Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 John Glassco

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: John Glassco   Dim 16 Mai 2010 - 18:52





John Glassco est né en décembre 1909 à Montréal. Il poursuit ses études à la McGill University, mais il s’y ennuie et interrompt son cursus pour devenir un « poète surréaliste » et connaître la France qui lui apparaît comme « la matrice sensuelle de toute modernité et Paris la capitale artistique du monde ». Il s’embarque pour l’Europe en 1928, à 17 ans, en compagnie d’un ami, autant pour fuir son étouffante famille — son père voulait qu’il soit juge, sa mère évêque — que son pays.
source: Editeur

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: John Glassco   Dim 16 Mai 2010 - 18:56


Memoirs of Montparnasse / Mémoires de Montparnasse
Citation :
« Buffy » comme il se désigne dans l’ouvrage, vit de la rente que lui verse son père. Le taux de change lui étant très favorable, ils vivent d’abord comme des princes, mais quand la rente diminue, il entreprend de gagner quelques sous en tapant des manuscrits, en posant pour des photos pornographiques, en devenant gigolo. Il se déclare « hédoniste », et raconte avec plaisir ses aventures et ses nuits flamboyantes. Il restera trois ans à Paris, jusqu’à ce que sa santé se dégrade – en ayant savouré chaque instant de cette vie. Quarante ans plus tard, il construit le récit de sa jeunesse exubérante à Montparnasse, qui apparaît telle une contrée sauvage dont il veut connaître toute la « faune » constituée par les « bohémiens » du moment, en fait l’avant-garde littéraire américaine expatriée sur la Rive Gauche : Hemingway, Joyce, Djuna Barnes, Kay Boyle, Leo et Gertrude Stein, Man Ray et son égérie Kiki - entre autres - sont décrits de manière très immédiate, sans la révérence dont la notoriété les a nimbés… et il y a les autres qu’il croque avec une féroce gourmandise : André Breton, Robert Desnos, Lucien Daudet, Tristan Tzara… L’activité de la Rive Gauche est décrite en détail : les cafés, la vie mondaine, les soirées chez les intellectuels et les artistes comme dans Le Soleil se lève aussi d’ Hemingway.

Grand coup de coeur pour ce livre.
John Glassco emporte son lecteur avec lui pour faire une promenade dans le Paris fin des années 1920. Et plus que Paris, on rencontre bon nombre de gens intéressants, fameux. C’est extraordinairement judicieux de lire les descritpions qu’il fait de ces personnages, aussi bien point de vue aspect que de caractère.
Lire Man Ray s’enthousiasmer pour les livres de Jane Austen et établir des theories littéraires assez fabuleux est aussi sublime que la visite de John Glassco dans le salon de Gertrude Stein.

Mais plus qu’un simple “name dropping” pour se faire plus intéressant, ce livre est un vrai petit bijou concernant son talent de faire apparaitre devant le lecteur tout ce monde qui devient plus que réel, aussi bien la ville que les gens.

En plus de Paris, il fait avec deux amis une escale de quelques semaines au Luxembourg (eh oui) et les 10 pages qu’il consacre dans son livre sont absolument charmantes. En plus il va passer avec ces mêmes amis 6 mois à Nice qui devient à son tour le centre du monde, tellement John Glassco peut transformer sa joie de découvrir du nouveau.

Quel bon moment de lecture!!

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
John Glassco
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Revivre à la campagne" de John Seymour (livre)
» John Wayne
» John Lennon
» John Q
» John Tshibangu etait une distraction. Il est en fuite et deja demandeur d'asile?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature non romanesque (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: