Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Bruce Bégout

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
animal
Tête de Peluche


Messages : 32334
Inscription le : 12/05/2007
Age : 35
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Bruce Bégout   Sam 12 Fév 2011 - 20:02

j'ai ou avais donc commencer Lieu commun, le motel américain avant de le remettre à plus tard.

je passe malgré tout sur ce fil. Je l'ai reposé parce que la réflexion amenée, si elle ne semble pas inintéressante et dépourvue d'informations, patauge dans les premières 30-40 pages dans une sorte d'auto-satisfaction subjective pas complètement convaincante. Et il s'agit d'un essai... et il est probable que la subjectivité assumée d'une demi-fiction ou d'une forme plus littéraire soit plus facile à écouter que dans le cas de l'essai. Ce qui est un peu dommage en attendant la suite une prochaine fois c'est que ça terni un peu ce qui a été gardé des autres lectures.

que la façon d'exposer des idées soit partiale pourquoi pas, c'est assez inévitable, mais qu'on fasse du surplace dans une finesse qui n'existe pas et se répète, c'est plus dérangeant.

mais je le lirai un jour. je crois que ce sera à un moment où il fera beau. allez savoir le pourquoi de cette sorte d'impression...

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile


Messages : 10871
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Bruce Bégout   Mar 15 Avr 2014 - 17:38

Il fait beau et j'ai donc lu Bégout !

L'accumulation primitive de la noirceur

Bruce Bégout nous fait pénétrer (à travers une vingtaine de nouvelles toute plus performative et inventive les unes que les autres) dans le monde étrange et angoissant des fans, des collectionneurs, des maniaques, des compulsifs, des fanatiques, des accrocs, des obsessionnels, des suiveurs, des terroristes et des admirateurs.

Ecrit dans une langue extrêmement raffinée, au rythme hypnotique, qui n'hésite pas à aller fouiller dans les recoins perdus de nos dictionnaires intérieurs à la recherche de corybantes ou de dieu Pan, Bruce Bégout manie la langue avec précision et un large vocabulaire.
Parsemé de petites sentences astucieuses, voire philosophiques, le texte invite à la réflexion et à la synthèse.
A cela, Bégout mêle un aspect, un évènement, un personnage éminemment étrange, étrangers, bizarre, illogique, qui brise la frontière du naturel et nous interroge sur notre capacité à lire la magie dans la vie, dans la ville. Expérience irréelle, fantasmée, vécue (parce qu'on a parfois l'impression d'avoir vu ce que l'auteur raconte) d'un monde entre chaos et lisibilité qui étreint et retient, interroge et palpite à la frontière du réel.

Mais ça c'est pour la première partie.

La seconde : Glissements est d'un abord plus difficile (!!). Il s'agit (je crois) de décrire la manière dont la ville, mais surtout les lieux péri-urbains, sorte de no man's land dépourvus d'attraits (station d'épuration, parking, villes saccagées par des émeutes) peuvent agir sur l'attitude des gens qui fréquentent ses endroits. Bruce Bégout semble s'être lancé dans la recherche d'un équilibre possible entre la nature, l'homme et la ville ; c'est ce qui semble transparaitre à travers le non-personnage de cette jeune fille au pair inconnue de tous, de ce fou-prophète délaissant la cité pour aller affronter une fin sordide dans une campagne qui le repousse lui, sa famille, ses amis, ses fidèles… Jusqu'à ces deux êtres qui se croisant dans un parking retrouvent les gestes primitifs de la chasse et réinventent un être-au-monde sauvage et instinctif. Car que fait-on de notre animalité au cœur de la ville ?

Cette seconde partie m'a un peu moins séduite à la lecture mais à la réflexion, chaque nouvelle s'achève par un retournement des perceptions qui rend l'ensemble non seulement intriguant parce que paradoxal mais également fascinant parce que peut-être possible (comme l'idée que la Révolution pourrait venir de nos élites intellectuelles ?).

Parce que Bruce Bégout n'hésite jamais à lier le politique à son discours, certains passages prennent (sans démagogie aucune) l'aspect de libelle, mais ça s'est plutôt ce que l'on trouve dans la troisième partie : Basculements.

Apprivoiser l'étrange, autopsier le moment où l'abrogation de la familiarité nous apparait elle-même au bout du compte comme familière. Retracer ce moment de basculement où l'évènement surnaturel trouve sa place, son équilibre, dans l'ordre du monde, de la vie, de la ville et finit par s'inscrire dans une normalité anormale, un décalage, comme une forme inattendue d'extralucidité, telle semble être le bon plaisir et la quête de l'auteur. Ce passage est évidemment pour le lecteur un moment fascinant, proche du grand frisson éprouvé après coup, lorsque l'on comprend que l'on vient subitement d'entrevoir une explication à l'inexplicable, sensation qui ne dure qu'un instant, mais semble nous donner l'impression que le monde s'ordonne instantanément et qu'il devient de bout en bout lisible.

Instant évidemment éphémère et peut-être factice, mais qui ravit le lecteur tombé sous le charme de ce drôle de conteur à la belle langue et aux dérapages étranges et inventifs.

Incontestablement, Bégout nous propose une autre manière de voir...

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile


Messages : 10871
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Bruce Bégout   Mar 15 Avr 2014 - 17:57

Un petit extrait de la nouvelle Nothing box, l'histoire d'une cage qui surgit sur une rame de tramway sans que personne ne puisse expliquer comment elle apparait. La première fois, une souris est dans la boite. La deuxième : un chien. La troisième : un cheval (hé oui la cage grandit à chaque apparition) et la quatrième :

Ce n'était pas un éléphant, ni une baleine, encore moins un calamar géant des abysses, mais une panthère noire (panthera onca) à la robe soyeuse où se reflétaient, en petits dés splendides, les lueurs urbaines, des éclats de vitrines, la carrosserie des voitures. De sa démarche chaloupée et gracieuse, elle se dandinait dans sa cage, regardant de ses yeux vert émeraude légèrement striés de veinules dorées les gens qui n'osaient s'approcher. Lorsqu'elle rugissait, la foule reculait d'un pas, et le trafic de la ville semblait lui-même s'arrêter. Son pelage ténébreux augurait d'une fin tragique comme l'aura des épileptiques, le choc noir du Rorschach. Elle devint en quelques minutes un spectacle total, le point focal de la conscience mondiale dispersée.

(et en remontant le fil je vois que bix a tissé un lien entre Bégout, Orwell et Koestler qui me ravit)

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche


Messages : 32334
Inscription le : 12/05/2007
Age : 35
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Bruce Bégout   Mar 15 Avr 2014 - 22:07

je vais me tenir sagement à distance.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile


Messages : 10871
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Bruce Bégout   Mer 16 Avr 2014 - 9:00

comme quoi de temps en temps mettre un extrait permet d'affiner l'affinité (ou pas) !

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bruce Bégout   Aujourd'hui à 21:12

Revenir en haut Aller en bas
 
Bruce Bégout
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Documentaire sur Robert Bruce. ARTE.
» La famille Bruce.
» Gout de l'huile de noix
» les familles du gout
» Produits Good Gout

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: