Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Hélène Bessette

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Emmanuelle Caminade
Envolée postale
avatar

Messages : 204
Inscription le : 06/11/2009
Age : 67
Localisation : Drôme provençale

MessageSujet: Hélène Bessette   Dim 9 Mai 2010 - 16:04


Présentation de Wikipédia :

Hélène Bessette est née « obscurément » à Levallois, faubourg de Paris, le 31 août 1918. Lorsqu’un journaliste lui demande pourquoi « obscurément », elle répond : « Parce que ce terme me plaît, et que les détails ne regardent personne ». Elle peut être considérée comme l’une des pionnières du Nouveau roman.

C’est après un voyage en Nouvelle-Calédonie où elle est partie trois ans avec son mari pasteur qu’elle se met à écrire. Elle n’a que trente-cinq ans quand Raymond Queneau la rencontre le jeudi 4 décembre 1952 dans les bureaux du 5, rue Sébastien Bottin, et lui fait signer un contrat qui l’engage chez Gallimard pour dix livres à venir. « Enfin du nouveau ! », s’exclame-t-il, soucieux de faire connaître celle qu’il considère comme un écrivain majeur du XXe siècle.

Hélène Bessette publie treize romans chez Gallimard, et en écrit encore beaucoup qui ne seront jamais publiés. Un des romans publiés, Les Petites Lilshart, qui est une version remaniée des Petites Lecocq, est retiré des ventes en 1956 après un procès pour outrage aux bonnes mœurs et diffamation. Aussi une pièce de théâtre. Le tout en seulement vingt ans, de 1953 à 1973. Elle obtient le prix Cazes de la brasserie Lipp pour son premier roman, Lili pleure, en 1954, et ses autres romans sont régulièrement retenus sur les listes du prix Goncourt.

Elle est institutrice, à Roubaix, à Saint-Prest et à Saint-Georges-sur-Eure, mais démissionne en 1962 pour se consacrer à l’écriture. Longtemps soutenue et admirée par des écrivains comme Marguerite Duras, Nathalie Sarraute, Simone de Beauvoir ou Dominique Aury, et par les critiques Alain Bosquet et Claude Mauriac, elle reste injustement méconnue. Son dernier roman, Ida ou le délire, est publié en 1973.

Elle meurt trente ans plus tard, dans l’indifférence générale, le 10 octobre 2000, au Mans.


En 2006, la collection Laureli, aux Éditions Léo Scheer, entreprend de faire redécouvrir son œuvre qui semble enfin trouver son public : « Hélène Bessette, furieusement moderne. »


Dernière édition par Emmanuelle Caminade le Dim 9 Mai 2010 - 16:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://l-or-des-livres-blog-de-critique-litteraire.over-blog.com
Emmanuelle Caminade
Envolée postale
avatar

Messages : 204
Inscription le : 06/11/2009
Age : 67
Localisation : Drôme provençale

MessageSujet: Hélène Bessette   Dim 9 Mai 2010 - 16:13

Comment une auteure de cette envergure n'a-t-elle pas la renommée et l'audience qu'elle mérite ? Car il n'y a rien d'élitiste dans ses romans poétiques, ou du moins dans celui que je viens de dévorer.
Désormais, grâce aux éditions Léo Scheer, on commence à trouver la plupart de ses oeuvres .
A peine fini Ida ou le délire, j'avais déjà commandé MaternA...



Ida ou le délire, suivi de Le résumé*, éditions Léo Scheer, 2009 ( première édition, Gallimard 1973 ), 243 p. dont une centaine pour le dernier titre
*Le résumé est un manifeste, un essai sur le monde en général et le monde littéraire en particulier

Ida ou le délire explore un double délire : le dédoublement contraint d' Ida, la bonne des Bessons, et celui de ses employeurs révélé par la duplicité de leurs mots. Ida, « joue à être servante », acculée à cette comédie par ces voix faussement bienveillantes, ces voix « discordantes par le timbre et par ce qu'elles disent » .

L'auteure met brillamment en lumière la schizophrénie induite, de part et d'autre, par ce rapport contre-nature possédant/possédé, grâce à un parti-pris narratif habile ( le roman débute après la mort d'Ida qui ne l'investit qu'indirectement par le biais des voix de ceux qui l'ont côtoyée ), à une forme originale - fusionnant deux genres littéraires, le roman et la poésie – dont elle fut la créatrice et au comique désespéré né de l'acuité de son regard capable de saisir les discordances du quotidien.


Hélène Bessette, résolument d'avant-garde, entendait renouveler le roman et elle le fait ici de manière magistrale car sa nouvelle forme littéraire s'impose par une force et une beauté mise au service d'une dénonciation sociale corrosive et d'une restauration de la dignité de ces « mondes enchaînés de l'esclavage ».
De plus, cette prose poétique se lit avec une grande facilité , comme un roman portant en creux une histoire et dans lequel on n'est jamais perdu malgré la multiplicité des voix qui s'y croisent.



Dernière édition par Emmanuelle Caminade le Dim 9 Mai 2010 - 16:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://l-or-des-livres-blog-de-critique-litteraire.over-blog.com
Emmanuelle Caminade
Envolée postale
avatar

Messages : 204
Inscription le : 06/11/2009
Age : 67
Localisation : Drôme provençale

MessageSujet: Hélène Bessette   Dim 9 Mai 2010 - 16:16

Première page d'Ida ou le délire :
Je lui disais toujours
Ida. Regardez vos pieds comme ça. Levez un peu la tête. Pourquoi baissez-vous toujours la tête comme ça? Vos pieds... vous les connaissez. Ils ont grandi avec vous. Vous les avez toujours vu vos pieds. Vos pieds. Pas vrai. Ida. Ce que je vous dis. C'est la pure vérité. Votre vie bornée par vos énormes pieds. Du combien chaussez-vous ? votre pointure ? Du combien que c'est que vous pouvez chausser ? Ida. Vous ne me l'avez pas encore dit. 44 ? Du 44. Ne vous fâchez pas si je vous dis 42. 42 fillette. C'est pour rire. Du 37 et demi. Un pied mignon. Du 39 américain. Ne faites pas cette tête-là. si je vous parle de vos pieds. des pieds ... ça vaut bien la tête. Est-ce qu'on se passe mieux des pieds que de la tête ? Justement je vous demande Ida pour l'amour du ciel ( for the God'sake). Levez la tête. Je vous en prie. Vos pieds n'ont pas besoin de vous pour avancer. Il y a soixante(-sept ans, pardon, soixante-six qu'ils avancent seuls.

( Vous trouverez 4 longs extraits supplémentaires de Ida ou le délire suite à la critique que j'en ai faite sur mon blog )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://l-or-des-livres-blog-de-critique-litteraire.over-blog.com
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Hélène Bessette   Dim 9 Mai 2010 - 16:41

On peut trouver ses livres ?

La plupart de ses livres étaient introuvables il y a peu, à part Le Bonheur de la nuit.
Et malgré les effors de ceux qui tentent de la faire connaitre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emmanuelle Caminade
Envolée postale
avatar

Messages : 204
Inscription le : 06/11/2009
Age : 67
Localisation : Drôme provençale

MessageSujet: Re: Hélène Bessette   Dim 9 Mai 2010 - 17:46

bix229 a écrit:
On peut trouver ses livres ?

La plupart de ses livres étaient introuvables il y a peu, à part Le Bonheur de la nuit.
Et malgré les effors de ceux qui tentent de la faire connaitre.
Sur Amazon.fr , on trouve actuellement des livres neufs ou d'occasion :

Ida ou le délire : Suivi de Le Résumé (Broché - 4 mars 2009), 17 €
La Tour ( Broché - 10 février 2010), 17 €
maternA (Broché - 3 mai 2007), 17 €

Ainsi que :
Suite suisse de Hélène Bessette, Florence Giorgetti, et Robert Cantarella (Broché - 14 mai 2008), de 17 € à 12 € + frais de port
Le bonheur de la nuit de Hélène Bessette et Bernard Noël (Broché - 15 septembre 2006),de 15 € à 10 € + frais de port
Et une biographie :
Hélène Bessette de Julien Doussinault (Broché - 3 octobre 2008) de 18,52 € à 10,99 + frais de port
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://l-or-des-livres-blog-de-critique-litteraire.over-blog.com
Constance
Zen littéraire
avatar

Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Hélène Bessette   Dim 9 Mai 2010 - 18:03

Hé hé ! ... pour ses aficionados, dont je suis, on écrit LNB7 ...









Cette biographie d'Hélène Bessette a paru l'année dernière ... ses oeuvres sont quasiment introuvables, sinon dans d'anciennes éditions. Les Editions Léo Scheer ont en partie réparé cette injustice en publiant "Le bonheur de la nuit" , un roman inédit ...


« Un des auteurs les plus originaux de ce temps. Enfin du nouveau. » Raymond Queneau
« La littérature vivante, pour moi, pour le moment, c'est Hélène Bessette, personne d'autre en France. » Marguerite Duras
« Un sourcier a fait jaillir une eau pure et glacée, mais qui le saura si nous n'indiquons, déjà recouverte sous la quotidienne arborescence des imprimés, la place exacte de la petite source étouffée ? » Claude Mauriac, Le Figaro
« Imaginez une jeune fille employant les armes de Jarry et d'Ionesco (…). L'écriture d'Hélène Bessette, irritante, recherchée, presque hystérique, finit par s'imposer dans un grand délire majestueux. Un écrivain de race, qu'il faut découvrir, sans tarder. » Alain Bosquet, Le Monde
Hélène Bessette… ce nom ne vous dit sans doute rien. Elle est pourtant l’une des figure majeure de l’histoire littéraire du XXe siècle. Souhaitant enfin donner raison à celle qui avait coutume d’énoncer « plus tard on dira qui je fus », la collection laureli, aux Éditions Léo Scheer rend disponible une œuvre plus actuelle que jamais. Le premier titre publié sera un inédit : Le Bonheur de la nuit.

Présentation d'Hélène Bessette par Julien Doussinault :

« La France compte trop d'écrivains », lit-on fréquemment, et les auteurs anonymes pullulent. Mais Hélène Bessette ne peut être mêlée à cette littérature de l'oubli tant sa prose nette, nerveuse, avare de mots, lisible, complice du lecteur, laisse paraître un style très reconnaissable, rythmé par une multitude d'images poétiques et de formules télégraphiques.
Suite de la présentation de LNB7 par Julien Doussinault :
Spoiler:
 


Citation :

Résumé et extrait de "Le bonheur dans la nuit", inédit publié par Léo Scheer (Source Evene) :
Dans le 'bonheur' d'une nuit particulière, une ambiance feutrée propre à la confession, aux crises, aux disputes, aux réconciliations... tout vole en éclat. Et monsieur de tenter de quitter Madame, sans même savoir laquelle et pourquoi. Ni à quel saint se vouer. Et l'actrice de choisir sa proie. Et d'en changer. Et les serviteurs de commenter à perdre haleine. Mais le héros ne se démasque qu'au final : l'argent, toujours l'argent qui fait tourner le monde ...


"Il n'y a plus rien. Ce n'est rien.
Hallucination du rêve sexuel.
Il n'y a rien à avouer. Pas d'aveu.
Seulement ce sourire. Ce léger sourire. Ce rapide sourire.
Moyen Age pesant aux sorcières souriantes.
'Plus de Libido' Crie quelqu'un.
Saluer une femme. Sexe sous le front.
Plonger dans le cauchemar le plus affreux.
Je lui souris donc je l'aime.
Enfantillage des adultes enfantins. Sous-développés.
La lampe grand voltage de la jalousie en éveil.
- Ils se sont avoués leur amour.
Pleure l'enfant-Doudou.
ANGOISSE
Pour la libido.
En faut-il ? N'en faut-il pas ?
Nata totalement égaré.
Bandeau sur les yeux.
Dans la forêt aux branches mêlées.
Où se promènent les âmes somnambules.
C' est une affaire."



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hélène Bessette   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hélène Bessette
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Généalogie à la Foire Sainte Croix à Sainte Hélène
» AD76 - Médaillé de Ste Hélène - ALLEAUME
» Pensionnaire du Roi et médaille de Sainte-Hélène
» Hélène Rolles is back
» Contre toute attente - d'Hélène Magnan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs français à découvrir, nés après 1914.-
Sauter vers: