Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Sylvia Plath

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
darkanny
Zen littéraire
darkanny

Messages : 7078
Inscription le : 02/09/2009
Localisation : Besançon

Sylvia Plath Empty
MessageSujet: Sylvia Plath   Sylvia Plath Icon_minitimeLun 30 Aoû 2010 - 20:51

Sylvia Plath Plath1

C'est Sylvia Plath

Elle est née le 27 octobre 1932 à Jamaica Plain, dans la banlieue de Boston, et morte le 11 février 1963 à Londres, c'est un écrivain américain ayant produit essentiellement des poèmes, mais aussi un roman, des nouvelles, des livres pour enfants et des essais. Si elle est surtout connue en tant que poète, elle tire également sa notoriété de The Bell Jar (en français, La Cloche de détresse), roman d'inspiration autobiographique qui décrit en détail les circonstances de sa première dépression, au début de sa vie d'adulte.

Depuis son suicide en 1963, Sylvia Plath est devenue une figure emblématique dans les pays anglo-saxons, les féministes voyant dans son œuvre l'archétype du génie féminin écrasé par une société dominée par les hommes, les autres voyant en elle une icône dont la poésie, en grande partie publiée après sa mort, fascine comme la bouleversante chronique d'un suicide annoncé.


Dernière édition par darkanny le Mar 31 Aoû 2010 - 12:28, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
darkanny
Zen littéraire
darkanny

Messages : 7078
Inscription le : 02/09/2009
Localisation : Besançon

Sylvia Plath Empty
MessageSujet: Re: Sylvia Plath   Sylvia Plath Icon_minitimeMar 31 Aoû 2010 - 12:38

La cloche de détresse

Sylvia Plath Book_cover_la_cloche_de_detresse_74254_250_400

L'histoire d'une jeune fille américaine de 19 ans Esther qui après avoir remporté un concours de poésie organisé par un magazine de mode se voit proposer un mois de stage rémunéré à New -York.
De plus on leur organise , car elle est avec une douzaine d'autres filles récompensées elles aussi , des réceptions et des soirées mondaines .
Se pliant au jeu , elle va cependant vite s'apercevoir de la futilité et de la vacuité de tout ce decorum et s'interroger avec anxiété sur ses réelles aspirations.

Prise de conscience , fuite et chute .

La suite bientôt.


Dernière édition par darkanny le Mar 31 Aoû 2010 - 16:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Sylvia Plath Empty
MessageSujet: Re: Sylvia Plath   Sylvia Plath Icon_minitimeMar 31 Aoû 2010 - 13:29

darkanny a écrit:
c'est un écrivain américain ayant produit essentiellement des poèmes, mais aussi un roman, des nouvelles, des livres pour enfants et des essais.
et il ne faut pas oublier un grand volume de journaux intimes. Première édition avec pas mal de censure de la part de son mari qui a édité ses écrits. Apparament il s'agissait d'écrits qu'il voulait que ni son fils, ni sa fille devraient lire, encore moins des gens en dehors de leur famille.
Geste que j'ai dans le temps pas tout à fait compris (croyant qu'il avait censuré comme bon lui semblait), mais dont j'approuve aujourd'hui. Bien qu'une deuxième édition avec ajout de quelques passages est paru après la mort de Ted Hughes, je me limite au premier volume qui est bien fourni pour faire connaissance avec la personne derrière le 'mythe' Sylvia Plath.

Je vais attendre ton avis sur La cloche de détresse pour en parler, merci en tout cas pour ce fil Very Happy


_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
darkanny
Zen littéraire
darkanny

Messages : 7078
Inscription le : 02/09/2009
Localisation : Besançon

Sylvia Plath Empty
MessageSujet: Re: Sylvia Plath   Sylvia Plath Icon_minitimeMar 31 Aoû 2010 - 16:43

La cloche de détresse



Un livre qui m'a vraiment plu , au delà du thème , c'est un véritable talent de narratrice que j'ai découvert là.
Je n'ai pratiquement pas lâché le bouquin du début à la fin , la construction de ce récit est vraiment tellement bien faite que la lecture se déroule tout seul et ce malgré des thèmes qui auraient pu être bien plombants , dans la 2ème partie du livre notamment. (chute )

Donc une 1ère partie , où Esther raconte sa vie à New -York (elle déteste la ville , la trouve humide , ou brumeuse, jamais à son goût) , une expérience assez désastreuse qu'elle quittera en fuyant à toutes jambes , et dans un geste hautement symbolique : elle jette toutes ses affaires du haut de la fenêtre de sa chambre de Madison Avenue.
Avant cela , elle expérimentera les soirées , les partys , les séances photos , les entretiens , etc.... les confrontations avec sa chef rédactrice d'un magazine de mode qui la met brutalement en face de ses doutes.

Des épisodes absurdes , tragi-comiques se succèdent comme cette superbe "party" , où les filles se gavent de mets somptueux pour finalement vomir à triple boyaux , le crabe (bardé de ptomaïne) les a empoisonnées.
Repas chic et mondain , mais bouffe dégueu , premier signe que quelque chose ne tourne pas rond et que derrière le vernis , ça ne sent pas bon.

Première déception en ce qui concerne son ami Buddy , un hypocrite qui la distrait à sa demande en l'emmenant assister à un accouchement (il est étudiant en médecine), elle en ressortira traumatisée.

Peu à peu , elle chancelle , extrait :

Je me sentais comme un cheval de course dans un monde dépourvu d'hippodromes ou un champion de football universitaire parachuté à Wall Street dans un costume d'hommes d'affaires , ses jours de gloire réduits à une petite coupe en or posée sur sa cheminée avec une date gravée dessus comme sur une pierre tombale.

Nous sommes dans les années 50 aux Etats-Unis , avait-elle le choix de faire autrement que de suivre cette route ? douée , travailleuse et donc dotée de prix , de bourses , promise à un avenir brillant , quel autre parcours s'offrait à elle pour "arriver" et se conformer à ce que d'autres plus ou moins bien intentionnés attendaient d'elle ?

Choix professionnel , choix affectif ou sexuel (obnubilée par l'idée de coucher avec un homme mais lequel ? elle croit que ça fera d'elle une autre personne , n'hésitant pas à séparer le monde en 2 parties : ceux qui l'ont "fait" et les autres)) , tout s'entrechoque , rien à quoi se raccrocher , elle a 19 ans c'est à la fois jeune et vieux.

Je ne vais pas raconter tout le livre mais l'épisode initiation au ski vaut son pesant , encore une fois c'est sur l'initiative de son ami Buddy (qui effectue un séjour en sana dans les Adirondacks) qu'elle va se lancer sur une piste (alors que sa conscience lui dictait les choses autrement :

Une voix intérieure me conseillait de ne pas me conduire comme une idiote-sauver ma peau , enlever mes skis, et descendre camouflée par la forêt de pins qui bordait la pente-elle s'est envolée comme un moustique inconsolable.L'idée que je pourrais bien me tuer a germé dans mon cerveau le plus calmement du monde , comme un arbre ou une fleur.

Il y a tellement de passages qu'on pourrait relever , c'est impossible , mais je donne le ton .

2ème partie , la plus sombre , celle où la dépression s'empare d'Esther , les psychiatres , les asiles (à l'époque c'était cette appellation avec bien sur les hopitaux d'état et les autres plus renommés )et leur graduation selon l'état de la détresse du patient .
Ce sont les passages où il faut être le plus solide , mais jamais Sylvia Plath ne force le trait , pas de morbidité , ni larmoiement , j'aurais presque tendance à dire : des faits , rien que des faits.

La fin apporte une lueur d'espoir , le récit est magistral de bout en bout.

J'ai lu par ci par là que l'on avait comparé ce livre à L'attrape coeurs de Salinger , ce n'est pas dénué de sens mais ce n'est pas le même tourbillon .
Par contre , je me risque à voir dans Sylvia Plath un destin et une difficulté à vivre ses aspirations ou à vivre tout court semblables à ceux de Virginia Woolf.


Dernière édition par darkanny le Mar 31 Aoû 2010 - 18:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Sylvia Plath Empty
MessageSujet: Re: Sylvia Plath   Sylvia Plath Icon_minitimeMar 31 Aoû 2010 - 17:37

Sylvia Plath est l'héroïne d'une biographie romancée écrite par Claude Pujade-Renaud : Les Femmes du braconnier, un très très bon récit tout en finesse que je conseille vivement et qui m'avait donné à l'époque fortement l'envie de lire cette auteure !
Revenir en haut Aller en bas
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Sylvia Plath Empty
MessageSujet: Re: Sylvia Plath   Sylvia Plath Icon_minitimeMar 31 Aoû 2010 - 17:46

darkanny a écrit:
J'ai lu par ci par là que l'on avait comparé ce livre à L'attrape coeurs de Salinger , ce n'est pas dénué de sens mais ce n'est pas le même tourbillon .
Par contre , je me risque à voir dans Sylvia Plath un destin et une difficulté à vivre ses aspirations ou à vivre tout court semblables à ceux de Virginia Woolf.
Je te rejoins sur cette idée..
et ton commentaire est sublime, me donne envie de relire ce livre qui m'a aidé lors de mes propres 'mal d'adolesences' à l'âge de 15-16 ans.. c'était tellement 'positive' pour moi de voir qu'il y avait d'autres jeunes filles qui avaient des problèmes (beaucoup plus grave) comme moi.. et donc je n'ai jamais vu un côté sombre dans cette lecture Very Happy


sentinelle a écrit:
Sylvia Plath est l'héroïne d'une biographie romancée écrite par Claude Pujade-Renaud : Les Femmes du braconnier, un très très bon récit tout en finesse que je conseille vivement et qui m'avait donné à l'époque fortement l'envie de lire cette auteure !
ah oui, tout à fait.. c'est bien de mentionner ce livre, il est extraordinaire et un grand coup de coeur pour moi..


et tout comme sur le fil de Claude Pujade-Renaud je veux aussi mentionner le film, qui est très, très bien si on s'intéresse à la vie de Sylvia Plath

Sylvia Plath Sylvia10

avec Gwyneth Paltrow et Daniel Craig

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
darkanny
Zen littéraire
darkanny

Messages : 7078
Inscription le : 02/09/2009
Localisation : Besançon

Sylvia Plath Empty
MessageSujet: Re: Sylvia Plath   Sylvia Plath Icon_minitimeMar 31 Aoû 2010 - 18:08

Je note tout ça !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antinea
Espoir postal
Antinea

Messages : 28
Inscription le : 15/09/2010
Age : 41
Localisation : Orléans

Sylvia Plath Empty
MessageSujet: Re: Sylvia Plath   Sylvia Plath Icon_minitimeMer 15 Sep 2010 - 15:11

J'ai vu le film en VO (Il existe en français ou non? Parce qu'impossible de le trouver scratch ), c'est vrai qu'il est très bien, évidemment, j'ai pleuré, comment ne pas pleurer...

J'ai le livre "La cloche de détresse" sous les yeux, et une phrase m'a particulièrement marquée :
"Je me sentais très calme, très vide, comme doit se sentir l'oeil d'une tornade, qui se déplace tristement au milieu du chaos généralisé"

Il y a aussi des passages très brillants et poétiques dans son journal, je viendrai en mettre quelques uns, si vous voulez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Sylvia Plath Empty
MessageSujet: Re: Sylvia Plath   Sylvia Plath Icon_minitimeMer 15 Sep 2010 - 15:21

Antinea a écrit:
J'ai vu le film en VO (Il existe en français ou non? Parce qu'impossible de le trouver scratch )
je ne peux pas le dire, j'ai aussi la version originale.. donc jypeurien
ce serait quand même dommage, parce que c'est un très bon film

Antinea a écrit:
Il y a aussi des passages très brillants et poétiques dans son journal, je viendrai en mettre quelques uns, si vous voulez.
ah oui, volontiers, j'ai son journal pas en version française et je ne peux donc pas mettre des extraits ici Wink

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Sylvia Plath Empty
MessageSujet: Re: Sylvia Plath   Sylvia Plath Icon_minitimeMer 15 Sep 2010 - 15:32

juste pour ajouter une piste de lecture, un livre de Diane Middlebrook sur la relation entre Sylvia Plath et Ted Hughes :

Sylvia Plath Son_ma10 je précise que je ne l'ai pas lu...

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Sylvia Plath Empty
MessageSujet: Re: Sylvia Plath   Sylvia Plath Icon_minitimeMer 15 Sep 2010 - 15:34

shanidar a écrit:
juste pour ajouter une piste de lecture, un livre de Diane Middlebrook sur la relation entre Sylvia Plath et Ted Hughes :

Sylvia Plath Son_ma10 je précise que je ne l'ai pas lu...
intéressante, merci..
Antinea en parle sur son fil de présentation et te voilà avec la couverture... je note cheers

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Sylvia Plath Empty
MessageSujet: Re: Sylvia Plath   Sylvia Plath Icon_minitimeLun 4 Avr 2011 - 11:13

Le jour où Mr Prescott est mort , un recueil de douze nouvelles.

Moui... Des tranches de vie de femmes américaines, beaucoup de détresse, beaucoup de morts (ou comment finir une nouvelle en utilisant la manière la plus radicale), un peu de plaisir par-ci par-là sans vraiment être accrochée. Une lecture loin d'être désagréable mais pas non plus inoubliable.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
darkanny
Zen littéraire
darkanny

Messages : 7078
Inscription le : 02/09/2009
Localisation : Besançon

Sylvia Plath Empty
MessageSujet: Re: Sylvia Plath   Sylvia Plath Icon_minitimeLun 4 Avr 2011 - 12:13

Je te conseille "La cloche de détresse" quand même .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Sylvia Plath Empty
MessageSujet: Re: Sylvia Plath   Sylvia Plath Icon_minitimeSam 9 Avr 2011 - 21:36

shanidar a écrit:
juste pour ajouter une piste de lecture, un livre de Diane Middlebrook sur la relation entre Sylvia Plath et Ted Hughes :

Sylvia Plath Son_ma10 je précise que je ne l'ai pas lu...

Je la connais un tout petit peu grâce à Ted Hughes que j'étudie cette année en anglais.
Ce poème me touche:

Wuthering Heights

The horizons ring me like faggots,
Tilted and disparate, and always unstable.
Touched by a match, they might warm me,
And their fine lines singe
The air to orange
Before the distances they pin evaporate,
Weighting the pale sky with a soldier color.
But they only dissolve and dissolve
Like a series of promises, as I step forward.

There is no life higher than the grasstops
Or the hearts of sheep, and the wind
Pours by like destiny, bending
Everything in one direction.
I can feel it trying
To funnel my heat away.
If I pay the roots of the heather
Too close attention, they will invite me
To whiten my bones among them.

The sheep know where they are,
Browsing in their dirty wool-clouds,
Gray as the weather.
The black slots of their pupils take me in.
It is like being mailed into space,
A thin, silly message.
They stand about in grandmotherly disguise,
All wig curls and yellow teeth
And hard, marbly baas.

I come to wheel ruts, and water
Limpid as the solitudes
That flee through my fingers.
Hollow doorsteps go from grass to grass;
Lintel and sill have unhinged themselves.
Of people and the air only
Remembers a few odd syllables.
It rehearses them moaningly:
Black stone, black stone.

The sky leans on me, me, the one upright
Among all horizontals.
The grass is beating its head distractedly.
It is too delicate
For a life in such company;
Darkness terrifies it.
Now, in valleys narrow
And black as purses, the house lights
Gleam like small change.


J'ai envie d'en lire plus d'elle- pourquoi pas La cloche de détresse - peut-être que je vais aussi essayer de trouver le film.
Revenir en haut Aller en bas
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Sylvia Plath Empty
MessageSujet: Re: Sylvia Plath   Sylvia Plath Icon_minitimeSam 9 Avr 2011 - 21:53

Lara a écrit:
J'ai envie d'en lire plus d'elle- pourquoi pas La cloche de détresse - peut-être que je vais aussi essayer de trouver le film.
À oui.. un livre qui devrait te plaire..

et j'espère qu'il est possible de pouvoir emprunter le film quelque part.. il est vraiment très, très bien

(et je peux aussi te recommander le livre de Claude Pujade-Renaud "Les femmes du braconnier" sur Sylvia et Ted.. extra!)

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque


Dernière édition par kenavo le Sam 9 Avr 2011 - 21:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Sylvia Plath Empty
MessageSujet: Re: Sylvia Plath   Sylvia Plath Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Sylvia Plath
Revenir en haut 
Page 1 sur 7Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» 029 - Muffins Sylvia no.2
» Evelyne Dhéliat et Tatiana Silva

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature nord américaine (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: