Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Ishikawa Jun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Ishikawa Jun   Mer 25 Nov 2009 - 23:14

ISHIKAWA Jun

(Tôkyô 1899-29/12/1987)

Ishikawa Jun était un écrivain lettré et d'une grande culture : connaisseur de la littérature chinoise et japonaise, il maîtrisait également la langue et la littérature françaises (il fut un temps professeur de français à l'université).
Il traduisit des livres de Gide (L'Immoraliste, les Caves du Vatican...), d'Anatole France, des pièces de thèâtre de Molière (Dom Juan, L'Avare...).

Il obtint le prix Akutagawa en 1936 avec Fugen (Le Boddhisattva de la Grande Pitié , pas - encore ? - traduit en français).

Il est un des grands écrivains japonais du XX° siècle, malheureusement pas assez connu en France. Il ne s'occupe pas des petites choses de la vie, ou autres banalités du quotidien. Ses oeuvres relèvent de l'imaginaire : fantastique, symbolisme, parabole poétique, le tout servi par un style de première catégorie. Bref : le fond et la forme !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Ishikawa Jun   Mer 25 Nov 2009 - 23:14

Le Faucon (récits traduits par Edwige de Chavanes, ; 140 pages, 1990 ; à noter que les nombreuses coquilles ont été fort opportunément corrigées dans la réédition en poche).
Contient deux récits : Le Faucon, et Les Asters.

* Le Faucon (Taka, 1953) est un récit très intéressant, qui ne relève pas tant de la science-fiction, comme il est écrit sur la quatrième de couverture, que d'une certaine forme de fantastique, celle que l'on trouve dans Les Murs de Abe Kôbô (mais en moins psychanalytique), ou dans une certaine mesure Le Rivage des Syrthes, de Julien Gracq, auteur auquel Ishikawa Jun a souvent été comparé : on trouve, dans Le Faucon, une atmosphère épaisse de complot et un style élaboré qui ne sont pas sans rappeler quelque peu le Rivage.

Il y a quelque chose de kafkaïen dans cette histoire (d'ailleurs, un des personnage est appelé "K") où l'on trouve de bien mystérieuses cigarettes dont les étranges propriétés révélatrices changent selon les moments et les lieux, une obscure organisation, une langue "de demain" dont les symboles s'assemblent magiquement, attentat, arrestations, traque... une fille avec une culotte de cheval et des bottes de cuir, une lanterne qui diffuse une lumière "délicate comme une dentelle d'écume", et plus encore !

Tout ceci compose une histoire certes obscure, délicieusement obscure, pleine de symboles ("chacune des oeuvres de Jun Ishikawa est le récit d'une révélation", écrit Edwige de Chavanes dans son introduction) mais qui semble néanmoins cohérente, douée d'une logique interne à laquelle on peut réfléchir, longtemps après. Comme si la solution était à portée de main, juste un peu plus loin...


* Les Asters (Shion monogatari, 1956). Prix du Ministère de la Culture 1957. Ce récit, qui illustre la prise de conscience du mal, la volonté délibérée de commettre le mal, se déroule au Moyen-Age. Muneyori, "seigneur du pays", se passionne pour la chasse. Il tire à l'arc et jamais sa flèche ne manque sa cible, quand celle-ci est inanimée. Mais pour une raison inconnue, les proies qu'il chasse semblent toujours éviter les flèches... encore que : si on ne retrouve pas d'animal mort, il n'y a aucune trace des flèches non plus. "Pourquoi mes flèches n'ont-elles jusqu'à présent jamais connu le sang ?" se demande Muneyori... Mais tout va changer !
On notera quelques similitudes, qui ne semblent pas être le fruit du hasard, avec le Saint-Julien l'Hospitalier de Flaubert.


Deux récits, donc, excellents. De la vraie littérature.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Scarabée
Envolée postale
avatar

Messages : 231
Inscription le : 14/05/2008
Age : 32

MessageSujet: Re: Ishikawa Jun   Ven 11 Déc 2009 - 17:48

Le faucon

Rien à rajouter au commentaire d'eXPie si ce n'est que j'ai trouvé la deuxième nouvelle bien supérieure à la première dans laquelle je me suis un peu perdu. Le basculement vers le côté obscur de la force a quelque chose de magistral dans Les asters. La mythologie japonaise y est également présente à travers le renard, qui change de forme. Deux types d'autorité s'affrontent également: la violence brute incarnée par le seigneur, et la sérénité spirituelle incarnée par cet autre "soi", issu du village où il ne faut pas aller.
Un très bon moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Ishikawa Jun   Dim 23 Mai 2010 - 17:19

Sortie de Fugen!, recueil de trois récits situés à Tokyo dans les années 30. Le récit Fugen a obtenu le Prix Akutagawa en 1936 (prix créé l'année précédente).


Citation :
Fugen ! : Les trois récits de ce recueil, rassemblés en un seul volume en 1937, ont pour toile de fond le Tôkyô des années 1930. Dans un demi-monde peuplé de viveurs, de femmes attirantes, mais également de truands et de personnages suspects vivant d'expédients, trois intellectuels pauvres se débattent, aspirant à des absolus qui toujours leur échappent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Ishikawa Jun   Dim 23 Mai 2010 - 18:09

Noté, il était déjà sur mes listes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Ishikawa Jun   Sam 6 Nov 2010 - 20:33


Le Faucon

en fait Le Faucon et Les Asters.

Le Faucon tire rapidement sur le bizarre puis le fantastique symbolique, au delà de la tendance socialiste du récit ça amène un drôle de mélange de niveaux d'humanités, de façons de sentir cette humanité avec des tiraillements en tous genres. Une nouvelle qui oscille un peu, intrigante, avec des passages forts réussis et d'autres au surréalisme poussé et plus moins perméable.

Les Asters plus homogène et plus commune avec son médiéval avec seigneur, renarde, montagne et bouddha. ce n'est que vers la fin que les liens étranges et multiples sont rendus plus explicites par l'auteur. pas révolutionnaire mais travaillée dans ses mélanges et captivante, avec une pointe d'inquiétude et de mystère savamment entretenue.

dans les deux nouvelles le lien avec la nature est présent, on le sent un peu le même mais pas simple à saisir. discret mais finalement très présent (avec présence multiple d'animaux).

ça me fait encore un drôle d'effet de lire - est-ce la traduction ? - presque exclusivement des actes, c'est comme plongé dans un vide... ?

et on note qu'il a aussi traduit Ramuz. huhu.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Ishikawa Jun   Sam 6 Nov 2010 - 20:44

Comment ce fil a pu m'échapper jusqu'à maintenant ? jemetate

En tous les cas c'est noté maitenant. miammiam

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Ishikawa Jun   Sam 29 Jan 2011 - 20:45

Il est difficile de rajouter quelque chose au commentaire d'eXPie sur le Faucon. Personnellement, l'attribution de la nouvelle qui donne son titre au recueil au genre SF ne me choque pas, il y a bien un monde différent du notre, qui pourrait se situer dans le futur, même si en réalité on en sait rien. Mais comme c'est vraiment original, cela a du mal à rentrer dans des cases rigides. Il émane de cette histoire des sensations contradictoires, une sorte de résignation, qui se traduit pas l'acceptation des choses telles qu'elles sont, mais en même temps une sorte d'espoir ténu et persistant qui autorise de croire les choses les plus invraisemblables. Un onirisme permanent, mais en même temps une description minutieuse de détails très matériels. Etrange et troublant, et on y comprend pas tout, mais c'est volontaire, et participe du charme de la lecture.

J'ai quand même préféré la deuxième nouvelle, Les asters. L'évocation de l'ancien Japon, un climat de conte, tout cela a beaucoup de charme. Et là encore on est loin de tout comprendre. Un pays de rêve à portée de main, mais inaccessible, une femme-renard, un intendant sournois.... Et l'écriture de Ishikawa, sèche, faite de petite phrases, mais qui est malgré tout d'un lyrisme maîtrisé.

Une jolie découverte, il ne me reste plus qu'à me procurer le deuxième livre disponible de lui. Avant de commencer à me demander pourquoi plus de choses ne sont pas accessibles....

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Ishikawa Jun   Dim 30 Jan 2011 - 12:16

Arabella a écrit:
Une jolie découverte, il ne me reste plus qu'à me procurer le deuxième livre disponible de lui. Avant de commencer à me demander pourquoi plus de choses ne sont pas accessibles....

Fugen! a l'air d'être d'un style extrêmement différent, plus réaliste, et avec un langage "populaire", fait d'argot, d'où les difficultés de traduction qu'on imagine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Ishikawa Jun   Dim 20 Jan 2013 - 21:22

Fugen !

Je vais essayer de dire quelques mots sur ce livre. Je ne suis pas vraiment rentrée dedans, ce n'était peut être pas le bon moment, ou pas un livre pour moi. Il s'agit de trois nouvelles, la première et la plus longue donnant son titre au recueil. Cela se passe dans les années trente au Japon, dans les trois récits, des littérateurs aspirants, plus que de véritables écrivains, font face à des difficultés d'ordre surtout matériel, vivant une vie précaire, proche de petits ou moyens délinquants, prostituées, personnages aux activités et revenus incertains. Il s'agit plus de tranches de vie, que de véritables récits, les gens vont et viennent, boivent, entrent en relation, parlent les uns des autres. Le tout dans un style plutôt parlé.


Citation :
Dans des conditions pareilles tu peux bien me demander tout ce qui t'amuse, que veux-tu que j'y fasse ? C'est n'importe quoi cette discussion ! " " Je sais bien que c'est n'importe quoi. Mais comme je suis incapable de pouvoir rien faire tout seul, je peux pas faire autrement que de raconter n'importe quoi aux autres ! "

Cela résume un peu ce livre pour moi. Je pense que pour un lecteur japonais, il doit y avoir un humour dans tout ça, mais cela n'est pas forcément facilement accessible à un lecteur occidental. Pour moi, je suis restée à la porte, et me suis ennuyée.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Ishikawa Jun   Dim 20 Jan 2013 - 23:49

Merci pour ton dévouement, Arabella !

Je le lirai... plus tard...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ishikawa Jun   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ishikawa Jun
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature asiatique (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature japonaise-
Sauter vers: