Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 William Shakespeare

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Quasimodo
Main aguerrie
avatar

Messages : 402
Inscription le : 29/05/2016
Age : 23
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: William Shakespeare   Sam 29 Oct 2016 - 15:52

Macbeth

Alors que la Norvège tente d'envahir l'Ecosse, Macbeth, général du roi d'Ecosse, repousse les envahisseurs et châtie les rebelles. Devenu le héros de la nation, il reçoit du roi Duncan les plus grands honneurs que ce dernier puisse lui offrir. Mais alors, trois sorcières apparaissent à Macbeth et lui font miroiter un destin encore plus grandiose : il sera roi. Poussé par sa femme, dévoré par l'ambition, il assassine Duncan, met en fuite les princes et s'approprie le trône. Mais très vite, lui et sa femme basculent dans la folie et dans la paranoïa. Leurs remords les tourmentent et auront raison d'eux, aussi bien que l'armée levée contre eux par les fils exilés du défunt roi.

Macbeth croit qu'il peut tout faire pour rassasier son ambition. Mais il est faible, il hésite au moment de commettre son premier forfait. Sa femme, qui le tient sous sa coupe, le persuade de passer à l'acte. Mais dès que le premier meurtre est commis, il est sujet à ses premières hallucinations, et en oublie de maquiller la scène du crime. Il faudra le sang-froid de Lady Macbeth pour plonger ses mains dans le sang de Duncan et en barbouiller les gardes endormis. Mais elle-même ne supportera pas le sentiment de sa culpabilité. Au fil de leurs sanglantes actions, leurs visions à tous les deux se font plus vives, plus angoissantes. Tous ces meurtres et les remords associés finissent par faire de leur vie un enfer. Une des dernières répliques de Macbeth, qui est un amer constat de l'absurdité de la vie, représente bien leur échec. La royauté ne leur apporte pas le bonheur escompté, et ce n'est pas le tout de se rêver cruel comme le fait Lady Macbeth.

Banquo, un général, est présent lorsqu'au début de la pièce, les trois sorcières font leur prédiction à Macbeth. A lui, les sorcières prédisent que ses enfants deviendront rois, sans qu'il le soit lui-même. Macbeth en conçoit une angoisse irrépressible. Alors que Banquo paraît devoir rester fidèle aux héritiers légitimes du royaume, Macbeth envoie ses assassins pour le tuer, lui et son fils Fléance. Ce dernier en réchappant, on n'attend que le moment où il sera couronné à la fin, selon la prédiction des trois sœurs. Cela n'arrivera finalement pas. On peut donc imaginer que c'est Macbeth qui, en décidant de prêter attention aux sombres prédictions qui lui étaient faites, a provoqué son triste règne et sa fin tragique.

Cette pièce est très proche de Richard III. C'est presque la même histoire. Les personnages principaux diffèrent beaucoup, pourtant. Là où Macbeth paraît entraîné presque malgré lui dans une formidable spirale criminelle, la nature de Richard III est celle d'une bête sauvage qui n'hésite pas un instant à commettre les pires atrocités. Les deux ont en commun la même solitude, qui les entoure lorsque tous leurs soutiens les quittent et partent rejoindre les troupes ennemies. Il ne leur reste plus qu'à charger et à trouver la mort dans la bataille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ArenSor
Main aguerrie
avatar

Messages : 516
Inscription le : 16/11/2014

MessageSujet: Re: William Shakespeare   Sam 29 Oct 2016 - 16:53

Très bon résumé de la pièce Quasimodo : l'histoire d'un couple d'ambitieux qui n'ont pas les moyens de leur ambition ; une belle réflexion sur l'enchaînement fatal d'assassinats, sur la nature du pouvoir, sur la culpabilité. Puisque nous avons parlé de mla Révolution française, lady Macbeth m'évoque Théroigne de Méricourt, devenue folle, qui se lave sans cesse pour se purifier du meurtre de Suleau. brr Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ArturoBandini
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2748
Inscription le : 05/03/2015
Age : 32
Localisation : Aix-en-Provence

MessageSujet: Re: William Shakespeare   Sam 29 Oct 2016 - 18:19

Je commence à bien la connaître cette pièce. Depuis ma lecture, je me suis vu presque tout ce qui a été fait comme adaptation ciné (la BBC, Polanski, Kurosawa, Kurzel, Welles). Je dois dire que j'ai préféré Le château de l'araignée de Kurosawa, peut-être parce qu'il y a un décalage, et qu'il a pris des libertés pour adapter la pièce à son pays et son histoire. Mais le film m'a bien envoûté.

Ce qui est dommage chez Shakespeare c'est de ne pas pouvoir le lire dans le texte, mais en même temps même traduit, c'est très fort. Et surtout différent des pièces classiques françaises, car il y a toujours un côté un peu fantastique, ésotérique.

_________________
Sois le changement que tu veux voir dans le monde. Gandhi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quasimodo
Main aguerrie
avatar

Messages : 402
Inscription le : 29/05/2016
Age : 23
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: William Shakespeare   Sam 29 Oct 2016 - 21:54

ArenSor a écrit:
Puisque nous avons parlé de mla Révolution française, lady Macbeth m'évoque Théroigne de Méricourt, devenue folle, qui se lave sans cesse pour se purifier du meurtre de Suleau. brr Evil or Very Mad
Ah oui, elle est terrible cette image de Lady Macbeth. D'autant plus qu'on n'a pas vu venir sa folie ...
Bien vu, pour Théroigne de Méricourt (que je ne connaissais pas) sourire

Arturo, tous les films dont tu parles me font envie, surtout Kurosawa et Orson Welles. J'attendais justement d'avoir lu la pièce pour me lancer dedans !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: William Shakespeare   Dim 30 Oct 2016 - 9:40

Mmmh, ça me rappelle un cours de littérature comparée de ma jeunesse à Nantes, dispensé par Madame Chollet (je la nomme, un hommage en passant), passionnante et passionnée, sur la figue du tyran au théâtre• Macbeth, mais aussi BorisGodounov, de Pouchkine, et le Caligula de Camus.
Revenir en haut Aller en bas
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: William Shakespeare   Dim 30 Oct 2016 - 9:43

Tu veux dire Mona Chollet ??

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: William Shakespeare   Dim 30 Oct 2016 - 9:51

ıon, ce n 'est pas elle• je ne connais d'ailleurs pas son prénom, une professeuse de l'université de nantes en tous cas , il y a de celà 20 ans.
Revenir en haut Aller en bas
Quasimodo
Main aguerrie
avatar

Messages : 402
Inscription le : 29/05/2016
Age : 23
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: William Shakespeare   Lun 31 Oct 2016 - 11:16

Nadine, je n'avais pas pensé à Boris Godounov mais c'est vrai que c'est très proche. Le meurtre qui permet de s'emparer du trône, ce désir de respectabilité malgré le crime, et cette espèce de lassitude une fois le pouvoir conquis ... si je me souviens bien.
Ca devait être pas mal, ce cours !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ArturoBandini
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2748
Inscription le : 05/03/2015
Age : 32
Localisation : Aix-en-Provence

MessageSujet: Re: William Shakespeare   Dim 13 Nov 2016 - 14:52

Othello



Pourquoi ai-je mis tant de temps avant de lire cette pièce ? Je suis époustouflé.
Ce Iago m'a retourné, un Machiavel à l'état brut.
La traduction de F.V. Hugo est magnifique, comme quoi les chiens ne font pas des chats ...
Ce qui est incroyable chez Shakespeare, c'est la façon dont il sonde l'âme humaine, que ce soit dans les ténèbres (Othello, Macbeth...), ou dans la pureté (R et J, Le songe d'une nuit d'été). Je crois qu'il atteint une forme de perfection dans la dramaturgie, dans la construction et dans l'emprise subtile qu'il instaure.

Voui, lisez Othello, apprenez sur les thèmes de la manipulation, de la jalousie.

J'aime bien espacer mes lectures des pièces de Shakespeare, mais ça va être dur de ne pas me jeter sur une autre ! miammiam

_________________
Sois le changement que tu veux voir dans le monde. Gandhi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: William Shakespeare   Dim 13 Nov 2016 - 15:24

Je te suis là dessus. Quelle pièce terrible.
Impitoyable Othello.
Quelle violence
Ce moment, terrible :

Citation :

Othello

Quoi ! Vous n’êtes pas une putain ?

Desdémona
Non ! Aussi vrai que je serai sauvée.


Othello
Est-il possible ?


Desdémona
Oh ! Que le ciel ait pitié de nous !


Othello
J’implore votre pardon alors.
Je vous prenais pour
cette rusée
putain de Venise
qui a épousé Othello.

Revenir en haut Aller en bas
Quasimodo
Main aguerrie
avatar

Messages : 402
Inscription le : 29/05/2016
Age : 23
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: William Shakespeare   Dim 13 Nov 2016 - 15:28

Bien d'accord, je la trouve déchirante cette scène.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ArturoBandini
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2748
Inscription le : 05/03/2015
Age : 32
Localisation : Aix-en-Provence

MessageSujet: Re: William Shakespeare   Mar 15 Nov 2016 - 18:47

Une bonne répartie bien glaçante !
C'est vrai que c'est une scène forte.
Moi, c'est vraiment la gradation dans la manigance qui m'a stupéfait.

_________________
Sois le changement que tu veux voir dans le monde. Gandhi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ArturoBandini
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2748
Inscription le : 05/03/2015
Age : 32
Localisation : Aix-en-Provence

MessageSujet: Re: William Shakespeare   Dim 20 Nov 2016 - 18:55

" />

Troïlus et Cresside,

Tragédie, pièce historique.
On revient sur la Guerre de Troie, avec une histoire qui ne figure pas dans les oeuvres antiques.
Une histoire d'amour ? un peu légère il me semble.
Il y a de l'épique, on retrouve tous les personnages de l'Iliade, et le combat entre Hector et Achille qui s'annonce.
Le personnage du Grec irrévérencieux est assez surprenant, mais finalement fidéle à Shakespeare, qui apporte sa touche de folie (tout comme le fou du Roi Lear, je me garderais bien de faire un commentaire sur cette dernière pièce, car elle est tellement riche qu'elle méritera relecture).
Ma lecture s'est faite dans une traduction de Pierre Leyris. Je l'ai trouvée un peu étrange, parfois en vers libre, parfois en prose, c'était un peu déroutant, je préfère celles de F.V. Hugo, mais ça change un peu.
Sinon je n'ai pas compris pourquoi des Grecs évoquaient les dieux romains ! chut

_________________
Sois le changement que tu veux voir dans le monde. Gandhi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: William Shakespeare   

Revenir en haut Aller en bas
 
William Shakespeare
Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» Emma de Normandie de Stéphane William Gondoin
» From William the conqueror to Queen Victoria.
» Lame de cutter dans une conserve William Saurin : demande d'une expertise
» William-Frédérick Cody, dit « Buffalo Bill ».
» Fiche personnelle - William Kaplan // Wiccan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: