Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Kathryn Bigelow

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

Kathryn Bigelow Empty
MessageSujet: Kathryn Bigelow   Kathryn Bigelow Icon_minitimeMer 23 Sep 2009 - 23:23

Kathryn Bigelow Kathry10

Citation :
Peintre avant de se lancer dans l'aventure cinématographique, Kathryn Bigelow suit des cours au San Francisco Art Institute pendant deux ans puis reçoit une bourse du Whitney Museum de New York. Membre du collectif avant-gardiste Art and Language et diplômée de la Columbia Film School, la jeune femme réalise son premier long métrage en 1982, The Loveless, en collaboration avec Monty Montgomery.

Ce n'est que cinq ans plus tard que la cinéaste se fait remarquer avec Aux frontières de l'aube, une modernisation radicale du mythe du vampire dont elle signe elle-même le scénario. En 1990, Kathryn Bigelow poursuit avec le thriller policier Blue Steel et s'impose comme une référence du cinéma d'action avec Point Break, sorti en 1991. Après la réalisation de la mini-série Wild Palms, elle revient au cinéma avec le film d'anticipation Strange Days (1995), écrit par James Cameron, qui fut son époux de 1989 à 1991.
allocine.fr

Kathryn Bigelow 19158764

Citation :
Bagdad. Le lieutenant James est à la tête de la meilleure unité de déminage de l'US Army. Leur mission : désamorcer des bombes dans des quartiers civils ou des théâtres de guerre, au péril de leur vie, alors que la situation locale est encore... explosive.

Ce film est une grenade dégoupillée ! De celles dont on ne sait à quel moment elles vont exploser, à quel endroit, et pour combien de pertes en vies humaines. Démineurs n'est pas le premier ni le dernier film sur l'Irak "occupé" par les américains, mais c'est le plus réaliste, le plus prenant et le plus anxiogène qu'on ait pu voir jusqu'ici. Ce n'est que Le quotidien de trois soldats composant une équipe de déminage, évoluant au milieu de nulle part, désert poussiéreux ou décor urbain dévasté, comme sur une scène ou plutôt une arène, épiés aux fenêtres par des irakiens dont on ne sait s'ils sont hostiles ou simplement curieux (en attente de la mise à mort ?). A tout moment, la réalisatrice, Kathryn Bigelow, a le doigt sur le détonateur et tout peut sauter et s'embraser, ou pas. Adrénaline puissance mille sur l'écran, sueurs froides dans la salle. Mais Démineurs n'est pas qu'un film d'action mis en scène avec une intelligence démoniaque. En filigrane, de nombreuses lectures apparaissent : absurdité de la situation, instinct suicidaire des militaires etc. Les acteurs, que des inconnus, semblent comme habités et hallucinés, pris dans un engrenage mortel. Et ça dure 2 heures, intenses, à voir comme en apnée. Il n'est permis de respirer qu'au moment du générique final. Heureux d'en être sortis vivants.


Dernière édition par animal le Dim 28 Fév 2016 - 18:09, édité 1 fois (Raison : ajout bio)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Kathryn Bigelow Empty
MessageSujet: Re: Kathryn Bigelow   Kathryn Bigelow Icon_minitimeMer 7 Oct 2009 - 23:24

traversay a écrit:
Kathryn Bigelow 19158764

Citation :
Bagdad. Le lieutenant James est à la tête de la meilleure unité de déminage de l'US Army. Leur mission : désamorcer des bombes dans des quartiers civils ou des théâtres de guerre, au péril de leur vie, alors que la situation locale est encore... explosive.

Ce film est une grenade dégoupillée ! De celles dont on ne sait à quel moment elles vont exploser, à quel endroit, et pour combien de pertes en vies humaines. Démineurs n'est pas le premier ni le dernier film sur l'Irak "occupé" par les américains, mais c'est le plus réaliste, le plus prenant et le plus anxiogène qu'on ait pu voir jusqu'ici. Ce n'est que Le quotidien de trois soldats composant une équipe de déminage, évoluant au milieu de nulle part, désert poussiéreux ou décor urbain dévasté, comme sur une scène ou plutôt une arène, épiés aux fenêtres par des irakiens dont on ne sait s'ils sont hostiles ou simplement curieux (en attente de la mise à mort ?). A tout moment, la réalisatrice, Kathryn Bigelow, a le doigt sur le détonateur et tout peut sauter et s'embraser, ou pas. Adrénaline puissance mille sur l'écran, sueurs froides dans la salle. Mais Démineurs n'est pas qu'un film d'action mis en scène avec une intelligence démoniaque. En filigrane, de nombreuses lectures apparaissent : absurdité de la situation, instinct suicidaire des militaires etc. Les acteurs, que des inconnus, semblent comme habités et hallucinés, pris dans un engrenage mortel. Et ça dure 2 heures, intenses, à voir comme en apnée. Il n'est permis de respirer qu'au moment du générique final. Heureux d'en être sortis vivants.

Je suis moins emballé. La VF imposée au Kinépolis sabote complètement l'effet de réalisme documentaire de l'image en créant au contraire une distance qui m'a d'entrée mis hors jeu. La première déflagration est impressionnante et la réalisatrice est très habile pour créer une tension avec des séquences effectivement très intenses. Mais j'ai trouvé le temps bien long même si le propos est de nous montrer l'effarante banalité et le côté répétitif de ces actions vaines et absurdes d'héroïsme pathétique. Il y a une vraie chorégraphie des impacts de balles, très réaliste, et un portrait de ces militaires qui sonne très juste. C'est vraiment son truc les films de "mecs" dont elle semble observer tous les rituels et le langage avec une certaine fascination.

Par contre je trouve que vers la fin elle nous assène ses "messages" au marteau-pilon! La citation initiale "la guerre est une drogue" est lourdement répétée à la fin dans une succession de séquences qui se contentent de redire la même chose 3 ou 4 fois. Ok il ne peut plus se passer de l'adrénaline de ses acitivités de démineurs sur le terrain. Il n'a plus d'autre identité etc...On avait compris.

Donc partagé entre un peu d'ennui et un certain intérêt pour ces portraits et la pyrotechnie réaliste.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).


Dernière édition par Marko le Mer 7 Oct 2009 - 23:27, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
Queenie

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 39
Localisation : Un peu plus loin.

Kathryn Bigelow Empty
MessageSujet: Re: Kathryn Bigelow   Kathryn Bigelow Icon_minitimeJeu 18 Fév 2010 - 7:14

Marie a écrit:
Entre les deux.. c'est vrai que le message est un peu lourd, et que l'on sait que l'héroïsme est le plus souvent un besoin de montée d'adrénaline.. Mais j'ai aimé le rapport entre les trois personnages, si différents ( encore que le démineur n'est pas si monolithique qu'il ne le parait au début), le côté documentaire extrêmement bien fait . Et le rythme très intense, qui fait bien ressentir la petite respiration à la fin de chaque journée.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amapola
Agilité postale


Messages : 792
Inscription le : 18/08/2007

Kathryn Bigelow Empty
MessageSujet: Re: Kathryn Bigelow   Kathryn Bigelow Icon_minitimeJeu 18 Fév 2010 - 14:28

Moi je n'ai pas senti l'adrénaline, en tant que spectatrice. Mais pas d'ennui non plus. J'étais allée sans rien lire sur le film, et je ne savais pas que c'était une femme la réalisatrice. Et surtout pas une femme de la même famille du thé. Mais au long du film j'ai pu remarquer la façon, euh... hmmm... mettons sardonique, dont la caméra enregistrait les moments "trucs de mecs", comme cette lutte qui finit presque en assassinat. Elle doit avoir des frères très embetants KB, la pauvre!!!
Ok pour le besoin "d'action", mais je propose une autre perspective pour la "drogue". La guerre, comme les drogues, détruit les gens, même (surtout?) quand ils survivent. Est-ce que le retour du lieutenant est du au vice d'adrenaline, ou à son incapacité de vivre au milieu des gens qui ne savent rien des cadavres-bombes, des villes détruites, de l'incroyable capacité humaine de s'adapter aux conditions les plus malhereuses et d'y être "heureux" (de façon tordue, mais réelle...)
J'aimerais revoir Coming Home et Born on the Fourth of July pour les étudier, pour ainsi dire, ensemble... C'est à ces deux films que j'ai pensé en regardant Demineurs (The Hurt Locker), pas à Platoon.
Ah oui... The thin red line aussi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

Kathryn Bigelow Empty
MessageSujet: Re: Kathryn Bigelow   Kathryn Bigelow Icon_minitimeVen 25 Jan 2013 - 22:21

Kathryn Bigelow 20365978

Zero Dark Thirty
Citation :
Le récit de la traque d'Oussama Ben Laden par une unité des forces spéciales américaines...

Kathryn Bigelow a 2 heures 30 pour localiser Ben Laden et le liquider. Pas le genre de défi qui ferait peur à la réalisatrice la plus, euh, virile, du cinéma américain. A côté de Zero Dark Thirty, son Démineurs pourrait même passer pour un aimable entraînement. Pour autant, le film est loin d'être entièrement tourné vers l'action. Ce qui intéresse Bigelow, c'est l'enquête, la traque, les moyens utilisés pour retrouver le terroriste. On est là dans un exercice ébouriffant de docufiction, mis en scène avec une efficacité à l'épreuve des balles, palpitant de bout en bout parce qu'il dépeint aussi le combat d'une femme presque seule (Jessica Chastain, étonnante et détonante) dont les thèses ne rencontrent le plus souvent que haussements de sourcils de la part des pontes de la CIA. Le parcours de ce petit soldat à la chevelure flamboyante, obstinée jusqu'à l'os, est d'autant plus fascinant que le film ne dit pas un mot de sa psychologie et encore moins de sa vie privée. Tout Zero Dark Thirty est focalisé sur une seule idée : trouver Ben Laden, inutile de chercher un autre sujet ou intrigue, il n'y en a pas. On reprochera certainement à la réalisatrice son absence de prise de position. A chacun de réfléchir là dessus : toutes les méthodes, y compris les tortures les plus atroces, sont-elles bonnes pour parvenir à ses fins ? En bouquet final, l'assaut contre la forteresse d'Oussama est un grand moment de cinéma. Une sorte de halo fantastique et irréel flotte sur ces dernières scènes absolument scotchantes.

Kathryn Bigelow 20402210

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Kathryn Bigelow Empty
MessageSujet: Re: Kathryn Bigelow   Kathryn Bigelow Icon_minitimeLun 28 Jan 2013 - 15:21

Même ressenti que Traversay. C'est un peu long mais c'est très documenté et efficace. La dernière demi-heure est captivante. Entre l'emission envoyé spécial et la série 24h. Sur le fond le film est très ambigu et sujet à polémique. En tout cas un film intéressant. On y torture pas mal mais les habitués de 24h ont vu pire.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Avadoro
Zen littéraire
Avadoro

Messages : 3501
Inscription le : 03/01/2011
Age : 33
Localisation : Cergy

Kathryn Bigelow Empty
MessageSujet: Re: Kathryn Bigelow   Kathryn Bigelow Icon_minitimeLun 28 Jan 2013 - 23:47

Zero Dark Thirty

J'ai aussi été sensible au parti pris de Kathryn Bigelow, qui s'attache à l'évocation d'une vision, d'une obsession, d'un mirage aux dimensions presque irréelles. Jessica Chastain (impeccable) construit sa propre bulle, dévoile une solitude à partir de laquelle Al-Qaïda est une image et une ombre. Le film est inégal dans son rythme mais parvient à faire ressentir une lassitude, un épuisement et le décalage entre deux temps (le terrain, le politique) qui s'entrecroisent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Kathryn Bigelow Empty
MessageSujet: Re: Kathryn Bigelow   Kathryn Bigelow Icon_minitimeDim 3 Fév 2013 - 18:15

Kathryn Bigelow The-hu10

Démineurs

Les scènes sont efficaces, le décor, l'immersion devrait-on dire, l'est encore plus. Mais à l'arrivée ça tient quand même de la déception. Le film n'amène pas grand chose de neuf à part des démineurs plutôt qu'autre chose et reste très en surface de ses personnages au profit des démonstrations unitaires des scènes à adrénaline. ça donne plus l'impression d'un film qui utilise tout ce qui lui passe sous la main (avec une liste assez longue, la séquence snipers dans le désert pourrait ne pas être là ça serait pareil) pour faire du spectacle. Itou pour le "message" du film qui reste monumentalement héroico-positif quant à la guerre. Et c'est surtout un film qui tout en nous la faisant super réaliste en fait en fait des tonnes... et des tonnes pas très originales.

plouf plouf globalement. en fait je crois que je n'aime pas des masses. huhu.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Kathryn Bigelow Empty
MessageSujet: Re: Kathryn Bigelow   Kathryn Bigelow Icon_minitimeDim 3 Fév 2013 - 23:36

Zero Dark Thirty

Marko a écrit:
On y torture pas mal mais les habitués de 24h ont vu pire.

Je ne me sens pas le courage d'aller voir ce film...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Kathryn Bigelow Empty
MessageSujet: Re: Kathryn Bigelow   Kathryn Bigelow Icon_minitimeLun 4 Fév 2013 - 14:55

coline a écrit:
Zero Dark Thirty

Marko a écrit:
On y torture pas mal mais les habitués de 24h ont vu pire.

Je ne me sens pas le courage d'aller voir ce film...
Au pire tu fermes les yeux et tu te bouches les oreilles pendant les quelques minutes que durent ces scènes. Et c'est du cinéma! On voit pire tous les jours au journal télévisé et c'est du réel...

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Kathryn Bigelow Empty
MessageSujet: Re: Kathryn Bigelow   Kathryn Bigelow Icon_minitimeLun 4 Fév 2013 - 21:37

Marko a écrit:
coline a écrit:
Zero Dark Thirty

Marko a écrit:
On y torture pas mal mais les habitués de 24h ont vu pire.

Je ne me sens pas le courage d'aller voir ce film...
Au pire tu fermes les yeux et tu te bouches les oreilles pendant les quelques minutes que durent ces scènes. Et c'est du cinéma! On voit pire tous les jours au journal télévisé et c'est du réel...

Oui...mais bon, tu me connais, ce n'est pas le genre de film vers lequel je vais courir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée
Aeriale

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

Kathryn Bigelow Empty
MessageSujet: Re: Kathryn Bigelow   Kathryn Bigelow Icon_minitimeMar 12 Fév 2013 - 19:26

- Zero Dark Thirty-

Marko a écrit:
Même ressenti que Traversay. C'est un peu long mais c'est très documenté et efficace. La dernière demi-heure est captivante. Entre l'emission envoyé spécial et la série 24h. Sur le fond le film est très ambigu et sujet à polémique. En tout cas un film intéressant. On y torture pas mal mais les habitués de 24h ont vu pire.
Moi aussi, j'ai bien aimé, et pourtant j'y suis allée à reculons. La longueur, le sujet...bof c'était pas trop pour moi mais j'ai été entraînée et je ne le regette pas!

De l'action, des informations, une vision globale passionnante, bref un bon film du genre, même si les tortures du début sont assez abjectes à suivre (Quand je pense que la fille qui joue le rôle principale les regarde en boucle!) La dernière demi-heure est excellente, je n'ai pas vu le temps passer.

Kathryn Bigelow Zero-d10

Ceci dit je ne le vois pas pour Coline non plus rire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
Marie

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

Kathryn Bigelow Empty
MessageSujet: Re: Kathryn Bigelow   Kathryn Bigelow Icon_minitimeVen 14 Juin 2013 - 3:05

Vu en DVD.
D'accord avec ceux qui l'ont vu ici, on ne voit guère passer les 2h 30 . Sans  doute, entre autres atouts, grâce au montage ,qui arrive à nous faire survoler, sans qu'on se sente perdu une minute, ces dix  années de traque d'un personnage qui restera dans l'histoire.
La musique est d'Alexandre Desplat.




On reprochera certainement à la réalisatrice son absence de prise de position. A chacun de réfléchir là dessus : toutes les méthodes, y compris les tortures les plus atroces, sont-elles bonnes pour parvenir à ses fins ?



J'avais déjà lu vos avis longtemps avant de finalement voir le film. Cela m'a permis de noter certains détails. D'abord, je trouve très bien qu'au moins Kathryn Bigelow ne cache rien de ces scènes de torture et que l'on voie même ce fameux " collier de chien" qui rappellera toujours ces fameuses images d'Abou Ghraib . Ensuite, elle montre , par plusieurs  réflexions de cette Maya, que cette torture n'a pas abouti à grand chose..
Je regretterais plus que ne soient jamais évoqués les liens antérieurs entre les Etats Unis et Ben Laden , mais là n'était sans doute pas le sujet. Et pourtant...
Enfin, c'est quand même intéressant que ce soit une femme -dont les débuts de carrière dans le monde du cinéma américain n'ont pas dû être très simples- qui montre ce que l'obstination d'une autre femme ( quelle actrice, cette Jessica Chastain!) a réussi à faire, venger l'Amérique!

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
swallow
Sage de la littérature
swallow

Messages : 1366
Inscription le : 06/02/2007
Localisation : Tolède. Espagne.

Kathryn Bigelow Empty
MessageSujet: 7D30: INTUITION.   Kathryn Bigelow Icon_minitimeVen 14 Juin 2013 - 19:12

Ce film revèle toute l´importance de l´INTUITION. Maya a pu recevoir une solide formation, instruite durant des années par les meilleurs officiers de la CIA, c´est le don de l´observation et l´intuition qui la guident et ce en quoi elle confie jusqu´à la fin ( capture de Ben Laden), C´est ce qui lui permet de tenir tête envers et contre les avis de tous ces experts-agents du contre-terrorisme qui l´entourent quand ils ne croient plus en elle. Eux, ils ont  interrompu la chasse bien avant elle, puisqu´ils  estiment Ben Laden mort quand il est toujours caché. Alors, contre tous ceux qui tentent de la décourager  et de ridiculiser l´obstination de ses recherches et ses analyses, c´est bien son intuition, son flair qui lui disent que c´est bien LUI ( Ben Laden)  quand Maya s´esquinte la vue à force de regarder ces photos agrandies, ces films flous de caméras-surveillance des satellites. Elle  repère le visage et le distingue à l´écran quand les autres n´y voient que du feu.  Ils ont les mêmes images devant eux, et pourtant, eux ne voient rien tant c´est trouble et indistinct. C´est ça aussi le phare de l´intelligence.Idea
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Kathryn Bigelow Empty
MessageSujet: Re: Kathryn Bigelow   Kathryn Bigelow Icon_minitimeDim 28 Fév 2016 - 18:27

Kathryn Bigelow Fhd99510

Strange Days (1995)

Vague et long thriller SF qui mise sur l'ambiance. Dans les dernières heures avant l'an 2000*, un ancien policier reconverti** dans la contrebande de clips*** se retrouve embringuée dans une sale histoire qui a pour protagonistes plusieurs ex-ami(e)s et connaissances****.

* : c'est les states qui vont mal, il y a du feu partout et des militaires et des policiers dans les rues et des gangs et des types en blousons de cuir et de la musique hyper-chébran.

** : Ralph Fiennes qui incarne assez bien l'absence de charisme et de présence

*** : clip video en mieux, vous avez toutes les sensations en prime. c'est un truc de ouf le futur avec des minidiscs

**** : Juliette Lewis légèrement vêtue, Tom Sizemore avec une moumoute cheveux longs, Michael Wincott (mais pourquoi ?)


Le film veut beaucoup de choses avec son contexte urbain et ses tensions raciales pas très futuristes (en même temps ce n'était que 1999) mais ça reste loin, remontant à la surface du scénario de temps en temps au milieu des allers-retours de l'anti-héros du jour. Angela Basset qui lui sert de second couteau se démène pas mal et est très jolie mais ça ne rachète pas le manque de rythme et n'améliore pas non plus le visuel moderne-techno-punk-showbizz pas complètement digéré (la boite bouge moins que le Tech Noir).

Bien plat pour ses 2h20 et sa BO choc pas complètement mise en valeur (Skunk Anansie, Tricky, Deep Forest, Prong, ... ).

En un mot laborieux.

(Même 14000 figurants ramenés pour un événement électro ne rendent pas grand chose à l'écran... )

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Kathryn Bigelow Empty
MessageSujet: Re: Kathryn Bigelow   Kathryn Bigelow Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Kathryn Bigelow
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Images et sons :: Cinéma, télévision et radio :: Réalisateurs-
Sauter vers: