Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Ödön von Horváth

Aller en bas 
AuteurMessage
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Ödön von Horváth Empty
MessageSujet: Ödön von Horváth   Ödön von Horváth Icon_minitimeDim 22 Nov 2009 - 19:36

Ödön von Horváth Horvat10
Ödön von Horváth, 09/12/1901 - 01/06/1938

Ödön von Horváth était un écrivain de langue allemande, principalement un dramaturge. Wikipedia (source principale de ce qui suit) nous apprend qu'il est né "à Susak, un quartier de Fiume (ancien nom italien de la ville désormais croate de Rijeka)."
On voit tout de suite que ce n'est pas simple, car le temps ne l'était pas.
Fils naturel d'un diplomate austro-hongrois, il suit son père, à Belgrade, Budapest, Munich, l'actuelle Bratislava, Budapest encore, puis Vienne et enfin Munich où il étudie la littérature à l'université.
Il ne peut donc pas se sentir d'affinités avec les mouvements nationalistes. Ses pièces de théâtre mettens souvent en évidence le danger du militarisme, et évidemment du fascisme.
Il connaît le succès en 1931 avec deux pièces : Légendes de la forêt viennoise et La Nuit Italienne.

En 1933, parmi les livres brûlés par les Nazis figurent les siens. Une forme de consécration...

Ödön von Horvath fuit l'Allemagne pour l'Autriche. Figaro divorce (1936) est monté à Prague. Après l'Anschluß, il parcourt l'Europe (Budapest, Trieste, Venise, Milan, Prague, Zurich, Amsterdam).
Son roman Un fils de notre temps (aussi appelé Soldat du Reich) paraît en 1938 à Amsterdam et New York.

Puis, il arrive à Paris pour travailler avec le réalisateur Robert Siodmak (lui aussi exilé) sur l'adaptation du roman Jeunesse sans Dieu.
Le 1er juin 1938, il se promène sur les Champs-Elysées. C'est la tempête, une branche d'arbre tombe et le tue, au niveau du Théâtre Marigny.

"Ses pièces sont ancrées dans la tradition viennoise d'un théâtre populaire et critique. Critique à la fois dans la dissection du langage et des comportements petit-bourgeois, mais aussi critique politico-sociale où les femmes apparaissent comme victimes. Von Horváth a, pour beaucoup, réinventé le théâtre populaire allemand. Pour Peter Handke, Horváth est meilleur que Brecht et compare ses phrases à celles de Tchekhov ou Shakespeare." ( wikipedia )


Dernière édition par eXPie le Dim 22 Nov 2009 - 19:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Ödön von Horváth Empty
MessageSujet: Re: Ödön von Horváth   Ödön von Horváth Icon_minitimeDim 22 Nov 2009 - 19:36

Légendes de la forêt viennoise (Geschichten aus dem Wienerwald, 105 pages). Texte français (1992) de Sylvie Muller avec la collaboration de Henri Christophe.

En tête du texte, on peut lire : "Rien ne donne autant le sentiment de l'infini que la bêtise".

La pièce commence à Wachau (à 80 kilomètres de Vienne), c'est la campagne, il y a du bon air. Nous faisons la connaissance d'Alfred, de sa mère (qui s'appelle "La Mère") et de La Grand-Mère.
Citation :
"LA MERE. Tu travailles toujours à la banque ?
ALFRED. Non.
LA MERE. Où alors ?

Un silence

ALFRED. J'ai pas l'étoffe d'un employé, ça n'offre aucune possibilité d'épanouissement. Le travail, au sens traditionnel, ce n'est plus rentable. Quand on veut réussir, de nos jours, faut se servir du travail des autres. Je me suis mis à mon compte. Financements et ainsi de suite -" (page 10).

On apprend très vite que son business, ce sont les paris sur les courses de chevaux.
Alfred emprunte de l'argent, notamment à la Grand-mère, qui veut se le réserver pour son enterrement.

Puis la scène se transporte à Vienne, dans une rue tranquille du 8° arrondissement.
Là se joue le coeur du drame. On y trouve, de gauche à droite :
- la boucherie-charcuterie d'Oscar ;
- la clinique de poupées de Roimage et sa fille, Marianne ;
- le tabac de Valérie.

Alfred, notre bon-à-pas-grand-chose, fréquente Valérie, la cinquantaine. Elle a son tabac, un peu d'argent, et joue aux courses par l'intermédiaire d'Alfred .. qui ment sur les cotes, pour garder une plus grosse partie des gains.

On rencontre, qui traîne par là, un major, grand amateur de boudin...
Citation :
"LE MAJOR. Faut reconnaître : le boudin d'hier... mes compliments! First class !
OSCAR. Tendre, n'est-ce pas ?
LE MAJOR. Un poème !" (page 16)

Le major regarde les résultats du tirage d'un jeu quelconque, du style loterie.
Citation :
"VALERIE (avec un malin plaisir). Et qu'est-ce qu'on a gagné, major ? Le gros lot ?
LE MAJOR (lui rendant la liste). Chère Valérie, je n'ai jamais rien gagné. Dieu sait pourquoi je joue ! Au mieux, j'ai eu un billet remboursé.
VALERIE. C'est que vous êtes heureux en amour.
LE MAJOR. Autrefois, autrefois !
VALERIE. Major, avec votre allure !
LE MAJOR. Ca ne compte guère... quand on est un homme exigeant. Et c'est un trait de caractère qui revient cher. Si la guerre avait duré ne serait-ce que quinze jours de plus, j'aurais eu ma retraite de colonel.
VALERIE. Si la guerre avait duré quinze jours de plus, on l'aurait gagnée.
LE MAJOR. L'homme ne saurait tout prévoir.
VALERIE. Sûr." (page 18).

Plus loin, on rencontre un étudiant qui, lorsqu'il est bourré, se commande lui-même ("Division... En avant, marche !", page 74).
Bref, l'armée en prend... pour son grade.


Oscar, l'heureux propriétaire de la boucherie, en pince pour Marianne (la fille du propriétaire du magasin d'à côté, la clinique de poupées). Ils vont se fiancer.
Mais, un jour :
Citation :
Marianne paraît dans la vitrine pour l'arranger... elle prend particulièrement soin du squelette.
Alfred entre à gauche, aperçoit Marianne de dos, s'immobilise et la contemple.
Marianne se retourne, aperçoit Alfred... et manque être subjuguée.

Alfred sourit.
Marianne sourit de même.
Alfred salue de charmante façon.
Marianne l'en remercie.
Alfred s'approche de la vitrine.
Valérie paraît à la porte de son tabac et observe Alfred.
Alfred tambourine contre la vitrine.
Marianne, prise d'une soudaine frayeur, ferme hâtivement les stores.
(page 24).

C'est donc le coup de foudre entre la jolie Marianne et le bon-à-pas-grand-chose Alfred.
Les fiançailles sont compromises. De toute manière, Marianne n'aime pas Oscar.
Citation :
"ALFRED [...] Je ne mérite pas ton amour, je ne peux t'offrir une vie digne de ce nom d'ailleurs, je ne suis même pas un être humain -
MARIANNE. Rien ne pourra m'ébranler. Laisse-moi faire de toi un être humain... tu me rends si grande et si vaste -
ALFRED. Et toi, tu m'élèves. Devant toi, je deviens tout petit, du point de vue de l'âme.
MARIANNE. Et moi, je sors de moi-même et je me regarde m'éloigner... tu vois, je suis déjà très loin de moi... tout au fond, là-bas, je ne peux presque plus me voir... Je voudrais un enfant de toi -" (pages 43-44).

La pièce baigne dans la musique, notamment celle jouée au piano par une lycéenne, qui s'interrompt souvent au beau milieu d'une mesure.
Lorsque l'on ouvre ou ferme la porte du tabac, "on entend non pas une sonnette mais un carillon" (page 19).

Il y a donc une certaine atmosphère.
L'histoire, elle, est assez classique, mais bien menée. La grand-mère, notamment, est un personnage intéressant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Ödön von Horváth Empty
MessageSujet: Re: Ödön von Horváth   Ödön von Horváth Icon_minitimeDim 22 Nov 2009 - 20:24

merci pour ce fil..
Jeunesse sans Dieu était pour moi au programme des lectures à l'école.. et je réalise que cela fait tellement longtemps Cool faudrait que je relise Wink

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Ödön von Horváth Empty
MessageSujet: Re: Ödön von Horváth   Ödön von Horváth Icon_minitimeDim 22 Nov 2009 - 20:40

J'ai vu Casimir et Caroline l'an dernier (avec Sylvie Testud). Excellent souvenir!
Revenir en haut Aller en bas
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Ödön von Horváth Empty
MessageSujet: Re: Ödön von Horváth   Ödön von Horváth Icon_minitimeDim 22 Nov 2009 - 21:13

J' ai lu ses romans : L' éternel petit-bourgeois, Un fils de notre temps, Jeunesse sans Dieu...
Il y a longtemps ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tom léo
Sage de la littérature
tom léo

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 56
Localisation : Bourgogne

Ödön von Horváth Empty
MessageSujet: Jeunesse sans dieu   Ödön von Horváth Icon_minitimeVen 28 Mai 2010 - 22:20

Jeunesse sans dieu

Original : Jugend ohne Gott (allemand, 1937)

Traductions : Armand Pierhal. (1939); Rémy Lambrechts, 2002

A partir de la présentation de l'éditeur, Bourgeois :
Un jeune professeur de géographie et histoire de lycée se voit soudain confronté, dans sa classe, à l’idéologie nazie montante et après avoir encaissé des remontrances après ses commentaires sur l’égalité des races, il décide d’abord de se ranger de ce côté-là, pour voir et pour conserver son gagne-pain, aussi. L’un des élèves est tué au cours d’un camp pascal d’entraînement militaire… Un meurtre qui sera le révélateur implacable d’une société tout entière…

Le narrateur donne vite à comprendre dans quel contexte il doit enseigner. Impossible de dire la vérité, d’être quasiment soi-même, si on veut garder son poste et continuer à nourrir et soi-même et ses parents. Horvath donne ce cadre politique, sociale, militariste, oui et aussi atmosphérique, par touches qui indiquent bien de qui, de quoi il s’agit (le « devoir de la guerre » ; l’inégalité des races ; le plébéien là-haut !)! Ce n’est pas un miracle que ses œuvres furent bannies en Allemagne et que lui, il chercha l’exile. Ecrit en 1937 on pourrait, si on veut, situer le cadre pour 1936/37. On est bien dans l’ère des « poissons » finissant : le narrateur compare l’impassibilité, l’uniformisme et le conformisme de la masse avec le visage inexpressif des poissons…

Quels jolis coups Horvath distribue envers cette société. Mais même dans un certain cynisme il y a chez le narrateur aussi la participation jusqu’au point décisif de la révélation de la vérité. Si jamais avant il se trouvait isolé de soi-même, des autres et…de Dieu, le moment de la vérité avouée devient le point de non-retour et de changement dans tous ces rapports. D’un coup, même en perdant tout, il peut dire qu’il a trouvé la légèreté, la sérénité, oui, et même la joie.

Avant de n’écrire cette œuvre, Horvath a du être tiraillé lui-aussi entre les différentes options de participations ou d’engagement. Mais en 1937 il écrit, qu’il ne voulait plus se prostituer. Et c’est ce qu’il a fait !

A lire !

Ce roman fut adapté au moins deux fois:

- „Jugend ohne Gott“1991 de Michael Knof pour la (DEFA

- „Jeunesse sans Dieu », film français réalisé par Catherine Corsini, sorti en 1996.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Ödön von Horváth Empty
MessageSujet: Re: Ödön von Horváth   Ödön von Horváth Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Ödön von Horváth
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature germano-néerlandaise (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: