Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Anton Tchekhov [Russie]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Anton Tchekhov [Russie]   Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 Icon_minitimeSam 11 Aoû 2012 - 0:32

bix229 a écrit:
Moi, c' est inévitablement Les Yeux noirs de Mikhalkov qui me fait penser à Tchékhov. Parce que le film est inspiré de La Dame au petit chien, mais peut etre surtout par l' atmosphère du film (Mi Tchekhov, mi Fellini) et bien entendu le grand Marcello Mastroianni, ce personnage un peu veule, absurde, reveur, mais tellement humain, qu' on est triste avec lui et pour lui. Sa mélancolie rejoint quelque part celle de Don Quichotte... Irrémédiable mais si belle.
C'est un très beau film qui s'inspire en fait de 3 nouvelles que je vais lire prochainement avant de le revoir: La Dame au petit chien, Ma femme et L'Ordre d'Anna.

Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 Mik-et10

Il existe également une autre version de La Dame au petit chien par Iossif Kheifits et qui porte le même nom:

Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 A6b82210

Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 Dame-a10

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mina79
Espoir postal


Messages : 27
Inscription le : 21/12/2011

Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Anton Tchekhov [Russie]   Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 Icon_minitimeSam 11 Aoû 2012 - 1:18

bix229 a écrit:
Merci pour tes impressions à propos de la Mouette, Mina. Je ne sais pas si tu as lu les nouvelles de Tchékhov. Je parle surtout de celles qui ne sont pas comiques , comme La Steppe, L'Homme à l' étui, La Dame au petit chien, mais empreintes de mélancolie ou de tristesse voilée, où les sentiments sont retenus ou non dits. Où les silences meme et les non dits sont perçus -ou non- par le lecteur...Est-ce que tu ressens de telles choses dans La Mouette ?

Ce que tu me décris m'a donné envie de lire ces nouvelles car je n'en ai pas beaucoup lu de ce type. Je n'ai pas trouvé ces oeuvres dans la bibliothèque de ma ville du coup, je vais voir s'ils les ont dans la bibliothèque de la ville voisine sinon je vais me les acheter et voir ce que ça donne. Je te remercie de m'avoir proposé ces titres =)

bix229 a écrit:
C' est très bien dit, Mina. Je pense que tu aimeras ses nouvelles. Tchekhov a eu beaucoup d' influence sur des auteurs de tous les pays. Notamment Raymond Carver, poète et nouvelliste américain qui a rendu directement hommage à Tchekhov dans l' une de ses nouvelles : Trois roses jaunes où Tchekhov est sur son lit de mort.

Je ne connais pas cet auteur. je vais voir si je peux trouver le livre la semaine prochaine.

Marko a écrit:
Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 35450210

TREPLEV, tristement. - Vous avez trouvé votre voie, vous savez où vous allez, mais moi, je flotte encore dans un chaos de rêves et d'images, et j'ignore pour qui et pourquoi j'écris. Je n'ai pas la foi et je ne sais pas quelle est ma vocation. 

Le film de Youli Karassik qui date de 1972 me semble un moyen idéal pour découvrir cette pièce. Je l'ai relue juste avant de le regarder et le texte est respecté pratiquement intégralement à l'exception de quelques rares coupes où réaménagements. La mise en scène m'a beaucoup rappelé l'univers de Bergman qui a d'ailleurs lui-même mis en scène La Mouette qu'il admirait. Le climat renforcé par la musique discrètement mystérieuse et dissonante de Schnittke, le jeu formidable de tous les acteurs, habités, tourmentés, vulnérables ou cruels et surtout solitaires, le sens du cadre et des espaces (le jardin, le lac, les intérieurs) contribuent à rendre ce texte vibrant et douloureux. Konstantin (Treplev) m'a fait penser aux héros dostoïevskiens dans sa souffrance et sa fièvre. Artiste novateur (symboliste) incompris par sa mère narcissique et cruelle comme par son amant l'écrivain Trigorine qui incarnent un art plus conformiste. Il est aussi un double d' Hamlet puisque La Mouette est une sorte de transposition de la pièce de Shakespeare (Tchekhov le revendique) dont on retrouve des tirades exprimées par certains personnages. Nina étant d'ailleurs une sorte d'Ophélie au bord de la folie et du suicide. Et on retrouve de la même façon le théâtre dans le théâtre avec cette superbe scène au bord du lac.

Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 Hamlet10

Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 Jpg_2410

Mina79 a écrit:

J'ai du mal à parler de cette pièce car c'est surtout la souffrance, les rêves, la désillusion, le désespoir, la complexité des sentiments et des relations qui sont mis en exergue à travers les multiples triangles amoureux qui se dessinent tout au long de l'histoire.

Tous les personnages ont une existence très forte dans la pièce comme à l'écran. Personne n'arrive à aimer celui ou celle qu'il devrait. Chacun souffre et se fait du mal. Vision très pessimiste des rapports humains qui s'inspire également en partie de Maupassant qui est cité à 2 reprises dans la pièce notamment à travers l'évocation de son récit "Sur l'eau" constitué de méditations où il parlait de la condition de l'écrivain et de la solitude des êtres.

Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 97820712

Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 Critiq10

Les scènes d'intimité comme les mouvements de groupe sont formidablement bien harmonisés. Le cinéma propose en outre de superbes plans d'ensemble qui sont comme des tableaux. La fin est tragique et laisse chacun encore plus seul.

Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 Critiq11

J'ai trouvé particulièrement cruelle cette scène ou Nina évoque l'enfant qu'elle a eu avec Trigorine et qu'elle a perdu. Elle dit que cela aurait fait une courte nouvelle formidable. Rappelant la séquence où Trigorine avait comparé La Mouette morte offerte par Konstantin à une jeune femme libre puis tuée par l'égoïsme de l'homme qu'elle aimait. Cela lui inspirant également une idée de nouvelle. Comme s'il était indifférent aux tourments des autres et ne pensait qu'à son écriture. La mouette c'est aussi l'artiste libre abattu par la critique conservatrice. D'ailleurs tous les personnages à des degrés divers sont pratiquement incapables de s'intéresser à la souffrance des autres. L'autre scène cruelle étant la dispute très violente entre Konstantin et sa mère qui lui dit qu'il est une nullité. Ce qui dans une certaine mesure le condamne.

Magnifique pièce et très beau film fidèle qu'il faut avoir dans sa DVDthèque Very Happy

Je l'ai trouvé à la médiathèque, j'étais trop contente mais quelqu'un l'a emprunté. Je l'ai réservé mais je ne pourrai pas l'avoir avant septembre. Dès que je le regarderai, je vous ferai part de mes impressions, je suis si pressée!! Je te remercie pour cette explication et pour nous avoir donné tes impressions sur l'oeuvre =)

Marko a écrit:
bix229 a écrit:
Moi, c' est inévitablement Les Yeux noirs de Mikhalkov qui me fait penser à Tchékhov. Parce que le film est inspiré de La Dame au petit chien, mais peut etre surtout par l' atmosphère du film (Mi Tchekhov, mi Fellini) et bien entendu le grand Marcello Mastroianni, ce personnage un peu veule, absurde, reveur, mais tellement humain, qu' on est triste avec lui et pour lui. Sa mélancolie rejoint quelque part celle de Don Quichotte... Irrémédiable mais si belle.
C'est un très beau film qui s'inspire en fait de 3 nouvelles que je vais lire prochainement avant de le revoir: La Dame au petit chien, Ma femme et L'Ordre d'Anna.

Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 Mik-et10

Il existe également une autre version de La Dame au petit chien par Iossif Kheifits et qui porte le même nom:

Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 A6b82210

Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 Dame-a10

Ca me donne envie de le voir également! Merci pour tout ces partages enthousiaste
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Anton Tchekhov [Russie]   Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 Icon_minitimeSam 11 Aoû 2012 - 8:07

votre discussion ne m'a pas amené vers Tchekhov, mais
Marko a écrit:
Vision très pessimiste des rapports humains qui s'inspire également en partie de Maupassant qui est cité à 2 reprises dans la pièce notamment à travers l'évocation de son récit "Sur l'eau" constitué de méditations où il parlait de la condition de l'écrivain et de la solitude des êtres.

Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 97820712
je suis en train de lire ce livre Very Happy

mais j'ai noté ces films et avec les présentations de Marko, c'est impossible de résister, merci à toi Wink

pour moi, je retiens les films
La Cerisaie de Peter Zadek avec le sublime Heinz Bennent (père du petit Oscar du film Le Tambour)
La Mouette de Wolfgang Glück, tous deux films allemands
et puis la version australienne (moderne) de l'Oncle Vanja avec une éblouissante Greta Scacchi

en fait j'ai trouvé qu'il y a 37 films basés sur ses écrits: lien
page en allemand, mais les films sont noté sous leur titre original, qui peut aider Wink

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Anton Tchekhov [Russie]   Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 Icon_minitimeSam 11 Aoû 2012 - 12:04

Effectivement beaucoup d'adaptations fidèles ou libres. J'ai envie de me faire un petit cycle lecture de nouvelles/visionnage des films correspondants. Je vais commencer par Salle n°6 (dont Traversay a dit un mot sur les films de 2010 je crois).

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Anton Tchekhov [Russie]   Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 Icon_minitimeSam 11 Aoû 2012 - 17:50

Marko a écrit:
Salle n°6 (dont Traversay a dit un mot sur les films de 2010 je crois).
oui, ici Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Anton Tchekhov [Russie]   Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 Icon_minitimeLun 13 Aoû 2012 - 21:23

Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 97820713

La Salle 6 est un pavillon délabré dans la cour d'un hôpital de campagne converti en asile psychiatrique. On y enferme 5 patients dont un noble et des bourgeois de province. L'un d'entre eux Gromov est le premier personnage principal. Son parcours nous est décrit jusqu'à son hospitalisation pour un délire paranoïaque en réseau qui le coupe de toute relation sociale. Ils sont tous les 5 surveillés et maltraités par le gardien Nikita. L'autre personnage central est le docteur Raguine qui s'est retrouvé responsable de cet asile après un rejet progressif de toutes ses missions médicales antérieures. Il est désabusé, manifestement déprimé par trop de lucidité. Il découvre la saleté et les maltraitances dans cet asile mais est incapable de changer quoi que ce soit au désordre établi. Il s'ennuie profondément jusqu'au jour où il fait la connaissance de Gromov...

Ce récit de 90 pages est complètement désenchanté. Gromov le paranoïaque semble être animé d'une vision quasi prophétique et son délire apparaît comme l'expression de la vérité dans une forme de métaphore de la dénonciation du totalitarisme et de toute forme d'autorité. Raguine est séduit par la colère et la révolte de cet homme au travers duquel il se reconnait jusqu'à se détacher à son tour du monde qui l'entoure.

Les descriptions de cette salle 6 sont précises et délimitent un cadre quasi théâtral. Les dialogues sont riches et troublants dans leur remise en question de l'absurdité de la vie. Tout semble vain et on se sent dans un navire à la dérive. Le renoncement de Raguine est le seul cri de révolte qu'il s'accorde à son tour par l'effacement. Sombre!

La douleur est une représentation de la douleur et en outre on ne passe pas sa vie sur terre sans maladie, nous sommes tous destinés à mourir alors, femme, fiche-moi le camp, ne m'empêche
pas de penser et de boire ma vodka. Un jeune homme vient vous demander conseil : que doit-il faire? Comment vivre? Un autre, avant de répondre, réfléchirait, mais ici la réponse est déjà
prête : aspire à la pénétration des choses ou au souverain bien. Mais qu'est-ce que c'est que ce "souverain bien" fantastique? Pas de réponse, bien sûr. On nous tient derrière ces grilles, on nous laisse croupir, on nous martyrise, mais c'est très bien et c'est raisonnable parce que entre cette salle et un cabinet de travail chaud et confortable il n'y a pas de différence. Philosophie commode : on n'a rien à faire, on a la
conscience nette, on se sent un sage... Non, monsieur, ce n'est pas philosophie, méditation, la largeur de vues, c'est de la paresse, du fakirisme, de la torpeur... Oui, dit-il dans une nouvelle flambée de colère. Vous méprisez la douleur, mais je parie que si vous vous preniez le doigt dans la porte, vous brailleriez de toute la force de vos poumons.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Anton Tchekhov [Russie]   Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 Icon_minitimeLun 13 Aoû 2012 - 21:48

Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 33460310

traversay a écrit:
Davantage qu'une adaptation de la nouvelle de Tchekhov, Salle N°6 en est une illustration contemporaine, austère et exigeante, mais gratifiante pour peu qu'on ne soit pas allergique aux huis-clos. Si le film de Shakhnazarov traite avant tout de la frontière invisible entre la normalité et la démence, il peut être vu également comme une parabole de la société russe d'aujourd'hui, débordements capitalistes compris. Le cinéaste brouille les pistes en commençant le film par des interviews de véritables schizophrènes tournées dans un asile psychiatrique. Deux ou trois belles scènes, dont une de bal, entre "fous", ferment cette Salle N°6 qui ne fait rien pour se faire aimer, plus intellectuel qu'émouvant, qui laisse des tas de questions en suspens. Frustrant ? Oui, un peu.

Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 19267611
Le docteur Raguine et le paranoïaque Gromov

Ce film m'a laissé partagé. Il adopte la forme d'un faux documentaire qui pourtant montre un véritable hôpital psychiatrique et de vrais patients mélangés aux comédiens. Ce résultat hybride ne me plait pas beaucoup parce qu'on perçoit trop la différence entre vrais et faux patients et que le résultat apparait très artificiel. Surtout que l'histoire de Tchekhov est racontée sous la forme d'interviews successives des différents protagonistes qui en reconstituent le contenu. On apprend le parcours de Raguine et de Gromov à travers ces témoignages. Puis de vrais dialogues s'instaurent entre les 2. L'idée est originale mais je trouve le résultat un peu bancal est pas très convainquant.

Je me pose des questions sur la première séquence (après une belle scène d'introduction du contexte historique) où on voit l'assistant de Raguine se présentant comme le véritable responsable de l'hôpital. Il fait la même chose dans le texte de Tchekhov où il apparait comme un charlatan. Dans le film il parle de la schizophrénie en énonçant des contre-vérités dont je me suis demandé si elles étaient volontaires ou des erreurs de documentation. Je pense que c'est fait exprès pour montrer l'aberration d'un système où des patients sont abandonnés au libre arbitre de gens incompétents. Il dit par exemple que le mot "schizophrénie" a été créé au XVIIe siècle par Bleuler alors que c'est en 1911. Avant Kraeplin la considérait comme une démence précoce. Il ajoute aussi qu'on reconnait les schizophrènes à leur odeur de beurre rance et d'amande amère ce qui est évidemment une stupidité.

J'aurais peut-être mieux apprécié la construction si je n'avais pas lu la nouvelle juste avant. Du coup ça m'a semblé un peu laborieux et austère. Le final par contre avec ce bal qui n'est pas dans l'histoire de Tchekhov est un moment très réussi.

Une curiosité à voir ne serait-ce que pour découvrir les conditions d'hospitalisation sinistres dans ces provinces russes profondes. On se croirait revenu à l'époque asilaire plus d'un siècle en arrière! Mais nous sommes bien aujourd'hui. Et le dialogue Raguine/Gromov y demeure vibrant d'actualité.

Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 19267610





_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Anton Tchekhov [Russie]   Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 Icon_minitimeLun 13 Aoû 2012 - 22:38

Film et livre notés.

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Anton Tchekhov [Russie]   Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 Icon_minitimeLun 13 Aoû 2012 - 23:45

Le début du film avec l'interview de l'assistant disant des bêtises sur la schizophrénie. La lecture de la nouvelle de Tchekhov aide à se rappeler que c'est un charlatan (la vidéo coupe avant le beurre rance!). Ce qu'il dit de la définition par contre est vrai. Le film joue beaucoup de ces limites floues entre vrai et faux, normalité et folie.

Lien: Ici

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Anton Tchekhov [Russie]   Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 Icon_minitimeMar 14 Aoû 2012 - 21:20

D'accord, je prendrai mes précautions lorsque je regarderai le film alors (faut déjà que le trouve quelque part avant ça)

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
darkanny
Zen littéraire
darkanny

Messages : 7078
Inscription le : 02/09/2009
Localisation : Besançon

Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Anton Tchekhov [Russie]   Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 Icon_minitimeDim 4 Aoû 2013 - 11:32

Dans le cadre du festival des Nuits de Joux

Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 Nuits_10

Vu la pièce "Les trois soeurs" dans la cour d'honneur du Château de Joux, mise en scène par Guillaume Dujardin.
Déjà le cadre est admirable et rend les choses et l'atmosphère très palpables.
L'histoire de ces trois soeurs emprisonnées dans leur rêve impossible de retour à Moscou pour "vivre" quelque chose est poignante même si la drôlerie n'est pas absente.
Le texte est un régal, et les acteurs sont excellents, je juge avec ma petite expérience du théâtre cela dit.

A chaque fois que je vois une pièce, je suis rarement déçue (peut-être fais-je le bon choix tout simplement), beaucoup moins en tous cas que par les films.

Je ne peux pas poster de photos car elles sont protégées.
Il faut que j'aille au théâtre plus souvent, c'est décidé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Anton Tchekhov [Russie]   Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 Icon_minitimeDim 4 Aoû 2013 - 15:39

Merci Darkanny ! La part théatrale de Tchekhov gagnerait beaucoup à etre comblée.

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Anton Tchekhov [Russie]   Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 Icon_minitimeMar 19 Aoû 2014 - 16:24

Ma Femme
Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 Winter14

Sachant que le film de Nuri Bilge Ceylan "Winter Sleep" était adapté essentiellement de cette nouvelle, je me suis empressé de la lire et la ressemblance est en effet très marquée et ce texte d'une belle intensité.

L'argument est très proche. Le narrateur, Pavel, n'y est pas un ancien comédien écrivant un essai sur l'histoire du théâtre turc mais un retraité qui écrit des ouvrages techniques sur les chemins de fer russes. Son épouse Natalia, de 20 ans plus jeune, tente de rompre l'ennui et de trouver un espace de liberté en rassemblant des dons pour venir en aide aux nécessiteux qui souffrent de la famine et d'une épidémie de typhus (dans le film elle aide à la construction d'une école). L'époux est indifférent au sort des autres et tente néanmoins de s'immiscer dans ses actions, toujours soucieux de garder le contrôle et d'écraser les autres de sa supériorité condescendante.

Nuri Bilge Ceylan a repris toutes les joutes oratoires entre mari et femme, la tentative de séparation avec le départ vers la gare, l'enneigement du paysage environnant, la soirée alcoolisée avec l'ami divorcé et le médecin qui organise les réunions avec Natalia, la remise en question progressive de Pavel et sa décision finale, le monologue de Natalia accablant son mari de tous les défauts qu'elle ne supporte plus.

Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 18549210

C'est un très beau texte qui décrit l'usure du couple malgré l'attachement, la remise en question peut-être salutaire d'un homme jusque là pétri de certitude et de misanthropie, la douleur d'une femme enfermée dans une vie qui ne la comble pas.

Derrière la violence du combat moral qui les oppose et la perte des illusions c'est avant tout une magnifique histoire d'amour qui nous est racontée. Le cinéaste a choisi une fin plus ouverte et peut-être plus forte dramatiquement car la résolution reste dans le non-dit alors que la nouvelle offre une véritable confession et une forme de rachat.

A lire et à poursuivre dans les salles en voyant ce film somptueux.

Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 Cinema10











_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Anton Tchekhov [Russie]   Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 Icon_minitimeMar 19 Aoû 2014 - 17:29

Merci, Marko !
Et puis lisez les nouvelles La Steppe, La dame au petit chien...Adaptées aussi au cinéma...Et encore Tristesse, Un drame musical, tous les récits de 1887 à 1903.

C' est triste ou gai, c' est nuancé et ça donne à penser...

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Anton Tchekhov [Russie]   Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 Icon_minitimeVen 13 Nov 2015 - 16:30

oh j'ai vu le film Winter Sleep !

je viens de terminer "l'Île de Sakhaline"

je n'ai pas fait le voyage que j'escomptais mais néanmoins ce récit est très intéressant car Tchekov promène sur l'île ses regards attentifs. Celui de l'écrivain, du citoyen mais aussi du médecin. Il ne sait ce qui l'a poussé à partir sur cette île qui porte le désespoir, celui des bagnards mais aussi l'espoir en la colonisation de ce territoire au climat féroce.

Certains passages, nombreux, ont un peu freiné ma lecture, car Tchekov s'attelant à un recensement c'est 10 000 fiches de personnes remplies, des centaines d'isbas et constructions publiques visitées, des verstes à pieds, le décompte de sajènes et déciatines, le nombre de couples et d'enfants légitimes, illégitimes, de célibataires, les différentes colonies dans les 3 arrondissements de l'île, les maladies, les évasions  etc....rien n'échappe à sa plume.

But de ce recensement ? simplement porter à la connaissance du peuple Russe comment vivent les bagnards, les relégués, les colons, les fonctionnaires de l'administration ?
Tchekov ayant adressé à l'administrateur de l' île un exemplaire de son livre, il lui en a simplement été accusé réception.

Personnellement je regrette qu'il n'y ait pas de dialogues relatés entre l' auteur et les diverses communautés vivant sur Sakhaline : les bagnards, les colons,  les quelques indigènes Ghiliaks, et surtout que l'administration n'ait pas permis à Tchekov de rencontrer les détenus politiques. Mais certainement que ces dialogues se seraient révélés trop pauvres :

à propos des soldats : "mais il est grossier, arriéré, incapable et, faute de temps, ne parvient pas à se pénétrer des devoirs du soldat et du sens de l'honneur, de sorte qu'il n'échappe pas toujours à des erreurs  qui font de lui un ennemi de l'ordre identique à ceux qu'il garde ou qu'il poursuit."

à propos des femmes adultes : "l'instruction ne l'a pas touchée, elle vous sidère par son ignorance grossière, je crois que nulle part ailleurs, je n'ai vu de femmes aussi niaises et d'esprit aussi lent qu'ici, dans cette population criminelle et réduite en esclavage."


Si l'auteur fait des critiques, elles sont bien argumentées et suivies  de propositions qui m'apparaissent de bon sens. Tout est incohérence dans la gestion de l'île, à tous les niveaux ; et si certains administrateurs dans leurs notes de services reconnaissent les erreurs, ils continuent à les reproduire car il n'est pas évident d'appliquer les règlements : le règlement de déportation et le règlement militaire, l'incurie règne  (incompétence, vols,  jeux, boisson...)

Si les moyens en personnel sont satisfaits (puisés principalement dans la communauté des bagnards - tout spécialement pour la mine de charbon) les moyens matériels parviennent du continent de façon aléatoire ; les sols ne produisent qu'insuffisamment ce qui est un comble pour une colonie qui se veut "agricole". Les paysans sont soit des personnes libres, soit des relégués qui ayant fini leur peine ont  droit au statut de paysan.

Quel avenir pour les bagnards ? après quelques années devenir relégués, puis plus tard obtenir un statut de paysan et au bout la possibilité de rejoindre le continent (les peines à vie n'existent plus au jour de la visite de Tchekov, la perpétuité se limite à 20 ans)

Libres ou forcés, tous souhaitent partir de Sakhaline.


Tchekov a consulté sur l'île tous les documents qui lui étaient accessibles dont il fait part au lecteur dans de nombreuses notes pertinentes. Certains faits marquants de l'histoire de l'île sont relatés à travers les précédents explorateurs que l'auteur cite, ainsi que dans les rapports avec le Japon.


extraits : La prison s'est totalement désistée des forçates en faveur de la colonie. Lorsqu'on les emmène à Sakhaline, on ne songe ni à leur châtiment ni à leur amendement, mais à leur aptitude à engendrer des enfants et à tenir une ferme. Elles sont attribuées aux colons sous figure d'ouvrières.

"A gauche, à travers la brume, on aperçoit les caps de Sakhaline, à droite, ce sont d'autre caps... alentour, nulle âme qui vive, pas un oiseau, pas une mouche, et je ne comprends plus pour qui les vagues mugissent, qui les écoute dans la nuit, ce qu'elles veulent, et enfin pour qui elles mugiront quand je serai parti. Ce qui s'empare de moi sur ce rivage, ce ne sont pas des idées, mais bien une médiation. Je suis saisi d'angoisse, mais en même temps, je voudrais demeurer ici sans fin, à contempler le mouvement monotone des vagues et à écouter leur bruit menaçant.

"La flore de la vallée de la Takoê est incomparablement plus riche que celle du Nord, mais le paysage du Nord est plus vivant et m'a plus souvent rappelé celui de Russie. il est vrai que la nature y est triste et sévère, mais sévère à la manière russe ; ici elle sourit ou s'attriste à la mode aïno, sans doute, et évoque dans une âme russe une humeur mal définie."

"Je suis redescendu chercher du tabac, et là, j'ai vraiment vu un "fléau" effarant, qu'on ne saurait trouver qu'à Sakhaline, je présume. Les murs et le plafond étaient recouverts d'une sorte de crêpe de deuil qui ondulait comme poussé par la brise : quelques points isolés qui allaient et venaient en hâte et sans ordre, permettaient de deviner de quoi était faite cette masse pullulante et moirée.On entendait des bruissements, des chuchotements à moitié étouffés, à croire que cafards et punaises tenaient quelque hâtif conciliabule avant de se mettre en chemin."

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Anton Tchekhov [Russie]   Anton Tchekhov [Russie] - Page 3 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Anton Tchekhov [Russie]
Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» A.D.N & Généalogie
» Centre russe de Touchino - Russie, en 1935
» Chaloupe à vapeur "Danmar" - Installation du moteur "Cristal" d'Anton

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature russe, d'Europe centrale et orientale (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature russe-
Sauter vers: