

Jacques Cœur, fils d’un petit bourgeois marchand de fourrures à Bourges. Le jeune homme par son mariage avec Macé entre dans le monde de la finance. Il s’allie à un monnayeur véreux qui triche sur la teneur en or des pièces de monnaie qu’il frappe. Petit tour de passe qui l’enrichit rapidement mais qui le conduit tout aussi vite en prison. Libéré, Jacques Cœur s’éloigne de son Berry natal et s’embarque pour l’Orient où il a toujours rêvé de se rendre. C’est à Damas qu’il prend conscience des immenses possibilités commerciales qui s’offrent à lui. Rentré au pays, il créé avec deux amis d’enfance une entreprise d’import-export : il expédie en Orient les meilleurs produits manufacturés occidentaux et en rapporte ce qu’il s’y fait de mieux. Le succès est immédiat.

Charles VII qu’il a rencontré et à qui il a expliqué son projet le nomme grand argentier. Jacques Cœur est désormais responsable des entrepôts du pays : il devient ainsi le premier client de sa petite entreprise. Tous les nobles du pays le consultent pour obtenir les plus beaux atours. Jacques Cœur accordent des prêts, des délais de payement. Innombrables sont ses débiteurs, à commencer par le roi lui-même.

Car Jacques Cœur a eu la chance de trouver en son roi un visionnaire. Un homme moderne qui comprend les nécessités de rompre avec le système féodal : Charles VII ne veut plus partager son pouvoir et aimerait écraser tous les princes et autres seigneurs, tous ces petits états dans l’état qui l’empêche de gouverner efficacement. Le règne de Charles VII, c’est la reconduite des anglais à la frontière sous l’impulsion d’une pucelle impulsive, une jeune fille tout feu tout flamme au destin brûlant, c’est la fin de la guerre de cent ans, la fin de la féodalité et de la chevalerie moyenâgeuse, la professionnalisation et la modernisation de l’armée, la reconquête du territoire français, la réorganisation des finances de l’état, le début des campagnes italiennes auxquelles se consacrera François Ier un demi-siècle plus tard, le développement des arts avec de nombreux talents qu’on fait venir en France, le développement du commerce international, la fin du schisme d’Occident…

Un roman qui nous donne une grande leçon d’Histoire en ce début de la Renaissance qui prendra ses aises au XVIe siècle. Mais aussi une histoire d’amour avec le personnage d’Agnès Sorel, maîtresse du roi, dont Jacques Cœur tomba éperdument amoureux. (Le parallèle avec Marcel Proust est évident lorsque Messire Cœur voit apparaître pour la première fois l’élue de son cœur, jeune, belle, au milieu de ses amies, riant, gesticulant, telle Albertine et les jeunes filles en fleur sur la plage de Balbec.)

Un texte très intéressant grâce auquel le lecteur apprend beaucoup. L’accession au pouvoir de Jacques Cœur m’a passionné. Mais j’avoue que la seconde moitié du livre (le sommet de sa puissance puis sa disgrâce) a été plus longuette. Le temps s’allonge alors, on attend plus rien de la vie (on a déjà absolument tout, l’essentiel comme le superflu). Le héros se fait moins entreprenant et se contente de laisser ses affaires tourner, l’enrichissant toujours plus (Jacques Cœur était l’homme le plus riche de France, plus riche que le roi, plus riche que l’état lui-même). On l’imagine s’empâtant, prenant du ventre. Et le lecteur que je suis s’alangui lui aussi. Un peu d’ennui, un bâillement ici et là. Un livre un peu long au final, correctement écrit, grâce auquel ma vision de cette première moitié du XV s’est éclaircie, mais qui ne restera pas parmi les grandes lectures de l’année.

_________________
Etre un écrivain, c'est braver l'observation de Darwin voulant que, plus une espèce se spécialise, plus elle risque de disparaître.
[Joyce Carol Oates - J'ai réussi à rester en vie]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.senscritique.com/BibliOrnitho
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
GrandGousierGuerin

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

Jean-Christophe Rufin - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Jean-Christophe Rufin   Jean-Christophe Rufin - Page 4 Icon_minitimeJeu 26 Sep 2013 - 11:20

@Harelde : Superbe commentaire bonjour 
Mais je pense faire la fine bouche ... mi figue - mi raisin en quelque sorte dentsblanches 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
Cachemire
Sage de la littérature
Cachemire

Messages : 1998
Inscription le : 11/02/2008
Localisation : Francfort

Jean-Christophe Rufin - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Jean-Christophe Rufin   Jean-Christophe Rufin - Page 4 Icon_minitimeLun 2 Déc 2013 - 20:36

J'ai été plutôt déçue par Immortelle randonnée. Le livre est assez drôle et intéressant au début mais on se lasse vite des errements et questionnements de Rufin, de ses répétitions prosaïques et de ses longueurs. J'attendais plus d'échanges au niveau humain et d'empathie pour les autres et le monde sur ce long chemin mais on y trouve un homme seulement occupé de lui-même...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Jean-Christophe Rufin - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Jean-Christophe Rufin   Jean-Christophe Rufin - Page 4 Icon_minitimeMar 12 Aoû 2014 - 13:07

Jean-Christophe Rufin - Page 4 A68
Asmara et les causes perdues
Citation :
Présentation de l’éditeur
Asmara, ancienne capitale coloniale italienne, dresse encore sur le sol d'Afrique ses palais romains, ses villas toscanes et ses colonnades vénitiennes. C'est dans ce décor baroque et nostalgique, isolé du monde par trente ans de guerre civile, que débarque, en 1985, un groupe d'humanitaires français, venus porter secours aux victimes d'une invisible famine qui fait rage quelque part, loin sur les hauts plateaux arides qui entourent la ville.
Hilarion Grigorian, Arménien d'Erythrée, né avec le siècle, se fait jour après jour, le narrateur cocasse de cette mission humanitaire avec ses querelles internes, ses passions intimes et tous les obstacles nés des manipulations politiques opérées par le gouvernement.
Ce roman est un témoignage direct qui met pour la première fois en scène de l'intérieur cette génération orpheline des idéologies, qui a perdu les causes traditionnelles de l'engagement et qui les cherche du côté de l'action humanitaire.
Mais c'est aussi l'évocation d'une Ethiopie qui depuis des siècles, par la beauté de ses peuples, la force de ses paysages et la puissance de sa spiritualité rend fous d'amour ceux qui s'aventurent jusqu'à elle.

Le livre décrit des événements de l’année 1985 et bien qu’il n’a eu son indépendance qu’en 1993, je vais quand même parler d’Erythrée.

J’ai déjà visité ce pays en compagnie de Jean-Claude Guillebaud et Raymond Depardon qui ont fait une courte escale en Erythrée lors de leur séjour dans la corne de l’Afrique.

Jean-Christophe Rufin - Page 4 Aa110
Raymond Depardon, Asmara

Le roman de Jean-Christophe Rufin ajoute naturellement d’autres aspects à cette première visite.
Il se concentre surtout sur les terribles famines qu’on a pu témoigner lors des années 80 dans cette région.

Mais pour tout lecteur qui a peur de se retrouver dans un livre plutôt documentaire-politique : faut pas hésiter de franchir le pas. Bien que cela parle naturellement des enjeux politique qu’il y a eu lors de ces années, il s’agit aussi d’un très bon roman qui fait vraiment vivre à côté de ces personnages dans cette ancienne colonie italienne.

Il y a déjà d’autres commentaires sur ce fil qui parlent très bien de ce livre. Je vous les laisse découvrir.

J’ai beaucoup aimé cette lecture, premier livre de cet auteur pour moi, mais pas le dernier.

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Jean-Christophe Rufin - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Jean-Christophe Rufin   Jean-Christophe Rufin - Page 4 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Jean-Christophe Rufin
Revenir en haut 
Page 4 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» 2.500 postes de sous-officiers et 7 000 postes de gendarmes adjoints
» recherche des infos sur un certain Jean Ceux
» Jean RASPAIL
» Jean Ferrat
» Denis et Pierre-Jean Cherer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: