Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Roberto Juarroz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Roberto Juarroz   Sam 5 Déc 2015 - 16:50

QUELQUES POEMES EXTRAITS DE DOUZIEME POESIE VERTICALE

5

Certaines lumières éteintes

éclairent plus

que les lumières allumées.



Il y a des lieux où il ne faut pas

que quelque chose soit allumé pour y voir clair.

De plus il y a des choses

qui s'éclairent mieux toutes lumières éteintes,

comme certaines strates obliques de l'homme

ou des recoins qui s'installent subrepticement

dans les espaces les plus ouverts.



Il y a cependant une intempérie de la lumière,

une zone sereine et dépouillée

où il n'y aucune différence

entre les lumières allumées

et les lumières éteintes.



8

Il dessinait partout des fenêtres.

Sur les murs trop hauts,

sur les murs trop bas,

sur les parois obtuses, dans les coins,

dans l'air et jusque sur les plafonds.

Il dessinait des fenêtres comme s'il dessinait des oiseaux.

Sur le sol, sur les nuits,

sur les regards tangiblement sourds,

sur les environs de la mort,

sur les tombes, les arbres.



Il dessinait des fenêtres jusque sur les portes.

Mais jamais il ne dessina une porte.

Il ne voulait ni entrer ni sortir.

Il savait que cela ne se peut.

Il voulait seulement voir : voir.



Il dessinait des fenêtres.

Partout.



9

Tôt ou tard

il faut mettre la main au feu.



Peut-être la main pourrait-elle

apprendre d'abord à être flamme

ou bien persuader la flamme

de prendre la forme d'une main.



Et si les deux échouaient

peut-être la flamme et la main

pourraient-elles se muer en atomes libres

d'une autre clarté.



Ou peut-être simplement

réchauffer un peu plus l'univers.



17

La parabole qu'est notre environnement

contamine notre vision

et l'embrase d'une fugace parade

qui contredit les étoiles.



Le mythe de porter en soi un dieu

nous scarifie la vision

et la corrompt sous la tutelle intime

d'un oeil ancré dans son propre strabisme.



Coincée entre le dehors et le dedans,

la vision devrait être autonome,

indépendante de l'homme et des dieux,

de l'oeil et des choses.



La vision devrait être vision et non regard,

lumière sensible, ponction, flamme sans bûches,

création d'un oeil, non son rejeton.

Et après, seulement, ouvrir le monde.



21

On dirait parfois

que nous sommes au centre de la fête.

Cependant

au centre de la fête il n'y a personne.

Au centre de la fête c'est le vide.



Mais au centre du vide il y a une autre fête.



61

Etre.

Et rien de plus.

Jusqu'à ce que se forme un puits en-dessous.



Ne pas être.

Et rien de plus.

Jusqu'à ce que se forme un puits au-dessus.



Ensuite,

entre ces deux puits,

le vent s'arrêtera un instant.

Douzième poésie verticale. Op. cit.

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Roberto Juarroz   Dim 10 Jan 2016 - 18:23

Seule la musique
peut occuper le lieu de la pensée.
Ou son non-lieu,
son propre espace, son vide plein.

La pensée est une autre musique.

Et seule la pensée
peut occuper à son tour le lieu de la musique
et s' infiltrer comme elle
au plus extreme de ce qui existe,
comme un quasi-animal si finement ajusté
qu' il peut atteindre ce point
où l' etre cesse d' etre l' etre
pour etre quelque chose de plus.

'X, 13)

Poésie verticale. - Points/Seuil

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 36

MessageSujet: Re: Roberto Juarroz   Mar 12 Jan 2016 - 18:48

Juste dire que j'apprécie l'extrait et que c'est une pensée que je mets en pratique dans les réalités de ma vie. Au plaisir de vous relire! Wink

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ArturoBandini
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2748
Inscription le : 05/03/2015
Age : 31
Localisation : Aix-en-Provence

MessageSujet: Re: Roberto Juarroz   Mar 12 Jan 2016 - 21:07

Je suis aussi sensible au fond de ce poème. sourire

_________________
Sois le changement que tu veux voir dans le monde. Gandhi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Roberto Juarroz   Sam 5 Mar 2016 - 17:48

Chacun s'en va comme il peut,
les uns la poitrine entrouverte,
les autres avec une seule main,
les uns la carte d'identité en poche,
les autres dans l'âme,
les uns la lune vissée au sang,
et les autres n'ayant ni sang, ni lune, ni souvenirs.

Chacun s'en va même s'il ne peut,
les uns l'amour entre les dents,
les autres en se changeant la peau,
les uns avec la vie et la mort,
les autres avec la mort et la vie,
les uns la main sur l'épaule
et les autres sur l'épaule d'un autre.

Chacun s'en va parce qu'il s'en va,
les uns avec quelqu'un qui les hante,
les autres s'en s'être croisés avec personne,
les uns par la porte qui donne ou semble donner sur le chemin,
les autres par une porte dessinée sur le mur ou peut-être dans
l'air,
les uns sans avoir commencé à vivre
et les autres sans avoir commencé à vivre.



Poésie verticale. - Points/Seuil
Trad. Roger Munier
 Mais tous s'en vont les pieds attachés,
les uns par le chemin qu'ils ont fait,
les autres par celui qu'ils n'ont pas fait
et tous par celui qu'ils ne feront jamais.

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 36

MessageSujet: Re: Roberto Juarroz   Lun 7 Mar 2016 - 20:48

Encore une fois, c'est un bon extrait. Chapeau pour tout nous trouver ça dans l'oeuvre de Juarroz, Bix!

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Roberto Juarroz   Lun 7 Mar 2016 - 20:51

jack-hubert bukowski a écrit:
Encore une fois, c'est un bon extrait. Chapeau pour tout nous trouver ça dans l'oeuvre de Juarroz, Bix!
Tout Juarroz est de ce niveau, Jack ! Juge toi-meme sur pièce !

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 36

MessageSujet: Re: Roberto Juarroz   Lun 7 Mar 2016 - 21:04

Chaque lecteur a ses auteurs de prédilection. J'ai bien l'impression que Juarroz ta va comme un gant, Bix. Dans mon cas, j'ai beau lire Celan et Juarroz, des fois les livres me tombent des mains car le rythme ne me fait pas. J'avoue que Juarroz est encore plus consistant pour moi car latin. Mais pour citer, j'ai l'impression de ratisser beaucoup avant de trouver... encore là, bon boulot Bix!

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Roberto Juarroz   Lun 7 Mar 2016 - 22:54

Tu as raison, Jack, il y a des auteurs avec qui on a des affinités personnelles et on sait paourquoi. Mais en avançant en age, on évolue.
On n' aime plus certains et là aussi, on sait pourquoi. Mais parfois ceux qu' on aimait (Prévert, Apollinaire, Rimbaud, Villon, Lorca, etc.)
s' ajoutent à ceux qu' on découvre. Et c' est tant mieux.
Ce qu' on découvre nous accompagne et nous complète. Ce n' est jamais fini.


_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Roberto Juarroz   Jeu 31 Mar 2016 - 22:09

Prendre sa main pour oreiller.
Le ciel le fait avec ses nuages,
la terre avec ses mottes
et l' arbre qui tombe
avec son propre feuillage.

Ainsi seulement peut s' écouter
la chanson sans distance,
celle qui n' entre pas dans l' oreille
parce qu' elle est dans l' oreille.
La seule qui ne se répète pas.

Tout homme a besoin
d' une chanson intraduisible.

Poésie verticale. - Points/Seuil

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Roberto Juarroz   Dim 5 Juin 2016 - 16:13

Les mots sont de petits leviers,
mais nous n' avons pas trouvé encore leur point d' appui.

Nous les appuyons les uns sur les autres
et l' édifice s' écroule.
Nous les appuyons sur la face de la pensée
et son masque les dévore.
Nous les appuyons sur le fleuve de l' amour
et ils partent avec le fleuve.

Et nous continuons de chercher leur somme
en un seul levier.,
mais sans savoir ce que nous voulons soulever,
si c' est la vie ou la mort, si c' est le fait meme de parler
ou le cercle fermé d' etre hommes. (IV, 46)

Poésie verticale. - Points/Seuil

 


_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Roberto Juarroz   Jeu 16 Juin 2016 - 22:09

Se taire peut etre une musique,
une mélodie différente,
qui se brode en fils d' absence
sur l' envers d' un étrange tissu.

L' imagination est l' histoire vraie du monde.
La lumière fait pression vers le bas,
la vie se répand soudain par un fil épars.

Se taire peut etre une musique
ou le vide aussi,
puisque parler c' est le couvrir.

Ou se taire est peut etre
la musique du vide.

(VI, 20)

Poésie vericale. - Points/Seuil

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Roberto Juarroz   

Revenir en haut Aller en bas
 
Roberto Juarroz
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» [résolu]traduction roberto alagna
» ROBERTO ALAGNA NOUVEAU REPERTOIRE
» Robert Gogoi a-t-il été à bord du Gerlache ?
» FESTIVAL di SAN REMO
» Roberto ALAGNA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Poésie (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: