Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Louis Calaferte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
chrisdusud
Sage de la littérature


Messages : 2076
Inscription le : 20/04/2008
Age : 48
Localisation : Corse

MessageSujet: Louis Calaferte   Lun 3 Mai 2010 - 16:03

Merci Constance d'avoir fait remonter ce fil de Calaferte. Ses poèmes sont magnifiqes.


Cette force est présente partout en lui. J'ai "requiem pour les innocents" chez moi.


Dernière édition par chrisdusud le Mar 18 Mai 2010 - 20:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Louis Calaferte   Mer 5 Mai 2010 - 23:12

J'ai dû me déconnecter au moment au moment où tu postais, car je n'avais vu ton intervention ...
Tu ne sortiras pas indemne du "Requiem des innocents", ce roman fut un tel un choc qu'il me poursuit encore ... que d'humanité derrière cette misère sociale !


Je ne résiste pas ... un autre poème de Calaferte, l'un de mes préférés :











Pendant que j'allumais une autre cigarette
tu as quitté tes bas
assise au bord du lit
et maintenant tu n'oses pas
dans cette chambre où nous n'avons jamais dormi
lever les yeux sur moi
C'est soudain comme si le temps meurt ou s'arrête
un long alinéa
je m'approche du lit
et viens te prendre entre mes bras
dans cette douceur triste et qui nous engourdit
j'ai aussi peur que toi
Il y a au dehors des rumeurs vagabondes
nous ne nous en irons que pour un autre monde
A Londres, c'est l'automne
Il est presque minuit.

(Extrait de "Londoniennes", in Rag-Time)

Toile "Before down", de Carrie Graber
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chrisdusud
Sage de la littérature


Messages : 2076
Inscription le : 20/04/2008
Age : 48
Localisation : Corse

MessageSujet: Re: Louis Calaferte   Jeu 6 Mai 2010 - 12:32

Splendide ce poeme, Constance ! Très simple et très émouvant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Louis Calaferte   Sam 15 Mai 2010 - 10:09





Mets ton blouson
Une casquette
A la bouche une cigarette
Ta jeune beauté m’agace les dents
Que ton petit regard m’inquiète
Avec sa goutte de poison
Deviens mon louche confident
Des complicités malhonnêtes
Ta jeune beauté m’agace les dents
Ephèbe aux minces hanches droites
Que mes désirs cachés convoitent
Nous sommes les mauvais larrons
D’une cérémonie secrète
Je n’aime plus les demoiselles
Mets ton blouson
Une casquette
A la bouche une cigarette
Fais le garçon
Qui me querelle
Je ne sais trop comment
L’air vif avait ce goût
De sel et de morlou
Ce matin de bonne heure au marché aux poissons
Ta jeune beauté m’agace les dents



(Londoniennes, in Rag-time)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Louis Calaferte   Dim 16 Mai 2010 - 19:44




Sous les ponts a passé tant d'eau
ils sont jeunes moi je suis vieux
voici l'âge silencieux
je sens l'automne dans mes os
Rien désormais ne me ressemble
soulé d'indolente tristesse
je regarde mon temps qui cesse
la mort et moi partons ensemble
Ce que j'aimais ne m'aime plus
les désirs perdent leur raison
tout penche à la morte-saison
et mes chemins sont parcourus
Je sens l'automne dans mes os

(in Poèmes ébouillantés)

Illustration : photo de Louis Calaferte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chrisdusud
Sage de la littérature


Messages : 2076
Inscription le : 20/04/2008
Age : 48
Localisation : Corse

MessageSujet: Re: Louis Calaferte   Dim 16 Mai 2010 - 20:05

On sent de l'épuisement dans ce poème et la force qu'il a donnée meurt dans ce poème semble -t-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Louis Calaferte   Lun 17 Mai 2010 - 11:52

chrisdusud a écrit:
On sent de l'épuisement dans ce poème et la force qu'il a donnée meurt dans ce poème semble -t-il.



Calaferte était sur le seuil de l'hiver de son existence ... cet autre poème traduit également sa mélancolie nostalgique, mais peut-être les brumes londoniennes se prêtaient-elles à cette humble confidence tout en tendresse :







Tu ne sais pas ce que je sais
tu n'as pas l'âge d'un passé
et c'est moi qui suis l'insensé
Le temps est un miroir glacé
pour lentement nous détrousser
à la fin de tout énoncé.

Tu ne sais pas ce que je sais
tu n'as pas l'âge d'un passé
et c'est moi qui suis l'insensé
Dans l'enjeu d'un destin pressé
qui voudrait se recommencer
le faussaire est embarrassé.

Tu ne sais pas ce que je sais
tu n'as pas l'âge d'un passé
et c'est moi qui suis l'insensé
Quel est ce chantage inversé
et qui fait que te délaisser
me laisserait le coeur percé.

Tu ne sais pas ce que je sais
tu n'as pas l'âge d'un passé
et c'est moi qui suis l'insensé
De tes jardins jamais assez
jusqu'au jour où même offensé
j'en serais le démon chassé.

Tu ne sais pas ce que je sais
tu n'as pas l'âge d'un passé
et c'est moi qui suis l'insensé
Nancy d'une étrange rencontre.



(Londoniennes, in Rag-time)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ArturoBandini
Sage de la littérature


Messages : 2748
Inscription le : 05/03/2015
Age : 30
Localisation : Aix-en-Provence

MessageSujet: Re: Louis Calaferte   Mar 28 Avr 2015 - 13:57

Je suis en train de parcourir Rag-time, Londoniennes et Poèmes ébouillantés, je découvre Calaferte poète, et c'est chouette! Very Happy


Plus de saisons
de mers
de divans sablonneux
d'ombrages aux repos des verts après-midi
                                                            Je meurs
et qu'avec moi toute beauté s'achève

Calmes maisons
d'hiver
napperons lumineux
des neiges adoucies venues à pas de loup
Je vous détruis aussi mes limpides visages
de jeunes filles aux yeux d'anis
Que la fragilité laiteuse de vos tempes
et l'innocence encore de vos rayonnements
ne soient plus à jamais qu'un écusson de mort
Plus de corps bruns
Plus d'ors
aux arbres de novembre
                                                           Je meurs
et qu'avec moi périsse la beauté

_________________
Sois le changement que tu veux voir dans le monde. Gandhi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Louis Calaferte   Aujourd'hui à 15:54

Revenir en haut Aller en bas
 
Louis Calaferte
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'histoire de petit Louis
» changement de lit pour Louis ?
» Bléville - Rue Aristide Briand > Rue Louis Ganne
» Zabeth, André Louis
» Louis Beuve, Lettres à des amis aurevilliens.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Poésie (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: