Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Carla Guelfenbein [Chili]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
traversay
Flâneur mélancolique
avatar

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 59
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Carla Guelfenbein [Chili]   Ven 22 Jan 2010 - 11:13



Citation :
Nouvelliste, romancière, Carla Guelfenbein est traduite dans une dizaine de langues à travers le monde. Chilienne d'origine, elle fuit le régime de Pinochet et s'exile pendant plus de dix ans en Angleterre pour y suivre des études de biologie et de dessin. Forte de cette expérience, elle cumule, de retour au Chili, plusieurs travaux publicitaires pour devenir par la suite rédactrice en chef du magazine féminin Elle. Dans son deuxième roman, 'Ma femme de ta vie', Carla Guelfenbein consigne avec grâce le quotidien passionné de trois étudiants dans les années 1980. Véritable succès, cet ouvrage est rapidement suivi d'un nouvel opus intitulé 'Le reste est silence' dans lequel la romancière traite du thème de la famille et de ses non-dits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
traversay
Flâneur mélancolique
avatar

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 59
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: Carla Guelfenbein [Chili]   Ven 22 Jan 2010 - 11:14



Ma femme de ta vie

Un très beau livre qui évoque les douleurs du Chili bien que la majeure partie de l'action se passe en Angleterre. Mais c'est avant tout une superbe histoire d'amour, complexe et torturée, racontée avec finesse et sans exubérance par une romancière inspirée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Carla Guelfenbein [Chili]   Ven 22 Jan 2010 - 13:19

Merci pour ce fil,
tout comme toi, j'ai bien aimé Ma femme de ta vie et j'attends ton avis sur le dernier paru Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
traversay
Flâneur mélancolique
avatar

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 59
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: Carla Guelfenbein [Chili]   Dim 24 Jan 2010 - 16:59



Le reste est silence

Citation :
Tommy a douze ans, et une maladie cardiaque qui lui interdit les jeux turbulents des garçons de son âge. Caché sous une table, il s’amuse à enregistrer sur son Mp3 le joyeux verbiage d’un banquet nuptial. Et voilà que l’on parle de sa mère, brutalement disparue dix ans plus tôt. Une brèche s’ouvre dans les secrets si bien gardés d’une famille recomposée, comme il en existe tant. La vie que tous croyaient ordonnée et paisible dérape, et les liens se distendent à mesure que l’histoire se tisse. Dans les non-dits de l’autre, chacun cherche sa propre vérité.

Au fond, c'est toujours un peu la même histoire : nous croyons tout connaître de ceux avec lesquels nous vivons, mais ce n'est qu'une illusion. Avec Le reste est silence, Carla Guelfenbein confirme tout le bien que l'on peut penser de cette romancière chilienne, qui écrit mezza voce, et explore avec délicatesse la part d'ombre de chacun de ses personnages. Le livre donne alternativement la parole à un garçon de 12 ans, à son père et à la compagne de celui-ci. Ils ont chacun leurs secrets intimes et une sorte d'incapacité à aimer. Davantage qu'une ombre, la figure de la mère, suicidée dix ans auparavant, hante les pensées de son mari et de son fils, surtout de ce dernier qui apprend peu à peu sa véritable histoire. Bâti comme un thriller psychologique, Le reste est silence est constamment en équilibre instable sur le fil du passé, avec les non-dits et les oublis protecteurs qui conduisent vers une issue dramatique. Il y a de la grâce et de la cruauté à la fois dans ce récit où toutes les assurances de cette famille recomposée se fissurent progressivement comme un pare-brise sous l'impact d'un modeste caillou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
domreader
Zen littéraire
avatar

Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Carla Guelfenbein [Chili]   Dim 24 Jan 2010 - 19:54

J'aime ces histoires de famille, ces secrets bien gardés qu'on découvre petit à petit, je note doc. Comme je regrette de ne pas lire l'espagnol!

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathria
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2867
Inscription le : 18/06/2008
Age : 50

MessageSujet: Re: Carla Guelfenbein [Chili]   Mer 10 Fév 2010 - 12:10

Le reste est silence

J’ai trouvé ce texte beaucoup plus fort que « Ma femme de ta vie ». Tel un cyclone, deux non-dits emportent le fragile équilibre d’une famille recomposée.
Cette histoire se dévoile par le biais de trois voix :
-Juan, le père, représenté par un petit sablier. Comme le Temps, il avance dans la vie, immuable. Engoncé dans ses convictions, rien ne semble l’ébranler.
-Alma (l’âme), la mère de Lola et belle-mère de Tommy. Le symbole se rattachant à ses propos est l’eau. Fluide et mouvante, elle s’adapte, doute, est vivante.
- Tommy, 12 ans, souffre d’une maladie cardiaque, est surprotégé par son père. C’est un enfant intelligent. A partir d’une phrase entendue lors d’une réunion familiale, il déduit et part à la recherche de la vérité. Le symbole de Mars (guerre/homme) le représente. C’est la première fois qu’il va suivre son propre chemin. Prendre conscience le fait grandir. Il prend le risque de se positionner.

J’aime la galerie de personnages aux sentiments complexes. Comme le dit Tommy : chacun a sa vérité. Pas de jugement : chacun fait avec ce qu’il est et ce qu’il a. La difficulté de communiquer (soi par rapport à soi et donc soi par rapport aux autres) est au centre de chaque relation entre les protagonistes.
Carla Guelfenbein ne tombe pas dans la facilité lors de la représentation du couple. (Dans ses deux romans, on a une trilogie amoureuse.).
Un drame qui ne m’a pas laissée indifférente ! Frisson de lecture…

Afin d’éclairer ma lecture, petite question d’ordre culturel (enfin, j’imagine) : Est-ce que gratter le dos des personnes âgées au Chili est une pratique sociale, genre « marque de respect » ? Ou alors, c’est un geste de répétition rassurant ou symbolique pour Tommy ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lachariotteabouquins.blogspot.fr/
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Carla Guelfenbein [Chili]   Mer 10 Fév 2010 - 12:30

Nathria a écrit:
Afin d’éclairer ma lecture, petite question d’ordre culturel (enfin, j’imagine) : Est-ce que gratter le dos des personnes âgées au Chili est une pratique sociale, genre « marque de respect » ? Ou alors, c’est un geste de répétition rassurant ou symbolique pour Tommy ?
conciliabule je viens de demander à ma collègue de travail qui est d'originie chilienne, à sa connaissance, il n'y en a rien de telle sorte.. mais elle va encore demander à sa mère Wink

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
traversay
Flâneur mélancolique
avatar

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 59
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: Carla Guelfenbein [Chili]   Mer 10 Fév 2010 - 15:25

Nathria a écrit:
Le reste est silence
Afin d’éclairer ma lecture, petite question d’ordre culturel (enfin, j’imagine) : Est-ce que gratter le dos des personnes âgées au Chili est une pratique sociale, genre « marque de respect » ? Ou alors, c’est un geste de répétition rassurant ou symbolique pour Tommy ?

Heureux que tu aimes. Quant à ta question, au Chili comme en France, peut-être y a t-il une chance au grattage ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
Nathria
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2867
Inscription le : 18/06/2008
Age : 50

MessageSujet: Re: Carla Guelfenbein [Chili]   Mer 10 Fév 2010 - 19:38

kenavo a écrit:
je viens de demander à ma collègue de travail
Merci, c'est gentil, j'aime bien comprendre le pourquoi du comment...

traversay a écrit:
Heureux que tu aimes. Quant à ta question, au Chili comme en France, peut-être y a t-il une chance au grattage ?
Oui, j'ai aimé ce texte, je ne l'ai pas lâché avant d'avoir fini à vrai dire!
pour le grattage...
Bon, peut-être que Tommy entame la communication par un geste sensé les soulager...Pas grave, ça n'entrave pas la lecture...Je dois être la seule lectrice qui se pose ce genre de question: Pourquoi Tommy gratte t-il le dos des vieux? (ça me donne l'occasion d'utiliser mon smiley favori...Ben pourquoi?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lachariotteabouquins.blogspot.fr/
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Carla Guelfenbein [Chili]   Mer 10 Fév 2010 - 19:42

Noté! Une histoire de famille dans laquelle on se gratte le dos ne peut que me plaire!

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
isabus2
Espoir postal
avatar

Messages : 47
Inscription le : 18/07/2009
Localisation : Moselle

MessageSujet: Re: Carla Guelfenbein [Chili]   Sam 8 Mai 2010 - 20:49

J'ai commencé au mois d'avril Le reste est silence, je n'ai beaucoup avancé ( envers Aériale qui m'a laissée un petit mot sympa), le texte n'est pas sans intérêt sur la nature humaine. Par hasard, j'ai lu que le titre est une citation de William Shakespeare.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Carla Guelfenbein [Chili]   Lun 13 Sep 2010 - 4:52

Citation :
Par hasard, j'ai lu que le titre est une citation de William Shakespeare.
Oui, en exergue:

Dis-le-lui , avec les évènements importants et minimes qui nous ont menés.. Le reste est silence.

William Shakespeare

C'est la fin de Hamlet, il me semble.

Nathria et Traversay ont dit, il me semble, tout ce qu'il y avait à dire sur cette histoire racontée à trois voix dans laquelle domine le secret et le non-dit. On ne peut qu'aimer ces personnages qui ont tellement de mal à communiquer , et qui, à cause de cela, gâchent tant de choses.
Joli roman triste.


_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassiopée
Main aguerrie
avatar

Messages : 347
Inscription le : 28/07/2011
Localisation : France

MessageSujet: Re: Carla Guelfenbein [Chili]   Dim 4 Déc 2011 - 21:18

Le reste est silence

Une couverture superbe et un titre qui, a lui seul, invite à la poésie, et me voici partie avec un auteur inconnu entre les mains …. Qui plus est une femme, chilienne …L’occasion m’était ainsi offerte d’une nouvelle approche de la littérature de ce pays.

Une narration à trois voix :
Le fils de douze ans : Tommy.
Le père : Juan, veuf.
La seconde femme du père : Alma.
Après le numéro de chaque chapitre un symbole pour annoncer qui sera le narrateur.
J’ai accordé de l’importance à ses symboles.
Une flèche montante pour le fils qui veut toujours aller plus loin dans sa quête de la vérité, qui souhaite découvrir et comprendre tous les non-dits de la famille
Citation :
. (« Parfois, les mots sont comme des flèches. Ils vont et viennent, blessent et tuent, comme à la guerre. »)
Un sablier pour le père, qui ne peut pas arrêter le temps. Il doit accepter que la vie avance, l’entraîne, le bouge, l’oblige à agir et que les gens, les situations évoluent. Pourtant son fils voudrait quelquefois que l’aiguille de la montre ne tourne plus et que son papa reste avec lui.
Deux vagues parallèles pour la seconde femme, indécise comme ce qui la représente, un peu comme-ci, un peu comme ça. Ne sachant pas s’il vaut mieux agir d’une façon ou d’une autre…

Trois personnages englués dans leur vie, leur silence, leurs questions, leur réserve qui les empêchent de se confier, de se parler, de s’écouter aussi.

De silences en non-dits, ils ont bâti, cahin-caha, une unité, (une famille ?) pas très stable, où chacun s’empêtre dans ses interrogations, dans ses refus de voir ce qu’il en est réellement. N’est-ce pas plus facile parfois de faire comme si plutôt que de se laisser bouleverser par le changement au risque de perdre cette belle « façade » qui, si elle n’est qu’apparence, rend service parce qu’elle évite de « creuser », d’entendre les réponses aux questions qui font mal, qui dérangent ? ….


L’écriture est belle, bien qu’assortie malgré tout de temps à autre de quelques longueurs. Fouiller les âmes est un exercice difficile, les décrire avec des mots encore plus.
Citation :

« Nous restons silencieux. Nous savons tous les deux que parfois les mots éteignent cette chaleur fragile et profonde qui enflamme les personnes. »

Carla Guelfenbein est un écrivain qui écrit avec émotion, les sensations au bout du stylo. Peut-être parfois, retient-elle trop les mots, n’osant pas se laisser aller mais je la relirai car je pense qu’elle n’ a pas donné sa pleine mesure dans ce roman …


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Carla Guelfenbein [Chili]   Jeu 23 Fév 2012 - 13:26

Le reste est silence

Magnifique et bouleversant.

Un roman qui commence comme un secret de famille qui se découvre sous une table par un petit garçon et qui monte crescendo jusqu'à aboutir à une fin dont je ne dois rien dire.

Se mettre dans la tête d'un gamin de 12 ans malheureux et malade, d'une femme d'eau et d'un homme dur pourrait apparaître un brin dangereux pour un auteur qui ne saurait pas manier les silences, les atermoiements, les brisures. Ce n'est pas le cas de Carla Guelfenbein, qui nous donne ici la possibilité d'entrer dans une histoire douloureuse, difficile, une histoire de heurts et de souffrance. Partant du postulat que nous construisons sans doute nos vies sur des mensonges, sur des amours imaginaires, sur des rêves passagers dont on veut croire à la pérennité, sur l'impression tenace mais fausse de bien connaitre son compagnon, de savoir ce qui est bon pour son enfant, de savoir ce qui peut sauver de la déroute, de la finitude, du malheur, de la solitude et du deuil, les personnages de Guelfenbein se délitent lentement sous nos yeux pour ne plus former qu'un grand cri transformé en silence assourdissant.

La tension monte au fil de la lecture, étreint le lecteur, lui couvre la gorge de ses mains froides et fortes et soudain il n'est plus possible de lâcher ce roman, il faut aller au bout, il faut savoir. Savoir si l'idée dominante qu'il faut se construire contre, n'est pas finalement une déconstruction, une atomisation de l'être. Alma croit se construire contre sa mère, Juan contre sa culpabilité, sa médiocrité et sa faiblesse, Tommy contre le secret qui rôde autour du décès de sa mère...mais toutes ces défenses que l'on construit pour se protéger des autres finissent tôt ou tard par s'écrouler, au risque d'emporter des vies.

Un livre magnifique parce qu'il évoque sans échapper à une lourde charge émotionnelle, les thèmes du deuil impossible, de la folie inexplicable, de la recherche des origines dans ce qu'elle a de morbide, de définitif et aussi les silences d'un couple, l'impossible parole, l'impossible échange générationnel, humain, social...

Un livre puissant (qui ne devrait pas laisser indifférente Coline) à l'écriture simple mais efficace. On pourrait sans doute reprocher à Guelfenbein quelques facilités dans la construction du récit, quelques incongruités ou des hasards parfois trop flagrants mais ce livre dégage une telle force, une telle empathie pur ces personnages que l'on ne peut être que touché et pris par leur histoire.

Très beau.


_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zazy
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2492
Inscription le : 19/03/2011
Age : 68
Localisation : bourgogne

MessageSujet: Re: Carla Guelfenbein [Chili]   Dim 13 Jan 2013 - 16:41

Shanidar, tu le savais !!! tu jouais sur du velours. Mince, moi qui croyais récupérer tes lunettes de soleil dentsblanches
J'ai aimé "le reste est silence"

« Parfois les mots sont comme des flèches. Ils vont et viennent, blessent et tuent, comme à la guerre. Voilà pourquoi j’aime bien enregistrer les adules. Surtout quand ils parlent de leurs affaires et que soudain, comme par magie, ils éclatent tous de rire. » Tommy 12 ans, atteint d’une grave maladie cardiaque lui interdisant de trop gesticuler, s’amuse beaucoup à ce jeu, jusqu’au jour où les vieux secrets remontent à la surface.
C’est un jeu de cache-secrets mortel qui se joue dans cette famille. Comme dit Tommy, très mûr pour son âge, chacun a sa vérité, mais personne n’en parle. L’incommunicabilité comme ciment familial, on fait mieux question sérénité.
Carla Guelfenbein tresse une trame, à défaut d’une natte qui supposerait des échanges, qui m’a tenue éveillée jusqu’à la fin du livre.
Chaque personnage est représenté par un logo qui le définit parfaitement
-Sablier pour Juan, le père : le temps qui coule, le temps qu’il compte, le temps qu’il donne à ses malades, le temps qu’il ne prend pas avec Tommy, le temps des souvenirs.
- Flèche du sagittaire pour Tommy ; « parfois, les mots sont comme des flèches ». Il en reçoit beaucoup de flèches, elles sont fichées en lui et l’étouffent.
- le symbole de l’eau pour Alma, la mère ; « vers dix sept ans, ma perception du monde était celle d’une habitation remplie d’eau. » Elle vit entre deux rives, s’est construit son barrage que les évènements feront éclater.
Juan porte en lui le lourd secret de la mort de sa femme que Tommy, avec son habitude d’écouter et enregistrer les conversations en cachette, recevra en pleine figure lors d’un repas familial. Les turbulences secouent les bases de la famille, les lézardes apparaissent, les secrets remontent à la surface. Chacun essaie de nager à contre-courant puis se laisse emporter par les vagues. J’ai eu cette vision d’oiseaux se cognant à un mur de verre transparent, s’y blessant, y retournant pour mieux se blesser. Tout marche par deux : Juan et Alma, un couple où l’un domine l’autre ou, du départ, il y a un léger malentendu ; Alma et Tommy qui utilisent souvent le langage des sourds-muets pour communiquer ; Juan et Tommy qui n’arrivent pas à se parler, à se dire tout leur amour.
Un livre puissant et magnifique. Carla Guelfenbein met à nu ses personnages, éclaire leurs doutes et leurs angoisses. Son écriture, tout en retenue, renforce le sentiment de mal-être, renforce les non-dits, les secrets jusqu’à ce que, du fond de la piscine, ils donnent le coup de pied qui leur permettra d’oser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zazymut.over-blog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Carla Guelfenbein [Chili]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Carla Guelfenbein [Chili]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Chilean Navy - Marine du Chili
» CHILI CON CARNE
» Le scoop de l annee: Sarkosy/carla bruni pour la vie.
» sarko et carla chez la reine...
» Carla Bruni Sarkozy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de l'Amérique latine (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: