Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Claude Louis-Combet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
shanidar
Abeille bibliophile


Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Claude Louis-Combet   Jeu 1 Avr 2010 - 12:56



Né à Lyon en 1932, Claude Louis-Combet, après le décès de son père en 1937, est élevé par sa grand-mère maternelle. La femme, la mère est dans son écriture la charnière et la chair, le clou qui rive à la vie, le lien avec l'imaginaire. Il passe sa jeunesse dans des séminaires et entre en religion en 1950, il fera un an de noviciat avant de s'enfuir pour faire son service militaire. Il racontera cette expérience dans son premier roman : Infernauds Paluds (1970). Cette aventure mystique marquera profondément l'écrivain et toute son écriture sera centrée sur une mystique du sang, de la prière hérétique, de l'extirpation du religieux dans l'âme. Claude Louis-Combet lutte contre Dieu, contre l'emprise de la foi dans sa vie et même s'il a renoncé à croire, il continue à s'interroger sur la foi. Son oeuvre est traversé par l'immensité des questionnements qui le hantent et ses études de philosophie, faites à Lyon de 1958 à 1958 vont aussi dans le sens d'une réflexion sur soi, sur l'intime et sur le monde.
Claude Louis-Combet a été enseignant à Besançon de 1958 à 1992. Après avoir été professeur de philosophie, il est devenu formateur pour les instituteurs travaillant auprès d'enfants handicapés.
Il écrit entre mythes et religions, des textes forts, sans concession, des textes envoûtants, habités. Immenses.


Bibliographie

Citation :
Index: (cliquez sur les numéros de page pour y accéder directement)


1970 Infernaux Paluds, Flammarion,
1971 Miroir de Léda, Flammarion,
1972 Tsé-Tsé, Flammarion,
1977 Mémoire de Bouche, La Différence,
1979 Marinus et Marina, Pages 1, 2
1985 Du sens de l'absence,
1985 Ecrire de langue morte, Page 5
1990 Le Péché d'écriture,
1991 Ouverture du cri, Cadex,
1992 Dadomorphes & Dadopathes, avec 5 gravures de Dado,
1992 Beatabeata Pages 4
1993 Augias et autres infamies,
1995 Blesse, ronce noire, Pages 2, 3,
1997 L'Âge de la rose,
1998 Le Petit Œuvre poétique,
1998 Le Recours au mythe,
1999 Proses pour saluer l'absence,
2000 Le Chemin des vanités d'Henri Maccheroni,
2002 L'Homme du texte,
2002 Transfigurations, nouvelles,
2004 D'île et de mémoire, Pages 3
2004 Terpsichore et autres récits,
2005 Les Errances Druon, Pages 1, 5,
2005 Ouvertures, dessins de Marie Morel,
2005 L'Heure canidée,
2006 Cantilène et fables pour les yeux ronds,
2006 Visitations,
2009 Grand siècle d'atopie,
2009 La Sphère des mères,
2009 Magdeleine, à corps et à Christ, sur huit photographies d’Élizabeth Prouvost,
2010 Le Livre du Fils, Page 5
2011 Des transes et des transis,
2011 Gorgo,
2011 La Sœur du petit Hans,
2011 A l'Escarcelle de Rêves, sur et avec des illustrations de Pierre Bassard,
2011 J'ai regret de vous (préface), ouvrage de Yaël Cange avec des illustrations de Robert Groborne,
2012 L'Origine du cérémonial,
2012 Huysmans au coin de ma fenêtre,

Citation :
mise à jour le 05/04/2013, page 5

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile


Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Claude Louis-Combet   Jeu 1 Avr 2010 - 13:43

Les Errances Druon (ed. José Corti 2005)

Il s'agit de ce que Claude Louis-Combet appelle une mythobiographie, dans laquelle il relate les pérégrinations du futur Saint Druon, patron des bergers, un homme qui vécu au XIIème siècle et dont les errements offrent à l'auteur les outils d'un livre énorme.
Druon, à la naissance, tue sa mère et ne se relèvera jamais de cet acte terrible, qui le laisse abandonné dans le château familial. Il fuit la noblesse à laquelle il appartient pour se réfugier au milieu des moutons, afin de faire pénitence. Désireux d'être absout de ce crime, Druon prend sa besace et part sur les chemins pour se rendre à Rome, où, pense-t-il, seul le Pape pourra effacer son péché. Il ne rencontrera jamais le Saint-Père et finira par vivre en reclus dans un ermitage, où il mourra au bout de quarante ans.
Surtout ne croyez pas que ce livre, écrit par un faux-mystique (je dis faux, car Louis-Combet a renoncé à croire) est un bréviaire, un missel ou un livre pieu. Que nenni. Le texte a de l'allure et ne manque pas une occasion de plonger le lecteur à l'intérieur des corps, dans ce qu'ils ont de plus vulgaires et de plus grands. La merde, les vulves et les élans mystiques trouvent sous la plume de l'auteur une force, une élégance, un envoûtement, une grâce dénués des relations classiques au religieux. L'intense est au sein même de l'écriture. Porté par un amour des femmes, dans ce qu'elles ont à la fois de plus sublimes et de plus enfouis, Louis-Combet nous charme, nous ensorcèle et nous ravit. Ce dont nous parle l'auteur c'est, bien au delà de l'hagiographique, d'une force d'écriture, d'une puissance de narration, d'un cri premier qui ravage et qui construit, qui émeut et qui forme.
Pour finir, j'ajouterai que la langue de l'auteur est une langue qui vous met les mots dans la bouche; une langue qui se marmonne et qui jaillit, une langue d'une poésie et d'une respiration unique... alors :
Osez lire Louis-Combet et vous serez proche d'une certaine extase !

Citation :

Lorsque, pour la première fois, et sous le regard de Dame Elisabeth Haire, notre Druon s'empara du pis d'une brebis afin de la traire, on peut penser que l'Ange eut un instant d'absence, distrait, pourquoi pas? par la beauté de la femme qui se tenait là, dans l'étable, et assistait à la scène, car, en une infinitésimale fraction de temps, juste ce qu'il lui fallait pour sentir, l'enfant, tout plein de ses douze ans, fut brusquement emporté, immergé, noyé, dans un flux de douceur et de généreuse puissance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rivela
Zen littéraire


Messages : 3875
Inscription le : 06/01/2009
Localisation : Entre lacs et montagnes

MessageSujet: Re: Claude Louis-Combet   Jeu 1 Avr 2010 - 18:37

Citation :
Pour finir, j'ajouterai que la langue de l'auteur est une langue qui
vous met les mots dans la bouche; une langue qui se marmonne et qui
jaillit, une langue d'une poésie et d'une respiration unique.
Je vois qu'il te fait une grande impression.
C'est un écrivain que je ne connais pas, tu as lu tout ses livres?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Claude Louis-Combet   Jeu 1 Avr 2010 - 19:39

shanidar a écrit:
Les Errances Druon (ed. José Corti 2005)

Louis-Combet nous charme, nous ensorcèle et nous ravit. Ce dont nous parle l'auteur c'est, bien au delà de l'hagiographique, d'une force d'écriture, d'une puissance de narration, d'un cri premier qui ravage et qui construit, qui émeut et qui forme.
Pour finir, j'ajouterai que la langue de l'auteur est une langue qui vous met les mots dans la bouche; une langue qui se marmonne et qui jaillit, une langue d'une poésie et d'une respiration unique... alors :
Osez lire Louis-Combet et vous serez proche d'une certaine extase !

Citation :

Lorsque, pour la première fois, et sous le regard de Dame Elisabeth Haire, notre Druon s'empara du pis d'une brebis afin de la traire, on peut penser que l'Ange eut un instant d'absence, distrait, pourquoi pas? par la beauté de la femme qui se tenait là, dans l'étable, et assistait à la scène, car, en une infinitésimale fraction de temps, juste ce qu'il lui fallait pour sentir, l'enfant, tout plein de ses douze ans, fut brusquement emporté, immergé, noyé, dans un flux de douceur et de généreuse puissance.

L'extrait est convaincant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile


Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Claude Louis-Combet   Ven 2 Avr 2010 - 8:49

Rivella a écrit:
C'est un écrivain que je ne connais pas, tu as lu tout ses livres?

Non ! il a une oeuvre assez imposante et il est difficile d'accès. J'ai lu 4 de ses romans (trois ont été publiés dans un même volume l'année dernière...). Je pense que les Errances Druon sont une bonne manière de pénétrer le monde de cet auteur. Les phrases sont magnifiques et le rythme magique mais les sujets abordés (religion, rapport à la mère, relation aux femmes) peuvent parfois être déroutants, ou choquants, ou paraitre complexes (il est philosophe de formation après tout...). Mais je me suis régalée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile


Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Claude Louis-Combet   Ven 2 Avr 2010 - 8:52

coline a écrit:



L'extrait est convaincant...

En réalité, j'ai ouvert le livre au hasard et j'ai cité la première phrase du premier paragraphe de la page...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile


Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 71
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Claude Louis-Combet   Ven 2 Avr 2010 - 13:37

après un tel commentaire on ne peut rester indifférent à l'égard de cet écrivain. Merci Shanidar.

je ne sais s'il me sera abordable mais je note le nom du livre.

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Claude Louis-Combet   Ven 2 Avr 2010 - 15:04

shanidar a écrit:
Non ! il a une oeuvre assez imposante et il est difficile d'accès. J'ai lu 4 de ses romans (trois ont été publiés dans un même volume l'année dernière...). Je pense que les Errances Druon sont une bonne manière de pénétrer le monde de cet auteur. Les phrases sont magnifiques et le rythme magique mais les sujets abordés (religion, rapport à la mère, relation aux femmes) peuvent parfois être déroutants, ou choquants, ou paraitre complexes (il est philosophe de formation après tout...). Mais je me suis régalée...

Intriguée par ton commentaire, j'ai essayé d'en savoir un peu plus sur Claude Louis- Combet et des Errances Druon .
Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'on ne trouve pas grand chose sur cet ouvrage sur le Net...
Être édité chez POL puis chez Corti, c'est plutôt une référence!
Merci de me l'avoir fait découvrir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile


Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Claude Louis-Combet   Ven 2 Avr 2010 - 15:18

Coline a écrit:
Intriguée par ton commentaire, j'ai essayé d'en savoir un peu plus sur Claude Louis- Combet et des Errances Druon .
Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'on ne trouve pas grand chose sur cet ouvrage sur le Net...
Être édité chez POL puis chez Corti, c'est plutôt une référence!
Merci de me l'avoir fait découvrir...

Tu m'avais dit de me mettre au clavier, dès ton premier message. C'est chose faite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Claude Louis-Combet   Ven 2 Avr 2010 - 15:26

shanidar a écrit:
Tu m'avais dit de me mettre au clavier, dès ton premier message. C'est chose faite !

Et je t'en remercie vivement!... content
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Claude Louis-Combet   Dim 11 Avr 2010 - 21:01

coline a écrit:
shanidar a écrit:
Tu m'avais dit de me mettre au clavier, dès ton premier message. C'est chose faite !

Et je t'en remercie vivement!... content

shanidar a écrit:
la langue de l'auteur est une langue qui vous met les mots dans la bouche; une langue qui se marmonne et qui jaillit, une langue d'une poésie et d'une respiration unique... alors :
Osez lire Louis-Combet et vous serez proche d'une certaine extase !

J'ai osé... content
J'ai commencé avec Marinus et Marina...
Claude Louis-Combet est une grande plume...et ce texte (une mythobiographie ça s'appelle) une grande claque! Je ne sais pas comment je vais arriver à en parler...

Extrait:

"Jusqu’au jour où elle avait suivi son père, répondant sans un mot, avec le seul mouvement de son corps, à la parole qui forçait son désir, Marina s’était contentée de rêver sur le Désert, mais, à vrai dire, elle en était dans l’ignorance. Ce n’était pour elle que l’au-delà des collines natales, un espace indéterminé qui offrait son lieu aux légendes et aux poèmes. Du Désert, il semblait que tout pouvait naître, les hordes de barbares aussi bien que la procession des saints, le magma des puissances sataniques comme le tourbillon des anges de lumière. Les récits qui disaient ces contrées étaient encore plus fabuleux que les histoires des navigateurs, en ce que l’anecdote s’y trouvait comme niée par l’immensité d’un espace toujours identique à lui-même et par la vacuité d’un temps qui défiait toutes les tentatives d’action. Aussi bien, ces récits présentaient-ils toujours l’avortement du désir et le tarissement des intentions. C’était comme s’il existait, dans le monde, un très vaste lieu dont la nature même était qu’il ne s’y passât rien – sinon des commencements sans fin, des aventures sans épilogue, des raisonnements sans conclusion, des illuminations sans retour. Et Marina avait écouté avec attention les légendes du sable et du vent. Elle y avait perçu, quelquefois, une note particulière qui les distinguait aussi bien des fantasmagories des marins que des anecdotes des voyageurs revenus de Byzance. Dans les récits des marins, l’action jouait toujours un rôle : il y avait toujours des hommes aux rames et au gouvernail – et les énigmes surgissaient de la tension des volontés et de la lutte contre les éléments ; les histoires de Byzance mettaient en jeu d’autres ressorts, infiniment plus compliqués et plus subtils, qui figuraient toutes les passions humaines jusqu’à cette passion des passions qui est culte du désir pour le désir, quel qu’il soit ; mais les récits du Désert véhiculaient le dérisoire et l’inutile et rendaient accablant le sentiment d’exister. Il semblait que le Désert fût à lui-même sa propre fin et qu’au-delà, il n’y eût rien. Alors que Byzance définissait la diversité, la multiplicité, l’équivoque et, finalement, la tentation du labyrinthe et tandis que la mer dessinait le cercle parfait où chaque point de départ est, en puissance, un point de retour, le Désert était un enfoncement infini par rapport auquel les chemins cessaient d’être des chemins et où les pas se perdaient et où les lendemains s’annulaient dans le même non-sens que les veilles. Et sans doute cette image de l’Absolu avait-elle exercé sur l’âme de Marina toute sa puissance de fascination bien avant qu’Eugène eût prononcé le nom de Maria Glykophilousa et donné le signal du départ. En suivant son père, elle avait simplement suivi l’une des voies ouvertes, depuis son enfance, au fond de ses rêves."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique


Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 48
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Claude Louis-Combet   Dim 11 Avr 2010 - 21:47

Ton enthousiasme m'a poussé à le commander. En plus c'est Corti qui édite, alors l'objet livre sera un régal (on doit découper les pages?). L'extrait que tu proposes permet de comprendre pourquoi tu aimes autant. C'est finalement un univers mythologique comme on l'apprécie chez Sylvie Germain mais avec une écriture probablement plus riche encore, moins lyrique, moins pittoresque. Comme chez Le Clézio peut-être? Mais d'abord le lire...


_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Claude Louis-Combet   Lun 12 Avr 2010 - 11:59

Marko a écrit:
Ton enthousiasme m'a poussé à le commander. En plus c'est Corti qui édite, alors l'objet livre sera un régal (on doit découper les pages?).

Non, dans cette collection-là de chez Corti, les pages sont découpées...Heureusement parce qu'il y en a 400!... content


Marko a écrit:
Mais d'abord le lire...

et moi je vais tenter un commentaire...mission difficile...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rivela
Zen littéraire


Messages : 3875
Inscription le : 06/01/2009
Localisation : Entre lacs et montagnes

MessageSujet: Re: Claude Louis-Combet   Lun 12 Avr 2010 - 16:05

je viens de voir qu'il a écrit la préface d'une réédition de Ramuz, un livre qui s'appelle Vendanges.
Pour moi ce sera l'occasion de faire une pierre deux coups.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique


Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 48
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Claude Louis-Combet   Lun 12 Avr 2010 - 16:30

rivela a écrit:
je viens de voir qu'il a écrit la préface d'une réédition de Ramuz, un livre qui s'appelle Vendanges.
Pour moi ce sera l'occasion de faire une pierre deux coups.

Ah ! Rien de mieux que ce jeu de correspondances qui conduit d'un auteur à un autre... Il n'y a plus qu'à suivre la route tracée Very Happy

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Claude Louis-Combet   Aujourd'hui à 10:39

Revenir en haut Aller en bas
 
Claude Louis-Combet
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» [77] Seine et Marne
» CHAPUIS Louis
» Louis Lamberthod
» Famille de Clercy évoquée par Claude LESUEUR maire du Tilleul
» L'histoire de petit Louis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: