Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Pierre Reverdy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Constance
Zen littéraire
avatar

Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Pierre Reverdy   Mer 6 Juil 2011 - 15:11

Au soleil du plafond ... suite ...








Soupière



Le monde de la faim, la fin du monde. La soupière est comme un globe terrestre
sur la table. Et du globe fendu couvercle soulevé,
l'odeur monte et une tête et des bras blancs dans un nuage.
Et la tête riait - la tête riait et flottait d'un bout à l'autre de la table.
Du parfum à la faim, par un chemin plus long,
ramenant les ardeurs du fond d'un autre songe.






Enveloppe




Le temps remis la marche des refrains guide l'allure.
Pour la nuit, c'est le cercle des visages nus sous l'attraction des sortilèges de la lampe.
Les profils dégagés du long talus de pierres où l'ombre s"épaissit sur la rivière molle.
Sous l'arc, un oiseau passe, comme un souvenir en retard,
les gestes dépassés et détachés du nombre au moment du départ.
Je marque le nom propre au revers du destin, de l'enveloppe sombre à l'aile du hasard.





Compotier



Une main, vers les fruits dressés, s'avance et, timidement, comme une abeille, les survole.
Le cercle où se glissent les doigts est tendu dessous comme un piège -
puis reprennent leur vol, laissant au fond du plat une cicatrice vermeille.
Une goutte de sang, de miel au bout des ongles.
Entre la lumière et les dents, la trame du désir tisse la coupe aux lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 72
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Pierre Reverdy   Mer 6 Juil 2011 - 23:16

je continue à apprécier !

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire
avatar

Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Pierre Reverdy   Jeu 7 Juil 2011 - 18:09

Bédoulène a écrit:
je continue à apprécier !


Je le sais, d'ailleurs chaque fois que je copie ces petits textes, j'ai toujours une pensée pour toi ... sourire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 72
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Pierre Reverdy   Jeu 7 Juil 2011 - 23:13

bisous

j'emprunterai le livre dès mon retour à la bibliothèque

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire
avatar

Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Pierre Reverdy   Lun 18 Juil 2011 - 17:49

Au soleil du plafond ... suite ...






Jet d'eau



La silhouette au bec retourné découpe un large
pan sur la muraille. Tout le ciel dans le verre qui passe par devant.
L'espace reste bleu. Sur le meuble, une plaie livide et des carrés poudreux.
Le jet d'eau creuse l'air, la vapeur sort des lignes
et le bruit de la mer se calme peu à peu.





Pot de fleurs



La vague des rideaux derrière le balcon où jamais
ne s'accoude personne.
Silhouettes de jour, masse épaisse de nuit,
des drames sans éclat qu'encadre la fenêtre.
Puis, un coup de soleil, une fusée de rires et dans la rue déserte,
entre les deux trottoirs, une pluie de couleurs, une avanche de pétales,
gouttes qui s'évaporent et parfument le vent.





Masque




Au fond du verre, l'oeil fixe, le ruban, la goutte d'or et un regard qui tremble.
Tout le monde est parti.
Ce triste carnaval entre l'hiver et l'âtre, le soleil réchauffant.
La pluie tombe plus doucement, la mer se décolore
et le visage dur redevient transparent.
Sous les traits découverts, la tête est à la mode.
Et même dans la glace contre le paravent.
Ma mémoire est en désordre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sophie
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2230
Inscription le : 17/07/2007
Age : 41
Localisation : Tahiti

MessageSujet: Re: Pierre Reverdy   Lun 18 Juil 2011 - 23:40

J'ai découvert ce poète en lisant la biographie de Coco Chanel qui a été sa maîtresse et une amie chère.
Je suis depuis très intéressée par la lecture du Livre de mon bord. Il faut que je le trouve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslecturesdesophie.blogspot.com/
Constance
Zen littéraire
avatar

Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Pierre Reverdy   Mar 19 Juil 2011 - 15:14

Sophie a écrit:
J'ai découvert ce poète en lisant la biographie de Coco Chanel qui a été sa maîtresse et une amie chère.
Je suis depuis très intéressée par la lecture du Livre de mon bord. Il faut que je le trouve.


Reverdy lui a dédié plusieurs poèmes, mais je ne les ai jamais lus ... à moins d'en devenir spécialiste, il faut dire que l'immensité de l'oeuvre de ce poète, réclame un investissement en temps de lecture, qui ne pourrait se faire qu'au détriment d'autres auteurs ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire
avatar

Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Pierre Reverdy   Jeu 8 Sep 2011 - 19:46

Au soleil du plafond ... suite et fin ...







Bouteille



La bouteille au centre du feu, à bout de bras ou sur la table.
Dans la forme des mains, dans la source des poches - il y a de l'or et de l'argent -
il y a de l'esprit dans la manche - quand la couleur coule à pleins bords -
quand l'air s'embrouille dans les branches.
Le coeur va plus loin que les yeux, la flamme renaît de la cendre.
Entre le fil qui coule et le trait lumineux les mots n'ont plus de sens.
On n'a plus besoin de mots pour se comprendre.




Pendule



Dans l'air chaud du plafond la rampe des rêves s'allume.
Les murs blancs se sont arrondis. La poitrine oppressée souffle des mots confus.
Dans la glace, tourne le vent du sud chargé de feuilles et de plumes.
La fenêtre est bouchée.
Le coeur est à peu près éteint parmi les cendres déjà froides de la lune - les mains sont sans abri - tous les arbres couchés.
Dans le vent du désert les aiguilles s'inclinent et mon heure est passée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire
avatar

Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Pierre Reverdy   Mar 10 Jan 2012 - 18:32







[...]
Quand la houle se met à rincer durement la coque
des navires
Et le vent à pincer la harpe des agrès
Je m'en irai plus bas
Peut-être à la dérive
Vers un autre côté
Ou bien je laisserai tomber les gouttes d'or dans
la poussière
Ou bien j'irai mourir
Dans le creux de la nuit
Ou bien j'irai laver mon coeur dans la rivière
Comme un linge souillé des rigueurs du destin


Mais si le sort permet encore que je m'attarde
Pour perdre
Pour gagner
Au hasard des chemins
Ce qu'il faut pour pleurer
Ce qu'il faut pour sourire
Et attendre le sang
Du jour au lendemain
Alors
Je prie le ciel
Que nul ne me regarde
Si ce n'est au travers d'un verre d'illusion
Retenant seulement
sur l'écran glacé d'un horizon qui boude
ce fin profil de fil de fer amer
si délicatement délavé
par l'eau qui coule
les larmes de rosée
les gouttes de soleil
les embruns de la mer


(Extrait de "Sable mouvant"/NRF/Poésie/Gallimard)

Illustration : Portrait de Pierre Reverdy de profil droit (1962) par Alberto Giacometti

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 72
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Pierre Reverdy   Mar 10 Jan 2012 - 20:41

je crois que je vais acheter l'un de ses livres car l'emprunter à la bibliothèque et devoir lire vite pour le rendre ne me convient pas, j'ai besoin de lire apaisée et non stressée.

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire
avatar

Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Pierre Reverdy   Lun 13 Fév 2012 - 11:32







Verso


La pièce dans le courant d'air
Sous la flamme qui se répand
Dans la ville endormie
Près des sables mouvants
Du mur de pierres
Au bout du chemin
qui entoure la terre


C'est là
la tête penchée au dehors
les rayons de soleil près de la chevelure
le visage noyé
les larmes
Toutes les raisons de ne plus croire à rien
Les mots se sont perdus tout le long du chemin
Il n'y a plus rien à dire
Le vent est arrivé
Le monde se retire
L'autre côté.



(Extrait de "Cravates de chanvre", in Plupart du temps/ 1915-1922/NRF/Gallimard)

Illustration :"Solitude anthropomorphique" (1935) de Salvador Dali
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire
avatar

Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Pierre Reverdy   Ven 21 Déc 2012 - 23:42

(Extraits de "En Vrac", Notes suivi de "Un morceau de pain noir", Flammarion)


Citation :
Ils sentent avec leur tête et moi c’est avec ma sensibilité que je comprends.

Citation :

Il y a beaucoup plus de gens émotifs que de vraiment sensibles. La sensibilité rayonne vers les choses et vers les êtres, vers les autres. L’émotif égoïste est agité d’un mouvement comparable à celui qui secoue le pot-au-feu dans la marmite, il mijote dans ses propres limites. Et cela ne va jamais bien loin quand on ne peut par sortir au-delà de sa dure peau.

Citation :

Un jour l’homme a décidé de se méfier de ses sens. Mais s’il s’est méfié de ses sens, c’est à cause de son esprit, sans qu’il puisse dire que les sens jugent seuls et se trompent en dehors de l’esprit. C’est peut-être plutôt de son esprit qu’il aurait dû se méfier.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 72
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Pierre Reverdy   Sam 22 Déc 2012 - 13:54

Constance a écrit:
(Extraits de "En Vrac", Notes suivi de "Un morceau de pain noir", Flammarion)


Citation :
Ils sentent avec leur tête et moi c’est avec ma sensibilité que je comprends.

Citation :

Il y a beaucoup plus de gens émotifs que de vraiment sensibles. La sensibilité rayonne vers les choses et vers les êtres, vers les autres. L’émotif égoïste est agité d’un mouvement comparable à celui qui secoue le pot-au-feu dans la marmite, il mijote dans ses propres limites. Et cela ne va jamais bien loin quand on ne peut par sortir au-delà de sa dure peau.


Citation :

Un jour l’homme a décidé de se méfier de ses sens. Mais s’il s’est méfié de ses sens, c’est à cause de son esprit, sans qu’il puisse dire que les sens jugent seuls et se trompent en dehors de l’esprit. C’est peut-être plutôt de son esprit qu’il aurait dû se méfier.



c'est très juste ! et cela explique peut-être la dernière citation (?)

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esperluette
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1660
Inscription le : 09/04/2012

MessageSujet: Re: Pierre Reverdy   Sam 22 Déc 2012 - 17:31

Constance a écrit:
(Extraits de "En Vrac", Notes suivi de "Un morceau de pain noir", Flammarion)


Citation :
Ils sentent avec leur tête et moi c’est avec ma sensibilité que je comprends.

Citation :

Il y a beaucoup plus de gens émotifs que de vraiment sensibles. La sensibilité rayonne vers les choses et vers les êtres, vers les autres. L’émotif égoïste est agité d’un mouvement comparable à celui qui secoue le pot-au-feu dans la marmite, il mijote dans ses propres limites. Et cela ne va jamais bien loin quand on ne peut par sortir au-delà de sa dure peau.

Citation :

Un jour l’homme a décidé de se méfier de ses sens. Mais s’il s’est méfié de ses sens, c’est à cause de son esprit, sans qu’il puisse dire que les sens jugent seuls et se trompent en dehors de l’esprit. C’est peut-être plutôt de son esprit qu’il aurait dû se méfier.



Merci Constance de ces quelques extraits où l'essence de notre sensibilité se trouvent au détour d'un mot projetée dans une vaste réflexion sur le lien subtil entre raison et sensation.

Simple question : n'y a-t-il pas une coquille ici "quand on ne peut par sortir "?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Pierre Reverdy   Sam 22 Déc 2012 - 18:23

À noter que Mylene Farmer lui a piqué quelques trucs dans certaines chansons. C'était la chronique People dentsblanches

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pierre Reverdy   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pierre Reverdy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Poésie (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: