Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Pascal Bruckner

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Orientale
Agilité postale


Messages : 903
Inscription le : 13/09/2009
Age : 63
Localisation : Syldavie

MessageSujet: Pascal Bruckner   Dim 25 Oct 2009 - 17:04



Essayiste et romancier francais qui, outre ses activités d'écrivain, Pascal Bruckner est éditeur chez Grasset et chroniqueur au Nouvel Observateur.

Pascal Bruckner se fait connaitre d’abord, au milieu des années 1970, aux côtés des « nouveaux philosophes » - Bernard Henri-Levy, André Glucksmann, Mauriec Clavel, et leurs critiques Jean-Francois Lyotard, Gilles Deleuze.

Tres engage politiquement:
Il est par ailleurs signataire de l'appel de soutien à l'Initiative de Genève1, plan de paix prévoyant la création d'un État palestinien aux côtés d'Israël.

De 1992 à 1999, il milite contre l'agression serbe en ex-Yougoslavie, en Croatie d'abord, puis en Bosnie et au Kosovo. En 1999, il défend l'intervention militaire de l'OTAN contre les forces serbes. En mars 2003, favorable à la destitution de Saddam Hussein, il appuie l'intervention militaire en Irak dans un article paru dans Le Monde, cosigné avec un groupe d'intellectuels, notamment Romain Goupil et André Glucksmann, qui participeront, trois ans plus tard, à la création de la revue d'orientation pro-occidentale Le Meilleur des Mondes.

Citation :
Intellectuel dégagé, c'est-à-dire non militant, Pascal Bruckner est, à 53 ans, l'une des figures les plus attachantes de l'intelligentsia parisienne. Romancier et philosophe, un peu dandy, il est sans cesse sollicité pour donner son avis sur l'actualité et jouer les oracles. Mais il écrit aussi des livres qui sont tous des best-sellers. Dans Misère de la prospérité, son dernier essai, il s'attaque à cette prétention qu'a l'économie de vouloir régir le monde entier. Revigorant





La thématique de ce roman adapte pour le cinema par Roman Polanski, est intéressante et est traitée de facon courageuse car l'auteur a tenté l'aventure dangereuse de désacraliser ce qu'il y a de plus précieux entre deux êtres, leur amour.
Double histoire et d'une déchéance amoureuse et d'un huis clos à l'intérieur d'un navire, Lunes de fiel est avant tout un roman de la cruauté. Des êtres en proie au désemploi de soi y cèdent à la fascination du bonheur dans la haine. Lunes de fiel, on l'aura compris, c'est l'autre face de notre rêve contemporain d'euphorie amoureuse obligatoire, c'est la mise en scène des impasses de la vie privée dès lors qu'elle se replie sur elle-même et succombe sous le poids de sa propre frivolité.
Deux couples a la fin de 1979 sur un paquebot - le récit que l'un d'entre eux, Franz, fait à un autre voyageur, Didier, la decouverte de ses amours avec Rebecca, également présente. C'est le fil conducteur de leurs entretiens et interrogations.
Récit dont l'enjeu caché ne manquera pas d'infléchir à son tour les relations de Didier et de sa compagne, avec laquelle il part en Inde pour s'évader d'une existence d'enseignant trop bien réglée.
Citation :
En l’état, Lunes de fiel ressemble davantage à une gaudriole faisant fi de l’impudique qu’à un manifeste transgressif sur l’irrévocable faillite sentimentale.


Editeur Grasset Prix Renaudot 1997

J'ai beaucoup aime ce conte fantastique et roman policier a la fois!

Paris, week-end du 15 août, au service psychiatrique de l'Hôtel-Dieu. Un homme au visage dissimulé par un masque est admis aux urgences. Mathilde, une jolie infirmiere de vingt-cinq ans, va entendre un étrange récit'

Citation :
Un soir d'hiver, Benjamin et sa fiancée Hélène, pris dans une tempête de neige, ont trouvé refuge dans le chalet où Steiner, avocat aux allures de vieux beau, vit avec sa femme Francesca et un domestique, petit homme repoussant. Ils sont accueillis à merveille, mais peu à peu, un poison se mêle au charme. Fasciné et épouvanté à la fois, Benjamin va découvrir quelle punition ces êtres disqualifiés par l'âge réservent à ceux dont la beauté est une insulte. Hélène devra-t-elle à son tour servir de victime expiatoire ? Quant à Benjamin, l'écrivain mûr qui trouvait auprès d'elle une seconde jeunesse, il lui restera à se demander si ce couple monstrueux ne lui tend pas un miroir

Combien cela me ressemble a "Mercure" d'Amelie Nothomb! Il n'y a pas que moi qui le dit. Mais Bruckner parvient à tromper les pistes et à nous faire imaginer toutes les fins possibles! La première moitié du roman est extrêmement riche et captivante, Bruckner nous fait nous mettre a la place de l'ecrivain! Il nous questionne (sans que nous nous en rendons compte) sur le fait de PARAITRE, DES APPARENCES, dans la societe actuel, devenue une obsession.

C'est un des romans que j'aime beaucoup. On dit que c'estune sorte de suite de "La melancolie democratique" (je n'ai pas encore lu).


Dernière édition par Orientale le Dim 25 Oct 2009 - 20:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive


Messages : 19325
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Pascal Bruckner   Dim 25 Oct 2009 - 21:07

Merci pour le fil.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
traversay
Flâneur mélancolique


Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 58
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: Pascal Bruckner   Dim 25 Oct 2009 - 22:36

Bravo pour ce fil.


Le point de départ du roman de Pascal Bruckner, "Mon petit mari", est amusant : un homme rapetisse progressivement à chaque naissance d'enfant. La lecture à plusieurs niveaux de cette fable est évidente : c'est la part de l'homme dans le couple qui est ainsi décrite. Au premier degré, l'histoire fonctionne bien mais n'évite pas les répétitions. Une fois la situation posée, l'auteur a du mal à lui trouver des rebondissements et encore davantage à conclure. Un petit Bruckner, agréable, qui se lit très vite, comme un apéritif, avant de passer à des choses sérieuses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
colimasson
Abeille bibliophile


Messages : 16259
Inscription le : 28/06/2010
Age : 25
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Pascal Bruckner   Mar 5 Avr 2011 - 21:19

Allez, je vous rejoins sur ce fil après avoir lu mon premier livre de Bruckner...
Je ne connais pas tellement cet auteur. Les lecteurs les plus assidus trouveront peut-être mon commentaire injuste, à voir...

Il s'agit de :

L’Euphorie perpétuelle (2002) de Pascal Bruckner


Pour décrire le contenu de ce livre, rien de mieux que laisser l’auteur en parler lui-même :

Citation :
Un nouveau stupéfiant collectif envahit les sociétés occidentales : le culte du bonheur. Soyez heureux ! Terrible commandement auquel il est d'autant plus difficile de se soustraire qu'il prétend faire notre bien. Comment savoir si l'on est heureux ? Et que répondre à ceux qui avouent piteusement : je n'y arrive pas ? Faut-il les renvoyer à ces thérapies du bien-être, tels le bouddhisme, le consumérisme et autres techniques de la félicité ? Qu'en est-il de notre rapport à la douleur dans un monde où le sexe et la santé sont devenus nos despotes ?

J'appelle devoir de bonheur cette idéologie qui pousse à tout évaluer sous l'angle du plaisir et du désagrément, cette assignation à l'euphorie qui rejette dans l'opprobre ou le malaise ceux qui n'y souscrivent pas. Perversion de la plus belle idée qui soit : la possibilité accordée à chacun de maîtriser son destin et d'améliorer son existence.

C'est alors le malheur et la souffrance qui sont mis hors la loi, au risque, à force d'être passés sous silence, de resurgir où on ne les attendait pas. Notre époque raconte une étrange fable : celle d'une société vouée à l'hédonisme, à laquelle tout devient irritation et supplice.

Comment la croyance subversive des Lumières, qui offrent aux hommes ce droit au bonheur jusqu'alors réservé au paradis des chrétiens, a-t-elle pu se transformer en dogme ? Telle est l'aventure que nous retraçons ici.

J’ai fondu sur ce livre pour l’attrait du sujet. Qui n’a jamais ressenti au quotidien cette obligation de paraître sous son meilleur jour et d’afficher la mine glorieuse de ceux à qui tout réussit ?
Avec ce livre de Pascal Bruckner, on se dit : « Enfin, un gars qui pense comme moi ! » (et quand même, ce n’est pas n’importe quel gars, quoiqu’on puisse en dire…). Tenir ce livre entre ses mains est déjà déculpabilisant en soi ! dentsblanches

Le problème que j’ai rencontré, après un développement intéressant expliquant comment nous sommes passés d’une morale du repentir au Moyen Âge à une obligation de jouir aux 20e et 21e siècles, trouve résonnance avec le sujet traité par le livre : finalement, je n’ai pas été émerveillée plus que de raison par les propos de Pascal Bruckner. Victime d’une époque rongée par la grisaille, comme le dit si bien l’auteur?
Je m’attendais à un texte virulent ou qui m’ouvre tout du moins l’esprit à de nouvelles idées ; j’ai trouvé un texte monotone, surtout inspiré des réflexions des autres (une phrase sur trois sont des citations d’autres auteurs) et qui n’a pas honte d’énoncer des banalités ou des clichés.
Finalement, ce livre illustre bien le propos qu’il contient : arrêtons de rechercher le bonheur, la nouveauté ou l’originalité à tout prix ; continuons à lire des livres qui nous laissent de marbre et qui n’enrichissent pas, ou si peu.

Mais je suis méchante. J’ai parlé des nombreuses références que Pascal Bruckner faisait à des auteurs meilleurs que lui, et ce sont ces références qui sauvent le livre. Merci à L’Euphorie Perpétuelle qui m’a permis de découvrir Mars de Fritz Zorn, un livre contenant une critique bien plus virulente et novatrice que celle de Bruckner.

Allez, parmi tous les clichés contenus dans ce livre, je vous offre la perle… Le sujet ? Le téléphone portable… Accrochez-vous, c’est profond !

« Et quel meilleur exemple de cette urgence que le portable : dès la première sonnerie il convie chacun à se ruer sur son sac, ses poches pour attraper le petit animal clignotant et bourdonnant. C’est d’ailleurs tout le développement technologique qui met en demeure ceux qui n’y adhèrent pas d’être écartés du groupe. Il faut souscrire ou périr, surtout chez les adolescents. »

Ah, euphorie de la lecture, quand tu t’échappes…

Dommage, le sujet m’intéressait bien pourtant.

« Avouons l’existence du mal sans ajouter encore aux laideurs de la vie l’absurde complaisance de les nier. »
Voltaire

(C’est vrai que c’est facile les citations des autres finalement… innocent )


_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
animal
Tête de Peluche


Messages : 32334
Inscription le : 12/05/2007
Age : 35
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Pascal Bruckner   Mar 5 Avr 2011 - 21:53

suggestion furtive : clic

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile


Messages : 16259
Inscription le : 28/06/2010
Age : 25
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Pascal Bruckner   Mar 5 Avr 2011 - 21:56

animal a écrit:
suggestion furtive : clic

Remerciements furtifs Wink

Le titre laisse déjà présager du meilleur...

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Orientale
Agilité postale


Messages : 903
Inscription le : 13/09/2009
Age : 63
Localisation : Syldavie

MessageSujet: Re: Pascal Bruckner   Mer 6 Avr 2011 - 8:55

Je n'ai pas lu les essais de Bruckner, mais j'ai dans ma bibliotheque "Le Paradoxe amoureux" Grasset, 2009 et je vais le mettre dans ma PAL, je vois que c'est un bon essayiste aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile


Messages : 16259
Inscription le : 28/06/2010
Age : 25
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Pascal Bruckner   Mer 6 Avr 2011 - 21:54

Orientale a écrit:
Je n'ai pas lu les essais de Bruckner, mais j'ai dans ma bibliotheque "Le Paradoxe amoureux" Grasset, 2009 et je vais le mettre dans ma PAL, je vois que c'est un bon essayiste aussi.

Encore un titre qui aurait pu m'intéresser, mais après avoir été déçue une fois, je ne suis pas prête de reprendre le risque tout de suite... jemetate Laughing

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
traversay
Flâneur mélancolique


Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 58
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: Pascal Bruckner   Mar 29 Jan 2013 - 14:03



La maison des anges
Citation :
Antonin Dampierre, la trentaine soignée, est un garçon normal. Ou presque. Il travaille dans une agence immobilière de luxe jusqu'au jour où, ratant une vente à cause de deux ivrognes, il rosse l'un deux à mort. Illumination ! Notre purificateur commence alors sa quête hallucinée dans le Paris des naufragés où il croise la route d'Isolde. Cette héroïne de l'humanitaire parviendra-t-elle à le sauver de lui-même ?

Sus aux misérables, aux gueux, aux clochards, aux SDF, qui défigurent Paris ! Dans sa dernière fable moderne, La maison des anges, Pascal Bruckner n'y va pas avec le dos de la spatule. Et peu importe si la descente aux enfers de son personnage principal, bien décidé à exterminer la "vermine" de la Capitale, ait un taux de crédibilité très bas. Ce n'est qu'un prétexte pour un romancier très remonté qui a écrit un thriller social suffisamment bien agencé pour que l'on passe au-dessus des ficelles du récit, un tantinet voyantes. Bruckner a des comptes à régler, il déverse sa bile sur la bonne conscience de certain hérauts de l'humanitaire et des défenseurs de la veuve et de l'orphelin quand ces derniers campent sur le bitume. Il use d'un ton de pamphlétaire, excessif au possible, dans une verve quasi célinienne, toutes proportions gardées, car l'auteur est trop poli pour s'abandonner à une verve sans limites. Politiquement incorrect et provocateur, La maison des anges voit son cynisme tempéré par une bonne dose d'humanité qui semble plus ou moins forcée. Si l'on en oublie l'aspect volontairement ambigu du message, le livre peut s'apprécier pour son écriture précise et chirurgicale. Il faut un certain talent pour mener à son terme une intrigue aussi improbable que celle de La maison des anges.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
topocl
Abeille bibliophile


Messages : 11710
Inscription le : 12/02/2011
Age : 56
Localisation : Loire

MessageSujet: Re: Pascal Bruckner   Sam 30 Aoû 2014 - 8:52

Un bon fils



Citation :
Les pères brutaux ont un avantage : ils ne vous engourdissent pas avec leur douceur, leur mièvrerie, ne cherchent pas à jouer les grands frères ou les copains. Ils vous réveillent comme une décharge électrique, font de vous un éternel combattant ou un éternel opprimé. Le mien m'a communiqué sa rage. De cela je lui suis reconnaissant.

Pascal Bruckner a eu une enfance tout ce qu'il y a de plus petite-bourgeoise, avec ce que  cela implique de banalités, de prières du soir, de petites cruautés envers les animaux, d'attouchements avec les cousines… À ceci près que son père, antisémite virulent fasciné par Hitler, était violent et pervers avec ce que cela implique de cris, d'humiliation et de coups…
Ce qui l'a sauvé,  sans doute, c'est  la pension, puis le lycée Henri IV à Paris, son amitié/fusion avec Alain Finkielkraut, ses maîtres penseurs, pères de substitution à leur manière : Sartre, Barthes, Jankélevitch, sa révolte et son engagement dans la vie et la pensée.
Ces 2 premières parties sont barbantes, avec une impression de déjà lu, une absence de recul par rapport aux situations qui met le lecteur mal à l'aise dans une espèce de voyeurisme involontaire. Quand une pensée s'exprime au-delà de la simple relation des faits, elle tombe assez vite dans l'aphorisme affligeant.

Spoiler:
 

Plus intéressante est la 3e partie, où Bruckner, qui a fini par se débrouiller à apprendre à vivre et à penser, l'optimisme chevillé au cœur, s'occupe des 13 dernières années de son père, devenu veuf, un peu décati mais toujours bon pied bon œil. Ce n'est pas le récit d'une résilience, c'est le récit d'une acceptation, de la compréhension que les êtres sont multiples. S'il n'aime pas son père, s'il reste perpétuellement prudent en sa présence, il peut concevoir de s'en soucier, chacun peut trouver un enrichissement à cette fréquentation et rien n'empêchera que cet homme l'a fait, il l'a fait ce qu'il est, il est en lui.

J' attendais plus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
colimasson
Abeille bibliophile


Messages : 16259
Inscription le : 28/06/2010
Age : 25
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Pascal Bruckner   Sam 30 Aoû 2014 - 20:44

Ton commentaire ne déroge pas à l'impression que j'ai gardée de Bruckner.

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
bix229
Parfum livresque


Messages : 24647
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Pascal Bruckner   Sam 30 Aoû 2014 - 20:46

colimasson a écrit:
Ton commentaire ne déroge pas à l'impression que j'ai gardée de Bruckner.
Le personnage est pire que l' écrivain !

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
églantine
Zen littéraire


Messages : 6785
Inscription le : 15/01/2013
Age : 51
Localisation : Peu importe

MessageSujet: Re: Pascal Bruckner   Dim 31 Aoû 2014 - 8:35

Merci pour ce commentaire Topocl : lecture décevante pour un thème particulièrement intéressant ( les titres et thèmes abordés  sont très attractifs toujours chez cet écrivain )...dommage !

_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile


Messages : 16259
Inscription le : 28/06/2010
Age : 25
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Pascal Bruckner   Lun 1 Sep 2014 - 20:38

bix229 a écrit:
colimasson a écrit:
Ton commentaire ne déroge pas à l'impression que j'ai gardée de Bruckner.
Le personnage est pire que l' écrivain !

C'est dire...

églantine a écrit:
Merci pour ce commentaire Topocl : lecture décevante pour un thème particulièrement intéressant ( les titres et thèmes abordés  sont très attractifs toujours chez cet écrivain )...dommage !

Mauvais écrivain mais bon publicitaire... je suis d'accord avec toi... déchaînement de titres accrocheurs pour contenus souvent creux.

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pascal Bruckner   Aujourd'hui à 21:11

Revenir en haut Aller en bas
 
Pascal Bruckner
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ce trou dans la couche d'ozone qui inquiète les scientifiques ...
» LE NOUVEL OBSERVATEUR
» MILLET PASCAL
» Pascal Duquenne
» Agneau Pascal: les autorités catholiques et juives boudent !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: