Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 François Marie Arouet , dit Voltaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
LunaStella
Envolée postale
avatar

Messages : 224
Inscription le : 11/04/2010
Age : 22
Localisation : Lyon

MessageSujet: François Marie Arouet , dit Voltaire   Ven 6 Aoû 2010 - 19:49



Quoi , un fil sur Diderot , sur Rousseau et pas un sur Voltaire , un des plus grands philosophes français du XVII ème ! On va remédier à tout ça :

Après des études de rhétorique et de
philosophie chez les jésuites, ainsi que des études de droit, François Marie Arouet, dit Voltaire, opte pour la carrière littéraire.
L'abbé de
Châteauneuf l'introduit alors dans les milieux mondains et libertins parisiens. Sa vie entière oscille entre succès mondains et littéraires, exils en Angleterre et en Prusse et séjours à la Bastille. En effet, derrière l'habile dramaturge et l'homme d'affaires fortuné, travaillait le philosophe épris de tolérance qui lutta avec détermination et humour contre l'intolérance et le fanatisme religieux.
Les
écrits de Voltaire, comme le fameux 'Candide', ont influencé les Lumières et restent encore aujourd'hui un modèle d'humanisme. Mort en 1778, il est porté en 1791, après la Révolution, au Panthéon.
Symbole des Lumières, chef de file du parti philosophique, son nom reste attaché à son combat contre « l’infâme », nom qu’il donne au fanatisme religieux, et pour le progrès et la tolérance. Il est cependant déiste et son idéal reste celui d’une monarchie modérée et libérale, éclairée par les « philosophes ». Il agit d'ailleurs auprès des élites éclairées de l’Europe des Lumières en se servant de son immense notoriété et prend, seul, la défense des victimes de l’intolérance religieuse et de l’arbitraire dans des affaires qu’il a rendues célèbres (
Calas, Sirven, chevalier de La Barre, comte de Lally).
De son imposante œuvre littéraire, on lit aujourd'hui essentiellement ses écrits «philosophiques» en prose : contes et romans (Candide est son ouvrage le plus célèbre), Lettres philosophiques, Dictionnaire philosophique et sa correspondance.


(sources : evene.fr & Wiki)


Dernière édition par LunaStella le Ven 6 Aoû 2010 - 21:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Héri
Envolée postale
avatar

Messages : 193
Inscription le : 16/04/2008
Age : 25
Localisation : Yvelines

MessageSujet: Re: François Marie Arouet , dit Voltaire   Ven 6 Aoû 2010 - 20:35

J'ai lu deux fois Candide, une première fois pour moi, et au fil de ma lecture, j'étais sûre (et j'avais raison) que je ne saisissais pas toutes les fines allusions du texte et toute l'ironie du texte (pour ma défense j'étais jeune, et j'ai quand même compris les choses les plus flagrantes Very Happy).
La deuxième fois, c'était pour le baccaulauréat, on a beaucoup étudié l'oeuvre dans sa globalité, et plusieurs textes en détails pour l'oral. Je dois avouer que j'ai bénéficier d'une très bonne prof, vraiment passionnée par son sujet, et qui nous m'a vraiment éclairé sur certains passages. Je crois que ce sont les cours que j'ai préféré, car Voltaire allie dans la légèreté d'un conte, le sérieux d'une thèse philosophique et le mordant des dénonciations virulentes.

C'est vraiment un très bon souvenir, aussi bien pour les études des textes que pour les travaux d'écritures que nous avons pu faire autour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://librheri.wordpress.com
LunaStella
Envolée postale
avatar

Messages : 224
Inscription le : 11/04/2010
Age : 22
Localisation : Lyon

MessageSujet: Re: François Marie Arouet , dit Voltaire   Ven 6 Aoû 2010 - 21:01

Je viens de terminer Candide aujourd'hui . C'est comme si je venais de recevoir une grande claque dans la figure . Un fourmillement de sensations , et puis malgré le titre Candide ou l'Optimisme , ce livre m'a rendue pessimiste , m'a donné une vision du monde beaucoup plus négative qu'elle ne l'es déjà . En effet , cet être si naïf , projeté dans un monde de brutes où il n'y a que violences , traitrise , mensonges , et continue malgré tout à penser que " tout est au mieux dans le meilleur des mondes possibles ."
Mais après avoir été témoin des horreurs de la guerre , la pauvreté , l'hypocrisie , le fanatisme religieux , la malhonnêteté , l'esclavage , Candide se pose une question : "Croyez vous , que les hommes se soient toujours mutuellement massacrés comme ils font aujourd'hui ? qu'ils aient toujours été menteurs , fourbes , perfides , igrats , brigands , faibles , volages , envieux , gourmands , ivrognes , avares , ambitieux , sanguinaires , calomniateurs , débauchés , fanatiques , hypocrites et sots ?
En fait , au delà de ça , Voltaire nous dépeint un monde où le mal est omniprésent , et le voyage incessant de Candide montre que ce mal est partout , sauf à El Dorado mais c'est une utopie . Voltaire se pose aussi des questions beaucoup plus profondes : D'où vient le mal ? Dieu existe - il ? D'où venons nous ? Candide incarne selon moi l'expérience humaine : il connaît la désillusion amoureuse ,l'injustice , de multiples trahisons , quel que soit le continent où il arrive . Revenons sur la désillusion amoureuse : le premier chapitre nous plonge dans le château de Westphalie , sorte de paradis terrestre . Candide en est expulsé , ce qui n'est pas sans rappeler la Genèse de la Bible . Là ressurgit la question de la religion car à la fin , Candide se retrouve dans un jardin , lieu fermé .
A mon avis , ce jardin à la fin symbolise l'enfermement sur soi , loin du monde , et donc la résignation . Il faut donc abandonner l'idée d'un monde meilleur , car il n'existe pas ( El Dorado en montre l'utopie) . D'ailleurs , Pangloss est un personnage " jusqu'au boutiste" qui frise le ridicule , en nous répétant que "tout est au mieux dans le meilleur des mondes possibles" dans les pires situations et en stipulant que l mal est sur Terre uniquement pour être le piment qui relève le plat quotidien de la destinée humaine , et que l'homme , à son échelle , ne peut réaliser " l'harmonie préétablie" , équilibre entre le bien et le mal où toutes les causes s'enchaînent pour réaliser le but de Dieu.
Je dirai même que la vision que porte Voltaire à l'optimisme est caricaturale , notamment grâce à cette ironie qui accompagne tout le livre . En effet , il s'agit dans Candide de certes , dénoncer un optimisme absurde , mais aussi tous les fanatismes , la guerre , l'intolérance , la fatalité de la condition humaine : au lieu de se contenter de faire de grands discours , Voltaire préfère nettement l'ironie , qui donne aux situations les plus horribles une légèreté déconcertante .

J'ai beaucoup aimé ce livre , car en très peu de pages il offre une nouvelle vision du monde , et il foisonne d'idées en tout genre ( avec notamment de nombreux registres : polémique , comique , ironique , pathétique) . Aussi , il ne nous laisse jamais le temps de s'ennuyer , tout s'enchaîne très vite , et de chaque chapitre ( ou presque) nous tirons une leçon . Enfin , avec Candide , Voltaire réinvente le conte : les aventures des personnages sont profonément illogiques , mais c'est cette absurdité qui fait de Candide un personnage profondément vrai . De plus , cette multitudes d'idées , ces questions soulevées , ces nouveaux points de vues , cette réfléxion que le lecteur doit se faire à la fin de l'ouvrage , font de Candide , je pense , un livre aux sujets , aux personnages intemporels .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LunaStella
Envolée postale
avatar

Messages : 224
Inscription le : 11/04/2010
Age : 22
Localisation : Lyon

MessageSujet: Re: François Marie Arouet , dit Voltaire   Ven 6 Aoû 2010 - 21:41

Héri a écrit:
J'ai lu deux fois Candide, une première fois pour moi, et au fil de ma lecture, j'étais sûre (et j'avais raison) que je ne saisissais pas toutes les fines allusions du texte et toute l'ironie du texte (pour ma défense j'étais jeune, et j'ai quand même compris les choses les plus flagrantes Very Happy).
La deuxième fois, c'était pour le baccaulauréat, on a beaucoup étudié l'oeuvre dans sa globalité, et plusieurs textes en détails pour l'oral. Je dois avouer que j'ai bénéficier d'une très bonne prof, vraiment passionnée par son sujet, et qui nous m'a vraiment éclairé sur certains passages. Je crois que ce sont les cours que j'ai préféré, car Voltaire allie dans la légèreté d'un conte, le sérieux d'une thèse philosophique et le mordant des dénonciations virulentes.

C'est vraiment un très bon souvenir, aussi bien pour les études des textes que pour les travaux d'écritures que nous avons pu faire autour.

J'espère approfondir ma lecture en cours et ainsi comprendre les choses que je n'avais pas remarquées à ma première lecture . En tout cas je n'oublierai pas ce livre de si tôt .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Re: François Marie Arouet , dit Voltaire   Lun 9 Aoû 2010 - 10:52

J'ai lu Candide au niveau collégial. Il a effectivement trempé une certaine part de mon âme. Non pas que l'on puisse trouver ce qu'il incarne de profondément vrai, mais plutôt le fait qu'il incarne ce genre de persévérance même à travers l'absurde, les désillusions les plus cruelles et finir dans cette philosophie du jardin à cultiver. Sa réflexion, comme telle, révèle une sagacité qui transperce... de par l'humour voltarien. Comme toute chose se regarde... retrouve l'invisible et sa place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Re: François Marie Arouet , dit Voltaire   Jeu 27 Juin 2013 - 12:26

Rétrospectivement, j'exhume le fil de Voltaire. Pas plus tard que la fin de semaine dernière, j'ai opté pour l'achat d'un essai romancé sur son oeuvre signé Victor Lévy Beaulieu. L'oeuvre de Voltaire compte sa part de perles. Parmi celles-ci, notons l'incipit de Zadig ou la destinée :

Voltaire, Zadig ou la destinée a écrit:
Charme des prunelles, tourment des coeurs, lumière de l'esprit, je ne baise point la poussière de vos pieds, parce que vous ne marchez pas sur des tapis d'Iran ou sur des roses.

Tout à fait à propos avec l'esprit de la troisième édition du bazar collectif des Parfumés.

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esperluette
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1660
Inscription le : 09/04/2012

MessageSujet: Re: François Marie Arouet , dit Voltaire   Jeu 27 Juin 2013 - 13:39

jack-hubert bukowski a écrit:
Rétrospectivement, j'exhume le fil de Voltaire. Pas plus tard que la fin de semaine dernière, j'ai opté pour l'achat d'un essai romancé sur son oeuvre signé Victor Lévy Beaulieu. L'oeuvre de Voltaire compte sa part de perles. Parmi celles-ci, notons l'incipit de Zadig ou la destinée :

Voltaire, Zadig ou la destinée a écrit:
Charme des prunelles, tourment des coeurs, lumière de l'esprit, je ne baise point la poussière de vos pieds, parce que vous ne marchez pas sur des tapis d'Iran ou sur des roses.

Tout à fait à propos avec l'esprit de la troisième édition du bazar collectif des Parfumés.

Hé hé Jack-Hubert, serais-tu en train de semer des pistes pour la chaîne de lecture? Attention à ta PAL qui risque de pencher dangereusement.

dentsblanches
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry Cabot
Envolée postale


Messages : 103
Inscription le : 10/10/2013
Age : 59

MessageSujet: Voltaire, un personnage et une oeuvre   Jeu 10 Oct 2013 - 16:52

Je vous livre un petit article que m'a inspiré l'oeuvre de Voltaire.

Quand nous évoquons Voltaire, des images se bousculent dans nos têtes.
Le lecteur sait qu'avec Diderot et Rousseau il représente une haute figure du Siècle des Lumières qui a fini par saper les les fondations intellectuelles et morales sur lesquelles s'était édifiée la monarchie française.
On songe également à l'homme d'esprit jamais à court d'une épigramme, au vulgarisateur de génie, au défenseur des faibles (L'affaire Calas), à l'apôtre de la tolérance, à l'ami de Frédéric le Grand, au trublion installé à Ferney sous la protection de la Suisse et cultivant libelle sur libelle à l'encontre du pouvoir Louis-quinzien.
Impertinent, séducteur en diable, capable de toutes les roueries et de toutes les audaces, Voltaire vit à cent à l'heure et ne manque jamais une occasion de faire parler de lui.
Qu'avons-nous retenu de son oeuvre protéiforme, foisonnante et singulière ?
Eh bien, il faut d'abord reconnaître que la postérité a été fort cruelle envers lui. Voltaire ne doutait pas une seconde qu'il en toucherait les dividendes grâce avant tout à sa poésie et à son théâtre. L'époque, contrairement à la nôtre, mettait au premier plan ces deux genres littéraires.
Si Madame de La Fayette avait déjà ouvert la voie du roman, celui-là en effet ne jouissait en rien d'un prestige égal à ceux dans lesquels Voltaire rêvait de s'illustrer.
Hélas ! l'auteur de "Candide" se révèle un poète assez quelconque et, au mieux, offre plutôt le visage d'un habile versificateur que d'un chantre inspiré. Le théâtre voltairien souffre lui-même de bien des insuffisances et n'est au fond qu'une pâle copie des pièces de Corneille et de Racine. "Zaïre" certes fait exception à la règle mais ne peut rivaliser avec "Le Cid" ou "Andromaque".
Quelle déconvenue ! Tant d'efforts, tant d'énergie dépensés en pure perte !
Or, par je ne sais quelle ironie du sort, ce sont ses contes, ses chroniques historiques, ses pamphlets, ses ouvrages philosophiques et sa correspondance qui assurent à Voltaire une éternelle gloire.
Celui dont le dix-huitième siècle s'est emparé du nom en guise de référence, a produit des chefs-d'oeuvre là où ses ambitions se montraient nettement plus modestes.
De "L'ingénu à "Micromégas" - sans oublier bien entendu "Candide" - à travers ses fameuses lettres rédigées d'une main experte, dans quantité d'écrits de combat, de réflexion et d'analyse, Voltaire joint l'érudition la moins lourde au trait incisif, à la formule décapante. Rien n'échappe à sa merveilleuse intelligence, et c'est un plaisir chaque fois renouvelé d'attacher ses pas aux siens.
Mais peut-on parler de Voltaire sans louer ce qui le caractérise le mieux ? Son style.
On reste en effet confondu devant la clarté, la concision, la justesse d'une langue "chimiquement pure" et dépourvue de la moindre graisse. Le style de voltaire semble au-dessus de tous les styles. Maniant une syntaxe incorruptible, pleine de naturel et d'aisance, ce dernier incarne à merveille ce que l'on appelle "l'esprit français". En le lisant, nous sentons combien l'art d'écrire a reculé après lui. Subtil jusqu'à la perfection, un tel style reste à lui seul un bijou d'élégance et de raffinement, une sorte de miracle. Voltaire joue admirablement avec les mots, ménage les transitions de main de maître, passe d'une phrase à l'autre en virtuose et possède au plus haut point le génie de l'ellipse. Sa plume alerte emporte le lecteur fasciné par autant de finesse et de brio.
Voltaire demeure indétrônable et, depuis sa mort, beaucoup d'écrivains ont désespéré de se hisser à son niveau.
Peut-on égaler l'inimitable?

(article Babelio)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.p-o-s-i-e.over-blog.net
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: François Marie Arouet , dit Voltaire   Jeu 10 Oct 2013 - 19:08

Thierry CABOT a écrit:
Je vous livre un petit article que m'a inspiré l'oeuvre de Voltaire.
Thierry CABOT a écrit:
(article Babelio)
Euh... je ne comprends pas... c'est de toi (ce que semble indiquer le début), ou bien n'est-ce pas de toi (ce que semble indiquer la fin) ? scratch 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Thierry Cabot
Envolée postale


Messages : 103
Inscription le : 10/10/2013
Age : 59

MessageSujet: Re: François Marie Arouet , dit Voltaire   Jeu 10 Oct 2013 - 19:39

Je suis bien l'auteur de cet article.

Thierry
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.p-o-s-i-e.over-blog.net
Max
Main aguerrie
avatar

Messages : 381
Inscription le : 21/03/2014
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Re: François Marie Arouet , dit Voltaire   Sam 21 Juin 2014 - 13:02



Ouf ! J'ai terminé il y a quelques jours l'intégrale des contes (pas d'un coup hein...).

En fait, j'avais lu il y a quelques années ses 26 contes majeurs en folio (2 tomes). Et là j'ai décidé de lire les derniers qu'ils me manquaient (11 en prose, 8 en vers).

Je ne conservais déjà pas un immense souvenir de ses meilleurs contes (à part Candide bien sûr que j'ai adoré, L'ingénu que j'ai bien aimé, Micromégas un peu), alors j'avais peur de m'ennuyer avec ces contes de seconde main...
Et effectivement, quel ennui ! Que c'est fade !

En fait, je trouve les textes de Voltaire beaucoup trop ancrés dans leur époque (en tout cas ceux que j'ai lus récemment, encore frais dans ma tête). Il est beaucoup question d'hommes d'église, de gens de cour, d'écrivains de quatorzième rang... On n'est pas en mesure de comprendre ni d'apprécier ces querelles (et d'ailleurs on s'en fiche un peu...). Mais ce n'est pas tout. L'écriture est terne au possible, lente mais lente, monocorde. On a l'impression que sa plume se mord la queue tout le temps, avec un côté très "on se comprend". C'est très désagréable. Bref, je donnerais à la force de frappe de ses épigrammes la note de 1 sur 20.

Je m'en allais donc bâillant comme un gros lion, restant sur une impression hyper négative, quand soudain, un petit miracle se produisit qui m'ébouriffa... Trois sublimes textes.

Les deux premiers, en vers, font partie du recueil Contes de Guillaume Vadé (1764) :

- Ce qui plaît aux dames
Un conte en vers à couleur médiévale, un peu dans l'esprit de ceux de La Fontaine.
Pitch viteuf : un chevalier nommé Robert ayant commis un viol est condamné à mort par la reine Berthe... Il ne sera gracié que s'il parvient à dire à la reine et sa cour "ce que la femme désire de tous temps". Après maintes aventures, il sera en mesure de révéler le secret devant la cour entière.

Citation :
"Je sais, dit-il, votre secret, mes dames ;
Ce qui vous plaît en tous lieux, en tous temps,
Quand de l'amour vous sentiriez les flammes,
N'est pas toujours d'avoir beaucoup d'amants ;
Mais fille ou femme, ou veuve, ou laide, ou belle,
Ou pauvre, ou riche, ou galante, ou cruelle,
La nuit, le jour, veut être, à mon avis,
Tant qu'elle peut la maîtresse au logis.
Il faut toujours que la femme commande ;
C'est là son goût, si j'ai tort qu'on me pende."

Le problème, c’est que le chevalier Robert sera contraint d’épouser une vieille édentée qui lui avait soufflé la solution. De là, mille farces.


- Les trois manières
Cadre athénien. Trois jeunes filles participent à un concours. Elles doivent narrer les hauts faits de leur amant. Le plus beau récit l'emportera. Voltaire attribue ainsi à chaque fille un registre : élevé, badin et élégiaque. C'est sublime à lire. Les cadences changent magnifiquement. A mon avis c'est un tour de force poétique. Un régal.


- Discours aux Welches
Le coup de chapeau. Voltaire, agacé du sentiment de supériorité des Français, écrit une sorte de Pauvre Belgique ! mais, donc, adressée à la France. C'est irrésistible. Il retrace toute l'histoire de France et écrase tout sur son passage, démystifie tout... lance toutes sortes de flèches qui tendent à montrer, de façon jubilatoirement injuste, que la France, preuves à l’appui, n'est qu'une nation de suiveurs barbares... dans tous les domaines et depuis le début, dotés d'une petitesse d'esprit jamais égalée à ce jour...
C'est vachard à souhait, tordant, et d'une érudition folle. Force de frappe : 19 sur 20.


Ah et il y a aussi le conte en vers Les finances qui est bien content



...

Bref, je reste miraculeusement sur une très bonne impression !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heyoka
Zen littéraire
avatar

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 29
Localisation : Suède

MessageSujet: Re: François Marie Arouet , dit Voltaire   Dim 21 Déc 2014 - 23:18


(Candide ou l'Optimisme)

LunaStella a écrit:
au lieu de se contenter de faire de grands discours, Voltaire préfère nettement l'ironie, qui donne aux situations les plus horribles une légèreté déconcertante.

Déconcertante, c'est le mot !

J'ai ouvert Candide ou l'Optimisme la fleur au fusil, m'imaginant un conte Le Petit Prince bis...

AH AH.
J'en fais une belle candide...
Bienvenue chez Voltaire bécasse !  

Il ne m'a pas fallu plus de 5 pages pour réaliser mon erreur et être embarquée dans le récit. C'est très étrange parce que c'est bourré de vrais salopards et de péripéties malheureuses mais ça se lit comme du petit lait. Huuuuh. Même qu'on le lit d'une traite à force de se hâter pour connaitre le fin mot de l'histoire. Et lorsqu'on atteint ce fin mot, on sait qu'on s'en souviendra longtemps. Je ne me permettrai pas de contredire Voltaire, notre monde est, en effet, loin d'être le meilleur des mondes possibles (c'est le moins qu'on puisse dire) ; pour autant je garderai une petite place dans mon cœur pour le jeune Candide, optimiste envers et contre tout, cette idée acharnée que la vie continue...

...ce qui n'empêche pas de cultiver son jardin, bien sûr.


"- Croyez-vous, que les hommes se soient toujours mutuellement massacrés comme ils font aujourd'hui ? qu'ils aient toujours été menteurs, fourbes, perfides, ingrats, brigands, faibles, volages, envieux, gourmands, ivrognes, avares, ambitieux, sanguinaires, calomniateurs, débauchés, fanatiques, hypocrites et sots ?
- Croyez-vous, dit Martin, que les éperviers aient toujours mangé des pigeons quand ils en ont trouvé ?
"

_________________
«Books support us in our solitude
and keep us from being a burden to ourselves.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chamaco
Zen littéraire
avatar

Messages : 4366
Inscription le : 10/03/2013
Age : 70
Localisation : là haut, vers Aix...

MessageSujet: Re: François Marie Arouet , dit Voltaire   Sam 17 Jan 2015 - 16:29



"A quelque chose malheur est bon", cette phrase de Voltaire dans l'Ingenu pourrait de nos jours s'appliquer à son oeuvre "le Traité sur la Tolérance" dont les ventes seraient montées en flèche ces derniers jours chez les libraires. Tant est si bien que cet écrit ayant pour origine l'affaire Calas devrait être réédité, et que la France devrait quitter les écrits people d'une Trierweiler jouant les grandes romancières pour redecouvrir nos classiques dont la parole traverse les siècles... bonjour

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aaronguide.com/
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: François Marie Arouet , dit Voltaire   Dim 18 Jan 2015 - 21:38

Voltaire : il n'avait pas sa face obscure lui aussi ? Suspect

VIDEO CLIC

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: François Marie Arouet , dit Voltaire   Dim 18 Jan 2015 - 21:58

(pas regardé la vidéo mais je pourrais avoir des a priori quant à son orientation potentielle).

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: François Marie Arouet , dit Voltaire   

Revenir en haut Aller en bas
 
François Marie Arouet , dit Voltaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» 21 novembre - Voltaire / François Joseph Charles de Habsbourg-Lorraine
» Le Havre Marie-Galante GOURNAY GUESNON 17è
» PCF : Parti Communiste Français
» "Dictionnaire normand-français". OREP.
» Mariage François Bérubé et Marie Louise Moreau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs nés avant 1915-
Sauter vers: