Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Jean Paul Dubois

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage
topocl
Abeille bibliophile


Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011
Age : 56
Localisation : Loire

MessageSujet: Re: Jean Paul Dubois   Jeu 19 Juil 2012 - 8:37

Je pense à autre chose



Quinze ans avant le cas Sneijder, Dubois écrivait déjà la même histoire : Un homme, Paul, hospitalisé en service psychiatrique raconte son incapacité à accepter son bonheur, les failles qui s’infiltrent peu à peu dans sa vie et l’entraînent dans un système délirant , où l’autre est responsable de son enfermement, qu’il prend comme système de référence. L’autre, ici Simon, c’est le jumeau toujours honni, c’est Anna , l’ex-épouse qui s’est détachée de lui.
Dubois glisse très subtilement les indices de la fragilité de Paul, de ses petits décalages qui ne choquent pas fondamentalement en première lecture mais qui deviennent une faille profonde et sont ainsi rétrospectivement éclairés. C’est très astucieusement fait et on met longtemps à voir venir le délire, dans un glissement progressif insensible puis patent

Une première partie d’exposition éblouissante d’humour et de vivacité mélancolique, on pense souvent à Woody Allen dans cette façon de voir décalée et désenchantée de ce juif laïque, dont le frère jumeau est outrageusement religieux et la femme goy. Une petite perte de vitesse au milieu, avec des diversions météorologiques (comme les ascenseurs dans le cas Sneijder) et une reprise en force sur la fin , où la description de ce monde clos dans lequel Paul vit, pense est ‘enferme devient prenante.

Un roman inégal donc, intéressant, drôle mais tragique, et brillant par moments.

Aériale sera contente : ce ne sera pas mon dernier Dubois !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Aeriale
Léoparde domestiquée


Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Jean Paul Dubois   Jeu 19 Juil 2012 - 8:51

topocl a écrit:
Aériale sera contente : ce ne sera pas mon dernier Dubois !
Hé oui que je suis contente Very Happy

Et tu le décris bien ce livre, Topocl! C'est toujours un peu la même histoire, les héros qui n'en sont pas se nomment tous Paul et leur épouse Anna, mais c'est la petite musique de Dubois, si on accroche on passe sur les petits défauts.
Un peu de Woody, je n'y pensais pas mais peut-être plus dans celui-ci

Tu me donnes envie de les relire ses premiers, du coup. Tu vois ça marche aussi à l'envers rire

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steven
Zen littéraire


Messages : 4499
Inscription le : 26/09/2007
Age : 44
Localisation : Saint-Sever (Landes)

MessageSujet: Re: Jean Paul Dubois   Lun 23 Juil 2012 - 12:21

Bon, votre discussion m'a donné envie de lire Dubois. J'ai pris ce que j'avais sous la main. Je relis donc Une vie française.

Citation :
Je n'ai jamais prié. Ni compris ces simagrées consistant à mettre un genou en terre et à supplier quand il n'y a nulle oreille pour vous entendre. Je n'ai jamais prié, ni cru de bonne foi en quoi que ce soit. Je vois la vie comme un exercice solitaire, une traversée sans but, un voyage sur un lac à la fois calme et nauséabond. La plupart du temps nous flottons. Parfois, sous l'effet de notre propre poids nous glissons vers le fond. Lorsque nous le touchons, lorsque nous sentons sous nos pieds la substance vaguement molle et écœurante de nos origines, alors nous éprouvons la peur ancestrale qui habite tous les têtards voués à l'abattoir. Une vie n'est jamais que ça. Un exercice de patience, avec toujours un peu de vase au fond du vase.

_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steven
Zen littéraire


Messages : 4499
Inscription le : 26/09/2007
Age : 44
Localisation : Saint-Sever (Landes)

MessageSujet: Re: Jean Paul Dubois   Jeu 26 Juil 2012 - 11:40

Une vie française.

Il y a quelques années, deux ans peut-être, j'avais entendu un critique radio parler d'une chanson de Grand Corps malade, disant qu'il avait réussi le tour de force de faire contenir toute une année dans une chanson de 2min30. C'est un peu un tour de force similaire que Dubois réussit avec ce livre. Faire contenir toute une vie dans un roman. Une vie française, donc appuyée sur des évènements politiques, météorologiques, anecdotiques ; une vie qui passe, un peu en retrait, sans jamais que Paul Blick ne donne l'impression de prendre pied dans sa vie, sans que jamais il ne semble s’intéresser à autre chose qu'aux arbres, aux minéraux, aux insectes. Comme il le dit lui-même, il ne fait pas de portrait d'humains ; et ne s’intéresse guère à eux. De fait, les évènements de sa vie semble glisser sur lui, sans trop de prise... Mais ce n'est pas une force, c'est plutôt quelque chose qui dérange Paul, qui le fait souffrir, avant qu'au final, la souffrance glisse à son tour sur lui. C'est particulier cette inappétence pour la vie, presque un handicap. Un peu trop gros pour être vrai, mais ça permet au lecteur, par les yeux de Paul Blick, de revisiter les choses de la vie (de sa vie ?) et de les mettre en perspective. J'ai beaucoup aimé me replonger dans ce roman, retrouver les périodes de la vie de Blick découpées en période présidentielle, lui qui ne vote pas et que les aléas politiques et économiques n'effleurent pas. J'ai bien aimé revivre ces descriptions des arbres qu'il prend en photo, les raisons qu'il donne à ses choix de photos. J'ai aimé voir qu'un peu de détachement et de recul sur la vie que l'on mène, celle qui file si vite, à un rythme qui nous assèche, permet de vivre... ou pas.

_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
krys
Sage de la littérature


Messages : 2093
Inscription le : 06/09/2009
Age : 57
Localisation : sud ouest

MessageSujet: Re: Jean Paul Dubois   Mar 14 Aoû 2012 - 22:17

Le cas Schneider

Un homme victime de stress post-traumatique, voit son monde s'écrouler quand il se heurte à l'incompréhension de son entourage. Il se réfugie dans son monde personnel et ne peut plus communiquer avec les autres, alors qu'il se prend d'affection pour les chiens. L'auteur décrit cette situation avec beaucoup de finesse, la dégradation progressive du narrateur qui s'achemine vers une sorte de folie, qu'on comprend parfaitement de son point de vue. C'est à la fois beau et cruel, avec de l'humour noir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile


Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011
Age : 56
Localisation : Loire

MessageSujet: Re: Jean Paul Dubois   Lun 3 Sep 2012 - 21:22

Tous les matins je me lève



Je commence à en avoir marre de ces quadragénaires médiocres avec femme, enfants, maison piscine, que leur insuffisance-même désespère et qui croient que cela les autorise à se comporter en êtres asociaux, antipathiques, renonçant à leurs responsabilités, ne s’occupant que de leur nombril, et se croyant, bien que médiocres, bien meilleurs que le garagiste, le médecin, les flics, le banquier et le proviseur. Qui pleurnichent sur eux même sans saisir le bonheur simple que ceux qui l’aiment, l’aiment justement et mériteraient qu’il fasse un petit effort pour eux de temps en temps
Ce n’est pas du désenchantement mélancolique et touchant, c’est de l’insupportable égocentrisme auto-apitoyé
Trop facile de faire croire que le destin s’acharne contre vous alors qu’on n’est qu’un gros mollasson sans ressource, qui s’est marié avec comme seul creddo de «bien vivre en en faisant le moins possible », pas même capable de se lever le matin pour emmener les enfants à l’école, qu’on croit que le fait d’avoir une belle décapotable et de rêver d’être un rugbyman de génie fait de vous un être exceptionnel !

Le fait que le personnage principal soit antipathique n’empêche pas qu’un livre soit bon. Mais pas quand l’auteur trouve que cela est le comble de l’humour, et qu’il ne se décarcasse pas à creuser son personnage, affiner son intrigue, soigner son style, aussi médiocre que son personnage. Qu’il se contente d’aligner un certain nombre d’anecdotes sensément rigolotes.

Et ce genre de phrases ne fait qu’aggraver mon agacement
"Pour moi, un type qui allait au lit avant trois heures du matin était un leucémique ou un assureur."
Aidez-moi :
Ca veut dire quoi ? Est ce qu’il y en a qui trouvent ça drôle ? Est-ce que ça fait qu’on peut appeler l’auteur un écrivain ?

Et puis je n’aime pas du tout quand un auteur ponctue ses dialogues de « j’ai dit » (Dubois est loin d’être le seul à le faire) :
"-Dix heures trente, tu trouves pas que c’est un peu tôt ? j’ai dit à Thomas. "
Je trouve ça faussement décontracté et carrément laid. Il faudrait du génie pour le faire passer.

Voilà. Il m’ a plutôt énervée, ce Paul Ackermann.(J’avoue que j’ai survolé la deuxième moitié, où il ne se passe pas grand chose de plus que dans la première) .
Dommage, il y avait quelques jolies pages sur le bonheur d’être simplement là avec ceux qu’on aime.
Un livre à la fois vraiment léger dans son contenu et lourd à digérer.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Aeriale
Léoparde domestiquée


Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Jean Paul Dubois   Mar 4 Sep 2012 - 8:54

Ouh la, Topocl arrête de lire Dubois, tu te fais du mal rire

Bon, je dois reconnaître que ma lecture remonte à près de 25 ans en arrière (88 je crois sa sortie?) et j'avoue, j'avais adoré son humour, au contraire de toi. Peut être que je ne le lirais pas de la même façon aujourd'hui? Peut-être aussi qu'il n'aurait pas écrit le mêrme livre. Bref, entre temps son style s'est peaufiné, il est un peu sorti de toute cette problématique du quadra désenchanté et sans cesse à côté de la plaque. En tout cas, il y a autre chose derrière, un vraie angoisse qu'il est allé creuser et qu'il exprimait sans doute de façon plus brouillonne à l'époque.

Et puis l'humour, ça ne se discute pas vraiment. Je fais partie des grosses nulles qui en redemandent de celui-là!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile


Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011
Age : 56
Localisation : Loire

MessageSujet: Re: Jean Paul Dubois   Mar 4 Sep 2012 - 9:47

Disons que le prochain Dubois, j'attendrai qu'on me le recommande! sourire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
monilet
Sage de la littérature


Messages : 2658
Inscription le : 11/02/2007
Age : 67
Localisation : Essonne- France

MessageSujet: Re: Jean Paul Dubois   Mer 3 Oct 2012 - 14:58

Voilà , je termine La cas Sneijder sur une impression forte due aux dernières pages. Le reste , je l'ai lu sans crier au génie avec beaucoup, beaucoup d'intétêt ; un intérêt qui ne s'est jamais départi. J'ai aimé cette façon subtile de nous interroger sur la normalité en décalant les perspectives, en suggérant une "autre" normalité, tout aussi légétime (si pas plus) que celle qui est universellment admise (peut-être parfois par consensus grégaire ?). L'ironie douce-amère vient à propos arracher un sourire dans la grisaille. Vers la fin j'ai pressenti ce qui allait arriver, j'ai même imaginé plus noir - une élimination radicale du gêneur - mais les dernières pages m'ont fait froid dans le dos par leur lucidité criante. Et j'y repense et repense... ; je n'en suis pas sorti.Bravo, l'auteur !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://claudecolson.wordpress.com/
Epi
Escargote Zen


Messages : 14255
Inscription le : 05/03/2008
Age : 56
Localisation : à l'ouest

MessageSujet: Re: Jean Paul Dubois   Dim 20 Jan 2013 - 17:05

Le cas Sneijder

Dans l’ensemble, je me suis laissée porter par cette histoire d’un homme un peu faible qui voit sa vie basculer soudainement. Dans un accident d’ascenseur dont il est le seul survivant, il perd sa fille, la seule personne qu’il aime vraiment bien qu’il ait lâchement accepté de l’écarter de sa vie familiale sur la demande de sa seconde femme avec qui il ne s’entend plus.

Après quelques mois de convalescence, il change d’emploi et prend un job de promeneur de chien, ce qui fait honte à sa femme. Il découvre que celle-ci a un amant mais il s’en fiche au fond. Ce qu’il veut lui, c’est comprendre. Pourquoi, comment, cet accident a pu se produire. Alors il se documente sur les ascenseurs qui bientôt n’auront plus de secrets pour lui (et pour nous). Il se rebelle aussi un peu, plutôt mollement, contre la tyrannie de sa femme et de ses jumeaux, contre la vie en général qui n’a plus le même sens maintenant, pour peu qu’elle en ait encore. C’est un homme à la dérive qui a du mal à se reconstruire, mais qui est tellement pathétique dans sa lâcheté qu’il m’a été difficile de compatir à ses malheurs.

L’écriture est agréable, le ton est vif, le roman se lit tout seul mais il manque une certaine profondeur, notamment dans la psychologie des personnages, ce qui d’emblée interdit toute empathie et du coup, je m’en fichais un peu même si j’ai apprécié cet humour grinçant et ce regard cynique de l’auteur sur notre monde matérialiste et souvent absurde que l’on subit passivement le plus souvent sans même s’en rendre compte. Mais trop de digressions et d’incohérences (dans le comportement du personnage) m’ont ennuyée. Lorsque ce n’est pas très vraisemblable, j’ai un peu de mal et la fin, qu’on voit venir de loin, n’est pas très originale.

Avis mitigé donc, et avec le recul, je me dis que c’est un auteur que je pourrais de nouveau lire mais dont je ne dois pas attendre grand-chose.

_________________
Let It Be
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silveradow
Envolée postale


Messages : 237
Inscription le : 06/08/2014
Age : 23
Localisation : Loire Atlantique

MessageSujet: Re: Jean Paul Dubois   Jeu 24 Déc 2015 - 0:38

Vous plaisantez, monsieur Tanner

Encore une fois, je suis tombée sur ce livre complètement par hasard dans une boîte à livre. Je ne connaissais rien, ni l'auteur ni le titre. La quatrième de couv' a failli me faire reposer ce livre.  J'ai tout de même tenté le coup. Je n'en suis pas déçue ! Ce livre se lit bien, très bien. Je n'y ai pas vu comme certains d'entre vous d'incohérences ou de détails vraiment invraisemblables, je n'y ai pas fait attention. Ce livre n'a pas vocation d'être réaliste je pense et voguant un peu moi même autour de ce monde illégal sans TVA, tout m'a paru très plausible. Ce livre m'a réellement beaucoup amusée et je pense que c'est son but premier.  content
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée


Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Jean Paul Dubois   Jeu 24 Déc 2015 - 9:23

Merci pour ton avis Silveradow! Comme tu le soulignes fort justement, ce livre n'a d'autre but que de nous amuser, il ne faut pas y chercher de réalisme et les traits plus appuyés sont juste présents pour accentuer quelques travers de notre époque, bien connus eux.

Par contre il ne reflète qu'une partie de l'écriture de Dubois, son humour en l'occurrence, il faudrait que tu tentes autre chose, pour voir. S'il t'a amusée c'est déjà un point!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silveradow
Envolée postale


Messages : 237
Inscription le : 06/08/2014
Age : 23
Localisation : Loire Atlantique

MessageSujet: Re: Jean Paul Dubois   Jeu 24 Déc 2015 - 18:14

J'y reviendrai peut être plus tard, par hasard :) Je suis contente de t'avoir fait plaisir Aeriale dentsblanches
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire


Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 48
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: Jean Paul Dubois   Dim 24 Jan 2016 - 12:53

Le cas Sneijder

Paul Sneijder travaille en haut d’un building et doit prendre l’ascenseur pour se rendre à son travail et rentrer chez lui. Il travaille avec le soupçon d’espoir que sa vie a encore un sens. Il n’aime pas sa femme qui est une sorte de robot bien adapté et qui lui a donné deux fils qui sont ses clones. Elle le lui rend bien, et le trompe chaque mardi et jeudi. Il le sait mais l’ignore. De son premier mariage Paul a une fille, que sa nouvelle femme refusera toujours de voir. Sa lâcheté face à l’acceptation de cet arrangement inacceptable le ronge. Un jour que sa fille est venue lui rendre visite à Montréal, ils ont un accident dans un ascenseur dont il est le seul survivant. De là commence un périple qui le conduira à reconsidérer tout ce qui faisait sa vie. Sans espoir malheureusement les clones veillant à ce qu’il ne sorte jamais de cet ascenseur.

J’ai aimé ce livre. Écriture articulée, soignée et méticuleuse, Jean-Paul Dubois a la faculté d’égrener petit à petit les ressorts de la pensée de cet homme qui cherche une signification à ce qui lui est arrivé.

L’ascenseur a fait les tours et créer l’agrégat. Il a fait vivre et dormir les hommes les uns au-dessus des autres. Il a fait naitre des villes malades.
Il a tué ma fille.
Confinés à l’intérieur de notre zone de confort allouée de 0,90 mètre carré, nous sommes les passagers dociles d’un système verrouillé que nous avons accepté sans l’avoir compris, ni jamais aimé.[…]
Je songeai que la seule véritable façon de dérégler ce monde était de bloquer les ascenseurs, de stopper leurs va-et-vient incessants. Créer une thrombose. Paralyser le transit. Un ascenseur immobile est un neurotransmetteur neutralisé. Un canon privé de poudre. Si l’ascenseur est bien le vecteur de ce monde, alors, pour tenter de le ralentir, pour le ramener à un peu de raison, la seule idée qui vaille est de trancher le nerf, de couper les câbles porteurs.[…] Après quelques semaines de ce traitement symbolique, privé de sa sève, de ses pistons cruciaux, il ne fait pas de doutes que le monde perdrait vite de sa hauteur, de sa superbe et que, pan après pan, il s’écroulerait de lui-même. De la verticalité, il ne resterait ainsi que quelques vestiges vaniteux, cornes évidées, que le temps et le vent se chargeraient de rogner.

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée


Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Jean Paul Dubois   Lun 25 Jan 2016 - 15:40

pia a écrit:
J’ai aimé ce livre. Écriture articulée,  soignée et méticuleuse,  Jean-Paul Dubois a la faculté d’égrener petit à petit les  ressorts de la pensée de cet homme qui cherche une signification à ce qui lui est arrivé.

Contente si tu as aimé, Pia! Par contre il faudrait que je relise le dernier chapitre, j'ai oublié la chute (si je puis dire ;-)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jean Paul Dubois   Aujourd'hui à 10:36

Revenir en haut Aller en bas
 
Jean Paul Dubois
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 10 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 9, 10, 11  Suivant
 Sujets similaires
-
» JEAN PAUL II
» Jean Paul Belmondo
» Présentation de GUIHENEUF Jean Paul
» · WOJTY?A, Karol, pape Saint JEAN-PAUL II (1920-2005)
» Jean Paul Belmondo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: