Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Que la joie demeure(s)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Que la joie demeure(s)   Sam 9 Fév 2013 - 19:45

Queenie a écrit:
kenavo a écrit:
Queenie a écrit:
Jsuis sûre que Barbara et lui se font des après-midi TeaTime !
Laughing oui.. mais ils ne vont pas parler littérature Razz

Quoiqu'une histoire torride entre un démon et une jeune femme, blindée d'argent, ça pourrait le faire.

Jvois déjà le scénario :

Marie-Margaret vient d'hériter de son vieil oncle d'un manoir. Excentrique et appauvrit par les paris sur les jeux de courses, il a laissé la demeure se décrépir avec le temps. Mais Marie-Margaret aime ce lieu où elle se rappelle avoir passée de douces vacances d'été lorsqu'elle était petite. Son défi : redresser le vieux manoir. Mais elle ne sait pas que sous la poussière se cache un Terrible Secret. Peut-être que Rodriguez, l'homme à tout faire, ténébreux et mystérieux, l'aidera à affronter la noirceur tapie sous les tapisseries... ? A moins qu'il ne soit pas aussi chevaleresque qu'il ne le laisse voir ?
loupe et qu'est-ce que tu as bu hier soir??? Razz

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...


Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Que la joie demeure(s)   Sam 9 Fév 2013 - 23:10

ça sent le best seller hein !

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exini
Zen littéraire


Messages : 3065
Inscription le : 08/10/2011
Age : 43
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Re: Que la joie demeure(s)   Dim 10 Fév 2013 - 9:10

Epi a écrit:
C'est pas si cher dentsblanches

Moins qu'à Paris en tout cas, rire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Que la joie demeure(s)   Mer 7 Aoû 2013 - 10:22

Edith Wharton devait faire construire en 1902, pour son propre usage une maison à Lenox dans le Massachusetts, The Mount. D'inspiration franco-italienne, cette grande maison entourée de jardins illustrait bien les théories de Wharton.




c'est aujourd'hui un lieu de rencontres avec plein de manifestations:

Citation :
Programming at The Mount reflects Wharton’s core interests in the literary arts, interior design and decoration, garden and landscape design, and the art of living. The Mount's signature programming events include its esteemed Lecture Series, Wharton on Wednesdays, the literary festival Berkshire WordFest, Music After Hours, and the summer theatre production.

site

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile


Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 71
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Que la joie demeure(s)   Mer 7 Aoû 2013 - 12:28

c'est en relation avec son premier ouvrage ? (pas lu évidemment)


_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Que la joie demeure(s)   Mer 7 Aoû 2013 - 16:29

Bédoulène a écrit:
c'est en relation avec son premier ouvrage ? (pas lu évidemment)

je ne saurais te le dire, plus d'info sur cette page, avec plein d'images

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Que la joie demeure(s)   Mer 8 Jan 2014 - 9:07


La maison de Dylan Thomas, à Laugharne, dans laquelle il passa les 4 dernières années de sa vie
©Peter Broster

Dylan Thomas, un centenaire que tout le Pays de Galles célèbre

2014 est l'année du centenaire de la naissance du poète et dramaturge Dylan Thomas, mort en 1953 à l'âge de 39 ans. Au Pays de Galles, l'effervescence est de mise, et librairies, bibliothèques et pubs locaux (!) se préparent à accueillir les milliers de touristes et bibliophiles en partance pour un pèlerinage littéraire.

Le centenaire est l'occasion de célébrer la poésie, le théâtre et la culture, bien évidemment, au travers d'événements financés et mis en place par le gouvernement du Pays de Galles et la Couronne britannique. Également hors du pays, puisque différentes manifestations auront lieu en Australie, en Argentine ou en Inde, pays anglophones, pour promouvoir la culture galloise.

L'Amérique du Nord sera également de la party : « Les Américains portent Thomas dans leur coeur depuis son décès à New York, mais aussi après que Richard Burton et Bob Dylan aient souligné leur admiration pour lui. Il a été porté comme une icône, au même titre que James Dean », souligne Jeff Towns, propriétaire de Dylan Bookstore, librairie de Swansea, ville natale de Dylan Thomas.

L'admiration américaine pour le poète est si intense que Jimmy Carter lui-même avait inauguré le Dylan Thomas Centre de Swansea, en 1995. Pour les célébrations du centenaire, les organisateurs espèrent la venue de... Bill Clinton, autre président des États-Unis accro à l'oeuvre de Thomas. Sans oublier Johnny Depp, amateur des poètes et chanteurs maudits, qui pourrait bien lui aussi faire le déplacement.

Longtemps sulfureux au Pays de Galles, et précédé de sa réputation d'« étoile filante », mort à 39 ans et porté sur la boisson, le poète est revenu en odeur de sainteté suite à la reconnaissance internationale, plus axée sur les textes de l'auteur. Le premier ministre du pays, Carwyn Jones, a lui-même mis en avant sa passion pour Thomas.

Les célébrations seront principalement localisées à Swansea, pas rancunière, puisque Thomas l'avait surnommé « charmante ville moche ». Qu'importe, les libraires se frottent les mains, même s'ils admettent vendre plus de Jane Austen et de soeurs Brontë que de Dylan Thomas.


source

le fil de Dylan Thomas


pour plus d'infos concernant le centenaire (en anglais)

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Que la joie demeure(s)   Dim 5 Juil 2015 - 9:44



Mon ‚island-hopping‘ m’a amené à Majorque… et je viens de voir que le poète et romancier britannique, Robert Graves y a vécu pendant de longues années.

On peut visiter sa maison aujourd’hui

le site


_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Que la joie demeure(s)   Mer 8 Juin 2016 - 9:17

France 5 se rend dans la maison des artistes, à la découverte du "génie du lieu"

Au cours de l’été, France 5 proposera une série documentaire de 10 épisodes (26 minutes chacun), autour de maison d’artistes.
Des visites rares de maisons parfois inaccessibles ou peu connues du grand public. Mêlant les archives aux images contemporaines de ces lieux « habités », cette série documentaire permet de mieux comprendre les artistes qui les occupèrent.



La période estivale est propice au retour de cette saison inédite qui ouvre les portes des demeures de Victor Hugo, Charles de Gaulle, Jeanne Lanvin, Claude Nougaro, Agatha Christie, Henri de Toulouse-Lautrec, Luciano Pavarotti, Claude Monet, George Sand et Régine Deforges.

Mêlant les archives aux images contemporaines de ces lieux « habités », chaque documentaire sollicite également des biographes, des proches ou des artistes, qui témoignent de leur connaissance, de leur admiration ou de leur amitié pour celui-ou celle — qui fut « le génie du lieu ».

Claude Nougaro, ce grand poète toulousain, a vécu la majeure partie de sa vie à Paris. C’est dans un appartement de la rue Saint-Julien-Le-Pauvre situé près de Notre-Dame qu’il passe les 5 dernières années de sa vie avec Hélène Nougaro sa dernière épouse.

Ce lieu sera propice à la création : il aménagera un studio d’enregistrement au sous-sol de l’appartement dans lequel il enregistrera son tout dernier album « La note bleue ». Claude Nougaro est amoureux des mots depuis tout petit et s’entoure de grands musiciens et compositeurs de jazz comme Aldo Romano qui témoigne de leur très belle amitié. Cécile, sa fille nous raconte le merveilleux père qu’il a été malgré son absence. Hélène nous fait découvrir un aspect peu connu du grand public : son talent de dessinateur, façon Cocteau.

Après un début professionnel chaotique, il rencontre le succès et enchaîne les tournées partout dans le monde, Hélène le suit partout comme son ombre. Il laisse à la chanson française une œuvre majeure.

« Il est l’un des Toulousains les plus populaires de l’histoire et son accent enchanteur porte fièrement — et avec une musicalité exubérante — la marque de ses origines. Pourtant, c’est à Paris que Claude Nougaro aura passé la plus grande partie de sa vie. Il s’y installe après son service militaire en 1950 et, tout en écrivant ses premières chansons, commence à se produire dans quelques-uns des cabarets en vue de l’époque : Au lapin agile, Le Liberty’s, La Tête de l’art… C’est dans ce cadre qu’il rencontre un certain Michel Legrand, qui, convaincu par la puissance de son swing, l’encourage à chanter ses chansons lui-même », Jean-François Parouty.

source

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Que la joie demeure(s)   Jeu 7 Juil 2016 - 9:12


Le château de Voltaire va être rénové à hauteur de 9 millions €


Le château de Voltaire à Ferney (Ain), qui fut la résidence de l’écrivain du même nom pendant 20 ans, s’octroie un lifting. Au programme de la vaste campagne de restauration du bâtiment : petit coup de jeune pour les toitures du corps central et des deux pavillons, révision de la charpente, reconstitution des parties les plus altérées des façades, remplacement des menuiseries les plus abîmées (et restauration pour les autres), restauration de la véranda, du lit de Voltaire et de 460 éléments du mobilier.


source et suite

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile


Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Que la joie demeure(s)   Jeu 7 Juil 2016 - 11:09

Tiens cela me fait penser au feuilleton de l'été : début juillet j'apprenais en écoutant France-Culture que la maison de James Baldwin (auteur américain, noir et homosexuel) à Saint-Paul de Vence avait été racheté par un promoteur qui voulait la détruire pour construire à la place un grand complexe hôtelier ! Et bam !

Aujourd'hui le suspens est levé : la maison dans laquelle l'auteur est mort ne sera pas détruite mais le complexe se construira autour... ah !

James Baldwin voulait que cette maison soit un lieu de résidence pour des écrivains et des auteurs américains ainsi que des associations restent mobilisés pour tenter de transformer cette maison comme il le désirait.

La maison de Baldwin à Saint-Paul de Vence

Le fil de l'auteur : ici

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Que la joie demeure(s)   Dim 31 Juil 2016 - 8:28



Quentin Bell, Virginia Nicholson, Charleston : A Bloomsbury House and Garden

Citation :
Présentation de l’éditeur
Set in the heart of the Sussex Downs, Charleston Farmhouse is the most important remaining example of Bloomsbury decorative style, created by the painters Vanessa Bell and Duncan Grant. Quentin Bell, the younger son of Clive and Vanessa Bell, and his daughter Virginia Nicholson, tell the story of this unique house, linking it with some of the leading cultural figures who were invited there, including Vanessa's sister Virginia Woolf, the writer Lytton Strachey, the economist Maynard Keynes and the art critic Roger Fry. The house and garden are portrayed through Alen MacWeeney's atmospheric photographs; pictures from Vanessa Bell's family album convey the flavor of the household in its heyday.

Pour l’instant pas disponible en français, je voulais quand même vous présenter cette maison magnifique, qu’on peut d’ailleurs visiter


























The Memoir Club, peint par Vanessa Bell en 1942
À ce moment Virginia Woolf, Lytton Strachey et Roger Fry sont morts, ils sont présents par leur portraits.
Les restants : Duncan Grant, Leonard Wolf, Vanessa Bell, Clive Bell, David Garrett, Maynard Keynes, Lydia Keynes, Desmond MacCarthy, Molly MacCarthy, E.M. Forster et Quentin Bell

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Que la joie demeure(s)   Aujourd'hui à 4:49

Revenir en haut Aller en bas
 
Que la joie demeure(s)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» L'Hymne à la Joie
» UNE GRANDE JOIE POUR LES ORPHELINS D ES-SOUROUR
» Ma belle, ma mélodie, ma source de joie
» Michel Pépé : la demeure éternelle
» Reportage poussette Joie Aire Juva

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Café littéraire. :: Sur la littérature en général…-
Sauter vers: