Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Vincent Message

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



Vincent Message Empty
MessageSujet: Vincent Message   Vincent Message Icon_minitimeLun 16 Nov 2009 - 12:21

Vincent Message

Vincent Message Vincen10

Normalien, agrégé d'allemand, Vincent Message enseigne la littérature comparée à l'université Paris VIII. Spécialiste du roman du XXe siècle, auteur d'une thèse consacrée à Thomas Pynchon, à Robert Musil et à Carlos Fuentes, cet universitaire se lance dans l'écriture romanesque alors qu'il n'a qu'une vingtaine d'années. Cinq ans de rédaction seront nécessaires à l'élaboration de son premier ouvrage, 'Les Veilleurs'. Ce récit aux influences multiples interroge la folie et le monde moderne, en intégrant un univers onirique dans une trame policière. Révélé lors de la rentrée littéraire 2009, Vincent Message est rapidement considéré comme une plume prometteuse de la littérature française. (Source : Evene)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Vincent Message Empty
MessageSujet: Les veilleurs   Vincent Message Icon_minitimeLun 16 Nov 2009 - 12:23

Les veilleurs

Vincent Message Lesvei10

Citation :
Quatrième de couverture

Oscar Nexus a tué trois personnes dans la rue, puis il s'est endormi sur les cadavres. Nexus est un marginal auquel son emploi de veilleur de nuit n'a donné qu'un ancrage très fragile dans la réalité. Interné dans une clinique, il est pris en charge par Joachim Traumfreund, un médecin atypique et brillant qui a participé dans sa jeunesse aux mouvements de réforme de la psychiatrie. C'est à lui et à Paulus Rilviero, un officier de police, qu'on confie le soin de tirer au clair les mobiles de Nexus et de déterminer s'il est responsable de ses actes. Afin de se consacrer à ce cas intriguant, Traumfreund transfère le criminel dans une annexe de la clinique, un bâtiment situé dans un coin de montagne que l'hiver isole peu à peu. Une fois sur place, nos deux enquêteurs découvrent que Nexus est un dormeur pathologique qui reprend nuit après nuit le fil du même Grand Rêve. Pour comprendre son crime, Traumfreund et Rilviero vont devoir s'immerger dans cet univers onirique où Nexus mène une véritable vie parallèle. Captivés par les récits du meurtrier, ils sont parfois rattrapés par le doute : comment être sûrs qu'ils n'ont pas affaire à un fabulateur ? A partir de ce fait divers, Les Veilleurs nous entraîne dans une exploration passionnante des territoires de la folie et du sommeil. Reprenant certains codes des grands thrillers hollywoodiens, l'auteur compose une fresque sur la place de l'imaginaire dans la société moderne, plus rationaliste qu'aucune autre, mais aussi fascinée par les mondes virtuels et les faces nocturnes de la réalité.
Comment ne pas être appâté par un tel résumé ? Premier roman très remarqué d’un jeune auteur, qualifié de révélation de la rentrée littéraire 2009 par certaines critiques, « Les veilleurs » ne pouvait que susciter ma curiosité : qu’en était-il de ce roman décrit comme extraordinaire par certains et décevant par d’autres ? Où allais-je me situer sur l’échelle de satisfaction après lecture ? Force est de constater que je me situe à mi-chemin entre les deux extrêmes : si je ne crie pas au génie ni au roman sensationnel, je ne le trouve pas insignifiant ou ordinaire pour autant.

D’abord ce roman est ambitieux, très ou trop peut-être ? Mélangeant allégrement les genres (fiction politico-sociale et psycho-philosophique, polar, science-fiction, thriller), il prend le risque de décourager le lecteur qui peut se perdre dans les méandres du récit, se trouvant emmêlé dans un fatras de questions philosophiques, environnementales, sociétales et relationnelles qui peuvent l’excéder ou du moins l’éloigner de la trame au fur et à mesure de son avancement. Ajoutez à cela certains passages au style un peu lourd et alambiqué et certaines longueurs (on a parfois l’impression de faire du surplace) et vous comprendrez aisément pourquoi certains lecteurs se lassent de l’histoire et finissent même par s’y ennuyer.

Je suis moi-même passée par ces différentes phases si ce n’est que l’intrigue est bien fichue et tient en haleine jusqu’au bout : Nexus est-il un manipulateur de génie, un usurpateur, un fabulateur ou un témoin, une sorte d’homme passerelle entre deux mondes ? Le monde onirique qu’il décrit existe-t-il vraiment ? Peut-il passer d’un monde à l’autre en passant par le sommeil et le rêve ? Cette question nous vrille et nous taraude tout au long du récit, nous poussant à tourner les pages pour connaître la suite du récit, guettant un indice, une phrase, une anecdote pouvant nous mettre sur la voie de la vérité.

Il y a également de très bonnes trouvailles dans cette histoire, dont celle du Bateau-Pierre, œuvre architecturale aux pièces changeantes et mouvantes d’un ingénieur délirant - ancien patient du clinicien Joachim Traumfreund qui la lui transmet en remerciement de ses soins - une immense maison perdue et totalement isolée dans les montagnes et dans laquelle vont se retrouver les protagonistes.

Au final, un premier roman touffu, ambitieux, qui ne fait pas dans la facilité mais qui se perd quelquefois, ne manquant certes pas de qualités sans pour autant être dénué de certains défauts. Un premier roman qui n’a peut-être par soulevé chez moi une adhésion sans réserve mais qui m’a intriguée et fait passer un bon moment de lecture. L’auteur est jeune et cela se sent. Mais il a sans conteste du talent, et je suis bien curieuse de découvrir la suite de son œuvre lorsqu’il gagnera en maturité (l’auteur n’a que 26 ans après tout) et en simplicité, dans le bon sens du terme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Vincent Message Empty
MessageSujet: Re: Vincent Message   Vincent Message Icon_minitimeLun 16 Nov 2009 - 12:23

Extrait [p.22] :

Citation :
Plusieurs personnes intelligentes affirment que l’homme n’est pas une chose en soi mais une histoire qu’il se raconte à lui-même. On pourrait de la sorte construire sa vie par la parole. Je n’ai aucun moyen de savoir si cette proclématie est vraie. Si je décide de l’admettre, ça me laisse de la marge : je suis un homme capable de parler longtemps, de mettre sur pied des dizaines d’histoires minuscules ou de leur servir le Grand Récit. Je ferai de Nexus ce que je souhaite, jamais ce qu’ils attendent de moi. Avouons : je m’y suis pris très en avance. J’ai déjà commencé.

Revenir en haut Aller en bas
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Vincent Message Empty
MessageSujet: Re: Vincent Message   Vincent Message Icon_minitimeLun 16 Nov 2009 - 12:34

Wouah, un livre qui parle de "proclématie" ne peut être que très intelligent !
(il faut que je cherche ce que ça veut dire... mais même Internet n'a pas l'air de savoir...)

Vincent Message a dû tomber dans le travers classique du premier roman : en faire un peu trop (il fait 630 pages, le livre, quand même...).

Mais ce que tu en écris, Sentinelle, est assez intrigant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Vincent Message Empty
MessageSujet: Re: Vincent Message   Vincent Message Icon_minitimeLun 16 Nov 2009 - 12:35

Ouvrage tentant ...et sans doute auteur prometteur (Normalien, agrégé d'allemand, Vincent Message enseigne la littérature comparée à l'université Paris VIII. [...]Auteur d'une thèse consacrée à Thomas Pynchon, à Robert Musil et à Carlos Fuentes[...] Ce récit aux influences multiples interroge la folie et le monde moderne, en intégrant un univers onirique dans une trame policière.


Mais...pas trop psy?...Pas trop polar?...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Vincent Message Empty
MessageSujet: Re: Vincent Message   Vincent Message Icon_minitimeLun 16 Nov 2009 - 12:57

Assouline a parlé de ce livre, ici.
Il écrit notamment :
Assouline a écrit:
La voilà peut-être, l’une de ces bonnes surprises que l’on guette avec fébrilité à chaque rentrée. Un premier roman déroutant signé d’un auteur dont on ne sait rien. Du souffle, de la puissance, un timbre de voix, un univers, des personnages. [...]
Les personnages s’appellent Paulus Rilviero, Van Goyen, Ortiz, Ernst Bianco, Darès, Samuel Drake, Docteur Traumfreund et on sait à quel point l’inventivité patronymique compte dans la musique intérieure d’un roman. Au moins autant que les rares mots dont le sens nous échappe (proclématie, déblavarder). Rien ne transparaît dans ces choix de ce que l’on peut apprendre de l’auteur, Vincent Message, né en 1983, germaniste de formation et enseignant en littérature comparée ; contrairement à ce que l’on pourrait craindre, ce roman labyrinthique, qui relève d’un genre éprouvé, n’est jamais alourdi de citations ou de références. Loin des canons rigides du fantastique, de la SF, du polar et de l’anticipation auxquels il a emprunté sans s’attarder. La documentation balistique, scientifique et psychiatrique dont il a fait usage est si bien réappropriée par le romancier qu’elle en devient insoupçonnable.


Interview sur dailymotion ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Invité
Invité



Vincent Message Empty
MessageSujet: Re: Vincent Message   Vincent Message Icon_minitimeLun 16 Nov 2009 - 13:39

eXPie a écrit:
Wouah, un livre qui parle de "proclématie" ne peut être que très intelligent !
(il faut que je cherche ce que ça veut dire... mais même Internet n'a pas l'air de savoir...)

Vincent Message a dû tomber dans le travers classique du premier roman : en faire un peu trop (il fait 630 pages, le livre, quand même...).

Mais ce que tu en écris, Sentinelle, est assez intrigant...
Vincent Message recourt parfois au néologisme, et plutôt bien: « proclématie », on y croirait presque, pas vrai ? Very Happy

Il use aussi de métaphores et autres figures de style, pouvant charmer et/ou irriter le lecteur à la longue. Pour ma part, je trouve qu’il n’en abuse pas trop, mais il est vrai que son style s’en ressent aussi : pas question de lire ce roman entre deux stations de métro, il exige de la concentration et du silence autour de soi. De toute manière, son épaisseur et son poids dissuadent tout de suite d’en faire un livre voyageur ;-)

Lorsque j’ai lu que Vincent Message était l’auteur d’une thèse sur Thomas Pynchon, j’ai eu très peur : trouvant le style de Pynchon totalement abscons et hermétique, je craignais que Vincent Message ne s’en inspire que trop, rendant son roman aussi indigeste et illisible que sont pour moi les romans de Pynchon. Mais non, ce ne fut pas le cas : si Vincent Message peut lasser les lecteurs de par la multiplicité des genres, il reste compréhensible et accessible pour peu qu’on y accorde l’attention nécessaire.

Mais je trouve aussi qu’il en fait un peu trop mais c’est normal : un premier roman, on y met tout ce qu’on a dans le cœur, dans la tête et dans les tripes, ça foisonne et ça éclabousse de partout ! woohoo
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Vincent Message Empty
MessageSujet: Re: Vincent Message   Vincent Message Icon_minitimeLun 16 Nov 2009 - 13:46

coline a écrit:
Ouvrage tentant ...et sans doute auteur prometteur (Normalien, agrégé d'allemand, Vincent Message enseigne la littérature comparée à l'université Paris VIII. [...]Auteur d'une thèse consacrée à Thomas Pynchon, à Robert Musil et à Carlos Fuentes[...] Ce récit aux influences multiples interroge la folie et le monde moderne, en intégrant un univers onirique dans une trame policière.


Mais...pas trop psy?...Pas trop polar?...

Non, pas du tout ! Il prend plein de genres à son compte mais sans jamais utiliser tous les codes et ficelles des uns et des autres : ce n’est ni un polar, ni un thriller, ni un récit de science-fiction, ni un roman psy ou philosophique et en même temps, il est un peu tout cela à la fois. Par contre, je trouve que la partie onirique est très présente. Je ne sais donc pas du tout si ce roman peut plaire aux lecteurs qui n’apprécient généralement par le genre science-fiction ? S’est-il suffisamment éloigné des codes du genre pour séduire tout type de lectorat ? Je ne le pense pas… mais je peux me tromper ! Lisez-le et prouvez-moi le contraire
Very Happy


Dernière édition par sentinelle le Lun 16 Nov 2009 - 14:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Vincent Message Empty
MessageSujet: Re: Vincent Message   Vincent Message Icon_minitimeLun 16 Nov 2009 - 13:52

sentinelle a écrit:
un premier roman, on y met tout ce qu’on a dans le cœur, dans la tête et dans les tripes, ça foisonne et ça éclabousse de partout ! woohoo


eXPIe a écrit:
Vincent Message

En effet, tu as raison Senti...C'est souvent le cas...Quand l'auteur est inspiré!...

Il est très intéressant à écouter en tout cas ce Vincent Message...
Repéré! Merci Senti!...content
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Vincent Message Empty
MessageSujet: Re: Vincent Message   Vincent Message Icon_minitimeLun 16 Nov 2009 - 13:59

eXPie a écrit:
Assouline a parlé de ce livre, ici
Merci pour le lien, je n'avais pas encore lu le billet d'Assouline.
Ce roman a été effectivement excellemment accueilli par les critiques professionnelles, mais tu verras en consultant quelques blogs que ce n'est pas le cas pour le lecteur 'lambda', certains ayant abandonné la lecture en cours de route.
Plus que la multiplicité des genres et le style parfois flamboyant, ce sont surtout les longueurs qui m'ont pesée, ayant parfois l'impression de faire du surplace dans la partie onirique sans que cela apporte grand chose au récit dans l'ensemble. Mais Vincent Message est un auteur français des plus prometteurs, aucun doute là-dessus ! cheers


Dernière édition par sentinelle le Lun 16 Nov 2009 - 14:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Vincent Message Empty
MessageSujet: Re: Vincent Message   Vincent Message Icon_minitimeLun 16 Nov 2009 - 14:08

eXPie a écrit:
Interview sur dailymotion ici.
Vincent Message en parle très bien, il me donnerait presque envie de le relire hypnoz
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Vincent Message Empty
MessageSujet: Re: Vincent Message   Vincent Message Icon_minitimeLun 16 Nov 2009 - 14:35

Autre extrait, à propos de la juge de Nexus, Isis Craneck.
L’officier de police Rilviero assimile son travail à la pesée des âmes des coupables et criminels :

Citation :
« Peser les âmes… comme elle s’appelle Isis, son imagination se met à remonter le Nil. »

Citation :
« La nuit, dans la pénombre de sa chambre, un sommeil agité secouait le sarcophage d’Isis. Le couvercle brusquement se descellait et les pieds nus de l’insomniaque arpentaient de long en large mais toujours de profils les couloirs de son appartement, une balance à la main, pour continuer de rendre justice. Des filets de sueur anxieuse salaient sa peau parcheminée. Le poids d’âmes plus lourdes que prévu lui tombait d’un seul coup sur les épaules, elle s’effondrait presque sur le seuil de la salle de bains. Se laver. Sa savonner longuement, pour faire disparaître cet affreux sentiment de faute… »
Revenir en haut Aller en bas
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Vincent Message Empty
MessageSujet: Re: Vincent Message   Vincent Message Icon_minitimeLun 16 Nov 2009 - 14:39

M' étonne que ExPie n' ait pas dit : Vincent, le message est passé ?Vincent Message Icon_lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Vincent Message Empty
MessageSujet: Re: Vincent Message   Vincent Message Icon_minitimeDim 1 Aoû 2010 - 16:15

Les Veilleurs

Ce livre est une véritable aventure, l'auteur ouvre la porte de l'imaginaire et emmène son lecteur vers des mondes inconnus, des mondes de rêves et d'illusions et on ne peut s'empêcher de sans cesse se demander : où commence la fiction ?
Roman incroyable.
La finesse de l'analyse n'a d'égale que l'intelligence du propos et la maestria du style. Et je pèse mes mots.
Alors oui, je rejoins Sentinelle dans son commentaire, il y a quelques longueurs dans le récit mais je ne me suis pas ennuyée, au contraire j'ai trouvé dans les escapades oniriques de Nexus une respiration bien venue, des pauses rafraichissantes, des questionnements stimulants...
Ce que fait V. Message dans ce livre c'est nous tendre un miroir, et dans ce miroir nous voyions des hommes et des femmes affairés, occupés, travailleurs, à peine disponibles aux rêves, rarement (de plus en plus rarement) disponibles aux livres ; alors, couper les 630 pages de ce roman serait sans doute aller à l'encontre du message délivrer et accéder aux exigences d'un monde mercantile qui compte ses heures.
Un message qui propose de rendre son temps au temps, de reprendre les rênes des rêves, de retrouver le goût de l'imagination, de la poésie, de l'échange, de renoncer à la culture pour la culture mais de chercher à bâtir des utopies. Roman ambitieux ? Certes, mais enthousiaste, alors pourquoi pas 630 pages. D'autant plus que le style est allègre, les propos riches, les personnages attachants et que dire de l'histoire :
"L'acte surréaliste le plus simple consiste, révolvers aux poings, à descendre dans la rue et à tirer au hasard, tant qu'on peut, dans la foule." Manifeste du surréalisme A. Breton.
Sans doute, Vincent Message s'est-il servi de cette phrase (si souvent reprochée à Breton) pour construire son récit car son héros Nexus prend une arme et tire jusqu'à ce que son chargeur soit vide. Pour corser le tout, le massacre (trois personnes dont la maîtresse du Gouverneur de la région) se passe Avenue Breton... Intelligent ce Message...
Deux 'chercheurs' vont être désignés pour savoir si Nexus a prémédité ou non son acte : un flic et un psy (Traumfreund, cela ne s'invente pas et quand on connait l'importance des patronymes dans les écrits de Pynchon on s'inquiète à chaque fois qu'on découvre un nouvel acteur dans le livre de Message). Bref, il s'agit d'un roman très bien écrit, très intéressant, parfaitement tenu de bout en bout (il y manque peut-être quelques raccourcis, il s'y trouve sans doute quelques longueurs mais quel bonheur de lecture, quelles retrouvailles avec l'imaginaire, quel agréable jeu de l'esprit !).
Les différents niveaux de lecture (policier, philosophie, science-fiction, politique) qui se mêlent et éblouissent par leur à propos, sont parfaitement maîtrisés et soulèvent des questions importantes, nécessaires : où commence la découverte et où s'arrête la création (et inversement) ? Que faisons nous de la Nature ? Quel est notre rapport à la culture ? aux rêves ? à la différence ? où sont passés nos révoltes ? et beaucoup, beaucoup d'autres interrogations.
Un livre à lire donc, si vous avez le temps de prendre le temps, si vous êtes disponible, si la question : comment faire comprendre aux hommes que leur imagination est tout aussi réelle que la matière qui les entoure ? vous intéresse !

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Vincent Message Empty
MessageSujet: Re: Vincent Message   Vincent Message Icon_minitimeDim 1 Aoû 2010 - 16:35

Merci pour ce très bon commentaire shanidar, il apporte plein d'autres perspectives intéressantes, je me demande d'ailleurs si ce roman ne mériterait pas une deuxième lecture tellement il peut s'analyser à plusieurs niveaux...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Vincent Message Empty
MessageSujet: Re: Vincent Message   Vincent Message Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Vincent Message
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Code de confirmation avant d'envoyer un message
» Message à déchiffrer !
» JJ BOURDIN ET RMC en direct de Dijon aujourdhui
» les nouveaux profiteurs
» Signification de la lettre sur la coque des navires ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs français à découvrir, nés après 1914.-
Sauter vers: