Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Tanguy Viel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
shanidar
Abeille bibliophile


Messages : 10912
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Tanguy Viel   Mer 13 Mar 2013 - 17:59

kenavo a écrit:

La disparition de Jim Sullivan

Citation :
4e de couverture
Du jour où j'ai décidé d'écrire un roman américain, il fut très vite clair que beaucoup de choses se passeraient à Detroit, Michigan, au volant d'une vieille Dodge, sur les rives des grands lacs. Il fut clair aussi que le personnage principal s'appellerait Dwayne Koster, qu'il enseignerait à l'université, qu'il aurait cinquante ans, qu'il serait divorcé et que Susan, son ex-femme, aurait pour amant un type qu'il détestait.

Délicieux est le premier mot qui me vient à l’esprit si je ne devrais qu’en dire un concernant cette lecture.

C’est marrant, bien écrit, se lit tout seul et fait plaisir d’un bout à l’autre !

Si on connaît l’auteur, c’est réjouissant de le retrouver et je pense que ses adeptes vont le suivre avec beaucoup de plaisir dans cette aventure. En ce qui concerne ceux qui n’ont pas encore fait de lectures de lui, je dirais que ce livre se prête très bien à le découvrir.

Quelle bonne nouvelle, kena ! merci pour ce commentaire alléchant !

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madame B.
Zen littéraire


Messages : 5358
Inscription le : 17/07/2008
Age : 43

MessageSujet: Re: Tanguy Viel   Mer 13 Mar 2013 - 18:20

Les premières pages font envie. Il faut voir la suite. En tout cas je note ce titre (et ma PAL augmente).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://labougeotte-impressionsdevoyages.blogspot.com/
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63648
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Tanguy Viel   Mer 13 Mar 2013 - 18:22

shanidar a écrit:
Quelle bonne nouvelle, kena ! merci pour ce commentaire alléchant !
tu vas retrouver ce qui t'avait plu dans ta lecture de Insoupçonnable et L'absolue perfection du crime

Madame B. a écrit:
Les premières pages font envie. Il faut voir la suite. En tout cas je note ce titre (et ma PAL augmente).
en effet, cela se tient jusqu'à la fin..

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
traversay
Flâneur mélancolique


Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 58
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: Tanguy Viel   Ven 22 Mar 2013 - 15:38

kenavo a écrit:

La disparition de Jim Sullivan

Citation :
4e de couverture
Du jour où j'ai décidé d'écrire un roman américain, il fut très vite clair que beaucoup de choses se passeraient à Detroit, Michigan, au volant d'une vieille Dodge, sur les rives des grands lacs. Il fut clair aussi que le personnage principal s'appellerait Dwayne Koster, qu'il enseignerait à l'université, qu'il aurait cinquante ans, qu'il serait divorcé et que Susan, son ex-femme, aurait pour amant un type qu'il détestait.

Délicieux est le premier mot qui me vient à l’esprit si je ne devrais qu’en dire un concernant cette lecture.

C’est marrant, bien écrit, se lit tout seul et fait plaisir d’un bout à l’autre !

Le roman américain à la française. Réussite totale pour Tanguy Viel. On ressent qu’il a, tout comme son narrateur, fait beaucoup de lectures de romans américains. Il s’en moque avec respect en même temps qu’il essaie d’en construire un lui-même. Sans oublier de mettre bien sa marque sur ce livre. On ressent aussi le cinéphile en lui, quelques scènes semblent sortir d’un film noir – certainement aussi américain.

Si on connaît l’auteur, c’est réjouissant de le retrouver et je pense que ses adeptes vont le suivre avec beaucoup de plaisir dans cette aventure. En ce qui concerne ceux qui n’ont pas encore fait de lectures de lui, je dirais que ce livre se prête très bien à le découvrir.

C'est vrai que cela ressemble à une tarte à la crème mais quand même, il y a comme un air de famille entre certains auteurs des Editions de Minuit (Echenoz, Oster, Viel ...), fait de minimalisme, d'humour subtil, de mélancolie sourde, de concision ironique. Tanguy Viel, par exemple, se permet une jolie mise en abyme dans La disparition de Jim Sullivan, nous conviant à la fabrication d'un éventuel roman, un making of, en profitant pour s'interroger avec la malice qu'on lui connait sur les ingrédients à ne pas oublier pour composer un ouvrage typiquement américain, chose peu aisée pour qui se revendique auteur on ne peut plus français. Cette gageure, Viel la tient sans forcer son talent sur 150 pages, prenant le lecteur à témoin, tout en déroulant son intrigue, certes classique et modérément passionnante, avec une nonchalance élégante. C'est évidemment drôle, cultivé et un brin flottant comme des épis de blé dans les grandes plaines américaines. Il y a une atmosphère à la Key Largo dans ce faux vrai roman, une réflexion sur l'art de la fiction et la cuisine que chaque écrivain mitonne dans un coin de sa tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
Aeriale
Léoparde domestiquée


Messages : 18132
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Tanguy Viel   Lun 6 Mai 2013 - 17:53

-La disparition de Jim Sullivan-

kenavo a écrit:
Délicieux est le premier mot qui me vient à l’esprit si je ne devrais qu’en dire un concernant cette lecture.
Toutafé dirait Queenie. J'en redemande!

Un roman bien dans le style des Editions de Minuit fait d'ironie, d'une certaine distance et d'une extrême concision chère à tous ces auteurs à qui il fait penser (Traversay les a cités, je rajouterai le petit dernier Yves Ravey, découvert grâce au livre Inter, dont je vais vous parler...)

Comment construire un roman policier américain? Viel nous prend à témoin, profitant d'un effet de miroir dans cette fameuse disparition de Jim Suillivan qui n'est qu'un prétexte pour enclencher l'intrigue dont il tient les ficelles. Un peu à la façon d'un script ou d'une voix off, comme il est dit plus haut, il mêle ses réflexions pleines d'humour, aux principes de base tendant à assurer le succés de ces récits façon road movie. Les clins d'oeil sont légions et les références à ses auteurs fétiches abondent. Rien à dire Tanguy Viel, vrai fondu de cinéma, nous tient comme il veut. C'est classe, enlevé et malicieux. Un petit régal ce livre sourire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madame B.
Zen littéraire


Messages : 5358
Inscription le : 17/07/2008
Age : 43

MessageSujet: Re: Tanguy Viel   Jeu 9 Mai 2013 - 16:19

La Disparition de Jim Sullivan


Tanguy Viel se livre à un exercice de style plutôt réussi. Son ouvrage est une sorte de manuel pour rédiger un roman américain qui mêle fiction et commentaire sur la fiction. Une sorte de petite voix off nous explique la construction du livre en train de se faire. Sur la base d’une histoire somme toute banale (un prof d’université qui traverse une crise existentielle), l’auteur s’amuse à reprendre les codes du roman d’Outre-Atlantique : un anti héros qui laisse tout tomber du jour au lendemain pour prendre la route au volant d’une vieille voiture (« il décidait de rouler, de rouler droit vers l’ouest ou le sud »), des événements historiques et politiques (la guerre en Irak), une disparition mystérieuse comme celle du chanteur Jim Sullivan (enlevé par des extraterrestres, des barbecues entre voisins, des adultères, une lolita (« notre histoire ressemble à un roman, on dirait du Jim Harrison »), les problèmes d’alcools…. Tous ces stéréotypes dressent une mythologie ( à l’instar de Barthes) de l’Amérique véhiculée par le cinéma, les séries, la musique et la littérature.

Tanguy Viel nous fait part à la fois de sa fascination mais aussi de son agacement envers l’hégémonie américaine qui parasite et phagocyte un peu notre imaginaire. Pour ce faire, il piège nos habitudes, nos attentes nous forçant à nous interroger sur l’acte de lire et d’écrire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://labougeotte-impressionsdevoyages.blogspot.com/
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63648
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Tanguy Viel   Jeu 9 Mai 2013 - 19:57

Traversay, Aériale, Maddy... cela fait bon de voir qu'on a eu tous autant de plaisir avec ce livre Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maline
Zen littéraire


Messages : 5238
Inscription le : 01/10/2009
Localisation : Entre la Spree et la Romandie

MessageSujet: Paris-Brest   Dim 11 Mai 2014 - 19:00

Grâce à la chaîne de livres de janvier (oui, d’accord j’ai un retard horrible) et la bonne idée d’Exini j’ai pu lire Paris-Brest de Tanguy Veil.

Jusqu’à présent Paris-Brest rimait pour moi avec une pâtisserie à la crème au praliné écœurante, à une course cycliste qui a disparu du calendrier et, justement, à un trajet interminable et préhistorique (i.e. avant le TGV) en train, et de nuit, entre les deux villes. A première vue le roman de Tanguy Veil n’a rien en commun avec cette pâtisserie ronde, difficile à manger car la crème dégouline de partout, ni avec une course cycliste qui mourrait par manque d’intérêt. Son histoire n’est ni opulente ni dépourvu de surprises. Sa structure est même assez compliquée, une sorte de roman dans le roman, c’est-à-dire le roman familial du narrateur qui doit quitter sa Bretagne et partir pour Paris pour trouver le recul nécessaire pour l’écrire.

Sa famille n’est pas une famille ordinaire : la grand-mère est devenue millionnaire sur ses vieux jours et profite de la vie au milieu du gotha brestois. Les parents ont temporairement émigré en Languedoc pour laisser tomber dans l’oubli un scandale financier qui impliquait le père. Le narrateur, un jeune homme sensible, pas tellement sûr de soi, habite l’étage en-dessous de sa grand-mère. Prière de garder un œil sur la grand-mère et sa fortune. Mais voilà qu’un faux ami d’enfance du narrateur refait surface et continue d’exercer son influence malsaine. La catastrophe semble inévitable mais ne s’annonce pas pour tut de suite.

Tanguy Veil saute dans le temps et place son narrateur dans le train de Paris à Brest pour passer Noël en Bretagne, accompagné de son manuscrit qu’il vient tout juste de terminer. Alors, pour combler le temps entre le manuscrit et l’intrigue du début, le narrateur finit par raconter un amalgame d’escroquerie, de captation d’héritage, de jeux de force familiaux, d’implications coupables et de projets de vie détruits.

Etape par étape, oubli et méthode Coué vont anéantir les restes d’une pseudo-vie bourgeoise et amènent la rupture ouverte entre les membres de la famille. Pourtant, les raisons profondes du désastre restent inexpliquées. Bien sûr, la mère trop ambitieuse et souffrante de tétanie, est la source de pas mal de conflits intrafamiliaux, mais la grand-mère plutôt sympathique et le père étrangement passif apportent aussi leur obole au sac de nœuds familial.

L’auteur – et cette fois-ci je veux parler de Tanguy Veil – change adroitement entre les différents niveaux de son histoire, et adapte son style entre l’humour, l’ironie amère et la gravité d’une situation. Il revisite l’intrigue d’un roman policier, déclare son amour à la ville de Brest et ridiculise le soi-disant beau monde.

Finalement le roman Paris-Brest de Tanguy Veil est une honnête œuvre artisanale, ronde comme la pâtisserie, bien plus anodine vue de l’extérieur qu’à la consommation, pardon, je veux dire à la lecture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tanguy Viel   Aujourd'hui à 2:56

Revenir en haut Aller en bas
 
Tanguy Viel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Le syndrome Tanguy
» Tanguy et Laverdure, Le mal n'a pas d'ombre
» Le Havre - Rue Just-Viel
» Le plus vieil opéra du monde à Granville
» Rouen. Insolite et secret.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: