Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Dylan Thomas [Angleterre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Dylan Thomas [Angleterre]   Ven 30 Avr 2010 - 10:35



Dylan Marlais Thomas (Swansea,27 octobre 1914 - New York, 9 novembre 1953), écrivain et poète gallois.


Son père David diplômé en anglais et écrivain, poussa son fils à parler anglais plutôt que le gallois que parlait sa mère. Son deuxième prénom « Marlais » vient du bardic name (pseudonyme utilisé au Pays de Galles par les artistes liés au mouvement eisteddfod) de son oncle, le ministre unitariste, Gwilym Marles (dont le vrai nom était William Thomas). Jugé trop frêle, l’auteur n’a pas pu participer à la Seconde Guerre mondiale. Il participa toutefois à l'écriture d'œuvres de propagande en faveur du gouvernement.
Thomas fréquenta la Swansea Grammar School (maintenant connue sous le nom de Bishop Gore School), école pour garçons où son père enseignait la littérature anglaise. C’est dans un magazine scolaire que le jeune Thomas publie son premier poème. Il quitta l'école à 16 ans pour devenir reporter durant un an et demi.
Thomas passa la majeure partie de son enfance à Swansea, hormis de réguliers voyages à la ferme de Carmathen que possédait la famille de sa mère. Ces séjours ruraux, différents de l’atmosphère de la ville, influencèrent beaucoup son travail ; on le remarque dans de nombreuses histoires courtes, dans des œuvres radiophoniques ou encore dans le poème Fern hill.
Thomas écrivit la moitié de son œuvre alors qu’il vivait dans la maison familiale du 5 Cwmdonkin Drive (le poème le plus connu étant : And death shall have no dominion). En novembre 1934, son premier recueil de poésie, 18 Poems, est publié. C’était à l’époque l’un des jeunes poètes les plus excitants écrivant en langue anglaise.
En 1937, Thomas se marie avec Caitlin Macnamara (1913-1994) et aura trois enfants avec elle, malgré une relation houleuse et entachée par des écarts conjugaux, Caitlin étant proche du peintre Augustus John. Un premier garçon nommé Llewelyn naît en janvier 1939 (décédé en 2000), puis une fille en mars 1943, Aeronwy Thomas (décédée en 2009), et enfin un autre garçon, Colm Garan, naît en juillet 1949.
Thomas aimait se vanter de sa consommation d’alcool. Durant un accident survenu le 3 novembre 1953, Thomas retourna au Chelsea Hotel de New York et déclara: "I've had 18 straight whiskies, I think this is a record" (j’ai bu 18 whisky, je pense que c’est un record). Six jours plus tard, pendant sa tournée promotionnelle new-yorkaise à la White Horse Tavern, de Greenwich Village (Manhattan – États-Unis), il s’évanouit après avoir trop bu .
Plus tard, Thomas mourut au St Vincent Hospital (New York) à l’âge de 39 ans. La cause première fut une pneumonie, accompagnée d'une faiblesse du foie et d'une hypertension intra-crânienne (souvent causée par un hématome ou un œdème cérébral, mais aussi par une défaillance du foie) en causes aggravantes. D’après Jack Heliker, ses derniers mots ont été : "After 39 years, this is all I've done" (Après 39 ans, c’est tout ce que j’ai fait). À la suite de sa mort, son corps fut rapatrié au Pays de Galles pour être enterré à Laugharne, ville qu’il appréciait. En 1994, sa femme Caitlin fut mise en terre à ses côtés. Le caractère et les hommes de Laugharne sont dépeints dans son oeuvre Under Milk Wood.


Carrière et influences


Dylan Thomas est largement considéré comme l’un des plus brillants poètes du XXe siècle de langue anglaise ; on le considère comme le leader de la littérature anglo-galloise. Son univers vif et fantastique était un rejet des conventions de son siècle. À l’inverse de ses contemporains qui tendaient vers des sujets politiques et sociaux, Thomas exprimait ses émotions avec passion et cela se ressent dans son style, à la fois intime et lyrique.(Thomas a néanmoins écrit quatre poèmes traitant de la guerre dont le plus célèbre est "A Refusal to Mourn the Death, by Fire, of a Girl in London".) Il était plus proche des poètes romantiques que des poètes de sa génération. Il différait en fait, de la majeure partie des auteurs des années 1930 dans l’utilisation de la poésie orale. Ceci coincide avec la diffusion de la radio et des techniques d'enregistrements. Caedmon, une entreprise promouvant la littérature auditive fut lancée avec le poème de Thomas : "A Child's Christmas in Wales".
L’ami d’enfance et compositeur Daniel Jones, les poètes Vernon Watkins et Charles Fisher ainsi que les artistes Alfred Janes et Mervyn Levy faisaient partie du cercle d’amis de Dylan Thomas, cercle parfois nommé les Kardomah Boys, du nom du café où ils se voyaient.
C’est le poète romantique anglais et éditeur du Sunday Referee, Victor Benjamin Neuberg, qui le fit connaître, l’invita à Londres et le présenta aux critiques influents de la capitale. Il fut particulièrement remarqué grâce à la pièce de théâtre radiophonique "Under Milk Wood", pour son poème "Do not go gentle into that good night" (interprété comme un plaidoyer pour la vie qu'il aurait dédié à son père mourant) et enfin pour les histoires courtes "A Child's Christmas in Wales" et "The Outing".



Les mémoriaux


De nombreux mémoriaux ont été construits ou convertis pour rendre gloire au célèbre poète dont la citation la plus connue est: "Do not be gentle into that good night". Divers lieux sont proposés aux touristes à Swansea: une statue dans le quartier maritime, le théâtre Dylan Thomas et le centre à son nom, anciennement le guildhall de la ville. Ce dernier est devenu un centre de littérature, où des expositions et des conférences sont tenues durant le festival annuel Dylan Thomas. Un autre monument se trouve près de la maison où il a grandi à Cwmdonkin Park. Le mémorial situé en retrait dans un parc est signé de quelques lignes de l’un de ses poèmes préférés: "Fern Hill" - "Oh I was young and easy in the mercy of his means / Time held me green and dying / Though I sang in my chains in the sea."
La maison de Thomas à Laugharne, appelée le Boat House, fait également mémorial.
Plusieurs pubs à Swansea sont aussi associés au poète. L’un des plus vieux de la ville, le No Sign Bar était un lieu qu’il fréquentait régulièrement. Il fut renommé le Wine Vaults d’après l’histoire "The Followers".
Pour commémorer l'anniversaire de sa naissance, sa maison d'enfance a été restaurée et ouverte au public, accueillant ainsi une exposition permanente sur son enfance, le tout dans un cadre et un mobilier d'époque.



Dylan et Dylan




On a suggéré que Bob Dylan, né Robert Allen Zimmerman, a changé son nom en hommage à Dylan Thomas. Bob Dylan l’a souvent nié, déclarant dans une interview donnée en 1966 : « Get that straight, I didn’t change my name in honor of Dylan Thomas. That’s just a story. I’ve done more for Dylan Thomas than he’s ever done for me » (« Réglons ça, je n’ai pas changé mon nom en l’honneur de Dylan Thomas. C’est juste une histoire. J’ai fait plus pour Dylan Thomas, qu’il n’en a jamais fait pour moi »). En 1965, il clame qu’il s’est servi du nom d’un de ses oncles nommé Dillon et ajoute que : « I've read some of Dylan Thomas' stuff, and it's not the same as mine » (« J’ai lu quelques trucs de Dylan Thomas et ils sont différents des miens »). Dans sa biographie de 2004 : Chronicles Vol.1, Dylan admet finalement que Dylan Thomas fut un critère pertinent dans le choix de son pseudonyme, changeant son nom de plume de Dillon à Dylan. Bob Dylan est aussi connu sous le nom de Robert Milkwood Thomas (en référence à Under Milk Wood). (Source Wiki)


Dylan Thomas sur "Esprits nomades" : http://www.espritsnomades.com/sitelitterature/dylanthomas/dylanthomas.html]ici








N'entre pas sans violence dans cette bonne nuit





N’entre pas sans violence dans cette bonne nuit,
Le vieil âge devrait brûler et s’emporter à la chute du jour ;
Rager, s’enrager contre la mort de la lumière.
Bien que les hommes sages à leur fin sachent que l’obscur est mérité,
Parce que leurs paroles n’ont fourché nul éclair ils
N’entrent pas sans violence dans cette bonne nuit.
Les hommes bons, passée la dernière vague, criant combien clairs
Leurs actes frêles auraient pu danser en un verre baie
Ragent, s’enragent contre la mort de la lumière.
Les hommes violents qui prient et chantèrent le soleil en plein vol,
Et apprenant, trop tard, qu’ils l’ont affligé dans sa course,
N’entrent pas sans violence dans cette bonne nuit.
Les hommes graves, près de mourir, qui voient de vue aveuglante
Que leurs yeux aveugles pourraient briller comme météores et s’égayer,
Ragent, s’enragent contre la mort de la lumière.
Et toi, mon père, ici sur la triste élévation
Maudis, bénis-moi à présent avec tes larmes violentes, je t’en prie.
N’entre pas sans violence dans cette bonne nuit.

Rage, enrage contre la mort de la lumière.


(Vision et prières, et autres poèmes, NRF Poésie/Gallimard)

Toile "L'ascension de l'empyrée", de Jerome Bosch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Dylan Thomas [Angleterre]   Sam 1 Mai 2010 - 10:53

Dylan Thomas récitant "Under Milk Wood".




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Dylan Thomas [Angleterre]   Lun 3 Mai 2010 - 16:51

Vis dans ma vie;
Quand je suis triste, sois triste
Retire de notre chaos
Quelques-uns de tes sourires sagaces,
Car j'ai de la gaieté pour deux,
Beaucoup trop pour moi seul.
Et si nous en faisons un rire cruel
Nous aurons du temps
Un espace de mensonges
Pour prouver que nous pouvons être bons.
Voici ta poitrine,
Et voici la mienne.
Voici ton pied
Et voici le mien.
Mais vis dans ma vie,
J'offre si peu contre
Si peu que tu ne peux que le rendre.




(Poèmes de jeunesse, in Vision et Prière et autres poèmes, NRF Poésie/Gallimard)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Dylan Thomas [Angleterre]   Mar 4 Mai 2010 - 19:05

Hors des soupirs


Hors des soupirs quelque chose naît
Qui n'est pas le chagrin, car je l'ai abattu
Avant l'agonie. L'esprit pousse
Oublie et pleure.
Quelque chose naît qui est goûté et trouvé bon,
Tout ne pouvait pas décevoir.
Il y a heureusement, quelque certitude :
Autant ne pas aimer si on n'aime pas à la folie,
Et cela reste vrai après une défaite perpétuelle.


Après le combat que connaissent les faibles
Il y a plus que la mort.
On oublie les grandes peines, ou bouche la blessure.
On souffre trop longtemps,
Mais pas à regret de laisser une femme
Attendant son soldat souillé par le crachat des mots
Qui éclaboussent un sang si âcre.


Si cela suffisait, suffisait à calmer la douleur,
Le regret éprouvé quand s'est consumé
Ce qui faisait ma joie dans le soleil.
Que j'étais heureux tant qu'elle a duré,
Il y avait des choses vagues et de doux mensonges à foison,
Les mots creux pouvaient contenir toute la souffrance
Et me guérir de tous mes maux.


Si cela suffisait, l'os, le sang, les tendons,
Le cerveau tortueux, le rein aux belles formes,
Cherchant à tâtons les débris dans l'écuelle du chien,
L'homme devrait être guéri du mal,
Car tout ce qu'il y a à donner je l'offre :
Des miettes, une grange et un licou.


Dylan Thomas


("Vingt-cinq poèmes", in "Ce monde est mon partage et celui du démon", collection Points)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
darkanny
Zen littéraire


Messages : 7078
Inscription le : 02/09/2009
Localisation : Besançon

MessageSujet: Re: Dylan Thomas [Angleterre]   Mar 4 Mai 2010 - 19:21

Je sens que Constance va me faire aimer la poésie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Dylan Thomas [Angleterre]   Mar 4 Mai 2010 - 22:58

darkanny a écrit:
Je sens que Constance va me faire aimer la poésie


Chouette ! un futur converti ...

La poésie n’a jamais le dernier mot
Le premier, toujours.


(Yannis Ritsos)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Dylan Thomas [Angleterre]   Mer 5 Mai 2010 - 11:44




Et la mort n'aura pas d'empire



Et la mort n'aura pas d'empire
Les morts nus ne feront plus qu'un
Avec l'homme dans le vent et la Lune d'ouest
Quand leurs os becquetés seront propres, à leur place
Ils auront, des étoiles au coude et au pied.
Même s'ils deviennent fous ils seront guéris,
Même s'ils coulent à pic, ils reprendront pied,
Même si les amants se perdent, l'amour ne les perdra pas,
Et la mort n'aura pas d'empire.

Et la mort n'aura pas d'empire.
Depuis longtemps couchés dans les dédales de la mer,
Ils ne mourront pas dans les vents,
Se tordant sur les chevalets quand céderont les tendons,
Attachés à une roue, ils ne se briseront pas.
La foi dans les mains cassera net
Et les démons unicornes les transperceront,
Fendus de toutes parts, ils ne craqueront pas
Et la mort n'aura pas d'empire.

Et la mort n'aura pas d'empire.
Les mouettes ne pousseront plus de cris dans leurs oreilles
Et les vagues ne se fracasseront plus sur les rives.
Où s'ouvrait une fleur peut-être qu'aucune fleur
Ne lèvera la tête sous les rafales de pluie,
Même s'ils sont fous et raides comme des rats morts
Leurs têtes martèleront les marguerites,
S'ouvriront au soleil jusqu'au dernier jour du soleil,
Et la mort n'aura pas d'empire.


(In Ce monde est mon partage et celui du démon)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Dylan Thomas [Angleterre]   Lun 10 Mai 2010 - 13:16




Moi, le premier prénommé


Moi, le premier prénommé
Je suis le fantôme de cet
Ami anonyme, sans prénom
Qui écrit les mots que j'écris
Dans une chambre tranquille
Dans une maison imbibée d'envoûtement ;

Je suis le fantôme de cette maison
Remplie des langues et des yeux
D'un fantôme sans tête
Que je crains pour toujours
Jusqu'à la fin anonyme.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Dylan Thomas [Angleterre]   Sam 15 Mai 2010 - 10:22





Elle dansait


Elle dansait – silence enveloppé de lumière
Brume dans une clarté de lune ;
Une musique qui charmait la vue
Mais l’oreille, étrangère.

Un enchantement, une fée vêtue
D’un mouvement – doux comme le sommeil ;
Ellipse de toutes les joies
Somme de toutes les larmes.

Sa forme : l’esprit d’un poète,
Toutes-sensations !
Elle – substance du vent,
Profil d’une pensée lyrique ;

Un être, parmi les choses terrestres
- Abandonné par le ciel ;
A travers le temps, sur les ailes de lumière
Vers l’illimité !


(Poèmes de jeunesse)

Illustration : photo d'Isadora Duncan, auteur inconnu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Dylan Thomas [Angleterre]   Lun 17 Mai 2010 - 11:43






Mon oiseau d'or

Mon oiseau d’or, le soleil
A ouvert ses ailes, s’est envolé
De sa cage, le ciel,
O balancement !
Et, comme son ombre épuisée
Blanche d’amour,
La lune, mon oiseau d’argent
S’envole à nouveau
Vers son perchoir d’étoiles.


Toile "Le soleil" de Max Ernst
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Dylan Thomas [Angleterre]   Mer 9 Juin 2010 - 8:59





Le chagrin voleur du temps


Le chagrin voleur du temps s’éloigne en rampant,
La tombe aimantée par la lune, avec les années voguant,
Le valet de la douleur dérobe
La foi marine brisée, qui a mis le temps à genoux.
Les vieux oublient les cris, courbent le temps sur le flot
Et les heures où ils avaient le vent debout,
rappellent les naufragés
Chevauchant la lumière de la mort sur un chemin
englouti.
Les vieux oublient le chagrin,
Le râle de la toux, l'albatros qui pend
Rappellent l'os de la jeunesse
Et, l'oeil salé, trébuchent vers le lit où repose
Celle par qui a soulevé la haute mer à l'époque des contes
Et continue sans fin d'enlacer le voleur.


Ducon, valet de mes pères, laisse à présent l'escroc à
gueule de temps,
Arborant l'éclair de la mort sur la manche
Avec un butin de bulles dans un sac de semence,
Se glisser dans la tombe de l'étalon
Faire mouche sur le paria à travers une fente châtrée
Et libérer les cercueils jumeaux du chagrin.
Qu'aucun sifflet d'argent ne le poursuive le long des
pics
De chaque jour jusqu'au jour de la mort
Ces bulles contiennent la morsure des serpents
Et les dents des yeux à venir.
Qu'aucun troisième oeil ne sonde le sexe de l’arc-en-ciel
Qui enjambait les deux moitiés de l’homme,
Tout demeurera et, dans le golfe ouvert sur la tombe,
Prendra la forme des voleurs de mes pères.



(Vingt-cinq poèmes, in Ce monde est mon partage et celui du démon, collec. points)

Toile "Les Heures ou L'Eternité et la Mort", de Xavier Mellery
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Dylan Thomas [Angleterre]   Ven 2 Juil 2010 - 20:58

Citation :
" Le poème est, comme tous les poèmes, sa propre question et réponse, sa propre contradiction, son propre accord. Je demande seulement que ma poésie soit prise littéralement. Le but d’un poème est la marque qu’il imprime. Il est la balle et la cible, le bistouri, la tumeur et le patient. Un poème ne tend qu’à sa propre fin, qui est le dernier vers. Tout ce qui est au-delà est l’affaire problématique de la poésie, pas du poème "

Dylan Thomas, lettre à Henry Treece, 16 mai 1938, Collected Letters of Dylan Thomas, éditées par Paul Ferris, 1985, Dent & Sons, p. 296, citée par Patrick Reumaux dans sa préface à Dylan Thomas, "Ce monde est mon partage et celui du démon", Points Poésie 2008
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Dylan Thomas [Angleterre]   Mar 12 Oct 2010 - 10:22

Y eut-il un temps


Y eut-il un temps où les danseurs et leurs violons
Dans les cirques d'enfants pouvaient calmer leurs chagrins ?
Il y eut un temps où ils pouvaient pleurer sur les livres
Mais le temps leur a lancé son asticot aux trousses.
Sous l'arc du ciel ils sont en danger.
Mieux vaut ne jamais savoir de quoi la vie est faite.
Sous les présages du ciel, ceux qui n'ont pas de bras
Ont seuls les mains propres, et, comme l'âme sans coeur
Est seule indemne, c'est l'aveugle qui voit le mieux.


In "Ce monde est mon partage et celui du démon", Ed. du Seuil/collection Points Poésie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Dylan Thomas [Angleterre]   Sam 5 Mar 2011 - 11:22

J'ai ardemment souhaité partir


J'ai ardemment souhaité partir
Loin des sifflements du monde usé
Et du cri incessant des vieilles terreurs,
Plus terribles à mesure que le jour
Passe la colline et plonge dans la mer profonde.
J'ai ardemment souhaité partir
Loin de la répétition des saluts
Car il y a des âmes dans l'air
Et des échos d'âme sur ma page
Et le tonnerre des appels et des notes.

J'ai ardemment souhaité partir mais j'ai peur.
Une vie, encore neuve, pourrait fuser
Hors du vieux mensonge en feu sur le sol
Et, crépitant dans l'air, me laisser à demi aveugle.
Et dans la vieille peur de la nuit,
Le couvre-chef que l'on ôte,
Les lèvres pincées devant le récepteur,
Je ne tomberai pas sous la plume de la mort.
Peu importe si je meurs de tout ceci qui est
À moitié convention et à moitié mensonge.



(In Vision et prières/ NRF Gallimard)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Dylan Thomas [Angleterre]   Mer 6 Avr 2011 - 11:48


Clown sur la lune



Mes larmes dérivent comme
Les pétales d'une rose magique
Et toute ma douleur coule
De la faille des cieux et de neiges sans nombre.


Je pense que si je retombais
Sur terre, je m'effriterais ;
C'est si triste et beau
C'est le tremblement d'un rêve.



Inédit posthume

(Traduction d'Alain Suied)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dylan Thomas [Angleterre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dylan Thomas [Angleterre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Lib-Dem Angleterre
» Test de QI en Angleterre
» L'Angleterre et les îles.
» Thomas Gordon
» Emma de Normandie... et d'Angleterre.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Poésie (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: