Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Gérard Garouste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Gérard Garouste   Sam 20 Fév 2010 - 23:14

Gérard Garouste


Citation :
Gérard Garouste, né le 10 mars 1946 à Paris, est à la fois peintre, sculpteur, illustrateur et décorateur. Lecteur attentif de la Bible, il est passionné par les mythes, les religions, l'iconographie religieuse, ainsi que par les contes et légendes. Il est devenu au cours des années 1980 l'un des peintres français les plus importants et reconnu à l'international. Abordant la notion de « sujet » dans la peinture, il explore le mystère des origines et de la transmission. Souvent qualifié de peintre « post-moderne », Gérard Garouste se situe hors des courants et des modes artistiques. Défenseur d'un retour à la figuration, ses toiles, souvent aux formats importants, mettent en scène des personnages aux corps morcelés dans des compositions énigmatiques. Depuis 1979, il vit et travaille à Marcilly-sur-Eure dans l'Eure, où il a fondé une association d'action éducative et sociale d'aide aux enfants par l'art nommée La Source. Depuis les années 80, il a exposé dans le monde entier notamment à Venise (Biennale de 1984), New York (Leo Castelli Gallery, 1985), Los Angeles (Santa Monica Museum of Art, 1990), Tokyo (National Museum of Art, 1990). Son œuvre est présente dans de nombreuses collections publiques dont le Centre Georges Pompidou à Paris, le Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris, le Ludwig Museum de Vienne ou le Musée d'Art Contemporain de Montréal. Récemment, il a exposé à la Fondation Cartier, Ellipse (2001), au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme, La Haggada (2001), au Panthéon de Paris, Les saintes ellipses (2005), à la Fondation Mudima de Milan, Les libraires aveugles (2006) et au Grand Palais dans « La Force de l'Art » (2006). Il a réalisé des commandes pour des édifices de renom tels que le Palais de l'Elysée (peinture) en 1983, la cathédrale d'Evry (sculpture) en 1995, la Bibliothèque Nationale de France (peinture et sculpture) en 1996, les vitraux de l'église Notre-Dame de Talant en Bourgogne en 1998 ou encore le plafond du Théâtre Royal de Namur en 1999. Du 14 octobre 2009 au 3 janvier 2010, la Villa Médicis à Rome (Académie de France) organise une importante rétrospective sur Gérard Garouste.

L'intranquille
Autoportrait d'un fils, d'un peintre, d'un fou


J'avais été instruit par des hommes en soutane, étreint par la violence, l'amour et les préjugés de mon père. Le catéchisme de mon enfance ressurgissait. Je me rendais compte que je l'avais enterré un peu vite en me proclamant athée comme tant d'autres à l'adolescence, il était en moi ce vieux venin, il n'avait rien perdu de sa violence, il fallait le mettre à l'épreuve des textes et de la maturité d'homme. Il me fallait démontrer la grande manipulation religieuse et familiale. C'était ça mon sujet. Et je n'allais plus en changer.

Gérard Garouste vient de publier en association avec la journaliste Judith Perrignon cette autobiographie qui se lit comme un formidable roman. Difficile de savoir la part de chacun dans l'écriture mais le résultat est un autoportrait particulièrement fort et passionnant salué par une unanimité critique.

Le récit s'articule autour de 3 parties essentielles comme le sous-titre l'indique. L'histoire familiale avec ses secrets, ses frustrations, ses ruptures. Puis le parcours artistique, les influences, l'opposition, le temps de la reconnaissance. Enfin, interrompant chaque période par des parenthèses douloureuses, la description de ses accès délirants (il était maniaco-dépressif bipolaire) et ses séjours en asile psychiatrique. Mais il évoque aussi sa passion pour le judaïsme, en réaction contre l'antisémitisme du père, et la création de l'association "La Source" ( pour "favoriser l'épanouissement de l'enfant, non dans la perspective d'en faire un artiste, mais un être de désir").

L'ensemble est captivant, profond, très sincère et enrichissant. La partie biographique qui évoque le père autoritaire et "psychopathe" rappelle beaucoup Patrick Modiano, qui était son ami en pensionnat et avec lequel il a publié un ouvrage "Dieu prend-il soin des boeufs?" dont il a réalisé les illustrations. La mort du père est l'occasion de faire émerger des lettres, des inscriptions, des dates, des souvenirs qui permettront de lever quelques secrets familiaux. Notamment l'histoire émouvante de l'arrière grand-mère Gabrielle.

Il n'avait pas pu faire héros. Alors il avait fait salaud. Son éducation de bon catholique l'y préparait. Il appartenait à un monde d'illusions et de certitudes, où les juifs avaient sale réputation.

Face à la dureté paternelle, Garouste aura des moments d'apaisement en Bourgogne chez son oncle Casso, le bûcheron alcoolique, et son épouse Eléo dans leur maison de vignerons.

C'était un autre monde, figé dans le temps, où l'électricité était encore capricieuse. La lampe à pétrole était toujours sur la table, laissant filer une odeur d'essence, que j'aime encore. Elle dessinait aux visages et aux fenêtres des ombres et des lumières.

Il y aura aussi les années de pensionnat à Montcel, ses amitiés et son amour d'adolescence pour un des pensionnaires (avant de se marier). Il y rencontre Modiano, le fils du peintre Jean Fautrier, Jean-Michel Ribes... Il se sent heureux malgré le spectre d'abus sexuels dans l'établissement.

Peu doué pour les études, Il décide ensuite de devenir peintre. Il nagera "contre le courant " de l'avant-garde de l'époque "comme on remonte vers une source". Il évoque ses influences littéraires (Dante, Cervantes...) et artistiques. Comment faire du figuratif après Picasso et la révolution de Marcel Duchamp! Il sera finalement repéré par le grand marchand d'art américain Léo Castelli et deviendra célèbre bien que jamais vraiment reconnu en France. En particulier grâce à ce tableau:

Adhara


Cette toile est mon premier et mon plus grand succès. Elle annonce tout: l'ordre et le chaos, le Classique et l'Indien, des empâtements, des glacis à l'ancienne. Elle est truffée de références, de mystères, de fausses pistes. Le Classique tient dans la main un polyèdre, figure géométrique à trois dimensions, joyau de la connaissance. L'Indien est accroupi, il jette des tableaux en l'air qui semblent partir n'importe où mais dessinent le fragment d'une constellation. Adhara c'est le nom d'un astre de la constellation du Chien. Ce n'est pas un hasard si cette toile m'a ouvert les portes. Elle dit mon rêve, mon choix, l'imbroglio de mes pensées, mon langage des signes, cette idée, à laquelle je tiens, qu'on représente une chose et qu'on en raconte une autre.

J'aime beaucoup les passages sur ses internements en psychiatrie. Il montre bien les ravages de ses accès délirants, maniaques ou dépressifs, qui le privaient de toute créativité pendant des mois ou des années comme pour Virginia Woolf notamment.

On ne peut peindre que si l'on va bien. Le délire est un trou noir dont on sort dans un état d'extrême sensibilité bénéfique pour la peinture, mais le lien légendaire de la folie et de l'art s'est trop souvent changé en un raccourci romantique. Le délire ne déclenche pas la peinture, et l'inverse n'est pas plus vrai. La création demande de la force.

Il explique également sa passion pour la Bible, la mythologie, les symboles, le judaïsme. Il apprend l'hébreu, lit la Torah. Condamne le christianisme et ses déformations des textes originels.

J'ai trouvé au plus profond de moi, de ma honte, des choses que je pense universelles. J'ai démonté les textes et les catéchismes, j'ai voulu briser le moule qui a modelé et rendu passif notre regard, j'ai pris à bras le corps la religion, elle a envahi mes toiles, mes coups de folie qui bien souvent se sont terminés sur des parvis d'église ou de cathédrale. J'aurais pu l'ignorer, rejoindre les athées éclairés de ma génération, mais j'ai voulu prouver qu'elle se trompait, qu'elle avait fait des ravages dans la tête des hommes, à commencer par celle de mon père à qui j'aurais tant voulu parler.
J'ai peut-être fait une oeuvre en forme de circonstance atténuante.



Et il y a effectivement comme une volonté d'expiation de la faute paternelle. Une révolte contre les dogmes, les carcans idéologiques...

A l'arrivée il semble plus en paix et peut commencer à peindre différemment. Il évoque tous ces être lumineux qui ont traversé sa vie et conclut:

Ma peinture n'atteignait pas la beauté de ces personnages et de ces instants, elle était trop pleine de mon envie d'en découdre. C'est terminé.


_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Gérard Garouste   Dim 21 Fév 2010 - 0:48

Pas encore lu, mais je l'ai. Bien sûr.
Citation :
Pas sûr que tout cela ait un rapport, mais l'enfance et la folie sont à mes trousses. Longtemps je n'ai été qu'une somme de questions. Aujourd'hui, j'ai soixante trois ans, je ne suis pas un sage, je ne suis pas guéri, je suis peintre.

Merci pour le fil, Marko!

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Gérard Garouste   Dim 21 Fév 2010 - 13:02

Viens vite me rejoindre pour en parler!

D'autres passages intéressants...

Garouste à propos des religions:

Qu'on ne me demande pas si je suis encore athée, c'est une question de catholique qui oblige à se situer par rapport à la foi. Je me fous de l'existence de Dieu, appelons le x et raisonnons sur nous-mêmes. J'ai besoin d'une réflexion sur l'être et la connaissance, j'y vois comme une architecture de la pensée. Si les révolutions ont échoué, c'est je crois parce qu'elles n'offraient pas d'ouverture métaphysique, elles plaquaient trop de certitudes sur l'origine de l'homme et de son destin. La Kabbale explique que Dieu se retire du monde après l'avoir créé, ça me va, je préfère Dieu parti, laissant les hommes libres et responsables, que le Dieu dont il faut attendre la grâce.

Un jour, je suis allé voir un rabbin. Je lui ai dit mon histoire, mon lien avec la Torah, et je lui ai demandé si je devais devenir israélite.
-Je ne vois pas l'intérêt que vous vous convertissiez? Vous auriez pu en avoir besoin par rapport aux autres, vos enfants s'ils avaient été plus jeunes, mais ils sont adultes maintenant. Vous n'avez pas besoin de preuve de ce que vous êtes.
Sa réponse était exactement telle que je la souhaitais. S'il m'avait dit "convertissez-vous", quelle différence restait-il d'une religion à une autre, plus aucune, un même cri de ralliement, "hors de l'Eglise point de salut."

Et sur la peinture:


Zurbaran, Sainte Casilde de Burgos. 1638-1642

Il y a un tableau de Zurbaran que j'aime beaucoup, à Madrid, c'est le portrait en pied de Sainte Casilde. Elle était la fille d'un seigneur d'une province d'Espagne, un homme cruel qui enfermait ses ennemis et les laissait mourir de faim. La nuit, Casilde portait du pain aux prisonniers. Une fois son père l'a surprise, et, miracle, les pains se sont changés en fleurs. Devant le tableau, on est comme le père, dupé, on voit une jeune fille délicate avec un bouquet dans les mains. Mais plus on regarde, plus on se dit qu'elle n'a pas le visage d'une sainte. Le peintre a joué avec ses traits comme avec son mensonge. J'aime l'idée qu'on représente une chose et qu'on en raconte une autre.




_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madame B.
Zen littéraire
avatar

Messages : 5352
Inscription le : 17/07/2008
Age : 43

MessageSujet: Re: Gérard Garouste   Dim 21 Fév 2010 - 13:11

Merci pour ton avis Marko, cela donne vraiment envie de le lire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://labougeotte-impressionsdevoyages.blogspot.com/
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Gérard Garouste   Dim 21 Fév 2010 - 13:31

Madame B. a écrit:
Merci pour ton avis Marko, cela donne vraiment envie de le lire.

Il y a longtemps que je n'avais pas lu une aussi bonne autobiographie. C'est juste un superbe roman. Et qui se lit presque trop vite (200 pages). J'aurais bien continué à découvrir sa vie et ses rencontres.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Gérard Garouste   Dim 21 Fév 2010 - 14:13

Je ne connaissais le nom de Gérard Garouste que dans le domaine de la décoration où lui et son épouse, Elisabeth, sont renommés. Je découvre grâce à ce fil, d'autres facettes très humaines de l'artiste...et l'envie de leconnaître mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Gérard Garouste   Dim 21 Fév 2010 - 15:12

coline a écrit:
Je ne connaissais le nom de Gérard Garouste que dans le domaine de la décoration où lui et son épouse, Elisabeth, sont renommés. Je découvre grâce à ce fil, d'autres facettes très humaines de l'artiste...et l'envie de leconnaître mieux.

Il a commencé à se faire connaitre en faisant des décors pour Fabrice Emaer (F. Emaer comme "éphémère" dit-il) qui a créé la boite de nuit "Le Palace" à Paris. Stark lui a aussi commandé les peintures d'un salon à L'Elysee. Il évoque son épouse dans le roman, évidemment, en louant la patience et l'amour dont elle a fait preuve malgré tous ses accès délirants. Et il précise aussi le fait qu'elle était juive (quitte à affronter l'hostilité du père antisémite). Les écrits de son père qu'il découvre à la fin du roman sont à cet égard très cruels.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathria
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2867
Inscription le : 18/06/2008
Age : 49

MessageSujet: Re: Gérard Garouste   Dim 21 Fév 2010 - 18:03

Voilà plusieurs semaines que ce livre me faisait de l'oeil, et bien, je vais lui faire un sort, c'est décidé!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lachariotteabouquins.blogspot.fr/
Madame B.
Zen littéraire
avatar

Messages : 5352
Inscription le : 17/07/2008
Age : 43

MessageSujet: Re: Gérard Garouste   Lun 15 Mar 2010 - 16:36

Je viens de lire L'Intranquille. Marko en a très bien parlé.
Moi aussi, j'avais envie que cela continue, j'avais envie d'en savoir plus. J'ai été assez élue par certains passages alors qu'il n'y pas de pathos. C'est une autobiographie très forte qui permet de mieux comprendre la peinture de Garouste. Je l'aime moyennement mais je suis allée revoir sur internet certains tableaux afin de me plonger dans son univers finalement assez codé puisqu'il y a toute son histoire, des références à la Bible, à la Torah.
Garouste n'a cessé de payer pour son histoire familiale. Il a essayé de réparer les dégâts causés par son père violent et calculateur (voir les passages quand il le décrit dans son commerce de meubles, dans ses activités de démembrement de merveilleux meubles chinois: "J'étais alors étudiant des arts et de leur histoire et j'étais complice des Garouste, petite bourgeoisie mesquine et sans culture"), antisémite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://labougeotte-impressionsdevoyages.blogspot.com/
Sophie
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2230
Inscription le : 17/07/2007
Age : 40
Localisation : Tahiti

MessageSujet: Re: Gérard Garouste   Mer 17 Mar 2010 - 11:32

C'est une copine de mes cours de dessin qui me l'a prêté. Je ne connaissais rien de Garouste et cette autobiographie m'a touchée. Elle est vraie, e tout cas, m'a semblé vraie, très pudique même si Garouste ne se cache pas ni se trouve d'excuse.

Il nous parle de son parcours, de sa "folie", sobrement mais sincèrement. Un beau livre, une belle histoire, si l'on peut dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslecturesdesophie.blogspot.com/
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Gérard Garouste   Mer 24 Mar 2010 - 1:49

Citation :
Je suis peintre parce que mes mains ont fait ma force, parce que des toiles puissantes et belles m'ont convaincu qu'il y avait là une voie pour moi.Mais je me méfie de la beauté, c'est du bluff, une manipulation qui peut laisser totalement passif celui qui la regarde. Je préfère lui suggérer une question..
Le fou parle tout seul, il voit des signes et des choses que les autres ne voient pas.
Je veux peindre ce qu'on ne dit pas.
Et si le fou dérange, je veux que le peintre dérape.

Les mains dans la peinture de Garouste ont une grande importance, il me semble, les corps sont morcelés et les mains se tendent et s'allongent.




J'ai bien aimé cette très honnête autobiographie, même si ce n'a pas été la claque reçue en lisant dernièrement Dans ma peau de Guillaume de Fonclare, beaucoup plus travaillé sur le plan littéraire. L'histoire familiale , la façon de raconter ses périodes noires, bien sûr, la conscience qu'il a d'avoir finalement eu beaucoup de chance grâce à sa femme et à sa famille, mais aussi son parcours de peintre et ce qu'il raconte des coteries et du business de l'art moderne!

Citation :
L'artiste le mieux vendu aujourd'hui s'appelle Jeff Koons, il a commencé trader à Wall Street, il a su digérer Duchamp et l'objet comme oeuvre d'art, Warhol et l'immersion de l'art dans la société de consommation, son atelier a tout d'une entreprise et il n'a aucun complexe à dire qu'il s'intéresse plus aux prix de ses oeuvres qu'à ses oeuvres elles-mêmes. Il est le gagnant d'une époque faible, saoulée de télévision, d'argent et de performances, où le métier d'artiste est très prisé..
... Je vis dans un pays aux idées très arrêtées, accroché à son concept d'avant-garde. Je ne peux effectivement pas le représenter, je ne crois plus à ce mot, ni au mot "moderne" ou "original". C'est devenu une recette, on s'installe dans l'originalité, on est acheté à Beaubourg et on entre dans la nouvelle académie du XXème siècle, où le discours fait l'oeuvre.
L'avant-garde au musée n'est plus une avant-garde! La provocation n'est plus une provocation si elle est à la mode! La France entretient pourtant cette idée comme une vieille mariée, parce qu'elle se flatte et se repent en même temps d'avoir abrité et méprisé les impressionnistes, une bande d'Indiens géniaux qui fréquentaient le même quartier, les mêmes cafés et s'échangeaient leurs toiles faute de les vendre. Comme toujours elle campe sur son histoire, et d'une révolution pleine de sens, cent ans plus tôt, elle a fait un dogme. Tout ça se termine en un circuit où les coteries et la spéculation vont bon train, où l'empire du luxe, avec la connivence de l'Etat , achète et revend des millions d'euros des oeuvres qui ne dérangent personne.


_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Gérard Garouste   Mer 24 Mar 2010 - 10:43

Marie a écrit:

J'ai bien aimé cette très honnête autobiographie, même si ce n'a pas été la claque reçue en lisant dernièrement Dans ma peau de Guillaume de Fonclare, beaucoup plus travaillé sur le plan littéraire.

Je note ce livre au passage! Le sujet est sensiblement différent et l'approche également. L'intranquille a probablement été rédigé par la journaliste à partir d'entretiens avec Garouste, à moins qu'elle n'ait complété ou réécrit certains passages. Donc ce n'est pas une oeuvre "littéraire" autobiographique au sens habituel du terme même si le résultat garde une certaine force.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Gérard Garouste   Mar 30 Mar 2010 - 14:46

Vous avez déjà bien parlé de L' intranquille, je l'ai apprécié tout comme vous.
Je ne suis pas très amatrice d'autobiographies, celle-ci pourtant m'a touchée par sa sincérité dans la souffrance qui s'en dégage. Sans rechercher à émouvoir, Gérard Garouste parle de son père, de sa propre fragilité, de sa folie ...

"Je vis depuis toujours dans la faille qui existe entre lui et moi."

" Je sais que mes fils n'ont vu de moi qu'un père qui se cherchait. Je ne leur ai transmis que des questions."


Extrait:

"Le délire vient souvent avec le printemps.
Comme ce soir de mai, il devait être neuf heures, j'étais dans l'atelier, au téléphone. Quand j'ai raccroché, j'ai subitement eu l'impression que sur mon bureau tout avait été aligné de manière très précise, j'ai cru à une blague, à un jeu de mon entourage. J'ai regardé par terre, même vision: de géométrie à haute dose! J'ai pris une règle, j'ai tracé des traits, des cercles, tout correspondait! Je me suis dit alors qu'ils avaient dû s'y mettre à plusieurs, j'étais flatté, amusé, j'ai éteint la lumière et fermé l'atelier. A l'extérieur, sur le chemin entre les peupliers, quelqu'un avait même aligné les graviers, c'était beau! J'étais émerveillé. J'ai levé les yeux vers le ciel, et là, miracle! toutes les étoiles étaient reliées entre elles par des filets de lumière, commedans une création de Sol Le Witt, artiste américain célèbre pour ses structures. Seul Dieu pouvait avoir fait tout ça, depuis mon atelier jusqu'au ciel. Le lendemain, j'étais à Sainte-Anne, je racontais au médecin, l'oeuvre de Dieu qui ressemblait à celle de Sol Le Witt. "On a les délires de sa culture", m'a-t-il dit."




Je suis allée voir à quoi ressemblaient les oeuvres de Sol Le Witt:














Gérard Garouste parle aussi de sa peinture, qui ne me plaisait pas, mais que je suis allée examiner de plus près...avec un autre regard...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Gérard Garouste   Mar 30 Mar 2010 - 16:22

coline a écrit:
"On a les délires de sa culture", m'a-t-il dit."[/i]

C'est une phrase géniale et tellement vraie!

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Igor
Zen littéraire
avatar

Messages : 3524
Inscription le : 24/07/2010
Age : 64

MessageSujet: Re: Gérard Garouste   Dim 26 Déc 2010 - 12:04

Ce livre est extraordinaire, quelle lucidité de la part d'un fou!
J'ai du entendre parler de lui à la fin des années 80, une émission sur FC que j'écoute souvent d'une oreille distraite. Mais ce nom: Garouste m'a interpellé parce qu'il existe dans une des branches de la famille de ma compagne... Sans doute aucun lien avec le peintre, simplement un hasard. Mais le nom est resté et la curiosité a fait le reste. Depuis j'ai découvert ses peintures, jamais en vrai mais des reproductions rare , énigmatiques. Puis la monographie chez Flammarion préfacée par Onfray : géniale ouverture sur son univers. Voilà quelques mois, dans un rayon d'une Fnac, un petit livre blanc: l'Intranquille (soldé ?). Il a immédiatement rejoint ma PAL...
Livre bien plus grand à l'intérieur que le format dans lequel il se présente. Un façon de raconter simplement un passé lourd et un vécu difficile à maitriser (mais qui en a la prétention ?). Des pistes et des clefs pour mieux voir sa peinture.
Et puis au sortir de la trilogie New-yorkaise, je retrouve Don Quichotte mais est ce un hasard ?

Vous le rangez donc chez les écrivains Garouste ? Avec un tel livre, je le comprends !

_________________
Tranquille comme mon chien qui dort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Gérard Garouste   

Revenir en haut Aller en bas
 
Gérard Garouste
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» mort de Gérard Oury
» Gérard Dahan - être sarkoziste(sarkoland)
» Gérard Philipe
» Énigme 163 - La filature Levavasseur de Fontaine-Guérard à Pont-Saint-Pierre (27)
» Louise - Gérard Berliner

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: