Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Une lecture critique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
moinonplus
Envolée postale


Messages : 225
Inscription le : 15/09/2009
Age : 25

MessageSujet: Une lecture critique   Mer 3 Mar 2010 - 20:33

Le lecteur n’est pas qu’un simple spectateur il est concerné par l’écriture elle-même, et participe à sa création, car c’est lui qui interprète ses lectures, élabore le statut des personnages, se figure tout un cadre spatio-temporel décrit, dont il fait l’ébauche à travers le pacte de lecture. Alors on se demande, quelle est la véritable fonction de l’auteur dans cette initiative. A ce point, Umberto Eco dit « l’auteur n’est autre qu’une stratégie textuelle capable d’établir des corrélations sémantiques »

Dans l’acte de lecture, l’auteur guide son lecteur à travers des signes, des références culturelles…tout un acte d’énonciation basé sur le langage en lui-même. L’auteur, ce n’est plus une personne, avec une vie, un âge, et des idées…etc., mais une voix, à un timbre particulier (parfois mélancolique autrefois dramatique, ou comique…etc) dotée une visée particulière, qui prend la parole avec le commencement de l’histoire, et s’éteint (ou meurt) quand se termine l’histoire… Le lecteur entend cette voix, et participe à l’histoire par l’acte d’imagination, de déchiffrement, de déduction ; allia il comble une série d’espaces vides. Prenons cet exemple : « Il frappa à la porte puis entra dans la salle ». Entre frapper à la porte et entrer dans la salle le personnage a dû prendre la poignée de la porte, la tourner, pousser et faire quelques pas ; ces actions là c’est lecteur qui va les imaginer.

Car, une narration n’est jamais assez complète, elle mentionne, elle décrit, mais cet univers qu’elle tente de construire, n’est élaboré que par la participation du lecteur, c’est l’acte de lecture.

Et là, je veux citer un exemple, qui a put se produire chez plusieurs lecteurs. Il arrive en effet qu’on lise une histoire, puis qu’on la regarde dans un film, reprise par un cinéaste, qui la mise en scène. Alors, on se dit après avoir vu le film « bah, ce n’est pas du tout comme je l’ai imaginé. Ce film en détruit tout le plaisir… » Et parfois c’est le contraire, on est parfaitement séduit. Ce n’est pas que la mise en scène a été bonne ou pas, mais que le cinéaste comme nous, est tout d’abord un lecteur, qui a ses propres rêves, et chaque lecteur appréhende une œuvre à travers un sens qu’il a entrevu lui-même.
Il arrive souvent qu’un lecteur s’identifie à l’œuvre, voie en elle une phase de sa vie, un comble de ses passion…C’est un lecteur Empirique, c'est-à-dire toute personne qui lit sans avoir de but précis à parvenir à travers la lecture. Elle lit pour le plaisir, la détente, sans se fixer de lois, se retrouvant entièrement libre dans sa façon de lire.


Il est légitime qu’on se retrouve dans un texte par le jeu de constructions mémorielles, des souvenirs, et tout cet enchantement que puissent produire les rêves, en s’identifiant par rapport en événements ; mais rappelons nous que ce texte ne nous est pas destiné, qu’il implique nombre de lecteurs, qu’en se laissant emporter par nos rêves, on déroute de toute perspective d’interprétation, et on ne saura pas quelle a été la visée de l’auteur, qu’a-t-il voulu montrer à travers son histoire.

Il existe donc des règles de lecture, qui nous permettent de sortir du cadre d’un lecteur empirique, pour arriver à ce que nous appelions lecteur Modèle. (Celui qui répond à l’espérance de l’auteur à travers son texte).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile


Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Une lecture critique   Mer 3 Mar 2010 - 21:56

moinonplus a écrit:
Dans l’acte de lecture, l’auteur guide son lecteur à travers des signes, des références culturelles…tout un acte d’énonciation basé sur le langage en lui-même. L’auteur, ce n’est plus une personne, avec une vie, un âge, et des idées…etc., mais une voix, à un timbre particulier (parfois mélancolique autrefois dramatique, ou comique…etc) dotée une visée particulière, qui prend la parole avec le commencement de l’histoire, et s’éteint (ou meurt) quand se termine l’histoire… Le lecteur entend cette voix, et participe à l’histoire par l’acte d’imagination, de déchiffrement, de déduction ; allia il comble une série d’espaces vides. Prenons cet exemple : « Il frappa à la porte puis entra dans la salle ». Entre frapper à la porte et entrer dans la salle le personnage a dû prendre la poignée de la porte, la tourner, pousser et faire quelques pas ; ces actions là c’est lecteur qui va les imaginer.

Car, une narration n’est jamais assez complète, elle mentionne, elle décrit, mais cet univers qu’elle tente de construire, n’est élaboré que par la participation du lecteur, c’est l’acte de lecture.
Hum... quand on me téléphone, je fais aussi acte d'imagination en me figurant mon interlocuteur... et ça se fait sans auteur (à part Dieu ?).
Je veux bien que le lecteur "participe"... mais c'est comme dans la vie, non ?
De même, quand on frappe à ma porte et que je dis "entrez", j'imagine bien que la personne prend la poignée de la porte, etc.

"L’auteur, ce n’est plus une personne, avec une vie, un âge, et des idées…etc. " : ben... ça dépend. Si le livre est dépourvu d'idée, et n'est que pure distraction, certainement. Mais quand je lis un livre de Dostoïevski, je ne peux pas ignorer que c'est Dosto qui parle, tellement ses idées imbibent ses textes. Pour Balzac, c'est pareil.
Et je ne parle pas d'Umberto Ecco dentsblanches

Pour moi, tout livre que je lis m'est adressé.
Normal : je ne lis pas le courrier qui ne m'est pas destiné...

Finalement, je n'ai peut-être pas très bien compris ce que Ecco a voulu dire... Que chacun lit un livre à sa façon, en fonction de son vécu ? Que tout n'est pas écrit scrupuleusement dans un livre ?
Ce n'est que ça, qu'il veut dire ?
En bref, et pour faire plus sérieux, je pourrais dire que le moi lisant, dans son altérité essentielle, ne saurait appréhender un autre soi qu'à travers son vécu et sa temporalité.
J'aime bien être compliqué, ça me permet de me rêver profond... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
animal
Tête de Peluche


Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 35
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Une lecture critique   Mer 3 Mar 2010 - 22:05

Citation :
Car, une narration n’est jamais assez complète, elle mentionne, elle décrit, mais cet univers qu’elle tente de construire, n’est élaboré que par la participation du lecteur, c’est l’acte de lecture.
mouais, mais il y a des teigneux (et des doués) qui donnent une puissante impression de s'imposer, d'imposer leur propos, quand on ressent cet effort d'arriver à exprimer quelque chose de précis ? pas dit que le lecteur saisisse pour de bon mais tout de même, c'est une partie du jeu de se faire "forcer la main". Il y en a même qui en quelque sorte court-circuitent certains mécanismes je pense. (je pense à Blanchot ou à Dürrenmatt et certaines de ses bizarreries).

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
moinonplus
Envolée postale


Messages : 225
Inscription le : 15/09/2009
Age : 25

MessageSujet: Re: Une lecture critique   Sam 6 Mar 2010 - 21:31

Mouais, je prends en compte ce que tu dis eXpie, et dans quelques jours, je repasserai dans ce fil pour apporter mes réponses.


Citation :
mouais, mais il y a des teigneux (et des doués) qui donnent une puissante impression de s'imposer, d'imposer leur propos, quand on ressent cet effort d'arriver à exprimer quelque chose de précis ? pas dit que le lecteur saisisse pour de bon mais tout de même, c'est une partie du jeu de se faire "forcer la main". Il y en a même qui en quelque sorte court-circuitent certains mécanismes je pense. (je pense à Blanchot ou à Dürrenmatt et certaines de ses bizarreries).

C’est une bonne illustration de l’acte de lecture, Jouve rend ceci plus explicite en comparant le récit à un jeu d’échecs, dans lequel l’auteur tente de déjouer les espérances du lecteur, tout en le plaçant dans un certain horizon d’attente en suscitant son intérêt; et il dit:

Citation :
La lecture d’un roman peut en effet s’assimiler à une partie d’échecs entre un lecteur qui tente de prévoir la suite de l’histoire et un narrateur qui s’essaye de déjouer ses prévisions. Certains genres (comme le roman policier) sont entièrement fondés sur un mécanisme, mais on le retrouve dans tout récit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche


Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 35
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Une lecture critique   Sam 6 Mar 2010 - 22:52

mmmh... je ne pensais pas à un scénario mais à un besoin d'expression plus brut. L'espérance n'entre donc pas ou plus ? dans cette part de... lecture.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
moinonplus
Envolée postale


Messages : 225
Inscription le : 15/09/2009
Age : 25

MessageSujet: Re: Une lecture critique   Sam 1 Mai 2010 - 13:22

Comme dans un bois où il existe plusieurs sentiers, une œuvre englobe de nombreuses interprétations ; on part à l’exploration de ce bois, on le découvre, on cherche les sentiers qui le tracent, on les suit, on voit où ils aboutissent, on observe là où ils nous mènent, et après il nous est possible de se figurer les chemins qui bordent ce bois ; dans un roman c’est l’interprétation qui nous sert de guide pour voir au-delà du texte, sa visée, ses sens implicites. A travers la décortication du langage, on donne des aspects au texte, on l’appréhende.

Or, se servir d’un texte après clarification pour expliquer d’autres éléments externes par rapport à l’œuvre (biographie de l’écrivain, psychanalyse, société, cause politique) est une utilisation de l’oeuvre pour d’autres fins que l’interprétation textuelle.

Mais tout ceci est mené par la lecture, elle en est la pierre angulaire. « Car l’objet littéraire est une étrange toupie, qui n’existe qu’en mouvement. Pour la faire surgir, il faut un acte concret qui s’appelle la lecture. » Jean –Paul Sartre.

Lire c’est bien sur trouver du plaisir à explorer un livre, savourer l’histoire, s’identifier à tel personnage, espérer tel évènement, mais interpréter c’est tenter d’identifier quel lecteur type prévoit le texte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une lecture critique   Aujourd'hui à 20:28

Revenir en haut Aller en bas
 
Une lecture critique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Demande aide lecture acte mariage 1742 Cormeilles Eure
» un peu de lecture
» initiation à la lecture
» Partage de lecture : Les jours de la femme Louise et autres nouvelles
» Lecture pour bebe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Café littéraire. :: Sur la littérature en général…-
Sauter vers: