Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Les "monstres" en littérature

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
Elise
Envolée postale


Messages : 129
Inscription le : 23/08/2008
Age : 30

MessageSujet: Re: Les "monstres" en littérature   Ven 10 Oct 2008 - 22:21

Ah Friedrich... Toujours le bon mot pour tordre un petit peu plus l'esprit ! sourire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cendresdailes.free.fr
Queenie
...


Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Les "monstres" en littérature   Sam 11 Oct 2008 - 10:54

Nathria a écrit:

Blanquet qui a fait l'illustration !

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique


Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 48
Localisation : Lille

MessageSujet: Les livres "monstres"   Dim 15 Aoû 2010 - 20:36

Les livres "monstres"

André Kertesz

Ils sont un peu éparpillés dans des recoins du forum et pourtant on les évoque souvent, alors voilà un endroit pour rassembler tous ces livres effrayants, atroces, dérangeants, malsains, ultra violents, blasphématoires, nihilistes... et qui pourtant nous fascinent et font parfois figure de chefs-d'oeuvre monstrueux en explorant la part sombre de l'humain.

Il ya bien sûr Sade, Lautréamont ou plus récemment Gabrielle Wittkop ou Poppy Z. Brite.

Je commence avec Hogg de Samuel Delany



Citation :
Œuvre littéraire éprouvante mais fascinante, "Hogg" est un livre extrême, par l’histoire bien sûr, mais aussi par la qualité et le soin de son écriture. Poème pervers et vénéneux, il fait partie de ces lectures dont on ne peut absolument pas sortir indemne, mais pour lesquelles on éprouve une satisfaction : celle d’avoir lu un livre bien écrit, qui évite l’écueil de la gratuité et du putassier.

"Hogg" est une part intégrante et majeure de l’oeuvre de DELANY, que l’on recommandera plutôt à ses fans qu’aux seuls lecteurs de SF. On ne peut aussi que le recommander à ceux qui voudraient tenter une expérience extrême, qui les portera aux limites de la littérature, de l’indicible et de l’imagination.

Tout est dit. C'est un livre qui met au bord de la nausée en racontant une sorte d'histoire d'amour hors norme dans un univers de dépravation et de violence absolues. Sa force? Son style qui nous embarque dans une aventure littéraire hallucinante quelque part entre Sade et Pierre Guyotat. Pour lecteurs super avertis.


Eden, Eden, Eden de Pierre Guyotat


Citation :
Le grand désert, ses zones vivrières, pastorales, pétrolières, nucléaires, frontalières. La guerre, le viol de vivants et de morts, un crime passionnel, des incestes, la faim. Un bordel de femmes pour les soldats, un bordel de garçons pour les ouvriers ; contigus et communicants : quelques heures d'une exaltation sexuelle sans précédent. Epouses, fiancées, soeurs, libres, installées sur les limites du territoire prostitutionnel, surveillent, commentent la perte, en des orifices stériles, du sperme reproducteur. Plus loin, en fin de journée, sur le sol incertain d'un commencement de steppe, deux corps de rencontre (mais ne sont-ils pas mère et fils ?) et leurs "annexes", un bébé et un singe pour la femme errante, son esclave pour le nomade adolescent, reconstituent, encerclés par le mouvement hostile des choses avant la nuit, la gesticulation du couple d'après la chute, le premier accouplement, le premier alphabet. L'état de terreur absolue. Longtemps placé sous censure, Eden, Eden, Eden, comme d'autres grands classiques de notre littérature, laisse entendre, au travers d'une mise en scène éclatante de la "monstruosité" (bonheur dans l'assujettissement, désarroi dans la liberté), ce chant indestructible parce que inexplicable : le rire de l'innocent que l'on souille et qui ne le sait pas

On est plusieurs crans au-dessus de Hogg pour la puissance littéraire. Guyotat est un poète qui écrit fabuleusement bien des choses effroyables dans ce roman qui semble écrit d'un seul jet comme un long cri d'horreur dans lequel on est aspiré ou complètement éjecté d'entrée.

[Et si vous voulez lire un fil qui est sensiblement sur le même thème, vous pouvez cliquer ici. Queenie.]

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Epi
Escargote Zen


Messages : 14255
Inscription le : 05/03/2008
Age : 57
Localisation : à l'ouest

MessageSujet: Re: Les "monstres" en littérature   Dim 15 Aoû 2010 - 21:39

Bonne idée ce fil, je pense qu'il y aura des amateurs.

Les deux livres que tu présentes paraissent vraiment terribles, j'en frissonne rien qu'à lire les résumés, le deuxième surtout, mais qui sait, je me laisserais peut-être tenter un jour.

_________________
Let It Be
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique


Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 48
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Les "monstres" en littérature   Dim 15 Aoû 2010 - 21:44

Elle a son fil mais je remets les couvertures des principaux romans et recueils de nouvelles de Gabrielle Wittkop dont l'écriture extrêmement cruelle et raffinée rappelle la littérature du XVIIIe siècle.

Citation :
27 mai 1920 – 22 décembre 2002.
Née en 1920 à Nantes, Gabrielle Wittkop a été journaliste pour les pages culturelles de la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Veuve de l’essayiste allemand Justus Franz Wittkop, elle a longtemps vécu à Francfort. Depuis la parution du Nécrophile en 1972 chez Régine Deforges, Gabrielle Wittkop est l’auteur d’une dizaine de «livres noirs chargés de mort, de poison et de tourments gothiques» (Éric Dussert in Le Matricule des Anges). En 2001, les éditions Verticales ont réédité deux de ses chefs-d’œuvre: La Mort de C. et Le Nécrophile, et ont publié un roman inédit, Sérénissime assassinat, tous trois fort remarqués par la critique, les libraires et de nombreuses maisons d’éditions étrangères, notamment en Allemagne, son pays d’adoption où elle a rencontré un véritable succès. Gabrielle Wittkop est morte en décembre 2002 à Francfort.
Ont paru depuis de façon posthume, Le sommeil de la raison, recueil de «six récits cruels et raffinés», et deux romans inédits de Gabrielle Wittkop intitulés La Marchande d’enfants et Chaque jour est un arbre qui tombe. Son œuvre est traduite dans une dizaine de langues.
Est parue chez Verticales en mai 2009, la réédition des Rajahs blancs, roman historique qui raconte un épisode peu connu de la colonisation en Inde et les destins extraordinaires des Brooke, aventuriers anglais (de père en fils) qui régnèrent près de cent ans durant sur l'île de Bornéo.



Site internet qui lui est consacré: Gabrielle Wittkop

F.D: Votre enfance semble faire écho à celle de Marguerite Yourcenar; une mère mal aimante et absente (“Ma mère semblait effacée comme à la gomme et sa présence même laissait un vide”), un père libre-penseur qui vous initie à la lecture...
G.W: Je n’étais pas une enfant, j’étais un monstre...

F.D: L’élégance virile de votre style et une misogynie non-dissimulée vous rapprochent de l’académicienne tandis que son sens du sacré, sa perpétuelle quête spirituelle, semble vous en éloigner.
G.W: Pour moi, la question est réglée. On peut dire que c’est simpliste de ma part, mais il s’agit de se sentir bien, n’est-ce pas ? D’être bien dans sa peau. Or, puisque le système des philosophes matérialistes du xviiie siècle me convient, pourquoi chercher ailleurs?

F.D: N’avez-vous jamais cru en Dieu?
G.W: Mon père m’a raconté l’anecdote suivante: “Une fois, je t’ai surprise en tes dévotions. Tu étais astrolâtre. Tu adorais la lune, tu te prosternais sur la terrasse en faisant “Oh! Oh!” Je me suis dit, elle en est à sa phase paléontologique et, de peur que tu te refroidisses, j’ai mis une couverture sur toi sans te troubler dans tes dévotions.»

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile


Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 72
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Les "monstres" en littérature   Dim 15 Aoû 2010 - 21:48

oui moi aussi les résumés me repoussent déjà, brrrrrrrrrr

pas envie de tenter mais ce fil est certainemet utile


_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique


Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 48
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Les "monstres" en littérature   Dim 15 Aoû 2010 - 21:49

Epi a écrit:
Bonne idée ce fil, je pense qu'il y aura des amateurs.

Les deux livres que tu présentes paraissent vraiment terribles, j'en frissonne rien qu'à lire les résumés, le deuxième surtout, mais qui sait, je me laisserais peut-être tenter un jour.

A petite dose et une fois de temps en temps c'est une expérience intéressante. Guyotat va d'ailleurs sortir un nouveau roman à la rentrée.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile


Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 25
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Les "monstres" en littérature   Dim 15 Aoû 2010 - 22:03

Très bonne idée de fil !

J'ai pas le temps de le lire ce soir mais j'y reviens demain de pied ferme, ma LAL à la main et mon stylo Bic sanglant, prêt à tout noter ! Mwahahaha !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
colimasson
Abeille bibliophile


Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 25
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Les "monstres" en littérature   Mar 17 Aoû 2010 - 11:47

J'ai finalement bien pris le temps de lire les résumés des "livres monstres" que tu as cités.

Les deux premiers livres ont l'air intéressants, je les ai rajoutés à ma LAL, mais les livres de Gabrielle Wittkop me paraissent plus grand-guignolesques. Cette impression me vient peut-être des extraits d'interviews que tu as ajoutés ?

Marko a écrit:

F.D: Votre enfance semble faire écho à celle de Marguerite Yourcenar; une mère mal aimante et absente (“Ma mère semblait effacée comme à la gomme et sa présence même laissait un vide”), un père libre-penseur qui vous initie à la lecture...
G.W: Je n’étais pas une enfant, j’étais un monstre...



F.D: N’avez-vous jamais cru en Dieu?
G.W: Mon père m’a raconté l’anecdote suivante: “Une fois, je t’ai surprise en tes dévotions. Tu étais astrolâtre. Tu adorais la lune, tu te prosternais sur la terrasse en faisant “Oh! Oh!” Je me suis dit, elle en est à sa phase paléontologique et, de peur que tu te refroidisses, j’ai mis une couverture sur toi sans te troubler dans tes dévotions.»



Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Marko
Faune frénéclectique


Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 48
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Les "monstres" en littérature   Mar 17 Aoû 2010 - 12:51

colimasson a écrit:
J'ai finalement bien pris le temps de lire les résumés des "livres monstres" que tu as cités.

Les deux premiers livres ont l'air intéressants, je les ai rajoutés à ma LAL, mais les livres de Gabrielle Wittkop me paraissent plus grand-guignolesques. Cette impression me vient peut-être des extraits d'interviews que tu as ajoutés ?

Ses livres ne sont pas vraiment grand-guignolesques. Ils sont plutôt pervers et à l'écriture très raffinée. On en a un peu parlé sur le fil qui lui est consacré.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile


Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Les "monstres" en littérature   Mar 17 Aoû 2010 - 19:43

Marko a écrit:
colimasson a écrit:
J'ai finalement bien pris le temps de lire les résumés des "livres monstres" que tu as cités.

Les deux premiers livres ont l'air intéressants, je les ai rajoutés à ma LAL, mais les livres de Gabrielle Wittkop me paraissent plus grand-guignolesques. Cette impression me vient peut-être des extraits d'interviews que tu as ajoutés ?

Ses livres ne sont pas vraiment grand-guignolesques. Ils sont plutôt pervers et à l'écriture très raffinée. On en a un peu parlé sur le fil qui lui est consacré.

Oui, le fil est à lire ici.
Et comme le dit Marko, ce n'est pas du tout grand-guignolesque, en tout cas Le Nécrophile. C'est juste choquant tout en étant fascinant, mais on est d'autant plus choqué qu'on est fasciné.
En gros. Le grand-guignolesque, c'est quand l'auteur en fait trop et que le lecteur ni croit pas (et parfois l'auteur non plus). Tandis que là, on y croit vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les "monstres" en littérature   Mar 17 Aoû 2010 - 20:21

Le début de Là-bas (1891) de J-K Huysmans, qui évoque Gilles de Rais et ses viols, tortures et meurtres d'enfants, m'a tellement révulsée que je n'ai pas poursuivi.
La suite est peut-être moins éprouvante, je ne sais pas, mais je reste sur l'impression d'un livre-monstre selon ta définition...
Revenir en haut Aller en bas
Marko
Faune frénéclectique


Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 48
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Les "monstres" en littérature   Mar 17 Aoû 2010 - 20:23

Nezumi a écrit:
Le début de Là-bas (1891) de J-K Huysmans, qui évoque Gilles de Rais et ses viols, tortures et meurtres d'enfants, m'a tellement révulsée que je n'ai pas poursuivi.
La suite est peut-être moins éprouvante, je ne sais pas, mais je reste sur l'impression d'un livre-monstre selon ta définition...



J'aimerais bien retourner à Huysmans après "A rebours". Pourquoi pas tenter celui-ci...

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les "monstres" en littérature   Mar 17 Aoû 2010 - 20:29

wikipédia a écrit:
Là-bas est un roman de Joris-Karl Huysmans paru en 1891. Il occupe une place privilégiée dans son œuvre puisqu'il précède immédiatement sa conversion au catholicisme. Avec ce livre, Huysmans rompt définitivement avec le naturalisme (l'histoire s'ouvre sur une critique en règle par le héros) et met en scène pour la première fois le personnage de Durtal, véritable double de l'auteur, qui sera le protagoniste des romans ultérieurs.

Le héros Durtal, un médiocre auteur parisien, mène une enquête sur Gilles de Rais qui, au XVe siècle, fut accusé d'avoir violé et torturé des dizaines d'enfants. Ces recherches exercent une étrange fascination sur madame Chantelouve, qui ne tarde pas à s'éprendre de l'écrivain et à devenir sa maîtresse. Fidèle de Satan, elle lui apprend que des messes noires continuent à être célébrées à Paris. Durtal s'initie alors au satanisme, s'entretient avec ses amis d'occultisme, d'astrologie, de spiritisme, de magie...
Revenir en haut Aller en bas
willself
Espoir postal


Messages : 36
Inscription le : 30/07/2010
Age : 35
Localisation : ailleurs

MessageSujet: Re: Les "monstres" en littérature   Mar 17 Aoû 2010 - 20:58

Quelques suggestion intéressantes. J'aime en général ce genre d'expérience-limite. Dans le genre, 'La Geôle' d'Hubert Selby n'est pas mauvais. Guyotat, j'ai toujours craint que sa langue soit un peu trop riche pour moi. Vous me conseilleriez quelle oeuvre pour commencer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les "monstres" en littérature   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les "monstres" en littérature
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» La bibliothèque idéale en littérature allemande contemporain
» La Littérature et la Marine
» Mémoire de master littérature sur les bibliothèques
» vive la littérature équitable !!
» littérature jeunesse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Café littéraire. :: Sur la littérature en général…-
Sauter vers: