Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Kobayashi Takiji

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Kobayashi Takiji   Lun 8 Fév 2010 - 21:15


(Odate, 13/10/1903 - Tôkyô, 20/02/1933)

Kobayashi Takiji était un auteur prolétarien. Né dans une famille de paysans ruinés, il a pu faire des études grâce à un oncle, que sa famille avait rejoint dans l'île de Hokkaidô. Il écrit très jeune, mais son oncle ne voulait pas qu'il suivît cette voie. Il le fera tout de même, en participant notamment au journal de l'Ecole supérieur de Commerce d'Otaru. Puis il devient employé de la Banque du Défrichement de Hokkaidô. En même temps qu'il constate la dureté des conditions de vie des travailleurs de cette partie du Japon, il travaille donc pour une banque qui exploite d'une certaine façon ces mêmes travailleurs, notamment en s'arrangeant pour mettre la main sur les terres une fois mises en valeur.

"Il doit la chance d'avoir pu faire des études à un oncle qui incarne la réussite individuelle, les succès de la libre entreprise tels que le développement de Hokkaidô les rendaient possibles. Ainsi, si son oeuvre découle de ses expériences vécues, elle entre en contradiction avec ce qui constitue son quotidien. En quelques années, il va résoudre ces paradoxes en faisant le choix de l'engagement." (page 127 - il s'agit de la postface du roman Le Bateau-usine). Il se tourne vers "la mouvance communiste et la littérature prolétarienne."
"Le Bateau-usine (Kanikôsen) et Le Propriétaire absent (Fuzai jinushi), qui paraissent l'année suivante, font de lui la figure majeure de la littérature prolétarienne. La publication du Propriétaire absent, dans lequel il dénonce la responsabilité directe de la banque qui l'emploie à l'égard de la pauvreté des paysans, lui coûte son emploi. Renvoyé à la fin de l'année 1929, il se consacre exclusivement à l'écriture et à l'engagement politique." (pages 128-129).

"Il passe l'année 1930 presque entièrement en prison." (page 129). Il est accusé d'avoir contribué au financement du Parti Communiste. Il est emprisonné une deuxième fois pour "écrit irrévérencieux envers l'empereur", à cause d'un passage du Bateau-usine.
Libéré début 1931, il vit dans la clandestinité, continue à écrire, notamment "Vie d'un militant du Parti (To seikatsu sha), un récit à la première personne décrivant la vie dans la clandestinité. " (page 130).

Le 20 février 1933, il est arrêté. Conduit dans un commissariat, il décède en fin de journée, après avoir été torturé. Officiellement, il est décédé d'un arrêt cardiaque.
Sa mort est "notamment dénoncée par l'écrivain chinois Lu Xun, et par Romain Rolland en France." (page 125).


Dernière édition par eXPie le Jeu 18 Aoû 2011 - 20:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Kobayashi Takiji   Lun 8 Fév 2010 - 21:15

Le Bateau-usine (Kanikôsen, 1929). Traduit du japonais et présenté par Evelyne Lesigne-Audoly. Editions Yago. 138 pages. La postface (il n'y a pas de présentation avant l'oeuvre) est très intéressante, et a donc le très bon goût d'être après le roman. Elle renseigne sur l'écrivain, les conditions de l'écriture du roman, et présente une courte analyse de l'oeuvre.

Citation :
"Kobayashi Takiji s'est inspiré de faits véridiques, à propos desquels il s'est documenté avec soin. La pêche au crabe en mer d'Okhotsk est apparue au début des années 1920. Le crabe et le saumon, produits de luxe, comptaient parmi les principales productions destinées à l'exportation. C'étaient donc des ressources permettant d'obtenir des devises étrangères, dont on comprend aisément l'intérêt stratégique dans un contexte de course à l'armement." (page 131).
Kobayashi Takiji a notamment rencontré des pêcheurs, des ouvriers. Le livre est basé sur du réel, et commence ainsi :
Citation :
"« C'est parti ! En route pour l'enfer ! »
Accoudés au bastingage, deux pêcheurs contemplaient Hakodate. La ville embrassait la mer de son corps d'escargot s'étirant hors de sa coquille. L'un des deux cracha une cigarette fumée jusqu'aux doigts, qui fit plusieurs pirouettes en tombant le long de la haute coque du navire. L'homme puait l'alcool de la tête aux pieds." (page 7).

"En regardant le dortoir des ouvriers du haut de l'écoutille, on les voyait s'agiter dans la pénombre du fond de la cale, sortant tour à tour leurs têtes des couchettes superposées, comme des oisillons dans un nid. Tous des gosses de quatorze, quinze ans. [...]
Ils devaient dormir à plusieurs dans des grandes couchettes faites de planches, formant des compartiment superposés. Dans chaque couchette, ils s'étaient regroupés selon leurs régions d'origine. " (page 8 ).
C'est la "tanière" des ouvriers. Deux pêcheurs étaient venus les voir, puis en ressortent.
Citation :
"Renfrognés, soudain muets, ils quittèrent hâtivement la tanière des ouvriers pour retourner dans le « nid » des pêcheurs, une cale en forme de trapèze, située plus près de la proue. A chaque fois que l'ancre descendait ou montait, le dortoir se transformait en bétonneuse : les pêcheurs, projetés en l'air, se cognaient les uns aux autres.
Dans la pénombre, des hommes grouillaient comme des porcs. A l'odeur aussi, une odeur à faire vomir, on se serait cru dans une soue." (page 10).
Les hommes discutent. Cela permet à Kobayashi Takiji de raconter brièvement, mais de manière éloquente, la situation de gens de provenances différentes : paysans, itinérants, mineurs, étudiants...
Citation :
"Pour leurs employeurs, mettre ensemble ces hommes venus d'horizons si divers était vraiment une bonne aubaine, car cela évitait trop de solidarité dans l'équipage. Il faut dire que pendant ce temps, les syndicats de travailleurs de Hakodate se démenaient pour infiltrer les équipages des bateaux envoyés au Kamchatka. Ils tissaient aussi des liens avec les syndicats des régions du nord de Honshû : Aomori, Akita. Les patrons redoutaient plus que tout la mise en place de ces réseaux." (page 16).
Mais voici que l'intendant (un homme bien pourri, sans scrupules, à la botte du patronat, dont le but est de maximiser le profit, qu'importent les pertes humaines) prend la parole :
Citation :
" « Comme on a déjà dû vous l'expliquer, vous êtes embarqués sur ce bateau-usine pour des raisons qui dépassent de loin les profits d'une entreprise donnée, n'est-ce pas, c'est une affaire de la plus haute importance pour les relations internationales... Il s'agit de montrer qui est le plus fort : le peuple du Grand Empire nippon, ou les Russkofs. C'est un duel entre eux et nous ! [...] »" (page 17).

Le bateau vogue dans des conditions très rudes, à la limite des eaux russes, dans une mer parfois démontée. L'intendant exploite la fibre patriotique des ouvriers et des pêcheurs...
Citation :
"Mais la plupart retrouvaient en l'écoutant la fierté d'être japonais. Aussi, les mauvais traitements subis jour après jour leur paraissaient du coup héroïques, ce qui était leur unique source de réconfort." (page 68).
Les conditions de travail sont donc exécrables : froid terrible, coups, travail harassant et souvent en dépit du bon sens, saleté repoussante, malnutrition (apparition du béribéri). "Les bateaux-usines étaient des « usines » avant d'être des « navires ». La loi sur la navigation ne s'y appliquait donc pas." (page 28).

Le lecteur est immergé dans la vie des travailleurs (pour reprendre le vocabulaire du livre). Promiscuité pendant des mois... Le vocabulaire est parfois cru : Kobayashi désigne les choses telles qu'elles sont.
Citation :
"Quand ils dévêtirent le mort pour la toilette funéraire, l'odeur pestilentielle qui s'en dégageait leur donna la nausée. D'affreux poux blancs et plats couraient de partout. Tout ce corps couvert d'écailles de crasse faisait penser au tronc d'un pin abattu. Sur le torse, on pouvait compter une par une les côtes saillantes. L'état avancé de la maladie ne lui permettant plus de se lever, il avait uriné sur place. Tout son corps puait. Ses sous-vêtements avaient pris une teinte rouille et partirent presque en lambeaux quand ils les soulevèrent du bout des doigts, comme si on avait versé dessus de l'acide sulfurique. On ne voyait plus le nombril, l'orifice était rempli à ras bord de saletés et de crasse. Autour de l'anus, les déjections formaient une croûte sèche accrochée comme de la terre glaise." (page 87)

Il n'y a pas un seul héros à proprement parler, ce qui n'est pas illogique, on est dans une perspective de masse, de peuple qui doit se révolter face à des exploiteurs.
La méthode d'exploitation est bien mise en valeur, notamment la compétition instaurée, et qui ressemble à ce que l'on constate actuellement dans certaines entreprises (surtout d'inspiration anglo-saxonne) : salarié du mois, équipe du mois, récompenses purement honorifiques, mais qui poussent les salariés à se défoncer, sans gagner plus.

En 2008, le livre, remis en valeur au Japon, est devenu un best-seller (500 000 exemplaires vendus). Au-delà de l'histoire simple, du méchant très méchant (et caricatural ? je ne sais franchement pas, parce que dans le Japon des années 1920...), des riches qui festoient pendant que le peuple travaille, il y a des résonances que l'on pourrait dire contemporaines, mais qui en fait n'ont jamais cessé d'être actuelles : la répartition capital/travail, la motivation des gens au travail, etc.

Dans ma boîte (au passage, ce terme - boîte - ressemble à un emprisonnement), il nous a été dit à plusieurs reprises que l'on travaille "pour les actionnaires". Pas pour la société qui nous emploie, non : "pour les actionnaires". Or, ces actionnaires veulent un profit maximal à court terme (avant de, éventuellement, revendre leurs actions et d'aller voir ailleurs), et se désintéressent des perspectives à long terme ("A long terme, nous sommes tous morts", a dit Keynes). Au passage, cette opposition court terme/long terme est le sujet du bon film : La Tour des Ambitieux (Executive Suite, Robert Wise, 1954 - un demi-siècle après, rien n'a changé).
Bref, tout ceci pour dire que l'appât du gain maximal à court terme conduit à des décisions objectivement absurdes, quasiment caricaturales et finalement contre-productives, comme celles que prend l'intendant dans le roman.
Les motivations des hommes restent les mêmes.

Comme le remarque Evelyne Lesigne-Audoly dans sa postface, "l'oeuvre n'est pas alourdie par une rhétorique marxiste trop datée. Cela a sans doute contribué à lui permettre de survivre à son époque." (page 135).
Kobayashi Takiji a écrit un roman qui se lit comme un roman, sans doute un peu surligné mais bien écrit, qui communique bien l'envie de révolte, et dont la morale est vraiment évidente : l'union fait la force.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Kobayashi Takiji   Mar 9 Fév 2010 - 1:35

Oui, c'est du travail, merci eXPie, je te nomme parfumé du moisde la semaine cheers ( faut pas trop donner dès le départ, sinon..soupir de l'exploiteuse de parfumés..)
Caricatural? Mais non.. Ce livre m'intéressait, j'en avais lu une critique je ne sais plus où, car, pour l'anecdote, un jeune polynésien avec lequel je travaille, ayant voulu gagner un peu d'argent pendant ses congés, s'est engagé pour une campagne de pêche chez un brave armateur local. Ce qu'il nous a raconté de ses conditions de travail ( et l'état de ses mains en témoignait, leur donner des gants pour manipuler le poisson et la glace, faut pas rêver, c'est trop cher) nous a tous sidérés, et je voulais lui offrir ce témoignage de 1929, et qu'on puisse en reparler. Bon, il est revenu vivant, c'est mieux que ceux embarqués sur le Tahiti Nui IV, qui a sombré, faute d'entretien , sept marins ont disparu.

Merci aussi d'avoir raconté la vie de Kobayashi Takiji, mort torturé à 30 ans.

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Kobayashi Takiji   Mar 9 Fév 2010 - 7:36

Ah, merci Marie !
Je vais me défoncer pour tenter de conserver ce titre, tu me motives bien Very Happy

Pour les conditions de travail à bord des bateaux de pêche, déjà que d'après ce que tu nous dis, en Polynésie, ce n'est vraiment pas terrible (pour dire le moins), alors on imagine alors au Japon dans les années 20...

Dans le livre, les bateaux sont de vieux rafiots laissés à l'abandon pendant vingt ans, et à peine arrangés, "telles des prostituées syphilitiques dissimulant habilement leurs disgrâces sous d'épais fards".
On fait toujours des économies sur l'entretien, parce que ça ne sert à rien, c'est bien connu.
Et au pire, on compte sur l'assurance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Kobayashi Takiji   Mar 9 Avr 2013 - 19:29

Le bateau-usine

Une campagne de pêche au crabe sur un bateau-usine japonais dans les années vingt. Pas de personnages à proprement parlé, un roman collectif, sur les conditions de vie et de travail des ouvriers, exploités par leurs employeurs et traités de façon inhumaine. Ainsi qu'une prise de conscience et un mouvement collectif pour améliorer les choses.

Je dirai que ce livre tient plus d'un témoignage ou d'une profession de foi que vraiment de la littérature. Ce n'est pas sans intérêt, cela donne des repères sur l'époque, ce n'est pas trop long. Mais c'est par moments très simplificateur, voir caricatural. Et le contenu compte plus que la forme. Ce n'est pas la lecture la plus marquante de mon existence de lectrice, mais cela donne un éclairage sur le Japon de l'époque.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Kobayashi Takiji   Dim 22 Mar 2015 - 22:55



Le bateau-usine

(Dans l'édition Allia qui doit reprendre de très près celle de Yago chroniquée en début de fil par eXPie).

Un roman à la fois documentaire et quasi-manuel de révolte organisée. Avant de dire stop et de "rester unis" il y a d'abord la prise de conscience. En effet l'évidence des conditions de travail déplorable, des mauvais traitements et de la maladie ne suffit pas, il faut se rendre compte et oser.

Avec sa prose puissante et efficace, cet archétype de littérature prolétarienne (pour le peu que j'en connais) délivre très bien son propos. Il raconte le travail mais aussi le discours du travail et son rapport étroit avec la politique intérieur et extérieur. Pêcheurs et ouvriers pauvres d'une véritable colonie intérieure (Hokkaidô) sont opposés aux Russes du Kamtchatka, à l'opposition au communisme il faut ajouter ou faire passer d'abord l'envie d'assurer le contrôle de la région, la pilule patriotique devant faciliter le sacrifice.

La dualité assumée, et l'engagement politique très fort du discours (c'est même un appel au passage à l'acte), ne dénature pas ce livre qui n'oublie pas non plus de parler de la mer, de la terre à l'horizon et de l'isolement des hommes qui sont pourtant nombreux sur ce bateau à partager leur misère.

Je l'ai trouvé très fort et très intéressant avec dans cette vision un point de vue historique renforcé par la postface de la traductrice entre biographie et contexte littéraire (beaucoup de noms) et historique.

C'est très typé et sans doute d'une façon occidentalisé mais c'est avec ce type de texte très volontaire et qui semble en rupture avec notre image "propre" du Japon que je me sens le moins de difficulté ou peut-être que je me sens moins abusé par la distance.

L'humanisme fraternel qui motive ce récit est simplement émouvant.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 72
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Kobayashi Takiji   Jeu 4 Aoû 2016 - 15:33

Une bonne rencontre avec cet auteur ! merci Animal de ma l'avoir conseillé.

Sur ce bateau usine, la vie est indécente, blessante, meurtrière. Ces hommes travaillent dans des conditions inhumaines sous les ordres du cynique et cruel Intendant, Asakawa, qui réduit les prérogatives du capitaine à la conduite du bateau !

Mal nourris, mal équipés, locaux insalubres, travail épuisant, voire dangereux, battus, la colère se nourrit de jour en jour.

"Que valent un ou deux gars de votre espèce ? Mais ne vous avisez pas de perdre ne serait-ce qu'une chaloupe ! Hors de question !"

L'intendant laisse périr plusieurs centaines d'hommes en interdisant au Capitaine d' assister les naufragés d'un autre bateau usine.

En perte de vitesse dans la pêche, l'Intendant instaure une rivalité entre les marins et les pêcheurs (diviser pour mieux régner) en faisant appel à leur patriotisme, puis en annonçant des récompenses ou des punitions selon le poids des prises : la carotte et le bâton ! pour le profit des actionnaires.

Les hommes, pêcheurs, ouvriers, paysans ont déjà exercé d'autres métiers difficiles dans les mines, les usines, les chantiers, la terre et ils en parlent ; aussi lorsque au Kamtchatka certains rencontrent des Russes qui vantent leur idéologie ils sont intrigués et intéressés. Ils propagent l'information à leurs compagnons.

"Les pêcheurs s'étaient vaguement demandé si ce n'étaient pas là ces "effrayants" discours "rouges" contre lesquels on les avait mis en garde. Mais en même temps, ils se disaient que si c'était ça, alors la propagande rouge ressemblait bigrement à du bon sens."

Qui, exploités comme ils le sont ne serait séduit ? Ils ont retenus l'un des principes du syndicalisme : l'union ! Alors quand la situation empire, ils débutent leur lutte par des "débrayages" et c'est la venue d'une grosse tempête malgré laquelle l'Intendant veut des pêcheurs au travail, que la goutte d'eau, si l'on peut dire, fait déborder le vase de la colère. Ca suffit de peiner, de mourir ! Tous se mettent en grève et portent leurs revendications au capitaine et à l'intendant. L'ignoble Asakawa fait intervenir les militaires du destroyer qui les suit et les 9 hommes qui représentent l'ensemble des travailleurs sont arrêtés.
Là ils prennent conscience que s'ils s'étaient TOUS présentés, unis devant les militaires ceux-ci devant leur nombre, leur force aucun d'eux n'aurait été arrêté.
La deuxième tentative fut un succès, ils avaient appris, ils savaient se défendre.

Une illustration de l'exploitation des travailleurs par le capitalisme. J'ai trouvé de belles métaphores, des descriptions et des sentiments puissants dans ce récit. La postface intéressante quant à la situation des travailleurs au Japon, notamment dans la littérature citée, des évènements passés, la vie de l'auteur (on mourrait pour des idées dans ce pays aussi).

Un beau passage illustrant la fraternité lors de la mort de l'un d'entre eux.

extraits :

"Des canots à vapeur semblables à de grosses punaises de lit tissaient des fils entre les navires dans un incessant va-et-vient."

"A Hokkaida, chaque traverse de voie ferrée était taillée dans le cadavre bleui d'un travailleur. Ceci n'est pas une figure de style. Sur les chantiers portuaires, les travailleurs victimes du béribéri étaient ensevelis vivants dans les terres gagnées sur la mer."

"L'autre il est là avec son pistolet, il nous fait croire qu'il pourrait s'en servir à tout moment, mais il n'est pas bête à ce moint. C'est juste un moyen ça - tu piges ? C'est pas dans leur intérêt de nous tuer. Leur but, leur vrai but, c'est de nous faire turbiner, de nous pomper la sueur, de nous pressurer, mais alors jusqu'à la moelle, pour obtenir des profits faramineux. Et c'est ça qui nous arrive en ce moment précis, chaque jour... Alors t'en dit quoi de leurs méthodes ? Notre corps, c'est rien de plus que des feuilles de mûrier pour nourrir les vers à soie, il faut qu'il soit sacrifié !"

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Kobayashi Takiji   Jeu 4 Aoû 2016 - 22:26

un commentaire qui fait plaisir. bonjour

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 72
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Kobayashi Takiji   Ven 5 Aoû 2016 - 8:38

merci Animal !

j'ai cherché mais aucune traduction de ses écrits (bien dommage) je note le livre de Tokunaga "le quartier sans soleil"

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Kobayashi Takiji   Ven 5 Aoû 2016 - 12:44

bonne idée de creuser dans cette direction je pense !

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
avatar

Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 38
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Kobayashi Takiji   Mar 22 Nov 2016 - 16:44

Sans avoir lu le livre de Kobayashi, je me suis plongée avec un grand intérêt, du plaisir et de la révolte sur l’adaptation en manga de Fujio Gô

J'ai mis ma bafouille ici

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Kobayashi Takiji   

Revenir en haut Aller en bas
 
Kobayashi Takiji
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le mangeur le plus rapide du monde soigne sa ligne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature asiatique (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature japonaise-
Sauter vers: