Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Federico Garcia Lorca [Espagne]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Steven
Zen littéraire
Steven

Messages : 4499
Inscription le : 26/09/2007
Age : 47
Localisation : Saint-Sever (Landes)

Federico Garcia Lorca [Espagne] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Federico Garcia Lorca [Espagne]   Federico Garcia Lorca [Espagne] - Page 3 Icon_minitimeMar 23 Aoû 2011 - 19:03

Je suis surpris que des historiens remettent en cause cette fin du poète. COmme je le disais dans le premier post du fil, en alalnt à Grenade, fief réactionnaire, il savait forcément qu'il mettait sa vie en danger. Mais il affirmait sa liberté, ses choix, tant politiques que sexuels. Peut-être qu'il n'était pas tout à fait rétabli de la dépression qu'il avait connue et qu'il souhaitait cette mort.

Ensuite, bien sûr que la gauche espagnole a voulu récupérer cette figure forte. La situation aurait été inversée, le parti de Franco aurait fait pareil.
Par contre, l'historien se décrédibilise un peu lorsqu'il affirme "Il était un fervent républicain, mais n'a milité dans aucun parti politique." Il a prononcé certains discours, écrit certains textes qui ne laissent que peu de doutes sur ses engagements.

_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steven
Zen littéraire
Steven

Messages : 4499
Inscription le : 26/09/2007
Age : 47
Localisation : Saint-Sever (Landes)

Federico Garcia Lorca [Espagne] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Federico Garcia Lorca [Espagne]   Federico Garcia Lorca [Espagne] - Page 3 Icon_minitimeMar 23 Aoû 2011 - 19:11

Citation :
Grenade, nov. 1918


"Aujourd'hui je sens dans mon coeur

"Un vague frisson d'étoiles,

"Mais mon sentier se perd

"Dans l'âme du brouillard.

"Le jour me tranche les ailes,

"La douleur et la tristesse

"Submergent mes souvenirs

"Dans la source de l'idée.



"Toutes les roses sont blanches,

"Aussi blanches que ma peine;

"Ces roses n'étaient pas blanches,

"Mais il a neigé sur elles

"Qui étaient couleur d'iris.

"Il neige aussi sur nos âmes.

(...)

"Fondra-t-elle cette neige,

"Quand la mort viendra nous prendre ?

"Connaîtrons-nous d'autres neiges,

"D'autres roses plus parfaites ?

"Sur nous la paix viendra-t-elle ?

(...)

"Si l'espérance s'éteint,

"Si Babel se recommence,

"Quelle torche éclairera

"Nos chemins sur cette terre ?

(...)

"Si la mort est bien la mort,

"Que deviendront les poètes

"Et les choses endormies

"Dont personne ne se souvient ?

"Ô soleil des espérances !

"Eau claire ! Lune nouvelle !

"Fraîcheur des petits enfants !

"Âme rude de la pierre !

"Aujourd'hui je sens dans mon coeur

"Un vague frisson d'étoiles

"Et toutes les roses sont

"Aussi blanches que ma peine."



Extrait de "Chanson d'Automne" de Federico GARCIA LORCA

_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire
Constance

Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

Federico Garcia Lorca [Espagne] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Federico Garcia Lorca [Espagne]   Federico Garcia Lorca [Espagne] - Page 3 Icon_minitimeMer 24 Aoû 2011 - 17:34

Steven a écrit:
Je suis surpris que des historiens remettent en cause cette fin du poète. COmme je le disais dans le premier post du fil, en alalnt à Grenade, fief réactionnaire, il savait forcément qu'il mettait sa vie en danger. Mais il affirmait sa liberté, ses choix, tant politiques que sexuels. Peut-être qu'il n'était pas tout à fait rétabli de la dépression qu'il avait connue et qu'il souhaitait cette mort.

Ensuite, bien sûr que la gauche espagnole a voulu récupérer cette figure forte. La situation aurait été inversée, le parti de Franco aurait fait pareil.
Par contre, l'historien se décrédibilise un peu lorsqu'il affirme "Il était un fervent républicain, mais n'a milité dans aucun parti politique." Il a prononcé certains discours, écrit certains textes qui ne laissent que peu de doutes sur ses engagements.


Je souscris totalement à ton propos, Steven ...




Citation :
Engagement poétique et politique :


À la suite de la " guerre des Asturies ", le poète fait son choix décisif. La résistance politique et la révolte sociale
luttent pour se faire jour, et n’en paraissent que plus vives. À partir des élections de février 1936, qui aménent le
Front Populaire au pouvoir, l’antagonisme est déclaré. On en trouve les échos au fil des interviews de Lorca, des
manifestations publiques auxquelles il a pris part, des déclarations collectives qu’il a signées. Avec le groupe des
poètes les plus engagés de l’époque, Alberti, Luis Cernuda, Pablo Neruda, il évolue sans à-coups.

Sa propre poésie n’est pas, dit-il, " La poésie comme abstraction mais comme chose réelle et existante, qui est
passée prés de moi ".
La "clé" de toute création n’a rien à voir avec l’artifice de l’imagination rhétorique ou
théâtrale. "L’essentiel est de trouver la clé de la poésie", dans la réalité de chaque jour, et de se faire son
interprète.
Lorca précisait : "Tous les personnages de mes poèmes ont existé".
Mais cette réalité qui dépasse toute invention, les créatures de l’esprit humain l’habitent aussi.

De sa dernière pièce, il affirme, au cours du prologue : "En toute modestie, je dois faire remarquer que rien n’est
inventé. Anges, ombres, cris, lyres de neige et de songes existent et volent parmi vous, aussi réels que la luxure,
les pièces de monnaie dans votre poche, le cancer qui palpite au sein d’une femme ou la lèvre fatiguée du
commerçant."


Et il interpelle le public citadin, artisan ou complice, lui aussi de sa propre aliénation :

"Surtout vous, gens de la ville, qui vivez dans la plus pauvre et la plus triste des fantaisies. Tout ce que vous
faites, c’est de vous ingénier à ne rien savoir. Lorsque sonne le vent, vous jouez du piano mécanique pour ne
pas l’entendre ; pour ne pas voir l’immense torrent de larmes qui nous entoure, vous couvrez de dentelles vos
fenétres afin de dormir tranquilles, et pour faire taire le perpétuel grillon de la conscience, vous inventez les
maisons de charité."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sigismond
Agilité postale
Sigismond

Messages : 875
Inscription le : 25/03/2013

Federico Garcia Lorca [Espagne] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Federico Garcia Lorca [Espagne]   Federico Garcia Lorca [Espagne] - Page 3 Icon_minitimeMar 29 Juil 2014 - 15:58

Agosto "août"


De circonstances ou presque à la date de ce message  Very Happy .

Sous la vidéo une traduction proposée et le poème en langue originale. Si vous continuez et recherchez des vidéos "dailymotion" postées par l'ID Lpetirrojo vous trouverez toute une ribambelle de poèmes de Federico García Lorca, et c'est bonheur  sunny .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

Federico Garcia Lorca [Espagne] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Federico Garcia Lorca [Espagne]   Federico Garcia Lorca [Espagne] - Page 3 Icon_minitimeMar 7 Oct 2014 - 12:07

Poésies II (1921-1927)


Federico Garcia Lorca [Espagne] - Page 3 9408_510

Défaut de traduction ou défaut de thème, les poèmes de Federico Garcia Lorca ne contribueront pas à me rapprocher de la poésie. Ce qu’il trouve beau, ce qui le rend vivant, ce qu’il a envie de chanter n’éveille en moi aucune inclination émotive. Peut-être convenable à un autre moment de ma vie, voire dans une autre vie.


Pour vous donner un aperçu, j'ai réussi tout de même à relever un poème que j'aime plus que les autres.


Le lézard est tout en larmes

« Le lézard est tout en larmes
La lézarde est tout en larmes.

Le lézard et la lézarde
En petits tabliers blancs,

Ils ont perdu par mégarde
Leur anneau de mariage.

Hélas, leur anneau de plomb
Leur joli anneau de plomb !

Personne dans le grand ciel
Où monte un globe d’oiseaux.

Le soleil, gros capitaine, porte un gilet de satin.

Regardez comme ils sont vieux !
Comme ils sont vieux, les lézards !

Et comme ils pleurent, mon Dieu,
Et comme ils sont tout en larmes ! »


Federico Garcia Lorca [Espagne] - Page 3 Freudi10


Citation :
« Sous le laurier-rose sans lune
Tu étais laide, toute nue. »


*peinture de Susan Dorothea White

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
tina
Sage de la littérature
tina

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

Federico Garcia Lorca [Espagne] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Federico Garcia Lorca [Espagne]   Federico Garcia Lorca [Espagne] - Page 3 Icon_minitimeLun 14 Mar 2016 - 11:16

Je ne connais pas la poésie de GL.

Mais je viens de finir La Maison de Bernarda Alba et Noces de sang.
Deux pièces qui m'ont éblouie !

Nous touchons l'âme ibérique au plus profond, au plus tragique. Ainsi que les moeurs du début du 20è siècle, avec le poids de la religion et du regard de l'autre. Dans les deux cas, il s'agit d'histoires d'argent, d'amour, d'honneur, de jalousie d'une grande violence. Ce sont des huis-clos asphyxiants dans des milieux ruraux, où la terre est aussi un personnage à part entière.

On retrouve la furia dans les sentiments, les situations.

La langue est synthétique, suggère. Les silences, les non-dits sont éprouvants. Les tempéraments brossés bien trempés.

Je veux continuer avec cet auteur.

A lui seul, il est l'Espagne !!!

La plus sombre, la plus secrète.

Immense écrivain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

Federico Garcia Lorca [Espagne] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Federico Garcia Lorca [Espagne]   Federico Garcia Lorca [Espagne] - Page 3 Icon_minitimeLun 14 Mar 2016 - 13:27

merci Tina, ton commentaire me donne l'envie !

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Federico Garcia Lorca [Espagne] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Federico Garcia Lorca [Espagne]   Federico Garcia Lorca [Espagne] - Page 3 Icon_minitimeLun 14 Mar 2016 - 15:20

Bédoulène a écrit:
merci Tina, ton commentaire me donne l'envie !
Je pense qu'  il est fait pour toi, Garcia Lorca !

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Federico Garcia Lorca [Espagne] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Federico Garcia Lorca [Espagne]   Federico Garcia Lorca [Espagne] - Page 3 Icon_minitimeLun 14 Mar 2016 - 15:32

 L'HOMME BRISÉ

Le vingt-cinq du mois de Juin,
on vint prévenir Amargo ;
Tu peux couper, si tu veux,
les lauriers-blancs de ta cour.
Peins une croix sur ta porte
et mets au-dessous ton nom,
car la ciguë et I'ortie
naîtront bientôt de tes flancs
et des pointes de chaux vive
déchireront tes souliers.
Ce sera dans la nuit noire,
parmi les monts aimantés
où les bœufs de la rivière
boivent des joncs dans leur rêve.
Commande lampes et cloches.
Apprends à croiser les mains
et ä goûter les vents froids
des métaux et des rochers,
Car tu seras dans deux mois
raide mort et enterré.

Une épée de nébuleuse
s'élève au poing de Saint-Jacques
et des flancs du ciel cambré
ruisselle un silence grave.

Le vingt-cinq du mois de Juin
il avait les yeux ouverts
et le vingt-cinq du mois d'Août
il gisait pour les fermer.



Chansons gitanes. - Seghers

Traduction Armand Guibert

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz


Dernière édition par bix229 le Lun 14 Mar 2016 - 15:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Federico Garcia Lorca [Espagne] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Federico Garcia Lorca [Espagne]   Federico Garcia Lorca [Espagne] - Page 3 Icon_minitimeLun 14 Mar 2016 - 15:45

DANSE


Dans la nuit du verger,
Six gitanes
Dansent
De blanc vêtues.

Dans la nuit du verger,
Couronnées
De roses en papier
Et de fenouil.

Dans la nuit du verger,
Leurs dents de nacre
Tracent
L' ombre brulée.

Dans la cour du verger,
Leurs ombres s' allongent,
Violettes,
Jusqu' au ciel.



DANZA


En la noche del huerto,
seis gitanas,
vestidas de blanco,
bailan.

En la noche del huerto,
coronadas,
con rosas de papel,
y biznagas.

En la noche del huerto,
sus dientes de nacar,
escriben la sombra
quemada.

Y en la noche del huerto,
sus sombras se alargan
y llegan hasta el cielo,
moradas.

Poemas del cante jondo.

Tierra de España/Terre d' Espagne
Bruxelles. - La Renaissance du Livre.
Traduction de Françoise Pechère

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tina
Sage de la littérature
tina

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

Federico Garcia Lorca [Espagne] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Federico Garcia Lorca [Espagne]   Federico Garcia Lorca [Espagne] - Page 3 Icon_minitimeLun 14 Mar 2016 - 15:56

L'homme brisé... Terrible !
Surtout quand on connaît l'histoire de l'auteur.

Je vais vite ouvrir ses poèmes.

Quand on pense que les deux pièces citées plus haut ont été écrites quelques semaines avant son assassinat.

Encore un talent volé par la barbarie.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Federico Garcia Lorca [Espagne] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Federico Garcia Lorca [Espagne]   Federico Garcia Lorca [Espagne] - Page 3 Icon_minitimeLun 14 Mar 2016 - 16:47

Je n'ai jamais lu Garcia Lorca... mais j'écoute depuis des années un disque d'Ana Belén (datant de 1998) qui chante Lorca, ici mis en musique par Leonard Cohen [Take this Waltz]... (mais il y a d'autres compositeurs pour chaque chanson) :

Pequeño vals vienés



En Viena hay diez muchachas,
un hombro donde solloza la muerte
y un bosque de palomas disecadas.
Hay un fragmento de la mañana
en el museo de la escarcha.
Hay un salón con mil ventanas.

¡Ay, ay, ay, ay!
Toma este vals con la boca cerrada.

Este vals, este vals, este vals, este vals,
de sí, de muerte y de coñac
que moja su cola en el mar.  
Te quiero, te quiero, te quiero,
con la butaca y el libro muerto,
por el melancólico pasillo,
en el oscuro desván del lirio,
en nuestra cama de la luna
y en la danza que sueña la tortuga.


¡Ay, ay, ay, ay!
Toma este vals de quebrada cintura.

En Viena hay cuatro espejos
donde juegan tu boca y los ecos.
Hay una muerte para piano
que pinta de azul a los muchachos.
Hay mendigos por los tejados,
hay frescas guirnaldas de llanto.


¡Ay, ay, ay, ay!
Toma este vals que se muere en mis brazos.

Porque te quiero, te quiero, amor mío,
en el desván donde juegan los niños,
soñando viejas luces de Hungría
por los rumores de la tarde tibia,
viendo ovejas y lirios de nieve
por el silencio oscuro de tu frente.

¡Ay, ay, ay, ay!
Toma este vals, este vals del « Te quiero siempre ».

En Viena bailaré contigo
con un disfraz que tenga
cabeza de río.
¡Mira qué orillas tengo de jacintos!
Dejaré mi boca entre tus piernas,
mi alma en fotografías y azucenas,
y en las ondas oscuras de tu andar
quiero, amor mío, amor mío, dejar,
violín y sepulcro, las cintas del vals.




À Vienne il y a dix jeunes filles,
une épaule où sanglote la mort
et un bois de colombes empaillées,
Il y a un fragment de matin
au musée du givre.
Il y a un un salon à mille fenêtres.

 Ay, ay, ay, ay !
Prends cette valse la bouche fermée.

Cette valse, valse, valse
De oui, de mort et de cognac,
Qui mouille sa traîne dans la mer.

Je t’aime, t’aime, t’aime,
avec le fauteuil et le livre mort,
dans le couloir mélancolique,
au grenier sombre de l’iris,
dans notre lit de la lune
et par la danse que rêve la tortue.

Ay, ay, ay, ay !
Prends cette valse aux reins cambrés.

À Vienne il y a quatre miroirs
où jouent ta bouche et les échos.
Il y a une mort pour piano
qui peint en bleu les jeunes gars.
Il y a des mendiants sur les toits.
Il y a de fraîches guirlandes de pleurs.

Ay, ay, ay, ay !
Prends cette valse qui meurt dans mes bras.

 Parce que je t’aime, je t’aime, amour,
dans le grenier où vont jouer les enfants,
rêvant de vieux lustres de Hongrie
dans la rumeur du tendre après-midi,
voyant des brebis et des iris de neige
dans le silence obscur de ton front.

Ay, ay, ay, ay !
Je prends la valse « Je t’aime toujours. »

À Vienne, je danserai avec toi
dans un déguisement qui aura
une tête de fleuve.
Vois mes rives de jacinthes !
Je laisserai ma bouche entre tes jambes,
mon âme dans des lis et des photographies
et dans la vague obscure de ta démarche
je veux, mon amour, mon amour, laisser,
violon et sépulcre, les rubans de la valse.

traduction : Pierre Darmangeat

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Federico Garcia Lorca [Espagne] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Federico Garcia Lorca [Espagne]   Federico Garcia Lorca [Espagne] - Page 3 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Federico Garcia Lorca [Espagne]
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Lentilles au chorizo(espagne)
» Espagne
» Coquinas ou tellines
» Interrail
» Bonne Vendredi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de l'Espagne et du Portugal (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: