Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Claire Keegan

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Claire Keegan   Mar 18 Mai 2010 - 14:05




Claire Keegan est née en 1968 en Irlande. Elle a grandi dans une ferme du comté de Wicklow, qu’elle a quitté pour aller étudier à La Nouvelle Orléans et au Pays de Galle. Également diplômée de Trinity College à Dublin, elle vit aujourd’hui près de Sligo. Antarctica est le premier des deux recueils de nouvelles qu’elle a publiés à ce jour. Saluée comme une des voix importantes de la jeune génération des écrivains irlandais, elle est traduite en chinois, en japonais, en italien, en slovène, en allemand, en tchèque, en bulgare et en espagnol, et elle a remporté plusieurs prix importants. Dans nombre de ces pays, ainsi qu’aux Etats-Unis, elle a figuré longtemps sur les listes de meilleures ventes. Nuala O'Faolain, qui l'avait encouragée dès ses débuts, ne s'y était pas trompée.

source: Editeur


Bibliographie

Citation :
cliquez sur les numéros de page pour y accéder directement

Antarctica, 1999 / L'Antartique, 2010 Pages 1, 2, 3,
Foster, 2010 / Les trois lumières, 2011 Pages 1, 2, 3, 4,
Walk the Blue Fields, 2007 / A travers les champs bleus, 2012, Page 3,

Citation :
Mise à jour le 27/04/2013, page 4

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque


Dernière édition par kenavo le Sam 27 Avr 2013 - 6:41, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Claire Keegan   Mar 18 Mai 2010 - 14:13


L'Antartique
Citation :
4e de couverture
«Chaque fois que la femme heureuse en ménage partait, elle se demandait comment ce serait de coucher avec un autre homme.» Dès la première phrase de la nouvelle titre de son recueil, Claire Keegan ferre l’attention de son lecteur. L’intrigue qu’elle met en œuvre en peu de pages ne le décevra pas.
Qu’elle évoque des amours malheureuses (dans L’Amour dans l’herbe haute, l’héroïne vient attendre, neuf ans après qu’ils se sont quittés, son amant sur la lande), les ravages sur ses enfants de la folie d’une mère (Brûlures dit le traumatisme de toute une famille), les rivalités familiales (Les Sœurs) ou la passion naissante entre un homme et une femme réunis par une petite annonce (Osez le grand frisson), l’auteur fait preuve d'une impressionnante maîtrise.
Ses intrigues sont denses, ses personnages, souvent des femmes de la classe moyenne, criants de vérité, son style est net et tranchant, sa perception du monde et des rapports humains terriblement juste.
Le tour de force de la nouvelliste tient certainement dans la paradoxale tranquillité avec laquelle elle laisse entrevoir les situations les plus extrêmes : ses créatures peuvent se débattre dans un monde indifférent et hostile, lutter contre l’absurdité de la vie, elles garderont toujours la maîtrise de leur destin.

Si vous aimez des nouvelles, ne cherchez plus! Il y a ce livre sublime de Claire Keeagan.
Vous n'aimez pas les nouvelles? Laissez vous tenter et vous allez les adorer!!

Aucun mot que j'ai lu lors de la parution de ce livre n'était exagéré, aucune louange de trop. C'est un livre avec tout plein de moments de bonheur et chaque nouelle de ces 15 est parfait, bien écrit, ... époustroufflant!
Rare que je m'enthousiasme autant pour des nouvelles, mais voilà un recueil qui donne plus au lecteur qu'il ne peut demander.

Et point assez important - tout comme pour ma lecture du moment des nouvelles de David Malouf - cela ne sent dans aucune page les fameux 'Writing Workshops', il n'y a rien "d'étudié", rien d'artificiel.. on lui croit aussi bien la gamine de neuf ans qui prend la parole que du vieil homme de 60.. elle tout simplement géniale Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Claire Keegan   Dim 6 Juin 2010 - 10:55

Dans PAGE des libraires elle dit:

La nouvelle est tout sauf un art mineur. Elle donne bien plus de difficultés dans l'écriture que le roman où l'intrigue prend le temps de s'installer. Dans ce format court particulier, la problèmatique doit démarrer aussitôt, dès les premières lignes et à un niveau de forte intensité dramatique tout en maintenant une certaine tranquilité dans la narration. Il faut avoir une véritable discipline d'omission, réduire les propos des personnages au minimum afin d'explorer le silence et l'amour entre les êtres, leur solitude aussi. Si l'écriture d'une nouvelle n'est pas confortable, la lecture ne l'est pas non plus.


et je trouve qu'elle excelle dans cette forme Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Claire Keegan   Mer 9 Juin 2010 - 12:30

"L'Antarctique", de Claire Keegan : l'humanité tragique de Claire Keegan

Le Monde des Livres | 03.06.10
Emilie Grangeray


Claire Keegan est fascinée par le genre humain. S'il est question, dans ses nouvelles, de lâcheté et de culpabilité, de douleur ou de cruauté, l'Irlandaise précise : "Je ne pense pas en termes de thématiques mais de relations humaines." Et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'elle a un sens aigu pour rendre compte de tout ce qui nous anime, nos plus bas instincts comme nos plus absurdes chimères.

Dans la nouvelle inaugurale, une femme qui se croit heureuse en ménage décide d'avoir une aventure avant d'être trop vieille. Dans "L'Amour dans l'herbe haute", Cordelia a connu "le grand frisson", mais l'homme était marié, et c'est sa femme qu'il emmenait à Lisbonne quand elle-même n'avait droit qu'à une ville du Limerick dont la seule industrie était son abattoir. Dix ans après la fin de leur liaison - l'épouse a découvert le pot aux roses -, il lui donne rendez-vous, mais les retrouvailles ont un goût amer : "Quand il arrive, il ne tend pas la main vers elle, mais se tient là comme s'il était arrivé trop tard sur les lieux d'un accident, sachant qu'il aurait pu faire quelque chose si seulement il était venu plus tôt."

De même, les retrouvailles entre Betty et Louisa, deux soeurs que tout oppose, sont pour le moins complexes. La belle Louisa, mère de deux enfants, vit apparemment dans le luxe, alors que Betty veille, depuis la mort de son père, sur la maison familiale. Et Claire Keegan de nous interroger : que sont nos rêves devenus quand on se retourne sur le passé ? Le personnage de "L'Amour sous l'herbe haute" pourrait donner un semblant de réponse : "C'est toujours les gens mariés qui pleurent aux noces. Ils connaissent la différence entre les serments et la vie."

Pessimiste ? Claire Keegan se refuse à commenter. Tout juste admet-elle que ses personnages n'ont pas l'existence dont ils rêvaient, "mais n'est-ce pas notre lot commun ? Ce qui m'intéresse, c'est le pétrin dans lequel on se met. Les conséquences de nos actes. La façon dont on essaie de s'en sortir. Peu importe qu'on y arrive ou non."

Et si nombre de ses personnages semblent avoir renoncé ("Deux soeurs"), d'autres se démènent pour trouver une issue. Ainsi, dans "Les Hommes et les Femmes", la mère et la fille auront le courage de se rebeller contre le rôle qui leur est assigné. Et puis, ne faut-il pas essayer d'affronter le passé pour en triompher ("Brûlures") ? Ou "regarder le pire en face pour être paré contre tout" ("Orages") ? Chez Claire Keegan, rien n'est léger ni facile.

Pas plus pardonner ("La Soupe aux passeports") que rompre avec les conventions : "Les filles irlandaises devraient rester dans leur pays et élever correctement leurs fils, nourrir les poulets, couper le persil, tolérer le vacarme du match du dimanche", écrit-elle dans "Drôle de prénom pour un garçon".

Antarctica est le premier des deux recueils de nouvelles que Claire Keegan a publiés à ce jour. Saluée comme une des voix importantes de la jeune génération irlandaise - même si ses textes rappellent davantage ceux de Tchekhov ou de l'Américaine Flannery O'Connor -, l'auteur fait preuve d'une impressionnante maîtrise. Avec une intelligence fine qui ne laisse place ni aux clichés ni aux généralisations, elle donne à voir, dans un style tranchant - sans jamais juger ni condamner - nos petits arrangements avec la vie. Et c'est tragiquement juste.




source

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
traversay
Flâneur mélancolique
avatar

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 60
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: Claire Keegan   Mer 30 Juin 2010 - 11:03

kenavo a écrit:

L'Antarctique
Citation :
4e de couverture
«Chaque fois que la femme heureuse en ménage partait, elle se demandait comment ce serait de coucher avec un autre homme.» Dès la première phrase de la nouvelle titre de son recueil, Claire Keegan ferre l’attention de son lecteur. L’intrigue qu’elle met en œuvre en peu de pages ne le décevra pas.
Qu’elle évoque des amours malheureuses (dans L’Amour dans l’herbe haute, l’héroïne vient attendre, neuf ans après qu’ils se sont quittés, son amant sur la lande), les ravages sur ses enfants de la folie d’une mère (Brûlures dit le traumatisme de toute une famille), les rivalités familiales (Les Sœurs) ou la passion naissante entre un homme et une femme réunis par une petite annonce (Osez le grand frisson), l’auteur fait preuve d'une impressionnante maîtrise.
Ses intrigues sont denses, ses personnages, souvent des femmes de la classe moyenne, criants de vérité, son style est net et tranchant, sa perception du monde et des rapports humains terriblement juste.
Le tour de force de la nouvelliste tient certainement dans la paradoxale tranquillité avec laquelle elle laisse entrevoir les situations les plus extrêmes : ses créatures peuvent se débattre dans un monde indifférent et hostile, lutter contre l’absurdité de la vie, elles garderont toujours la maîtrise de leur destin.

Si vous aimez des nouvelles, ne cherchez plus! Il y a ce livre sublime de Claire Keeagan.
Vous n'aimez pas les nouvelles? Laissez vous tenter et vous allez les adorer!!

Bon, eh bien, vilain petit canard, je suis, je n'ai pas réussi à vraiment me passionner pour ces nouvelles de Claire Keegan. Analyse simpliste de ma part : je ne disposais pas de la concentration nécessaire (pour des raisons périphériques personnelles) et celle-ci, la concentration, est indispensable pour adhérer à cette mosaïque d'histoires qui, bien que sensiblement différentes dans ce qu'elles racontent, partagent des thématiques voisines (femmes en quête, familles dysfonctionnelles etc.) avec un style très concis et minutieux et cette capacité à pénétrer dans les pensées des personnages. J'ai aimé la première nouvelle, L'antarctique, ainsi que Osez le grand frisson, je me suis un peu égaré dans les autres, perdu le fil et lu comme un automate. Je ne remets pas en cause les qualités d'écriture de Claire Keegan, qui sont évidentes, ce n'était juste pas le bon moment pour moi de lire ces nouvelles qui forment comme une tapisserie sensible et tendue des relations entre les êtres. J'espère être plus à la hauteur quand paraîtra son deuxième recueil de nouvelles. Désolé, kena, parfois c'est le lecteur qui n'a aucun talent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Claire Keegan   Mer 30 Juin 2010 - 11:47

traversay a écrit:
Désolé, kena, parfois c'est le lecteur qui n'a aucun talent.
je ne pense pas que tu sois un petit vilain canard Wink et en aucun cas tu n'as besoin de t'excuser!
Tout d'abord des nouvelles sont toujours un peu délicat, on accroche ou pas.. et puis il y a vraiment des moments pour un livre.. cela m'arrive aussi que je ne peux pas voir ce que d'autres ont pû trouver de si fascinant..
dommage seulement que Claire et toi n'ont pas fait une bonne rencontre.. et comme tu dis, c'est peut être avec un prochain livre.. et même si cela ne se produit pas, pas si grave Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Claire Keegan   Dim 10 Avr 2011 - 9:00


Les trois lumières
Citation :
Présentation de l'éditeur
Dans la chaleur de l’été, un père conduit sa fille dans une ferme du Wexford, au fond de l’Irlande rurale. Bien qu’elle ait pour tout bagage les vêtements qu’elle porte, son séjour chez les Kinsella, des amis de ses parents, semble devoir durer. Sa mère est à nouveau enceinte, et il s’agit de la soulager jusqu’à l’arrivée du nouvel enfant. Au fil des jours, puis des mois, la jeune narratrice apprivoise cet endroit singulier, où la végétation est étonnamment luxuriante, les bêtes grasses et les sources jaillissantes. Livrée à elle-même au milieu d’adultes qui ne la traitent pas comme une enfant, elle apprend à connaître, au gré des veillées, des parties de cartes et des travaux quotidiens, ce couple de fermiers taciturnes qui pourtant l’entourent de leur bienveillance. Pour elle qui n’a connu que l’indifférence de ses parents dans une fratrie nombreuse, la vie prend une nouvelle dimension. Elle apprend à jouir du temps et de l’espace, et s’épanouit dans l’affection de cette nouvelle famille qui semble ne pas avoir de secrets. Certains détails malgré tout l’intriguent : les habits dont elle se voit affublée, la réaction de Mr Kinsella quand il les découvre sur elle, l’attitude de Mrs Kinsella lors de leurs rares sorties à la ville voisine…

Quel plaisir de retrouver l'écriture de Claire Keegan.
Un roman qui raconte sur même pas 100 pages l'été de cette fille et les changements qu'elle parcourt lors de son séjour chez les Kinsella.

Tout comme dans ses nouvelles elle arrive à créer des images et atmosphères avec peu de mots, mais dont on garde le souvenir bien longtemps.

En anglais ce livre a comme titre The foster qu'on peut traduire par soin.. Autant que la fille qui est "prise en charge" par ces gens, les Kinsella ont eux aussi besoin d'elle.

Un très bon moment de lecture

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Epi
Escargote Zen
avatar

Messages : 14255
Inscription le : 05/03/2008
Age : 58
Localisation : à l'ouest

MessageSujet: Re: Claire Keegan   Dim 10 Avr 2011 - 11:06

C'est bien de faire remonter ce fil, ça me fait penser que j'ai toujours L'Antartique en attente. Et celui-ci me fait bien envie aussi.

_________________
Let It Be
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noémie
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1290
Inscription le : 24/11/2010
Localisation : Au pied des Pyrénées...

MessageSujet: Re: Claire Keegan   Dim 10 Avr 2011 - 12:16

L'Antartique était dans ma "liste d'envies"mais je suis comme Epi,celui-là me tente beaucoup aussi.....Ah,la,la
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Claire Keegan   Dim 10 Avr 2011 - 19:58

Epi a écrit:
C'est bien de faire remonter ce fil, ça me fait penser que j'ai toujours L'Antartique en attente. Et celui-ci me fait bien envie aussi.

Noémie a écrit:
L'Antartique était dans ma "liste d'envies"mais je suis comme Epi,celui-là me tente beaucoup aussi.....Ah,la,la
ah mais oui, partez à la découverte de cette jeune voix.. moi, j'adore Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimi54
Zen littéraire
avatar

Messages : 6043
Inscription le : 02/05/2010

MessageSujet: Re: Claire Keegan   Lun 6 Juin 2011 - 21:12

Les trois lumières

Les parutions chez Sabine Wespeiser sont peu nombreuses chaque année, mais sont de qualité. Leurs auteurs sont fidèles, et de qualité ; loin du tape à l’œil que l’on peut rencontrer parfois ailleurs. La sobriété est également de mise au niveau du livre lui-même. J’en apprécie le format carré caractéristique, son papier épais ivoire, et d’une extrême douceur.

Une petite fille que son père amène chez des amis sans enfant, pour passer quelque temps au calme, le temps que la maman accouche de son énième enfant….Tel est le cadre de cette nouvelle dans un Irlande profonde, rurale, et humaine.
Elle est la petite, puis pétale. Elle arrive sans valise ; son père l’a oubliée. Elle mal peignée, crasseuse. Une enfant parmi tant d’autre dans une famille qui n’a pas la tendresse en bandoulière.
« Elle vous coutera une fortune en nourriture. » dit son père en la confiant…
La petite va donc arriver dans une famille qui a son secret, et de la tendresse à revendre. Les Kinsella sont attentifs, aimants, un peu originaux….mais qu’importe.

« Oh, n’est –elle pas là pour qu’on la gâte ? dit Kinsella. »

J’ai lu, ou plutôt goûté avec gourmandise, une savoureuse nouvelle, très courte, au style simple, où pas un mot n’est de trop. Claire Keegan économise en mot pour mieux laisser parler la tendresse, l’amour, le respect de l’autre et la vie.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
IzaBzh
Agilité postale
avatar

Messages : 932
Inscription le : 19/05/2010
Age : 52
Localisation : Bourgogne/Paris

MessageSujet: Re: Claire Keegan   Mar 7 Juin 2011 - 16:38

Vous êtes terribles ! Ma bibliothèque vient juste de recevoir "les trois lumières" et j'ai victorieusement résisté à la tentation ce matin : "non, j'ai déjà plein de bouquins à lire, non, je ne t'emprunterai pas tout de suite !" Et voilà, je viens sur Parfum et je viens de le réserver... Vous êtes terribles diablotin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://avel-iza.blogspot.com
mimi54
Zen littéraire
avatar

Messages : 6043
Inscription le : 02/05/2010

MessageSujet: Re: Claire Keegan   Mar 7 Juin 2011 - 16:40

IzaBzh a écrit:
Vous êtes terribles ! Ma bibliothèque vient juste de recevoir "les trois lumières" et j'ai victorieusement résisté à la tentation ce matin : "non, j'ai déjà plein de bouquins à lire, non, je ne t'emprunterai pas tout de suite !" Et voilà, je viens sur Parfum et je viens de le réserver... Vous êtes terribles diablotin

terrible et fière de l'âtre impatient content impatient content
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
Camille19
Main aguerrie
avatar

Messages : 484
Inscription le : 24/06/2009
Age : 28

MessageSujet: Re: Claire Keegan   Ven 10 Juin 2011 - 23:48

Les trois lumières

Une petite fille est envoyée par ses parents passer quelques temps dans une autre famille.

Une nouvelle qui se lit d'une traite mais doit se savourer. Ma première lecture de cette auteur dont je n'avais entendu que du bien, et que j'ai beaucoup appréciée. L'atmosphère irlandaise, belle, sauvage et rurale, mais aussi apaisante, se dessine par petites touches et nous va droit au coeur. L'écriture est sobre, dépouillée, douce et fait tout le charme du récit. Les sentiments sont compris à demi-mot, sans jamais être étalés. Bref, un style tout en retenue et ce de façon très réussie.

Les personnages restent en quelque sorte des mystères tout au long du récit, entretenant l'intérêt du lecteur et déployant un charme particulier, restant des silhouettes à la fois floues et rassurantes, comme un peu effacées par le drame vécu. Ainsi la femme restera "la femme" tout au long du livre sans que l'on sache son nom. On ne connaît d'ailleurs pas le nom de la narratrice, ni son âge. Ce sont les instants qui sont saisis et non l'ensemble, ce qui fait la simplicité gracieuse et lumineuse de ce récit. Ainsi l'instant sur la plage, vers la fin du livre, est pour moi un moment de grâce et de poésie, jusqu'à son aboutissement où les deux personnages voient briller trois lumières de phares au loin, celui du milieu diffusant une lumière plus puissante que les autres, et qui semblent symboliser les trois personnages : les deux adultes affaiblis, mais qui continuent de briller grâce à la force puisée dans l'enfant.

Ce livre est donc à lire et à relire, malgré sa simplicité apparente, les symboles qui le truffent font la force littéraire de ce texte qui a été une très bonne surprise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
traversay
Flâneur mélancolique
avatar

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 60
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: Claire Keegan   Mer 3 Aoû 2011 - 15:00

kenavo a écrit:

Les trois lumières
Citation :
Présentation de l'éditeur
Dans la chaleur de l’été, un père conduit sa fille dans une ferme du Wexford, au fond de l’Irlande rurale. Bien qu’elle ait pour tout bagage les vêtements qu’elle porte, son séjour chez les Kinsella, des amis de ses parents, semble devoir durer. Sa mère est à nouveau enceinte, et il s’agit de la soulager jusqu’à l’arrivée du nouvel enfant. Au fil des jours, puis des mois, la jeune narratrice apprivoise cet endroit singulier, où la végétation est étonnamment luxuriante, les bêtes grasses et les sources jaillissantes. Livrée à elle-même au milieu d’adultes qui ne la traitent pas comme une enfant, elle apprend à connaître, au gré des veillées, des parties de cartes et des travaux quotidiens, ce couple de fermiers taciturnes qui pourtant l’entourent de leur bienveillance. Pour elle qui n’a connu que l’indifférence de ses parents dans une fratrie nombreuse, la vie prend une nouvelle dimension. Elle apprend à jouir du temps et de l’espace, et s’épanouit dans l’affection de cette nouvelle famille qui semble ne pas avoir de secrets. Certains détails malgré tout l’intriguent : les habits dont elle se voit affublée, la réaction de Mr Kinsella quand il les découvre sur elle, l’attitude de Mrs Kinsella lors de leurs rares sorties à la ville voisine…

Eh bien, me voici réconcilié, et même davantage, avec Claire Keegan, dont je n'avais pas su goûter L'antarctique.
Camille, mimi et kena ont décrit cette longue "Short Story", mieux que je ne pourrais le faire. Le tour de force de Claire Keegan est de faire raconter l'histoire, qui est toute fragile et sensorielle, par la fillette qui l'a vécue, au point que le lecteur, quel que soit son âge, s'identifie à elle, ou, tout du moins, ressent, au plus profond de lui-même, les mêmes choses qu'elle et les comprend. Ce récit est une miniature, ciselée, qui tout en étant d'une grande précision dans les faits, a un pouvoir de suggestion remarquable. Le cadre, celui de l'Irlande rurale, peut sembler familier, mais il est transformé par un été baigné de soleil (celui de 81, semble t-il, car la mort d'un gréviste de la faim de l'IRA est évoquée au détour d'une conversation), qui est comme au diapason d'une période heureuse que l'héroïne va vivre, une brève parenthèse loin d'une famille, la sienne, où l'on n'a visiblement pas le temps de s'occuper d'elle. Bienveillance, pudeur et tendresse sont quelques uns des mots qui viennent à l'esprit au moment d'évoquer Les trois lumières. A l'image du couple Kinsella, la nouvelliste a besoin de peu de mots pour exprimer des sentiments complexes et des chagrins que l'on tait. Voir Page 75, et ce conseil de son personnage masculin : "Tu n'es pas obligée de dire quelques chose. Pense que la parole n'est une nécessité en aucune circonstance. Nombre de gens ont beaucoup perdu pour la seule raison qu'ils ont manqué une belle occasion de se taire."
Et maintenant, on attend avec une certaine impatience son recueil inédit de nouvelles "Walk the blue fields".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Claire Keegan   

Revenir en haut Aller en bas
 
Claire Keegan
Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Soupe aux tomates claire
» une chose ne semble pas claire
» Naufrage du LERIDA le 2/03/1869 pour Marie-Claire JACQUET
» Marie Claire Idées n°68 ou Tuto de store qui s'enroule
» RAL et peau très claire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature irlandaise-
Sauter vers: