Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Silvia Avallone [Italie]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Emmanuelle Caminade
Envolée postale
Emmanuelle Caminade

Messages : 204
Inscription le : 06/11/2009
Age : 68
Localisation : Drôme provençale

Silvia Avallone [Italie] Empty
MessageSujet: Silvia Avallone [Italie]   Silvia Avallone [Italie] Icon_minitimeVen 2 Juil 2010 - 13:18

Silvia Avallone [Italie] Silvia-avallone
Silvia Avallone est diplomée de philosophie et vit actuellement à Bologne.
Elle avait déjà publié un recueil de poèmes , Il libro dei ventanni ( 2007) et plusieurs nouvelles dans des revues avant de se faire remarquer avec un premier roman en 2010.


Silvia Avallone [Italie] A2432
Acciaio ( Acier ), Silvia Avallone, Rizzoli, janvier 2010, 361 p.

J'ai adoré Acciaio , cet étonnant premier roman d'une jeune auteure italienne de 25 ans , Silvia Avallone, une sorte de Zola transalpin à l'écriture populaire, argotique et éminemment poétique qui démontre une maîtrise remarquable de la narration et de la construction.
Elle a remporté le premio Campiello opera prima 2010, mais c'est à Canale Mussolini  d'Antonio Pennacchi qu'a été attribué hier le premio Strega – l'équivalent du Goncourt – par 133 voix contre contre 129 à Acciaio !
Ne reste plus qu'à attendre la traduction française de ce roman – qui obtient déjà un très beau succès en librairie en Italie –, ce qui ne devrait pas trop tarder...

C'est l'histoire d' une amitié entre deux jeunes filles de 13/ 14 ans qui s'effondre brutalement quand l'une d'entre elle devient femme. Un récit initiatique décrivant le passage du monde de l'adolescence à celui des adultes , quand les rêves de fuite et l'espérance en l'avenir se transforment en désillusions et en résignation.
Une histoire qui se déroule dans une cité industrielle d'Italie, dans une banlieue sordide aux logements ouvriers de béton dégradé où s'entassent dans la promiscuité des populations démunies. Un environnement marqué par le bruit et la pollution , la misère et la violence, la prostitution et la drogue , les arnaques en tout genre et les pénibles conditions de travail qui se soldent par de nombreux accidents. Un monde dur où les enfants grandissent trop vite et les adultes vieillissent précocement, avec comme seules distractions la plage/cloaque jonchée de détritus ou la discothèque du samedi soir, comme seuls rêves le monde télévisé de Berlusconi ou celui des riches touristes envahissant les plages de sable blanc de l'île d'Elbe qui scintille à l'horizon comme un paradis inaccessible.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://l-or-des-livres-blog-de-critique-litteraire.over-blog.com
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

Silvia Avallone [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Silvia Avallone [Italie]   Silvia Avallone [Italie] Icon_minitimeDim 7 Aoû 2011 - 0:54

Silvia Avallone [Italie] Arton24135-39d66

D'acier
Citation :
Il y a la Méditerranée, la lumière, l’île d’Elbe au loin. Mais ce n’est pas un lieu de vacances. C’est une terre sur laquelle ont poussé brutalement les usines et les barres de béton. Depuis les balcons uniformes, on a vue sur la mer, sur les jeux des enfants qui ont fait de la plage leur cour de récréation. La plage, une scène idéale pour la jeunesse de Piombino. Entre drague et petites combines, les garçons se rêvent en chefs de bandes, les filles en starlettes de la télévision. De quoi oublier les conditions de travail à l’aciérie, les mères accablées, les pères démissionnaires, le délitement environnant… Anna et Francesca, bientôt quatorze ans, sont les souveraines de ce royaume cabossé. Ensemble, elles jouent de leur éclatante beauté, rêvent d’évasion et parient sur une amitié inconditionnelle pour s’emparer de l’avenir.

Elle est dans quel état ces derniers mois Silvia Avallone ? Euphorique ou dépassée par les événements ? Elle est passée de l'anonymat à la célébrité, à 25 ans, après la parution de son premier roman en Italie, plébiscité par le public (plus de 350 000 exemplaires), encensé par la plupart des critiques, descendu avec hargne par les autres, en voie d'être adapté au cinéma, traduit dans douze pays. Et avec cette référence évidente et lourde à porter : l'Emile Zola de Germinal. D'acier est sorti en France en mars, a obtenu le Prix des lecteurs de l'Express. En attendant d'autres récompenses, sans doute. Ce livre n'est pas une gifle, c'est un crochet dans l'abdomen. A couper le souffle. De multiples personnages s'y côtoient dans une même ville : Piombino, en Toscane, en bord de mer. Le paradis ? L'enfer plutôt. C'est une ville industrielle dominée par une aciérie et son haut fourneau, avec les immeubles de sa cité de béton, poétiquement appelée Stalingrado. Avallone raconte le quotidien des ouvriers et de leurs familles, au début du XXIe siècle. Les femmes flétries à 30 ans, les hommes violents et alcooliques, certains déjà pères à 18. Et les magouilles pour gagner un peu de fric, la cocaïne pour tenir à l'usine le jour et passer la nuit dans des boîtes de nuit glauques. Tout un univers, couleur de rouille, dans lequel évoluent deux gamines, pas encore quatorze ans, belles comme des icônes, que leur seule amitié fait tenir. La romancière ne fait pas dans la dentelle : langage de charretier, style scandé, crudité à tous les étages. Du réalisme social au goût marécageux qui n'épargne personne, avec une énergie inimaginable. Comme pour Zola en son temps, on pourrait la taxer de vulgarité, trouver qu'elle en fait trop, qu'elle en rajoute dans le sordide. C'est un point de vue qui se défend, mais qui ne résiste pas à la puissance d'évocation de ce roman, à la construction linéaire et implacable, qui ne lâche jamais prise. Un bouquin en fusion qui brûle au troisième degré. Métal hurlant !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
Sophie
Sage de la littérature
Sophie

Messages : 2230
Inscription le : 17/07/2007
Age : 43
Localisation : Tahiti

Silvia Avallone [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Silvia Avallone [Italie]   Silvia Avallone [Italie] Icon_minitimeDim 7 Aoû 2011 - 3:28

Merci pour ces avis mais qui me font encore hésiter; je crois que pour ne pas être déçue, je vais attendre la sortie en poche, en espérant qu'il ne sorte pas en Livre de poche, édition que je déteste.Comme ça, si je n'aime pas ce roman, je n'aurais pas dépensé une fortune et si je l'aime je serais contente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslecturesdesophie.blogspot.com/
ocean
Main aguerrie
ocean

Messages : 338
Inscription le : 01/08/2011
Age : 56
Localisation : Lyon

Silvia Avallone [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Silvia Avallone [Italie]   Silvia Avallone [Italie] Icon_minitimeMer 28 Sep 2011 - 18:39

Sophie a écrit:
Merci pour ces avis mais qui me font encore hésiter; je crois que pour ne pas être déçue, je vais attendre la sortie en poche, en espérant qu'il ne sorte pas en Livre de poche, édition que je déteste.Comme ça, si je n'aime pas ce roman, je n'aurais pas dépensé une fortune et si je l'aime je serais contente.

Je viens de terminer ce roman....J'adhère à tout ce que dit Traversay...Sauf pour la vulgarité...Ce n'est pas vulgaire...C'est un milieu qui n'a pas accès à la culture, c'est tout...Je ne trouve pas qu'elle force le trait....Je pense qu'il doit exister des romans (je n'en ai pas en tête tout de suite) qui ressemblent à celui-là mais dont le sujet est le Nord de le France, avec le démantèlement de la sidérurgie et la société qui se fissure...

Sophie, lis-le, je suis sûre que tu ne seras pas déçue...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Silvia Avallone [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Silvia Avallone [Italie]   Silvia Avallone [Italie] Icon_minitimeMar 11 Oct 2011 - 11:08

D'acier

Ce roman se lit d’une traite mais surtout possède une voix qui porte et sonne vrai. Milieu ouvrier désœuvré et désenchanté, ville industrielle déclinante, pères démissionnaires, mères anesthésiées, le passage de l’enfance à l’adolescence, les corps qui se métamorphosent, les premiers amours, l’amitié et ses blessures, les échappatoires minables d’une vie minable, la beauté insolente de la jeunesse, tout sonne tellement juste qu’on ne doute pas une seconde que Silvia Avallone sait de quoi elle parle. Un léger bémol sur la fin mais on lui pardonne bien volontiers tant le roman tient bien la route jusque là. Un roman social et percutant comme je les aime, je vous dis à bientôt Madame Silvia Avallone !
Revenir en haut Aller en bas
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

Silvia Avallone [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Silvia Avallone [Italie]   Silvia Avallone [Italie] Icon_minitimeMar 11 Oct 2011 - 11:20

sentinelle a écrit:
D'acier

Un roman social et percutant comme je les aime, je vous dis à bientôt Madame Silvia Avallone !

Madame ou mademoiselle ? sourire Percutant et bourré d'énergie, effectivement. Heureux que tu aies aimé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
Invité
Invité



Silvia Avallone [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Silvia Avallone [Italie]   Silvia Avallone [Italie] Icon_minitimeMar 11 Oct 2011 - 11:30

Sans être féministe pure et dure, je dis Madame, définitivement sourire

J'ai beaucoup aimé. Après quelques déceptions coup sur coup, enfin une bouffée d'oxygène même si bourrée de carbones. Que d'énergie et de nerf dans ce roman : dominance gris acier mais avec quelles fulgurances aveuglantes parfois !

Puis Piombino en Toscane, c'est aussi un peu notre Charleroi en Belgique, je visualise sans peine.

Sophie, tu ne seras pas déçue du voyage.
Revenir en haut Aller en bas
Aeriale
Léoparde domestiquée
Aeriale

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

Silvia Avallone [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Silvia Avallone [Italie]   Silvia Avallone [Italie] Icon_minitimeJeu 16 Fév 2012 - 9:19

-D'acier-
D'acier? Je dirais plutôt d'or tant il est sacré ce bouquin

Comment parler de ce livre qui réunit tous les suffrages et que tout le monde encense sans heurter les sensibilités? J'avoue je marche un peu sur des oeufs. Magistral (France inter) D'une grande ampleur (l'Express) Une fresque de haute tenue (L'humanité) etc etc...n'est-ce pas un peu excessif?

Je ne peux pas dire qu'il ne contient pas de bonnes choses (la description de ces milieux déshérités, avec tout ce que cela entraîne: désoeuvrement, trafics, violence, alcoolisme, drogue et j'en passe) Le langage est cru, Silvia Avallone ne mâche pas ses mots, manifestement elle sait de quoi elle parle. L' immersion totale est rapide, la confrontation au sordide efficace, bref on comprend bien ce désir d'évasion des deux héroines et le lien qui les soude à jamais. Mais honnêtement n'avez vous pas trouvé certaines situations stéréotypées? J'avais parfois l'impression de suivre une série adressée à de jeunes ados, ça m'a fait bizarre (les boudins, les canons, la guerre entre les deux, les rendez vous sur la plage, les coeurs qui palpitent. Des pères qui frappent, des mères qui se fânent, des voisins qui matent etc) Je suis bien consciente du fait que cela correspond à une réalité mais la profusion de personnages oblige sans doute l'auteure à négliger les nuances. Tout ça m'a paru taillé dans le brut, alors ça peut faire un style oui, mais de là à le comparer à du Zola euh...Pas sûre qu'on le citera dans 30 ou même 10 ans. A vrai dire j'ai eu du mal à me faire à l'écriture, d'autant que je sortais de deux excellents romans (qui eux ont fait ou feront date) et que je m'attendais à autre chose. Sans parler de la fin un peu grotesque.

Spoiler:
 

Bref, ne nous méprenons pas, c'est un petit roman social bien amené et bien construit d'accord, mais pas de quoi crier au génie non plus. Et si mon avis vous parait mal à propos il ne vous en fera que plus apprécier la lecture par la suite au cas où. (Ouf, c'est fait, je cours aux abris... )

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

Silvia Avallone [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Silvia Avallone [Italie]   Silvia Avallone [Italie] Icon_minitimeJeu 16 Fév 2012 - 11:03

Et bien Aeriale, tes réserves-mêmes piquent ma curiosité! je vais le mettre dans ma LAL histoire de mettre mon grain de sel!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

Silvia Avallone [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Silvia Avallone [Italie]   Silvia Avallone [Italie] Icon_minitimeMar 3 Avr 2012 - 15:02

D’acier

2001, les tours jumelles, l'année où le monde a basculé. Pour Anna et Francesca,, qui s'en fichent pas mal, l’année de leurs 14 ans, l'été où leur vie intime a basculé.

A Piombino, en face de la paradisiaque île d’Elbe, c'est l’aciérie qui nourrit la plupart des familles. On la respecte pour cela, mais en même temps on la déteste, pour le travail exténuant, les rêves déçus. Les pères vengent comme ils le peuvent leur incapacité à mieux satisfaire leurs enfants, les mères assument ou n'assument pas les erreurs de leurs maris. La jeune génération, elle, recherche les plaisirs pour mieux masquer son désarroi : le soleil, la plage, quelques pétards ou parfois plus, les fêtes, les boîtes…

Anna et Francesca, un pied encore dans cette enfance ballottée, le corps déjà épanoui, la tête comme un grelot, le cœur en bandoulière, vont connaître le cataclysme des premiers émois, des premières amours, des amitiés et des déceptions : des disputes de petites filles, des chagrins gros comme ça, et des peurs inmaîtrisables.

Sylvia Avallonne dans un style sauvage et percutant comme ses héros, sans rémission, nous décrit ce quartier écrasé par le sommeil ou paralysé par le froid, des êtres qui se cherchent, qui se frôlent, se font mal : qui se débattent pour donner un semblant de couleur à l'ordinaire de la misère. Elle a une vraie compréhension de l'intimité des adolescents, si changeants, prêts à tout pour un peu de chaleur humaine, capables d'amour et de haine dans la même seconde. Pas mal de casse au passage, les choix ne sont pas toujours les bons, et un peu d'implication des adultes les aurait bien aidés. Ses héros sont ancrés dans le réel, dans le combat d'une cité ouvrière pour sa survie. C'est toujours touchant, parfois drôle, jamais dans le jugement. Certes les personnages et situations sont souvent stéréotypés (ne le sommes-nous pas tous ? et les adolescents les premiers ?), les coïncidences parfois lourdes : c'est sans doute pour cela qu’Aériale parle de séries télévisées, mais la verve et la dynamique de Sylvia Avallonne l'emportent dans ce roman que l'on n’a guère envie de lâcher (même si le mot génie est exagéré , bien sûr, c'est sans doute la précocité de l'auteur qui a séduit) et qui nous place en attente du suivant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Emmanuelle Caminade
Envolée postale
Emmanuelle Caminade

Messages : 204
Inscription le : 06/11/2009
Age : 68
Localisation : Drôme provençale

Silvia Avallone [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Silvia Avallone [Italie]   Silvia Avallone [Italie] Icon_minitimeVen 6 Avr 2012 - 20:34

Aeriale a écrit:
-D'acier-
D'acier? Je dirais plutôt d'or tant il est sacré ce bouquin

Comment parler de ce livre qui réunit tous les suffrages et que tout le monde encense sans heurter les sensibilités? J'avoue je marche un peu sur des oeufs. Magistral (France inter) D'une grande ampleur (l'Express) Une fresque de haute tenue (L'humanité) etc etc...n'est-ce pas un peu excessif?

Je ne peux pas dire qu'il ne contient pas de bonnes choses (la description de ces milieux déshérités, avec tout ce que cela entraîne: désoeuvrement, trafics, violence, alcoolisme, drogue et j'en passe) Le langage est cru, Silvia Avallone ne mâche pas ses mots, manifestement elle sait de quoi elle parle. L' immersion totale est rapide, la confrontation au sordide efficace, bref on comprend bien ce désir d'évasion des deux héroines et le lien qui les soude à jamais. Mais honnêtement n'avez vous pas trouvé certaines situations stéréotypées? J'avais parfois l'impression de suivre une série adressée à de jeunes ados, ça m'a fait bizarre (les boudins, les canons, la guerre entre les deux, les rendez vous sur la plage, les coeurs qui palpitent. Des pères qui frappent, des mères qui se fânent, des voisins qui matent etc) Je suis bien consciente du fait que cela correspond à une réalité mais la profusion de personnages oblige sans doute l'auteure à négliger les nuances. Tout ça m'a paru taillé dans le brut, alors ça peut faire un style oui, mais de là à le comparer à du Zola euh...Pas sûre qu'on le citera dans 30 ou même 10 ans. A vrai dire j'ai eu du mal à me faire à l'écriture, d'autant que je sortais de deux excellents romans (qui eux ont fait ou feront date) et que je m'attendais à autre chose. Sans parler de la fin un peu grotesque.

Spoiler:
 

Bref, ne nous méprenons pas, c'est un petit roman social bien amené et bien construit d'accord, mais pas de quoi crier au génie non plus. Et si mon avis vous parait mal à propos il ne vous en fera que plus apprécier la lecture par la suite au cas où. (Ouf, c'est fait, je cours aux abris... )


Une blogueuse qui l'a lu comme moi en italien avait "descendu" Acciaio sur son blog avec à peu près les mêmes arguments , citations à l'appui :

http://lagiravolta.unblog.fr/2010/07/02/acciaio-chef-doeuvrede-nullite/

Et ce livre , qui a fait aussi l'objet d'une critique très élogieuse suivie d'une interview de l'auteur sur Mediapart, ne fait pas l'unanimité !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://l-or-des-livres-blog-de-critique-litteraire.over-blog.com
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

Silvia Avallone [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Silvia Avallone [Italie]   Silvia Avallone [Italie] Icon_minitimeDim 26 Aoû 2012 - 21:39

Silvia Avallone [Italie] Silvia10

Le lynx
Citation :
Piero aime tout ce qui brille, en particulier les belles voitures. Pour s'en procurer, il a trouvé un moyen simple : le vol. L'espace d'un instant, voler lui donne l'agilité et la puissance d'un lynx, lui permet de fuir une épouse résignée et des souvenirs d'enfance douloureux. Une nuit de brouillard, quelque part dans la plaine du Pô, il stoppe son Alfa Romeo rutilante sur une aire de repos, entre dans un restoroute et s'apprête à braquer la caisse lorsqu'il tombe sur un adolescent paumé dont l'assurance et l'étrange beauté le foudroient...

Après D'acier, Silvia Avallone a choisi d'écrire un récit de moins de soixante pages, paru à l'origine dans le Corriere della sera. Il est probable que l'on reprochera à Silvia Avallone l'usage de personnages stéréotypés : le mauvais garçon qui se la joue, la femme au foyer flétrie avant l'âge, le gosse paumé qui dissimule ses secrets. Et comment le premier est foudroyé par ce dernier. Avallone joue sur l'ambigüité entre cette petite frappe trop virile pour être d'un seul bloc et ce presque homme encore enfant et sans repères (re-père). C'est une histoire sur la fragilité masculine qui montre le talent de la romancière italienne sur le format court. Ce qui est beau, c'est qu'on sent encore les maladresses, un défaut de maturité, notamment dans l'aspect psychologique de ses personnages. Mais elle sait déjà créer des atmosphères et mener ses récits jusqu'au bout en délivrant quelques clés dans le dénouement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

Silvia Avallone [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Silvia Avallone [Italie]   Silvia Avallone [Italie] Icon_minitimeVen 5 Oct 2012 - 18:55

Le lynx

Une petite heure de lecture où un type qui se prend pour un lynx apprend que lui aussi peut se ramasser des calques. La vie n’est pas toute tracée, les défenses sont parfois mises à rude épreuve, et si l’on baisse sa garde, plus dure sera la chute
Silvia Avallone écrit à 100 à l’heure, comme vit son héros, et s’accorde des pauses où affleurent un questionnement, une douceur, un regret.

Certes les personnages sont plutôt archétypiques, mais je ne suis pas sûre que des gens comme ça n’existent pas, et il faut reconnaître à l’auteur un sacré talent pour décrire un lieu, une ambiance, un type qui se les roule.
Dense , rythmé, par moment douloureux et fragile, le petit roman de Sylvia Avallone accroche pour une lecture éclair.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
domreader
Zen littéraire
domreader

Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

Silvia Avallone [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Silvia Avallone [Italie]   Silvia Avallone [Italie] Icon_minitimeSam 10 Nov 2012 - 15:01

D'Acier
Silvia Avallone


Deux adolescentes d’un quartier industriel et pauvre d’Italie sont amies à la vie à la mort. Elles bravent ainsi la crasse, la misère mentale, la misère économique et surtout l’incurie et la folie de leurs pères respectifs. L’un est maladivement jaloux et violent, l’autre se fourre toujours dans des situations dont toute la famille a bien du mal à se relever. Quant aux grands frères, ils travaillent à l’aciérie locale le jour et se défoulent la nuit avec un peu de drogue pour tenir le coup.

Réalisme social, c’est sûr, mais il y a de la vie et de la hargne dans tout ça, ça bouge et ça cogne dans tous les sens. Un roman bien mené, sur fond d’amitié, d’amour mais aussi de misère rampante qui exacerbe les egos et engendre la violence. J’ai vraiment aimé ce premier roman et même si les personnages sont parfois taillés à la hâche, on y croit, on est hameçonné. Toutefois on se passerait bien du dernier chapitre parachuté là comme si c’était une commande de l’éditeur pour faire un happy-end.


_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

Silvia Avallone [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Silvia Avallone [Italie]   Silvia Avallone [Italie] Icon_minitimeSam 10 Nov 2012 - 17:50

j'ai gardé du livre une image de soleil et de vie à 100 à l'heure, mis aucune du fameux dernier chapitre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Contenu sponsorisé




Silvia Avallone [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Silvia Avallone [Italie]   Silvia Avallone [Italie] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Silvia Avallone [Italie]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Halloween en Italie
» Tremblement de terre en Italie
» Italie: des feux rouges truqués pour multiplier les amendes
» FOOT – Pourquoi l’Italie joue-t-elle en bleu ?
» WESDIEP en 2007

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature italienne, grecque et turque (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: