Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Eileen Chang [Chine]

Aller en bas 
AuteurMessage
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Eileen Chang [Chine]   Sam 17 Oct 2009 - 20:06



Eileen Chang, de son nom chinois Zhang Ailing est née en 1920 à Shanghai, où hormis quelques années passées à Tianqin, elle a grandi. Admise en 1938 à l'université de Londres, elle intégra l'université de Hongkong en raison de la guerre. De retour à Shanghai trois années plus tard, elle commence une brillante carrière littéraire ; publication d'articles et de nouvelles. Mariée en 1944, elle se sépare en 1947 de son mari, part pour Hongkong en 1952, puis pour New-York en 1955, sans jamais cesser d'écrire et de traduire. En 1956 elle épouse l'écrivain Ferdinand Reyer, de trente ans son aîné qui meurt un an plus tard. Elle se consacre alors exclusivement à l'écriture et ses œuvres sont publiées à Hongkong, Taiwan et aux Etats-Unis. Sur le continent, ses romans ne sont publiés qu'en 1984. Eileen Chang a été retrouvée morte en septembre 1995 dans son appartement à Los Angeles où elle vivait seule.

source

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque


Dernière édition par kenavo le Ven 6 Juin 2014 - 9:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Eileen Chang [Chine]   Sam 17 Oct 2009 - 20:09


Lust Caution
Amour, Luxure, Trahison

Citation :
Présentation de l'éditeur
Shanghai au tournant des années 1930, ville cosmopolite et société tiraillée entre archaïsme et modernité. C'est dans ce décor insolite et raffiné, en forme de trompe-l'œil qu'évoluent, avec grâce et une suprême élégance, les héroïnes des quatre nouvelles réunies dans ce recueil. Eileen Chang évoque ainsi plusieurs destins de jeunes filles qui découvrent, chacune à sa manière, le frisson annonciateur des premiers émois, les élans du cœur, l'ivresse de la passion. Mais qui toutes finissent, au terme de leur éducation sentimentale, par se brûler les ailes à la flamme d'un amour impossible.

Quand j’ai vu que le poche de ce livre était sorti, j’ai fait une relecture de ces 4 nouvelles qui sont rassemblées dans ce livre.




Et je laisse la parole à Emmanuelle Péchenart qui écrit dans son avant-propos:

Les quatre nouvelles de ce recueil ont pour héroïnes des jeunes filles de la Shanghai des concessions. Toute, à des degrés divers, partagées entre désir et interdits.
Il y a comme une gradation de l’une à l’autre : Ts’yi-yan, la jeune personne effacée de « Bouclage », n’oppose qu’une muette rébellion, un rêve à peine né et sitôt oublié, à l’ordre social qui l’étouffe. Dans « La faïencerie », les filles M. Yao, chacune à sa façon, revendiquent haut et fort leur droit à choisir un mari selon leurs sentiments, ce qui plonge leur père, pourtant porté à l’indulgence – il ne reproche même pas à sa femme de n’accoucher que des filles ! -, dans le plus grand désarroi. La jeune Hsiao-han du « Méridien du cœur » brise un tabou autrement fort, puisque la violence feutrée qui l’anime et son amour sacrilège savent toujours nous heurter.
L’héroïne de « Amour, luxure, trahison » joue sur un terrain plus périlleux encore. L’histoire avec un grand H entre dans ces histoires de jeunes filles amoureuses. Et avec elle, la guerre et la mort.



Quand j’avais vu que Ang Lee avait fait un film de cette dernière nouvelle, j’avais lu ce livre.. et en fait je n’ai jamais vu le film  Wink  (mais je viens de le noter chez mes prochains achats DVD)

J’aime bien l’écriture d’Eileen Chang, on plonge facilement dans ses histoires – à part pour « Amour, Luxure, Trahison » : j’espère qu’on a gardé l’avant-propos qui se trouve dans le grand format – sans celui-là cette histoire est à mon avis quelque peu incompréhensible..
Mais bon.. c’était mon intension de lire d’autres livres d’elle, ce que je n’ai pas fait. Peut être en créant un fil, je vais me le rappeler  Cool

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée
avatar

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Eileen Chang [Chine]   Ven 22 Jan 2016 - 16:47

-Deux brûle parfums



Citation :
.Retrouvez chez vous, s'il vous plaît, un vieux brûle-parfum de famille tout constellé de vert-de-gris, allumez-y des copeaux d'aloès et écoutez-moi vous raconter une histoire du Hongkong d'avant-guerre : lorsque les copeaux auront fini de brûler, mon histoire, elle aussi, sera terminée.


Ces deux courts récits se passent à Hong Kong, autour des années 40, dans une Chine entre deux mondes, aux traditions bousculées par les influences occidentales. Le temps d'un brûle parfum, ces vies captées au hasard vont nous être narrées, ne laissant que leurs cendres, tel que le résume la première phrase...

Le premièr est l'histoire d'une jeune fille de Shanghaï, Wei Lung, d'origine modeste, venu quémander auprès de sa tante, riche veuve à la réputation sulfureuse, une aide afin de finir ses études. Cette coquette sur le retour, au début réticente, voit finalement tout le bien que pourrait lui apporter l'attrait de cette nièce fraichement débarquée auprès des jeunes garçons qu'elle persiste à vouloir charmer. Elle lui enseignera comment dompter ses sentiments pour mieux s'en servir. Prise au piège de la manipulation, Wei Lung y perdra son innocence et ses rêves d'émancipation dans un final un peu cruel.
Le deuxième met en scène un honorable professeur d'université anglais, Roger Empton, sur le point d'épouser la belle et naïve Susie. Celle ci, élevée par une mère très stricte, ne connait en fait rien aux plaisirs de la chair, et terriblement troublée lors de leur nuit de noce, va provoquer involontairement un scandale dont son époux ne pourra se relever.

Deux aspects distincts de cette société coloniale donc, coincée entre hypocrisie et puritanisme, qui accepte sans s'offusquer les compromissions sous une apparence de bonne éducation et masque ses manques sous couvert d'une moralité dépassée. La plume acérée et la finesse d'observation de Eileen Chang nous révèle délicieusement les travers de cette société lointaine, et j'ai pris du plaisir à ce voyage, bien que trop court. Je la relirai, c'est sûr. Je crois que ses romans vont être peu à peu tous traduits et réédités, belle revanche pour cette femme avant-gardiste qui fut mis au ban de son pays durant des années!

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Eileen Chang [Chine]   Sam 23 Jan 2016 - 9:29

Merci pour ce commentaire, Aeriale, le roman de ma PAL va remonter un peu plus haut.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Eileen Chang [Chine]   Dim 17 Juil 2016 - 12:45

Miłość jak pole bitwy / Eileen Chang


Il s'agit d'un volume composite, comprenant 5 nouvelles, un scénario de film, et un récit écrit d'après le scénario d'un film perdu. Le seul texte que j'ai réussi à identifier avec un texte français, est la première nouvelle, traduite par Amour, luxure et trahison, qui a donné lieu à une adaptation cinématographique réalisée par Ang Lee.

Même si les scénarii sont plus anecdotiques, les nouvelles quand à elles sont excellente. Eileen Chang est une vraie nouvelliste, elle sait poser une atmosphère et des personnages rapidement, et maintient l'attention jusqu'à la chute. Un art à part, qu'elle maîtrise parfaitement. Les histoires qu'elle racontent parlent surtout de femmes, il y est question d'amour, de solitude, de difficulté à trouver sa place, surtout dans une société écrasée par des traditions, malgré des aspirations à une modernité. Et aussi l'histoire s'invite plus ou moins en filigrane, en trouble fête, qui casse des destins, emporte des société. Cela ressemble un peu à des films en technicolor, avec un décor exotique (enfin pour nous) des histoires parfois compliquées, mais aussi il y a une grande finesse, une analyse des personnages au plus près, une description du quotidien.

Un auteur que je vais continuer à explorer, même si peu de ses livres semblent avoir été traduits en français.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Eileen Chang [Chine]   Lun 18 Juil 2016 - 6:40

cela fait plaisir de voir remonter ce fil
Arabella a écrit:
même si peu de ses livres semblent avoir été traduits en français.
oui, en effet, heureusement il y a plus en anglais d'elle... Wink

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Eileen Chang [Chine]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Eileen Chang [Chine]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les JO en Chine
» Paniers vapeur aux crevettes ( Chine)
» Finir son assiette en Chine
» La Chine
» Chine et économie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature asiatique (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: