Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Andrea Chénier

Aller en bas 
AuteurMessage
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Andrea Chénier Empty
MessageSujet: Andrea Chénier   Andrea Chénier Icon_minitimeDim 6 Déc 2009 - 22:11

Andrea Chénier - Bastille 2009


D'après le programme, le compositeur Umberto Giordano, est né en 1867 et mort en 1948 et il est l'un des "compositeurs les plus représentatifs de ce qu'on a appelé le vérisme". Il a essentiellement composé des opéras, dont ne sont plus joué actuellement qu'Andrea Chénier et un peu moins Fedora.
Il s'agissait de l'entrée au répertoire de l'opéra de Paris de l'oeuvre, qui est joué assez fréquemment sur des scènes internationales, il s'agit d'un opéra apprécié de certains ténors, car le rôle titre comprend des morceaux de bravoure permettant à un ténor en grande forme vocale de briller tout particulièrement.
Le livret est sensé raconter l'histoire d'André Chénier, poète, vivant au XVIIIem siècle, qui bien que favorable à la Révolution, encore que monarchiste, a fini exécuté pendant la Terreur, juste deux jours avant la chute de Robespierre. Il y a évidemment une histoire d'amour avec une jeune aristocrate, Madeleine de Coigny, qui partage le sort de son bien aimé en montant à l'échafaud.

Andrea Chénier Opera-10


Je dois dire que ni l'opéra italien en général, ni le vérisme en particulier, ne sont pas forcement ce que je préfère à l'opéra. Mais la musique de Giordano, se laisse écouter agréablement dans le cadre d'une représentation, même si ce n'est pas tout à fait ce que je passerais en boucle chez moi. Les chanteurs, Marcelo Alvarez en tête sont parfaits, et ont d'ailleurs frénétiquement été applaudis par les public. Même si ce type d'airs assez artificiels ne m'enthousiasme pas complètement, je reconnais que c'est très efficace, et Marcelo Alvarez et Micaela Carosi survolent toutes les difficultés de la partition avec beaucoup de classe, d'aisance et d'élégance. Et semblent aimer ça. L'orchestre sous la baguette de Daniel Oren les accompagne avec efficacité, donnant même par moments impressions que cette musique est raffinée et subtile.

La mise en scène sifflée paraît-il à la première est spectaculaire, par les décors, grandioses et beaux esthétiquement. Les costumes sont également esthétiquement réussis, les figurants nombreux. Pas de relecture révolutionnaire mais un joli livre d'images qui ne gêne à aucun moment le chant, et qui raconte l'histoire du livret, dans les costumes d'époque, même s'ils sont un peu stylisé au premier acte. A mon avis, cela ne méritait pas vraiment de sifflets, ni d'applaudissements frénétiques non plus, enfin si pour les concepteurs de décors et costumes, dans leur genre ils sont réussis.

Certes pas la soirée la plus marquante que j'aurais passée à l'opéra, mais loin d'être la plus désagréable aussi, c'était la première fois que je voyais cette oeuvre, qui ne sera sans doute pas ma préférée, mais j'aime toujours découvrir de nouvelles choses.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Andrea Chénier Empty
MessageSujet: Re: Andrea Chénier   Andrea Chénier Icon_minitimeDim 6 Déc 2009 - 22:50

Pour compléter le fil, un poème du vrai André Chénier, écrit paraît en prison avant de mourir.



Iambes –Comme un dernier rayon

Comme un dernier rayon, comme un dernier zéphire
Anime la fin d’un beau jour,
Au pied de l’échafaud j’essaye encor ma lyre.
Peut-être est-ce bientôt mon tour ;
Peut-être avant que l’heure en cercle promenée
Ait posé sur l’émail brillant,
Dans les soixante pas où sa route est bornée,
Son pied sonore et vigilant,
Le sommeil du tombeau pressera ma paupière !
Avant que de ses deux moitiés
Ce vers que je commence ait atteint la dernière,
Peut-être en ces murs effrayés
Le messager de mort, noir recruteur des ombres,
Escorté d’infâmes soldats,
Ébranlant de mon nom ces longs corridors sombres,
Où seul, dans la foule à grands pas
J’erre, aiguisant ces dards persécuteurs du crime,
Du juste trop faibles soutiens,
Sur mes lèvres soudain va suspendre la rime;
Et chargeant mes bras de liens,
Me traîner, amassant en foule à mon passage
Mes tristes compagnons reclus,
Qui me connaissaient tous avant l’affreux message,
Mais qui ne me connaissent plus.
Eh bien! j’ai trop vécu. Quelle franchise auguste,
De mâle constance et d’honneur
Quels exemples sacrés doux à l’âme du juste,
Pour lui quelle ombre de bonheur,
Quelle Thémis terrible aux têtes criminelles,
Quels pleurs d’une noble pitié,
Des antiques bienfaits quels souvenirs fidèles,
Quels beaux échanges d’amitié,
Font digne de regrets l’habitacle des hommes ?
La peur blême et louche est leur Dieu,
La bassesse, la honte. Ah ! lâches que nous sommes!
Tous, oui, tous. Adieu, terre, adieu.
Vienne, vienne la mort ! que la mort me délivre !...
Ainsi donc, mon cœur abattu
Cède au poids de ses maux ! — Non, non, puissé-je vivre !
Ma vie importe à la vertu.
Car l’honnête homme enfin, victime de l’outrage,
Dans les cachots, près du cercueil,
Relève plus altiers son front et son langage,
Brillant d’un généreux orgueil.
S’il est écrit aux cieux que jamais une épée
N’étincellera dans mes mains,
Dans l’encre et l’amertume une autre arme trempée
Peut encor servir les humains.
Justice, vérité, si ma main, si ma bouche,
Si mes pensers les plus secrets
Ne froncèrent jamais votre sourcil farouche,
Et si les infâmes progrès,
Si la risée atroce, ou plus atroce injure,
L’encens de hideux scélérats,
Ont pénétré vos cœurs d’une large blessure,
Sauvez-moi. Conservez un bras
Qui lance votre foudre, un amant qui vous venge.
Mourir sans vider mon carquois !
Sans percer, sans fouler, sans pétrir dans leur fange
Ces bourreaux barbouilleurs de lois !
Ces vers cadavéreux de la France asservie,
Égorgée ! ô mon cher trésor,
O ma plume, fiel, bile, horreur, dieux de ma vie !
Par vous seuls je respire encor
Comme la poix brûlante agitée en ses veines
Ressuscite un flambeau mourant.
Je souffre; mais je vis. Par vous, loin de mes peines,
D’espérance un vaste torrent
Me transporte. Sans vous, comme un poison livide,
L’invisible dent du chagrin,
Mes amis opprimés, du menteur homicide
Les succès, le sceptre d’airain,
Des bons proscrits par lui la mort ou la ruine,
L’opprobre de subir sa loi,
Tout eût tari ma vie, ou contre ma poitrine
Dirigé mon poignard. Mais quoi !
Nul ne resterait donc pour attendrir l’histoire
Sur tant de justes massacrés !
Pour consoler leurs fils, leurs veuves, leur mémoire !
Pour que des brigands abhorrés
Frémissent aux portraits noirs de leur ressemblance!
Pour descendre jusqu’aux enfers
Nouer le triple fouet, le fouet de la vengeance
Déjà levé sur ces pervers!
Pour cracher sur leurs noms, pour chanter leur supplice !
Allons, étouffe tes clameurs;
Souffre, ô cœur gros de haine, affamé de justice.
Toi, Vertu, pleure si je meurs.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Andrea Chénier Empty
MessageSujet: Re: Andrea Chénier   Andrea Chénier Icon_minitimeDim 6 Déc 2009 - 22:53

Je ne résiste pas...J'adore...
La Mamma morta par Maria Callas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Andrea Chénier Empty
MessageSujet: Re: Andrea Chénier   Andrea Chénier Icon_minitimeDim 6 Déc 2009 - 23:01

Il ne faut surtout pas résister Coline bisous

Un petit extrait dans une autre inteprétation :

Mario Del Monaco

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Andrea Chénier Empty
MessageSujet: Re: Andrea Chénier   Andrea Chénier Icon_minitimeDim 6 Déc 2009 - 23:23

Merci pour cette présentation. La scénographie semble très classique (un peu comme celle de Zambello pour "Dialogues des Carmélites") mais j'aurais été curieux de découvrir cet opéra dont je ne connais que les airs les plus célèbres.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amapola
Agilité postale


Messages : 792
Inscription le : 18/08/2007

Andrea Chénier Empty
MessageSujet: Re: Andrea Chénier   Andrea Chénier Icon_minitimeMer 9 Déc 2009 - 17:38

J'adore cet opéra.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Andrea Chénier Empty
MessageSujet: Re: Andrea Chénier   Andrea Chénier Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Andrea Chénier
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sandrine & Andrea
» Beauté de l'italien et la voix d'Andrea Bocelli
» Andrea Camilleri et le sicilien
» John de Andrea

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Images et sons :: Théâtre, spectacles :: Pièces vues par des parfumés-
Sauter vers: