Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Margaret Mazzantini [Italie]

Aller en bas 
AuteurMessage
Orientale
Agilité postale
Orientale

Messages : 903
Inscription le : 13/09/2009
Age : 66
Localisation : Syldavie

Margaret Mazzantini [Italie] Empty
MessageSujet: Margaret Mazzantini [Italie]   Margaret Mazzantini [Italie] Icon_minitimeMer 19 Mai 2010 - 10:32

Margaret Mazzantini [Italie] Margar10
Ecrivain et actrice italienne
Née à Dublin en 1962
Fille d'une peintre irlandaise et d'un écrivain italien, Margaret Mazzantini est actrice et romancière. Mariée à l'acteur-cinéaste Sergio Castellitto et mère de trois enfants, elle est la nouvelle star de la scène culturelle italienne. Après avoir remporté le Premio Strega, le prix Goncourt italien 2002, elle signe avec son mari, réalisateur du film, le scénario d''Ecoute-moi', et anime à la télévision, sur la 7, 'Album', une émission consacrée à l'histoire récente de l'Italie.
(Source: Wikipédia)

Ecoute-moi
Auteur : Margaret Mazzantini

Editeur : 10-18Paris
Paru le : 02 Juin 2005

Antenora
Auteur : Margaret Mazzantini

Editeur : 10-18Paris
Paru le : 19 Mars 2009

Venir au monde
Auteur : Margaret Mazzantini

Editeur : R. LaffontParis
Paru le : 25 Mars 2010

Je n'ai lu qu'"Ecoute-moi", mais je pense que cette belle femme a ecrit un beau livre. Razz
Par une journee pluvieuse d'automne, Angela, 15 ans, glisse et tombe de sa bicyclette et mal blessee, on la transporte a l'hopital ou son pere Timoteo est chirurgien. Mort d'ngoisse, Timoteo qui a une vie bien casee de professionnel renomme et respecte, se voit soudainement confronte a son image reelle d'egoiste et violent. Sa vie, telle un film, passe devant ses yeux et il la fait decouvrir a sa fille, ainsi qu'a lui-meme dans le silence tendu d'hopital. Avec une precision chirurgicale, il revele un a un ses mauvais pas et son plus grand secret que le temps semble avoir bien voile...
Un roman que j'ai lu tres vite, mais pour moi, ce n'est pas du style BC, ce n'est pas un livre ou on apprend, mais qu'on lit par plaisir car l'auteur a une bonne ecriture et presente le sujet assez intelligemmement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

Margaret Mazzantini [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Margaret Mazzantini [Italie]   Margaret Mazzantini [Italie] Icon_minitimeMer 19 Mai 2010 - 11:56

Je n'ai lu qu'Ecoute-moi, également. Impressionnant !
L'adaptation au cinéma n'était pas bonne du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
swallow
Sage de la littérature
swallow

Messages : 1366
Inscription le : 06/02/2007
Localisation : Tolède. Espagne.

Margaret Mazzantini [Italie] Empty
MessageSujet: Écoute-moi   Margaret Mazzantini [Italie] Icon_minitimeDim 23 Mai 2010 - 12:07

"Écoute-moi" beaucoup s´y sont ennuyés, parce qu´ils ont vu les hésitations d´un homme entre une femme et une maîtresse.
Pas moi, j´ai trouvé sujet à reflexion.
Cet amour irraisonné permet d´assister à la descente aux enfers d´un éminent chirurgien. Très bien dans sa peau tant qu´il revêt la carapace bourgeoise et mondaine que lui accorde la société, tant qu´il peut jouer des stratégies dans lesquelles il a été formé, entraîné.
C´est pourquoi je préfère le titre espagnol " No te muevas" plus respectueux envers titre original en italien " Non ti moevere".
Car bouger (loin) signifie n´avoir plus les moyens, le ficelles pour évoluer avec aisance ou subsister avec les fortifications procurées au travers de l´éducation reçue.
Ce qui fait que je lirai le dernier livre de Mazzantini "Venir au monde".
J´imagine que derrière le spectacle de cette ville assiégée, Sarajevo sous les bombes et la Bosnie-Herzégovine et cette histoire de désir de maternité poussée à l´extrème, l´auteur me parlera une fois de plus de ce "Vanitas, vanitatum..." qui m´absorbe tant et puis pourquoi pas aussi, de l´amour fou, celui qui permettrait toutes les resurrections.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Margaret Mazzantini [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Margaret Mazzantini [Italie]   Margaret Mazzantini [Italie] Icon_minitimeDim 8 Aoû 2010 - 16:44

J'arrive à ce livre par l'intermédiaire du prix littéraire européen Zepter qui me semble un label qualité au vu des romans récompensés... Et je vois que vous confirmez sa qualité littéraire. Un de plus à découvrir!

Margaret Mazzantini [Italie] Ecoute10

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

Margaret Mazzantini [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Margaret Mazzantini [Italie]   Margaret Mazzantini [Italie] Icon_minitimeMer 3 Oct 2012 - 11:16

La mer, le matin

Margaret Mazzantini [Italie] Images26

Un pays, la Lybie, et deux femmes.
Deux femmes qui ne se rencontreront jamais, deux destins contemporains marqués par le bonheur de simplement vivre auprès de ses racines, puis l’arrachement de l’exil.
Angelina, fille des rues et de la mer, dont les grands-parents firent partie de ces juifs italiens qui s'installèrent en Lybie au moment de la colonisation, chassée dans la haine et le mépris à l’époque du coup d’état de Kadhafi, vivant ensuite dans une révolte permanente son exil sicilien. Jamila, à peine 20 ans, petite-fille d’un Berbère érudit, fuyant sur une coquille de noix la violence abjecte du printemps arabe, protégeant son jeune fils, enfant joyeux et confiant en l’amulette qu’il porte autour du cou.

Dans ce court roman, Margaret Mazzantini réussit le tour de force de nous faire vibrer au sort déchirant de ces deux femmes et de leurs fils, tout en nous racontant un siècle d'histoire de la Lybie. Pas une page pédagogique cependant, mais des émotions, des lumières, des enfants heureux, des femmes qui ne renoncent pas, ballottées par la vie. De l'art de ne pas gaspiller un mot, de donner à voir et à ressentir.

Un texte extrêmement, intense, bouleversant, passionnant, dont il est difficile de parler par crainte de le dévaluer, pour une lecture d'une soirée qui enchante, meurtrit, et qui restera
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Harelde
Zen littéraire
Harelde

Messages : 6465
Inscription le : 28/04/2010
Age : 44
Localisation : Yvelines

Margaret Mazzantini [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Margaret Mazzantini [Italie]   Margaret Mazzantini [Italie] Icon_minitimeMer 3 Oct 2012 - 11:54

Tu le vends bien.
J'ajoute le titre à ma LAL !
bonjour

_________________
Etre un écrivain, c'est braver l'observation de Darwin voulant que, plus une espèce se spécialise, plus elle risque de disparaître.
[Joyce Carol Oates - J'ai réussi à rester en vie]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.senscritique.com/BibliOrnitho
mimi54
Zen littéraire
mimi54

Messages : 6043
Inscription le : 02/05/2010

Margaret Mazzantini [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Margaret Mazzantini [Italie]   Margaret Mazzantini [Italie] Icon_minitimeMer 21 Nov 2012 - 13:44

La mer, le matin

On se laisse facilement bercer par le flux et le reflux de Mare Nostrum. Cette mer tantôt sage, tantôt rebelle, cette mer témoin des révoltes, qui accompagne ou cause la perte des exilés.
L’écriture est à l’image de cette mer, toujours en mouvement. Elle porte le lecteur aussi bien qu’elle peut le balloter.
Margaret Mazzantini, traite avec délicatesse, et vérité, un aspect historique assez méconnu qu’est le passé commun qu’ont eu quelques années durant l’Italie et la Libye. De l’exil d’hier, à l’exil d’aujourd’hui, il n’y a la mer en commun. Cette mer qu’il faut traverser, dans un sens ou dans l’autre pour trouver refuge de l’autre côté, pour y tenter une nouvelle vie qui chassé par la faim, qui chassé par la guerre et la dictature.
Tout comme la France et l’Algérie, l’Italie et la Libye vivent une relation complexe. L’auteur ne l’esquive pas, mais la laisse infuser au travers de ses personnages pour qui elle n’est que tendresse et bienveillance
Deux femmes qui ne se connaissent pas, qui pourtant partage ce même héritage, ce même poids qu’est l’exil, la douleur de ne pas se sentir à sa place.
Angelina et les siens ont été chassés de Libye par le dictateur au nom de la dette de la colonisation ; Jamila jeune veuve emmène Farid loin d’un pays au bord de l’implosion dont le régime est à l’agonie. Angelina et Jamila ne se rencontrent pas. On pourrait penser à deux histoires différentes ; les deux sont subtilement mêlées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

Margaret Mazzantini [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Margaret Mazzantini [Italie]   Margaret Mazzantini [Italie] Icon_minitimeMer 21 Nov 2012 - 14:17

Le fait qu'ils ne se rencontrent pas est un message en soi
Il laisse vraiment une trace, ce livre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
simla
Envolée postale


Messages : 249
Inscription le : 10/01/2013
Age : 69
Localisation : Nouvelle calédonie

Margaret Mazzantini [Italie] Empty
MessageSujet: un auteur italien excellent   Margaret Mazzantini [Italie] Icon_minitimeJeu 10 Jan 2013 - 7:17

Bonjour !

Je viens de terminer (hélas) Sad un roman magnifique de Margaret Mazzantini ( elle est moitié italienne moitié irlandaise) qui s'appelle : Venir au monde

Je n'avais jamais rien lu d'elle et c'est une excellente surprise. Livre très émouvant sur la maternité et en toile de fond la guerre en Bosnie. Génial. Je le recommande bravo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Margaret Mazzantini [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Margaret Mazzantini [Italie]   Margaret Mazzantini [Italie] Icon_minitimeJeu 10 Jan 2013 - 7:35

Bonjour simla,

Tu peux te présenter sur la partie du forum des présentations, ici, et étoffer le fil qui est consacré à Margaret Mazzantini , ça sera encore mieux Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
swallow
Sage de la littérature
swallow

Messages : 1366
Inscription le : 06/02/2007
Localisation : Tolède. Espagne.

Margaret Mazzantini [Italie] Empty
MessageSujet: VENIR AU MONDE   Margaret Mazzantini [Italie] Icon_minitimeSam 26 Jan 2013 - 10:00

Bonjour Smila.
Citation :
Livre très émouvant sur la maternité et en toile de fond la guerre en Bosnie. Génial.
Ah! bon, tu as bien aimé donc " Venir au monde"

Moi j´ai été un peu deçue par la personnalité de Gemma, qui me parait une fois de plus le genre de femme qui croit que monde entier tourne autour d´elle.
Mais très interessant, bien que terrible le siège de Sarajevo, la guerre des Balkans. Car de plus en plus je cherche une certaine vérité (historique) non manipulée par des articles officiels, ou de communiqués médiatiques( presse ou autres). Puisque quand il s´agit de guerres, surtout si elles sont encore récentes ( Balkans 1992-95) on ne lit que les contradictions selon que l´on se place d´un côté ou de l´autre. Alors, reste la littérature, comme ce roman, fait à à base de témoignages de première main, des voix d´anonymes sous la guerre et les obus.
Les descriptions de la résistance et la survie des habitants pendant les trois ans que dure le siège de Sarajevo et la guerilla urbaine qui s´en suit sont d´un réalisme exorbitant.
Les vitres des fenêtres des appartements explosent vite sous les impacts des bombes et de la mitraille, il ne reste plus qu´un mince rideau de plastique pour pour se protéger de la pluie et du froid invernal. Tous les matelas s´amoncellent desormais dans les couloirs, loin des fenêtres, et de toute ouverture funeste sur la rue. Et puis la corvée de l´eau, de bon matin. puisqu´elle ne coulera plus de nulle part, durant toute la guerre. Alors la matinée des assiégés qui consiste à sortir dans la ville devastée, entre les tirs serbes, et ceux des francs-tireurs, une fois le gilet anti-balles enfilé -si l´on a la chance d´en avoir un- à la recherche d´eau, et de nourriture, en direction de quelque paroisse caritative, des barraquements d´une mission d´aide humanitaire, bénevole chretienne ou juive. Et puis les enfants qui se faufilent " tels de écureuils" entre cadavres et chiens affamés qui dévorent les morts, et les orties qui poussent partout et deviendront souvent la seule soupe possible, et les escargots, festin après la pluie.
Voilà la guerre vécue en direct par les habitants, quand elle n´est plus racontée ni déformée par les froides ( frivoles?) analyses des intellectuels ou de la presse avec leurs aveuglements idéologiques et autres manipulations à l´usage des " honnêtes gens" qui croiront s´informer, quand tout ce qu´ils liront ne sera que du politiquement correct ou des propos pour les rassurer.
Car enfin, ce siège presenté á l´époque -au vu et au su de tout le monde- depuis les écrans de nos TV a très peu à voir avoir ce que nous raconte Margaret Mazzantini. Les dirigeants de l´époque appelant pudiquement" Matière reservée", tout ce qui concernait la guerre des Balkans.
Avec Mazzantini on est au coeur de cette guerre atroce, et il n´y a plus aucun filtre ni intermédiaire entre Sarajevo et le lecteur. On voit, on y est. Il suffit d´ouvrir les yeux et de regarder, ecoeuré ( en lisant). Pas de censure.
On devient tous spectateurs de l´horreur d´une guerre que l´on voulut nous faire passer pour un simple combat entre ethnies, une guerre civile: 1.500 enfants tués pendant le siège.
Il faut lire la page de Margaret Mazzantini, qui ne se contente pas de décrire le franc-tireur (Tchetnik? tireur d´élite entraîné et payé?) du haut de la fenêtre de l immeuble qu´il occupe, mais nous met en plein dans sa peau, dans sa tête et nous fait vivre au travers de la mire télescopique de l´arme du mercenaire ces quelques effroyables instants, ce groupe d´enfants qui courent en bas dans la rue, et puis soudain, l´arrêt de l´arme sur le choix de l´un d´eux, car il ne porte par de bonnet, et la nuque blanche est plus visible, plus facile, et parce qu´il s´immobilise un instant. Je ne peux vous copier ces lignes, car je lis le roman en espagnol. ( traduction de Roberto Falcó Miramontes). Silence glacial après le tir, et les autres enfants maintenant comparés à des lapins effrayés qui courent dans tous les sens, quand le coup de feu éclate.
Trois histoires en une donc. Une d´amour, une autre sur la maternité et le calvaire de ces femmes stériles, prêtes à tout pour avoir un enfant parce que leur désir frustré devient obsession, et puis la guerre vue telle que la vivent les victimes. J´ai choisi la 3º lecture.



Dernière édition par swallow le Dim 24 Fév 2013 - 9:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
simla
Envolée postale


Messages : 249
Inscription le : 10/01/2013
Age : 69
Localisation : Nouvelle calédonie

Margaret Mazzantini [Italie] Empty
MessageSujet: Venir au monde   Margaret Mazzantini [Italie] Icon_minitimeSam 26 Jan 2013 - 21:00

Venir au monde

Effectivement, bien que le personnage soit quelque peu antipathique, elle se décrit elle-même comme telle dans le livre, je trouve d'ailleurs que c'est un tour de force de parvenir à le rendre ainsi car, après tout, c'est elle l'héroïne du roman,et, en général, on préfère les aimer.... j'ai beaucoup aimé ce livre.

Le siège de Sarajevo ainsi que les exactions commises par les serbes, entre autres, c'est justement ce qui rend ce roman si intéressant, en parallèle à la recherche d'un enfant dans ce monde en chaos et l'amour fusion de Gemma et Diego.

Ce sont les trois histoires mêlées qui font toute la force de ce roman.

Tu fais la même réflexion qu'une de mes amie à qui j'ai prêté ce roman (qui n'a pas du tout aimé Crying or Very sad ) au sujet de Gemma. Son côté égocentrique se dissipe peu à peu quand elle est confrontée à ses difficultés pour avoir un enfant, son Diégo qui s'éloigne et la guerre terrible que subit ses amis...

Une autre illustration de la guerre stupide de Bosnie est " la vie est un miracle" de Kusturica.

Morceaux choisis :

"Le sniper cherche. les enfants constituent encore de petites taches blanches sur la neige, de petites silhouettes aux contours imprécis. Il règle la lunette de visée télescopique de son fusil de précision : de la neige, des bouts de pull-overs, des visages. L'image est floue. Il met au point, s'approche, resserre...sort de l'inconnu, de la neige. Les maleni ciljevi sont maintenant des enfants. Il suit leurs pas de son fusil, il suit leur jeu. Lui aussi quand il était petit, il glissait avec son frère le long de la pente dans une caisse en plastique.".....................

"Il n'éprouve aucune émotion, il a juste l'impression de reconnaître un territoire, ce qui est important pour un chasseur. Il s'arrête sur un gamin. Pour une raison qu'il ignore, c'est lui qu'il choisit. Peut-être parce qu'il n'a pas de bonnet : quand il se retourne, il offre sa nuque. ".........

" Mon coeur bat dans le coeur du sniper. C'est moi qui choisis ce garçonnet. Je le choisis parce qu'il a la nuque nue, les cheveux courts, comptact, comme une boule de poils; Ce sont des cheveux qui sentent. Et le sniper sent aussi cette odeur. Autrefois, il avait lui aussi les cheveux épais, durcis par la sueur, muets. Le petit effectue ses derniers pas dans la neige, il rit, il a les joues rouges, souffle de la fumée blanche, tire sa luge vers le sommet de la pente."


" Ce livre, puissant et téméraire, parle de choses ultimes et seulement de cela : la vie et la mort, la paix et la guerre " Franco Marcoaldi '(la Répubblica)

Dès que j'en trouve un autre d'elle, je prends oui


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
swallow
Sage de la littérature
swallow

Messages : 1366
Inscription le : 06/02/2007
Localisation : Tolède. Espagne.

Margaret Mazzantini [Italie] Empty
MessageSujet: GPA en temps de guerre...   Margaret Mazzantini [Italie] Icon_minitimeLun 28 Jan 2013 - 13:53

Merci, Simla, tu as parfaitement retrouvé les passages dont je parlais.
Et maintenant, pour ceux qui préfèraient faire une lecture différente de la mienne, plus ancrée dans les problèmes actuels de leur propre pays que ceux d´un pays plus à l´Est, et qui d´ailleurs n´existe plus en tant que " Tchécoslovaquie":

Vous comprenez bien qu´avec un titre pareil " VENIR AU MONDE" de nombreux thèmes de grande actualité sont abordés, comme celui des mères porteuses, de la filiation, des liens de sang et des liens spirituels et de tous les organismes qui se parasitent sur les besoins de la société, dans le but d´encadrer, de normaliser et rassurer au nom des risques et dangers courus par les individus.
J´aime beaucoup le moment où le couple Gemma-Diego déçu et démoralisé de tant de manque de tact, impudeurs, grossièreté et abus des institutions qui contrôlent adoption, traitement de fertilisation, sélection de mère porteuse ( pour les pays dont la législation permet ce genre de gestation, comme l´Ukraine) envoie tout balader et se débrouille seul, à l amiable pour sa GPA, et sans cet intermédiaire, qui, sous le prétexte de contrôler et protéger se sucrerait au passage. Ils ne laisseront pas s´immiscer dans leur vie privée, ni la bureaucratie, ni normes, règles ou merchandising.
Et ça marche puisque dans le cas de personnes responsables et courageuses comme eux, et qui savent maintenir le cap, coûte que coûte, une fois la décision prise, et jusqu´à la fin, rien n´est accueilli avec plus d´amour, d enthousiasme et de vénération que ce qui fut un jour rêvé, désiré, puis décidé á l´unisson et enfin entrepris dans le cadre de la tendresse et de l´intimité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
simla
Envolée postale


Messages : 249
Inscription le : 10/01/2013
Age : 69
Localisation : Nouvelle calédonie

Margaret Mazzantini [Italie] Empty
MessageSujet: Ecoute moi   Margaret Mazzantini [Italie] Icon_minitimeDim 24 Fév 2013 - 4:56

Ecoute moi

Je dois dire qu'après "Venir au monde" que j'ai beaucoup aimé, j'avais peur d'être déçue par un autre livre de Margaret Mazzantini.

Je viens de terminer "Ecoute-moi" et j'ai adoré. Très émouvant...et pourtant, l'histoire somme toute assez banale de rapports triangulaires, un couple : Elsa et Timéo, la maîtresse du mari...Italia.

Et bien, ce roman est captivant. Une très belle histoire d'amour entre Timeo, le narrateur, chirurgien reconnu et Italia, jeune femme d'un milieu populaire. Un homme avec ses faiblesses, ses fêlures, ses lâchetés, son égoïsme.

Timéo parle à sa fille grièvement blessée dans un accident de scooter et dans le coma : " Tu ne la connais pas, elle est passée dans ma vie quand tu n'étais pas encore là. Elle est passée, mais a laissé une empreinte fossile. Je veux te rejoindre, Angela, dans ces limbes de tubes où tu t'es pelotonnée, pour te parler de cette femme."


"Peut-être qu'elle se reconstruisait une minuscule existence. Elle était retournée dans ce café où nous nous étions rencontrés, elle était repartie de là. Et un autre homme s'était approché pour lui demander quelque chose. Elle était habituée à se donner en échange de peu, d'un regard qui lui renvoie une image d'elle-même, n'importe laquelle. Oui, elle finirait dans les bras de n'importe quel homme susceptible de la laisser sombrer en paix. Un idiot qui ne la connaissait pas, qui ne savait pas combien elle était précieuse, qui ignorait sa souffrance. Elle se laissait baiser pour avoir l'illusion d'exister encore, elle tournait la tête sur le coussin et elle pleurait, sans qu'il la voit. Moi, je la voyais".


Margaret Mazzantini parvient à rendre émouvant un homme au préalable assez antipathique et égoÎste . Mais le personnage le plus touchant reste Italia. coeur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Avadoro
Zen littéraire
Avadoro

Messages : 3501
Inscription le : 03/01/2011
Age : 33
Localisation : Cergy

Margaret Mazzantini [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Margaret Mazzantini [Italie]   Margaret Mazzantini [Italie] Icon_minitimeMer 7 Aoû 2013 - 23:13

La mer, le matin

J'ai aussi été touché par la force de ce court texte qui réunit deux époques, deux traumatismes en un lieu et saisit l'abrupte douleur d'un déracinement. Les destins s'entremêlent pour ne former qu'une voix qui esquisse une complainte lancinante, espérant malgré tout la promesse d'un avenir. L'écriture est âpre et parvient à contourner les limites de l'exercice de style en s'appropriant la sensibilité de ses personnages. Ce sont des solitudes bouleversées, livrées à elles-mêmes pour transcender la souffrance et le gouffre du passé libyen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Margaret Mazzantini [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Margaret Mazzantini [Italie]   Margaret Mazzantini [Italie] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Margaret Mazzantini [Italie]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Halloween en Italie
» Tremblement de terre en Italie
» Italie: des feux rouges truqués pour multiplier les amendes
» FOOT – Pourquoi l’Italie joue-t-elle en bleu ?
» WESDIEP en 2007

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature italienne, grecque et turque (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: