Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Henri Vincenot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hexagone
Envolée postale
avatar

Messages : 260
Inscription le : 18/01/2010
Age : 46
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Henri Vincenot   Lun 18 Jan 2010 - 21:23


Henri Vincenot (Dijon 1912 - Dijon 1985)
Biographie extraite de wikipedia :
Citation :
Henri Vincenot a passé son enfance dans une famille d'employés du chemin de fer, plus précisément de la compagnie du PLM. Son père était ingénieur à la voie, son grand-père paternel mécanicien, son grand-père maternel était garde-barrière à Mâlain (à 16 km à l'ouest de Dijon). La majorité de ses oncles étaient à la traction. Henri Vincenot a grandi dans le quartier Cheminot de Dijon, le quartier des Perrières, proche de la gare de Dijon Ville et du dépot de Dijon Perrigny. Diplômé d'HEC, il a travaillé aux chemins de fer, puis comme journaliste au journal La Vie du Rail (anciennement nommé Notre Métier), dont il fut pendant plus de vingt ans l'un des principaux rédacteurs. A la fin de sa vie, il s'est retiré à Commarin (Côte-d'Or) où il a écrit la plupart de ses ouvrages.

Je suis surpris de ne pas trouver cet auteur sur le site. Pour ma part c'est un écrivain dont j'ai un grand plaisir à tourner les pages de ses livres. Si le plus célèbre et la Billebaude il n'est pas mon préféré. Le maître des abeilles me semble être une bonne entrée en la matière. Pour cerner l'homme, il a travaillé de nombreuses années à la rédaction de la vie du rail, il fut sculpteur, peintre. Ses récits sont ancrés dans sa bourgogne natale. Il y relate la vie des hommes et l'inexorable avancée du progrès qui déstabilise les hommes. Une grande part est laissée aux messages pré- chrétien que la nature, les hommes et l'architecture ont laissé. Certains le créditeront d'auteur régionaliste un peu réactionaire, c'est faire peu de cas de son talent. Au gens qui ne le connaissent pas je répond qu'il s'agit d'une certaine manière d'un Giono bourguignon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Henri Vincenot   Mar 19 Jan 2010 - 1:38

Un Giono bourguignon, c'est bien vu, oui. En tout cas, très lu en Bourgogne!
Mon meilleur souvenir: Le Pape des escargots.

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hexagone
Envolée postale
avatar

Messages : 260
Inscription le : 18/01/2010
Age : 46
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Henri Vincenot   Mar 19 Jan 2010 - 10:27

Ah Vincenot, quelle truculence, quel talent. Tu me rassures en disant qu'il est lu en Bourgogne. J'avais un peu peur qu'il disparaisse des tables de chevet. Le pape des escargots est effectivement une perle. Comment ne pas être pris d'une grande sympathie pour la gazette ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hexagone
Envolée postale
avatar

Messages : 260
Inscription le : 18/01/2010
Age : 46
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Henri Vincenot   Mar 26 Jan 2010 - 9:02

A propos de " Etoiles de Compostelle " :

Les chemins de Compostelle,

Récit initiatique d'un essarteur bourguignon, on suit la lente évolution, les états d'âmes et la réalisation de Jehan le Tonnerre.
Evoluant au sein d'une communauté de défricheurs, le Jeune Jéhan est attiré comme par tropisme par les moines de la vallée et les compagnons bâtisseurs.
Intrigué jusqu'à effectuer le premier pas qui va le conduire sur un long chemin.
Quittant ses pairs et leur pratique ancestrale, Jehan va s'approprier par apprentissage le savoir des maîtres bâtisseurs, véritables compagnons du devoir.
Lui qui appartient à une lignée de destructeurs de la forêt, monument végétal, va par l'apprentissage, les rencontres, l'initiation, devenir un bâtisseur de monuments minéraux.
Entouré, guidé de ses maîtres et du "Prophète", personnage récurent des romans de Vincenot, Jehan va nous emmener vers le pélérinage de Saint Jacques de Compostelle. Voyage qui lui révélera tous les savoirs, la divine proportion et le triangle d'or.
" Marche, marche, et tu verras" lui répéte le Prophète.
Ce dernier va lui apprendre à lire tous les symboles celtes et druidiques, habilement dissimulés et légués par ceux qui ont fait allégeance au christianisme, et qui néanmoins conservent leur symbolique jusqu'au coeur des cathédrales.
De la Vouivre, aux rouelles et toute une pléiade d'autres symboles, nous allons suivre un cours d'histoire celte.
Encore une fois le barde bourguignon, M. Vincenot, nous fait vivre, par sa faconde et sa truculence une histoire de terroir, de gens simples au destin fabuleux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
domreader
Zen littéraire
avatar

Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Henri Vincenot   Ven 5 Mar 2010 - 19:30

Les Etoiles de Compostelle
Henri Vincenot


Je n'ai pas grand-chose à rajouter au résumé d'Hexagone ci-dessus. C'est vrai que Vincenot écrit de façon très agréable. J'ai aimé la façon dont il montre que la religion chrétienne a repris beaucoup des points forts de la religion celte en les transformant, tant dans les récits bibliques que dans les grands principes de la construction des 'temples' que sont nos églises.
Les trois premiers quarts du récit qui suivent les bâtisseurs, les compagnons, les franc-maçons sont interessants mais j'ai survolé le dernier quart jusqu'à Compostelle qui était moins construit, où les villes et les monuments défilent.
Une lecture bien agréable tout de même.

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hexagone
Envolée postale
avatar

Messages : 260
Inscription le : 18/01/2010
Age : 46
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Henri Vincenot   Dim 28 Mar 2010 - 21:16

Concernant le Maître des Abeilles :

Un bourdonnement de bonnes choses.

Vincenot le chantre de la Bourgogne ,enchante par ses mots simples et évocateurs cette allégorie sur le bon sens et la vivacité de la nature.
La rédemption par le songe d'un citadin rongé par la frénésie d'une vie stressante, éprouvant des remords quand il rêve que la maison de ses ancêtres s'écroule et se ruine là bas, en Bourgogne. Ni une ni deux, un aller qui est un retour au pays, en compagnie de son fils toxicomane, lui révéleront un bonheur de vivre sans commune mesure avec sa vie présente.
Son fils Loulou, sera sevré grâce aux soins prodigués par le maître des abeilles, Balthazar.
Roi mage des mouches qui annonce la re-naissance d'un nouvel homme, proche de la nature er transformé par elle. Quittant sa chrysalide morbide pour renaître et sépanouir aux rayons de miel gorgés de soleil.
L'amour, la solidarité, la rusticité fond de cet ouvrage une parenthèse, un havre où les esprits trouveront reflexion et soulagement.
On peut parfois trouver Vincenot rétrograde, peut être réactionnaire sur la position del a femme et de la place qu'elle s'est trouvée dans la société de l'époque ( années 70), mais sa description des moeurs et du train de vie ne se font jamais à l'emporte pièce et trouve cette justesse qui nous font adhérer à ses descriptions parfois hilarantes.
Un livre à mettre entre toutes les mains,qui donnera des picotements de joies dans les pupilles, pour ses descriptions du grenier qui abrite le rucher du maître, et son emportement à décrire les moeurs des abeilles.
Bonne lecture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hexagone
Envolée postale
avatar

Messages : 260
Inscription le : 18/01/2010
Age : 46
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Henri Vincenot   Mar 30 Mar 2010 - 9:12

A propos " Du côté des bordes " :

Une Borde, est de par chez nous, un petite exploitation agricole, à priori à l'écart du bourg. C'est dans l'une de ces fermes que Vincenot place son récit, il relate la vie d'un commis de ferme. Valeureux, courageux, ne posant pas le manche après la cognée. Sastisfait de son état, plein d'allégresse, François évolue au sein d'une famille agricole qui l'a recueilli, étant d'état orphelin. Les travaux vont bon train, mais nous sommes en 1940. Les jeunes conscrits, ces fils de famille, partent vers l'inconnu. Puis l'armée d'occupation vient prendre ses quartiers dans le village et la borde. La cohabitation se passe plutôt bien, et là se trouve le talent de Vincenot. C'est qu'au sein de ces espaces bourguignons, il va placer une histoire d'hommes et de femmes, dépliant méticuleusement les caractères des uns et des autres, comme un papillon ses ailes en sortant du cocon. Car cette occupation va faire sortir les uns et les autres de leur chrysalide, les révéler. Les maîtres, les serviteurs, les soldats, les femmes, la cohabitation de ce beau monde va mettre en action des événements impensables à l'aube de la guerre. Tel cet homme prêt à manger son chapeau pour sauver son fils, telle cette fille papillonnante devenue grosse d'un allemand. Bref une belle histoire de terre, d'hommes, sans manichéisme de la part de l'auteur. Il y a des bons et des salauds des deux côtés. La gageure du livre était de tracer le trait complaisant d'une armée d'occupation sans verser dans la collaboration. Vincenot y parvient, la Bourgogne offrant un cadre de répit aux âmes mises à mal par la guerre. Une parenthèse qu'ouvre Vincenot pour nous dire à plusieurs reprises que les hommes restent ce qu'ils sont, les instruments de leviers plus puissants qu'eux, et que parfois un cadre, une rencontre, une circonstance peuvent changer le regard de manière définitive. Encore faut-il avoir le privilège de pouvoir les vivre. Du côté des bordes est l'un des premiers livres de Vincenot, qui trace là le sillon qu'on lui connaît et qu'il ne fera qu'approfondir au cours de son oeuvre. Ironie du sort, ce livre fut édité à titre posthume. Merci Monsieur Vincenot de nous avoir offert des livres où les hommes ont le front haut, l'immense richesse de cette dimension que nous avons égarée sur la route du progrès : le bon sens. Un livre plein d'humanité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hexagone
Envolée postale
avatar

Messages : 260
Inscription le : 18/01/2010
Age : 46
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Henri Vincenot   Jeu 1 Avr 2010 - 21:07

A propos de " Mémoires d'un enfant du rail " :

Littérature ferroviaire.

Vincenot nous délivre le récit de ses souvenirs d'enfant et d'homme. Enfant grandissant au sein de l'univers ferroviaire et se construisant en tant qu'homme au sein de cette confrérie. Son gran père, son père, ses oncles sont tous de loyaux cheminots. Ils sont de cette coterie, de cette matrice au sein des motrices qui forge les hommes et leurs vies et où la fraternité n'est pas un vain mot. Il y a des divergeances, des spécialisations dont Vincenot fait le récit avec acuité et délice. ll y a l'avénement de l'electricité à une époque où les trains sont à vapeur. Tout le chamboulement que cela implique, la réorganisation du travail, la transformation de la ville et la désertification des campagnes. Il y a les amours de Vincenot, son entrée à la société PLM qui deviendra la SNCF. Il y a les oppositions syndicales, les impérities des huiles. On se dit que rien n'a vraiment changé, du moins pas en profondeur. Vincenot n'est pas ici le chantre de la Bourgogne comme dans ses autres ouvrages. Il nous donne une tranche de vie, de sa vie à une époque où l'honneur, l'amour du travail bien fait, la parole donnée étaient les valeurs quotidiennes de l'honnête homme. Je ne conseillerai pas ce livre pour appréhender et apprécier l'oeuvre du maître. Mémoires d'un enfant du rail est plus personnel que ses ouvrages plus connus. Il n'en constitue pas moins pour le passionné un élément de l'univers de Vincenot dont j'ai toujours un grand plaisir à découvrir des éléments.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hexagone
Envolée postale
avatar

Messages : 260
Inscription le : 18/01/2010
Age : 46
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Henri Vincenot   Jeu 5 Aoû 2010 - 8:39

Lecture du moment, " Les voyages du Professeur Lorgnon". Un " road movie" ferroviaire servit par la truculence de Vincenot. Guide tourisitique de ces petites lignes de chemin de fer aujourd'hui disparues. Déservant les lignes de campagnes et qui ont été absorbées par les grandes lignes. 2mouvant de nostalgie et de poésie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hexagone
Envolée postale
avatar

Messages : 260
Inscription le : 18/01/2010
Age : 46
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Henri Vincenot   Dim 8 Aoû 2010 - 7:46

La France du rail.

Le Professeur Lorgnon, truculent poète, érudit, nous décline au grès de ses voyages férroviaires une chronique touristique digne d'un dillétante parti en pérégrinations au fil du temps. A n'en pas douter ce Lorgnon est le double littéraire de notre Vincenot bien aimé. Savant en ce qui concerne l'histoire de la France, de sa géographie et de ses habitants. Il faut se laisser guider par les chemins ( de fer) de traverses que nous fait emprunter Lorgnon. On y découvre, à l'écart des grandes lignes, les trésors parfois cachés de la campagne, ses moeurs, sa gastronomie et son histoire séculaire. Le récit est emprunt de poésie, d'anecdotes, de légéreté, tout cela servit par une langue pleine de rythme et de rebondissements. Lorgnon nous fait parcourir ces petites lignes qui ont aujourd'hui souvent disparu. Celles qui se frottent aux escarpements les plus tortueux, aux pentes les plus raides, qui au détour d'un vallon offre au voyageur des paysages splendides. On parcourt les lignes du Bugey, on chemine la chaîne Hercynienne, les reliefs armoricains, les volcans d'Auvergne, le pays Basque, la Champagne. A l'heure des TGV vrombissant, des gares aux allures de paquebots, des cabines climatisées, laissez vous emporter dans ce voyage qui ne date que des années 60 à 70.
On peut reprocher à Vincenot la récitation des villes et villages qui égrénent ses voyages, peut être est-ce rébarbatif mais au combien instructif.
Un court extrait qui relate l'esprit :
"- Sept jours pour faire, intelligement, trois cents kilomètres ? Cela me paraît un mnimum! répondit Lorgnon qui ajouta: Par ces temps de vitesse, on montre de l'esprit en voyageant lentement !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hexagone
Envolée postale
avatar

Messages : 260
Inscription le : 18/01/2010
Age : 46
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Henri Vincenot   Mar 17 Aoû 2010 - 21:42

Je viens de terminer " La pie saoule "
C'est en retrouvant la correspondance des ses aïeux que Vincenot a eu l'idée d'écrire ce livre.
Comme à l'accoutumée, il nous entraîne au travers de la Bourgogne, plus précisément des contreforts de la campagne morvandelle à Lyon et nous narre l'histoire de Lazare, déterminé à devenir mécanicien ,comprenez chauffeur de locomotive, à une époque ou les escarbilles volent au vent, ou la vapeur imprime aux motrices la cadence du voyage.
Au travers des aventures et des pérégrinations de son héros, Vincenot fait revivre l'industrialisation de la société et les chamboulements que cela va imprimer à toute la société. Le livre date de 1956, et même si l'écriture peut paraître désuette, elle annonce déjà le style des grands romans de Vincenot. Cet ouvrage s'inscrit dans le cycle des " Voyages du professeur Lorgnon" et " Les chevaliers du chaudron" n'oublions pas que Vincenot à longtemps collaboré à " La vie du rail".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
grain de sel
Envolée postale
avatar

Messages : 122
Inscription le : 01/03/2007
Localisation : Lyon

MessageSujet: Re: Henri Vincenot   Lun 22 Nov 2010 - 14:54

Hexagone a écrit:

Henri Vincenot (Dijon 1912 - Dijon 1985)
Biographie extraite de wikipedia :
Citation :
Henri Vincenot a passé son enfance dans une famille d'employés du chemin de fer, plus précisément de la compagnie du PLM. Son père était ingénieur à la voie, son grand-père paternel mécanicien, son grand-père maternel était garde-barrière à Mâlain (à 16 km à l'ouest de Dijon). La majorité de ses oncles étaient à la traction. Henri Vincenot a grandi dans le quartier Cheminot de Dijon, le quartier des Perrières, proche de la gare de Dijon Ville et du dépot de Dijon Perrigny. Diplômé d'HEC, il a travaillé aux chemins de fer, puis comme journaliste au journal La Vie du Rail (anciennement nommé Notre Métier), dont il fut pendant plus de vingt ans l'un des principaux rédacteurs. A la fin de sa vie, il s'est retiré à Commarin (Côte-d'Or) où il a écrit la plupart de ses ouvrages.

Je suis surpris de ne pas trouver cet auteur sur le site. Pour ma part c'est un écrivain dont j'ai un grand plaisir à tourner les pages de ses livres. Si le plus célèbre et la Billebaude il n'est pas mon préféré. Le maître des abeilles me semble être une bonne entrée en la matière. Pour cerner l'homme, il a travaillé de nombreuses années à la rédaction de la vie du rail, il fut sculpteur, peintre. Ses récits sont ancrés dans sa bourgogne natale. Il y relate la vie des hommes et l'inexorable avancée du progrès qui déstabilise les hommes. Une grande part est laissée aux messages pré- chrétien que la nature, les hommes et l'architecture ont laissé. Certains le créditeront d'auteur régionaliste un peu réactionaire, c'est faire peu de cas de son talent. Au gens qui ne le connaissent pas je répond qu'il s'agit d'une certaine manière d'un Giono bourguignon.

Je viens de terminer la lecture du livre "les étoiles de Compostelle" voici mon grain de sel :)

Un récit riche en enseignements initiatiques et ésotériques !

Évoluant au sein d'une communauté de défricheurs, le Jeune Jehan est attiré par les moines de la vallée et les compagnons bâtisseurs. Quittant ses pairs et leur pratique ancestrale, Jehan va s'approprier par apprentissage le savoir des maîtres bâtisseurs, véritables compagnons du devoir. Puis Jehan va nous emmener vers le pèlerinage de Saint Jacques de Compostelle. Voyage qui lui révélera tous les savoirs, la divine proportion et le triangle d'or.
Ce livre d'Henri Vincenot est profondément marquée par son attachement à la Bourgogne. Ici, il remet en valeur les anciennes pratiques païennes celtiques, tout en montrant à quel point elles sont intégrées dans la culture populaire catholique.

J'ai retrouvé un peu l'ambiance des "pilier de la terre" de Ken follet. Cette lecture m'a aussi donné l'idée de passer le weekend en Bourgogne, nous avons visité Dijon et bien sur la Basilique Sainte Marie-Madeleine de Vezelay dont il est question (entre autre) dans ce livre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.agoradeslivres.com
Hexagone
Envolée postale
avatar

Messages : 260
Inscription le : 18/01/2010
Age : 46
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Henri Vincenot   Lun 22 Nov 2010 - 16:56

Super, je me sentais un peu seul. Ravi d'apprendre que cela t'ait plu. Personnellement je n'ai pas apprécié les piliers de la terre. Je suis en train d elire Clavel et je retrouve un peu l'univers de Vincenot. Des histoires d'hommes avec beaucoup de simplicité dans les mots et de la grandeur d'âme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Henri Vincenot   

Revenir en haut Aller en bas
 
Henri Vincenot
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Mafuta, Henri Jaspar, le Belgian Sailor
» anniversaire Henri (Engels)
» décès d'HENRI TROYAT
» Le Havre - Rue Henri Gautier
» Henri d'andeli

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs nés avant 1915-
Sauter vers: