Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Abe Kazushige

Aller en bas 
AuteurMessage
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Abe Kazushige Empty
MessageSujet: Abe Kazushige   Abe Kazushige Icon_minitimeJeu 26 Nov 2009 - 22:03

ABE Kazushige
Abe Kazushige Abekaz10
Né en 1968.

Abe Kazushige a abandonné ses études secondaires pour aller suivre des cours de cinéma à Tokyo.
Diplômé de l'Académie japonaise de cinéma, il s'est fait connaître en 1994 par son roman La Nuit américaine (Amerika no yoru) qui a remporté le prix Gunzô des Nouveaux Ecrivains.

Ses romans suivants ont remporté plusieurs prix, notamment le prix Akutagawa en 2005 pour Grand Finale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Abe Kazushige Empty
MessageSujet: Re: Abe Kazushige   Abe Kazushige Icon_minitimeJeu 26 Nov 2009 - 22:04

Projection privée (Indibijuaru Purojekushon, 1997; 10/18, 190 pages, traduit en 2000 par Jacques Lévy).
Ce roman se présente sous la forme d'un journal (ou d'extraits de journal ?) tenu par Onuma, jeune (moins de 33 ans) projectionniste dans un cinéma un peu minable, le Cinéma international de Shibuya.
Il rédige ses réflexions, ses remarques de manière très objective, quasi clinique.

La forme même du journal lui permet d'avoir le contrôle de ce qu'il raconte, puisqu'il rapporte toujours les événements après coup ; il a donc eu le temps de les digérer, les remanier, d'y réfléchir (si on voulait aller plus loin, on pourrait même penser que c'est très subtil, et que le journal est une forme fragmentée du roman qui fait écho au fait que le film est lui-même fragmenté image après image sur une pellicule ; "le cinéma, c'est la réalité à 24 images par seconde", pour citer Godard, le réalisateur le plus sur-estimé du monde ; au passage - et sans rapport avec ce qui précède - à la télévision, il y a 25 images par seconde, du coup un film de cinéma de deux heures ne durera plus qu'une heure cinquante cinq minutes... heureusement que la coupure de publicités est là pour compenser sur les chaînes commerciales).

A propos du caissier d'un libre-service qui ne se cache pas d'être "un fétichiste invétéré des jambes" :
Citation :
"Comme il me soupçonnait d'avoir moi aussi des penchants dans ce goût, je lui ai dit que, ces temps-ci, je donnais dans le voyeurisme. Toujours est-il que, selon les journaux, la criminalité et le chômage ne cessent de croître, que déjà l'été s'annonce froid et que les agriculteurs sont complètement découragés. Les politiciens n'arrêtent pas de commettre des bourdes diplomatiques et gagnent l'hostilité du monde entier. Sans doute tout cela va-t-il se solder par une guerre. Sur les écrans de cinéma les monstres s'en donnent à coeur joie. Bref, il ne se passe que des choses inquiétantes." (pages 11-12).

Il est vrai qu'Onuma aime observer les gens. Depuis sa cabine de projectionniste, il ne regarde pas les films.
Citation :
"Je regarde autre chose à la place. D'où je suis j'ai vue sur la totalité des sièges, de sorte que je suis tout le temps en train d'observer ce qui se passe parmi les spectateurs. C'est plus intéressant que le film. Et ce n'est jamais le même spectacle." (page 26)

Il a visiblement la volonté de se tenir au courant des choses du monde, d'être un observateur attentif de ce qui se passe, tout en gardant un profil bas. Il semble cacher quelque chose...

Un jour, il se trouve pris un peu légèrement dans une rixe ("Quelle bêtise j'ai commise aujourd'hui.", page 12 - et on remarquera qu'il n'y a pas de point d'exclamation, mais bien un vrai point, qui dit la chose factuellement. Un peu comme Droopy qui dirait "I am happy". Les "!" et autres "!?" font leur apparition progressivement, accompagnant le crescendo maelströmien de l'intrigue).

Devant quatre jeunes morveux à qui il doit régler leur compte, on voit que Onuma semble être un vrai professionnel du combat, très observateur.

Citation :
"Trois parmi les quatre portaient les cheveux longs qui, à l'état naturel et sans produit coiffant, ne manqueraient pas de leur gêner la vue au premier mouvement. Ils avaient tous des AJXI aux pieds." (page 17).
Plus loin :
Citation :
"Bien m'avait pris ce jour-là de ne pas avoir chaussé mes Irish setters et choisi mes Nylon cortez. J'avais le pied léger, ce qui facilitait l'attaque." (page 18).
Après la baston, Onuma s'en veut de s'être laissé aller...
Citation :
"Pourvu que mes patients efforts depuis près de six mois pour ne pas me faire remarquer ne soient pas gâchés. Ce genre de conduite futile peut coûter la vie à un espion en sommeil." (page 19).

Qui est vraiment Onuma ? Et que s'est-il passé six mois auparavant ?

Il tente d'analyser son désir de violence :
Citation :
"Je le reconnais, j'ai tendance à être attiré par la violence. Mais alors pourquoi le suis-je, ou encore pourquoi les gens le sont-ils ? Prétendre que c'est pour combler le vide creusé par l'ennui peut tenir lieu d'explication, pourtant rien ne dit qu'il suffise que l'ennui disparaisse pour que se dissipe l'attrait qu'elle exerce. Difficile également de croire que ce soit la formation que j'ai reçue quand j'étais élève au Cours qui soit à l'origine de mon très fort intérêt pour tout ce qui a rapport à la violence."(page 20)
Mais quel est ce mystérieux Cours ?

Le passé va remonter à la surface à la suite d'un accident (mais est-ce vraiment un accident ?).

Que se passe-t-il exactement ?
Y a-t-il vraiment des complots ?
Tout cela relève-t-il d'un esprit fiévreux, paranoïaque ?
Cela sert-il à quelque chose de se poser des questions ?

Confusion, révélations, et contre-révélations se suivent...

Il est sans doute vrai, comme le mentionne la quatrième de couverture, qu'il y a quelque chose de Fight Club (n'ayant vu que le film, je ne serai pas catégorique).

Tout est flou et sujet à caution dans le livre, jusque dans les détails. Prenons les dates. On trouve par exemple "29 juin (mercredi)", "20 août (samedi)"... Jusque là, c'est cohérent.
Mais comme tout est minutieusement précisé, page 96 il est question de chaussures : Air Max 95, Air Max 96. On pourrait penser qu'on est en 1996 ou en 1997, mais est-ce vrai ? En quelle année se déroule le roman ? Une petite recherche montre qu'un 20 août qui tombe un samedi, on en a un en 1994, ce qui trop tôt, les Air Max 96 n'existaient pas, le suivant étant... en 2005 ! Donc, Abe Kazushige aurait écrit en 1997 un roman futuriste ? Les jours de la semaine tombant à chaque fois correctement par rapport au jour du mois, il a forcément consulté un calendrier.
Cela relève donc bien d'une intention...

C'est quand même curieux... comme le livre, pas mal, parfois un peu long (la confusion ça va bien cinq minutes, mais à force, quand tout peut arriver, l'attention faiblit, on n'est même plus vraiment surpris, juste blasé).
Ceci dit, il y a une atmosphère, et l'intrigue est souvent... intrigante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Abe Kazushige Empty
MessageSujet: Re: Abe Kazushige   Abe Kazushige Icon_minitimeJeu 26 Nov 2009 - 22:37

c'est un fétichiste de la Nike ?

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Abe Kazushige Empty
MessageSujet: Re: Abe Kazushige   Abe Kazushige Icon_minitimeJeu 26 Nov 2009 - 22:50

animal a écrit:
c'est un fétichiste de la Nike ?

Hé hé !
Il y a des écrivains (j'imagine - à tort ? - que ça a commencé aux Etats-Unis) qui ne peuvent s'empêcher de citer des marques, des modèles...
Les chaussures vintage, c'est trop tendance, apparemment, ou en tout cas ça l'était...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Abe Kazushige Empty
MessageSujet: Re: Abe Kazushige   Abe Kazushige Icon_minitimeJeu 26 Nov 2009 - 23:03

y a toujours des accros (je note pour noël...). William Gibson joue bien avec les marques, il élargit au-delà de l'objet d'ailleurs, vrai avant mais pleinement utilisé dans Identification des schémas. (oui, je profite bassement de l'occasion pour reparler de Gibson)

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Abe Kazushige Empty
MessageSujet: Re: Abe Kazushige   Abe Kazushige Icon_minitimeVen 11 Déc 2009 - 21:54

Projection privée

Lu alors que ce n'était pas prévu. Un bouquin au format improbable, écrit gros sur un papier à l'air trop épais pour être honnête, un point de vue des éditeurs en quatrième de couverture qui n'en est pas tout à fait un. C'est japonais, ça doit être épuré et profond, des jeunes en noir et blanc sur la couv, ça doit être social et moderne. Chouette ? Voyons voir...

J'ai relu la présentation de eXPie, il a vu plein de choses qui m'ont échappé. Côté style je me suis vite posé la question (ça m'arrive généralement avec le peu d'auteurs japonais que je lis : y a-t-il une barrière infranchissable de la langue pour que ça ait l'air aussi vide ? ou bien traduction (un ton directe et des drôles de tournures ? ou c'est juste que c'est branché ? toujours est-il que de ce côté là ça ne casse pas des briques.

Par contre c'est vrai qu'on attend la suite, ça intrigue malgré qu'on sente venir la fausse fin trop appuyée et un peu bidon. Mais qu'est-ce donc alors ?

Mon impression part du titre : Projection privée. Onuma, projectionniste, peut-être, se fait des films, dans sa tête. Il brode et décolle de sa réalité en incrustant une grosse quantités d'images toutes faites et très présentes : trip fashion, menaces de violences sous des formes diverses : jeunes lycéens, crime organisé, séquestrations, pédophilie, prostitution, fétichisme, sm... une vague dose d'atome par là dessus.

Il oppose à ça (réflexe de peur ou de défense probable) une vision de contrôle de soi et de son monde assez rustique : observation et entrainement pour être prêt à tout. Un véritable agent secret en culottes courtes, très fort dans sa tête, tellement que c'est caché au dehors, un peu comme une errance mentale de collégien - pour caricaturer avec le côté manga du délire avec bastons et tout le tralala.

Ça se formalise donc (un des points intéressant du roman) en glissant naturellement vers un besoin d'embrigadement avec une tentation récurrente d'ordre moral, une petite dérive à droite (ce qui rapproche un peu avec l'histoire des clans de mafieux).

Reste à déterminer si il ne joue pas autant à utiliser ces images, le cradingue, le "choquant" comme moteur pour faire suivre le lecteur dans l'impression de légèreté de la lecture. Difficile à dire parce que le ton semble immanquablement ironique quelque part, il y a du second degré (j'espère, pour Julio au moins !)

Sans construire de vraies images (loin du Lys dans la vallée d'il n'y a pas si longtemps) ce bouquin repose dessus, des images modernes, un peu simples, un peu bidons même... sans offrir une grande réflexion il provoque une impression de malaise et d'une relative fascination, un certain intérêt pour l'exposition d'une gestion nécessaire de la peur et du rapport de force ? un besoin de se sentir ou de s'identifier fort, vainqueur parce qu'on se sait plus faible. Le clin d'oeil à Akira ?

faut voir. sans que ce soit indispensable.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Abe Kazushige Empty
MessageSujet: Re: Abe Kazushige   Abe Kazushige Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Abe Kazushige
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature asiatique (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature japonaise-
Sauter vers: