Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Yamazaki Nao-Cola

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Yamazaki Nao-Cola   Lun 12 Juil 2010 - 21:58

YAMAZAKI Nao-Cola
(Fukuoka, 18/09/1978 - )

Yamazaki Nao-Cola est une femme écrivain née en 1978.


Dernière édition par eXPie le Lun 12 Juil 2010 - 22:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Yamazaki Nao-Cola   Lun 12 Juil 2010 - 21:58



Ne riez pas de mon histoire d'amour (Hito no sekkusu o warauna, 93 pages, Roman Seuil, traduit du japonais par Ryôki Nakamura et Rerné de Ceccatty). Paru au Japon en 2004, et prix Bungeisho.
Le premier roman de l'auteur (en a-t-elle écrit d'autres ? on sait seulement que la parution de ce roman a été suivie de "nombreuses publications").

Voici le début :
Citation :
"Une nuée de petits oiseaux s'est envolée dans un ciel si bas qu'on aperçoit du sol leurs pattes ballantes. Je trouvais étrange que quelque chose de tiède flotte dans les airs.
Dans le bleu pâle du ciel, les oiseaux dessinaient un motif noir en voltigeant. Ils virent de bord à mi-chemin et fondent sur l'arrêt de bus où je me trouve, descendant jusqu'à la dernière limite. Nouvelle virevolte. Que faites-vous dans ce froid ?" (page 7).
C'est sur cette grave interrogation que commence l'histoire.

Le narrateur est un homme (contrairement à l'auteur, je précise, parce que Nao-Cola, n'est pas très évocateur, à part de boissons gazeuses).
L'histoire, donc, c'est celle, amoureuse, du jeune homme avec Yuri.
Mais qui est Yuri ? me demanderez-vous, intrigués.
Citation :
"Elle était chargée de cours dans l'institut des beaux-arts où j'étudiais. Je voulais apprendre la peinture à l'huile et, après le lycée, j'ai suivi une préparation d'entrée à l'université, mais j'ai fini par m'inscrire dans cette école d'un cursus de trois années. J'avais dix-neuf ans quand j'ai rencontré Yuri. Elle devait assurer les cours de Dessin II. Elle avait alors trente-neuf ans. Disons qu'elle faisait son âge. Elle avait de longs cheveux très noirs qu'elle bouclait, mais laissait relâchés et ébouriffés. Quant à son maquillage, elle se contentait d'un peu de rouge à lèvres. Elle portait une blouse de peintre sale, sans jamais se départir de son sourire.
Elle arrivait toujours en retard au cours. Elle ne semblait pas très motivée." (page 9).

Yuri peint, va demander au narrateur de poser et... arrive ce qui devait arriver.
Citation :
"Ses tableaux étaient trop personnels."(page 29).
Il y a pire, comme défaut !
Citation :
"Elle projetait directement sur la toile les infimes événements qui lui passaient par la tête.
On comprenait qu'elle y mettait toute sa force, mais je n'étais pas certain de savoir apprécier son art. J'aimais bien regarder ses tableaux, cependant je n'aurais pas pu dire s'ils étaient beaux ni expliquer ce qu'ils représentaient". (page 29).
Elle se pose beaucoup de questions existentielles, Yuri. Comme le fait remarquer le narrateur, à juste titre :
Citation :
"Seule l'oisiveté dans un pays riche permet de réfléchir sur « ce qu'on est ». Il y a bien des sujets de réflexion. Les autres, les êtres en difficulté, la beauté du monde, sa distorsion." (page 35).
Et à propos de beauté du monde, on a ce que l'on pourrait appeler une description typiquement japonaise (même si c'est la première fois, je crois, que je lis pareille description) :
Citation :
"J'étais ému par la beauté somptueuse du soleil couchant. On aurait dit une tranche de thon transparente." (page 42).

René de Ceccatty, dans une interview à lire ici, dit :
Citation :
"Je viens de traduire, avec Ryôji Nakamura, un bref roman japonais de la jeune Nao-Cola Yamazaki, intitulé Ne riez pas de mon histoire d’amour. Il paraîtra en mai prochain au Seuil. C’est un très beau roman, passionné et désabusé à la fois, sur un amour entre un tout jeune homme et une femme plus mûre, qui rappelle par son ton et sa liberté, sa lucidité et sa dureté un peu sèche, Aimez-vous Brahms ? de Sagan. "
Je n'ai pas lu Sagan, je ne peux donc pas dire grand chose de cette comparaison. Et je connais beaucoup moins la littérature, le Japon... que Ceccatty-Nakamura.

Le personnage le plus intéressant me paraît être celui que l'on voit le moins : le mari de Yuri (tiens, j'avais oublié de dire qu'elle était mariée, Yuri).

A part ça, pas grand chose : une histoire qui ne sort pas beaucoup de l'ordinaire (à part que le jeune homme est beaucoup plus jeune que sa professeure, mais est-ce vraiment encore une originalité...), des réflexions qui ne vont pas très loin, un style correct mais pas fantastique... Bref, un roman au PH neutre.
Un point positif, tout de même (deux, même) : il n'est pas niais, et il est sobre.
Et un troisième, tiens: il est vite lu, on peut donc passer rapidement à plus consistant.

Le bouquin a été adapté au cinéma, sous le titre anglo-saxon international "Don't laugh at my romance", film réalisé par Nami Iguchi (2007), avec Hiromi Nagasaku, Hiromi Nagasaku et Yû Aoi.
On peut en voir des extraits sur youtube, ainsi que la bande-annonce, ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Yamazaki Nao-Cola   Lun 12 Juil 2010 - 22:54

Nous ne saurons jamais te remercier de faire ce courageux travail de défrichage d'auteurs japonais dont nous n'avons jamais entendu parlé et que suite à tes commentaires nous ne lirons jamais dentsblanches

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Yamazaki Nao-Cola   Lun 12 Juil 2010 - 23:00

Arabella a écrit:
Nous ne saurons jamais te remercier de faire ce courageux travail de défrichage d'auteurs japonais dont nous n'avons jamais entendu parlé et que suite à tes commentaires nous ne lirons jamais dentsblanches
Ce qui me "questionne" (pour prendre une terminologie mode), c'est que les traducteurs sont Ryôji Nakamura et René de Ceccatty... Ceccatty, traducteur de Pasolini, Moravia, Mishima, Kenzaburo Oé (Le Faste des Morts)... Sôseki, Kôbô Abé...
Bref, pas des auteurs négligeables.
Mais aussi de Hitonari Tsuji. Alors, oeuvre de traduction alimentaire, ou bien y a-t-il quelque chose à voir que je n'ai pas vu...
Je me pose toujours ces questions.

Yamazaki n'est quand même pas, je crois, une auteure très connue, je ne la connaissais pas avant la sortie du livre, il y a quelques mois à peine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Yamazaki Nao-Cola   Lun 12 Juil 2010 - 23:02

Pour les traducteurs, le problème qu'ils doivent rencontrer, c'est de trouver des écrivains de la valeur de ceux que tu cites parmi la jeune génération. Et on ne peut pas traduire que des morts ou des gens qui n'ont pas écrit grand chose depuis longtemps.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Yamazaki Nao-Cola   Lun 12 Juil 2010 - 23:05

Arabella a écrit:
Pour les traducteurs, le problème qu'ils doivent rencontrer, c'est de trouver des écrivains de la valeur de ceux que tu cites parmi la jeune génération. Et on ne peut pas traduire que des morts ou des gens qui n'ont pas écrit grand chose depuis longtemps.

Oui, c'est ce que disait quelqu'un qui travaille dans la traduction du japonais, qu'il était devenu très difficile de trouver des textes contemporains intéressants... C'est dommage... Il me faut ma dose de nippon de temps à autre... sinon j'ai la main qui tremble, envie de manger du thon rouge... pas bien, tout ça...

Mais, si ça se trouve, tu adorerais ce bouquin, hein...
Bon, je n'y crois pas du tout...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Yamazaki Nao-Cola   Lun 12 Juil 2010 - 23:09

Je ne crois surtout pas que je vais le lire, avant tous les livres passionnants que j'ai en ma possession et que je n'ai pas le temps d'ouvrir, dès que j'ai une raison d'éliminer un nom, je suis sans pitié.

Quel drôle idée que de manger du thon rouge intense reflexion

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Yamazaki Nao-Cola   Lun 12 Juil 2010 - 23:14

Arabella a écrit:
Je ne crois surtout pas que je vais le lire, avant tous les livres passionnants que j'ai en ma possession et que je n'ai pas le temps d'ouvrir, dès que j'ai une raison d'éliminer un nom, je suis sans pitié.

Quel drôle idée que de manger du thon rouge intense reflexion

Mais ton avatar doit aimer le poisson, je crois. rire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Yamazaki Nao-Cola   Lun 12 Juil 2010 - 23:28

eXPie a écrit:
Il me faut ma dose de nippon de temps à autre...

Arabella a raison, tu as du mérite à te farcir des bouquins médiocres par amour de la littérature nipponne.
La dose de japonais je n'en ai plus besoin je crois, et je me méfie bien plus qu'avant. La preuve je ne traîne plus systématiquement au rayon asiatique des librairies comme avant.
Par contre je trouve que les romancières de polar assurent vraiment bien. Natsuo Kirino bien sûr, mais aussi Miyabe Miyuki dont Crossfire m'a bien plu, mélange efficace et sans prétention de thriller et de fantastique. Du coup je crois que je vais m'offrir son dernier.

Revenir en haut Aller en bas
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Yamazaki Nao-Cola   Mar 13 Juil 2010 - 8:48

je l'ai eu en main samedi chez mon libraire.. le nom de l'auteur m'a attiré vers ce livre.. et le titre me l'a fait remettre dans l'étagère Cool
ton commentaire ne me donne pas plus envie de le reprendre Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Yamazaki Nao-Cola   

Revenir en haut Aller en bas
 
Yamazaki Nao-Cola
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» la Meuh Cola !
» Le reportage sur Coca Cola sur Fr2 n'a pas plu au géant de l'industrie !
» Le "Meuh'Cola".
» Fabriquer une bouteille de coca -cola en chocolat
» Le musée du chocolat et le Drakkar.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature asiatique (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature japonaise-
Sauter vers: