Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Sylvia Plath

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
darkanny
Zen littéraire
darkanny

Messages : 7078
Inscription le : 02/09/2009
Localisation : Besançon

Sylvia Plath - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Sylvia Plath   Sylvia Plath - Page 4 Icon_minitimeMer 21 Aoû 2013 - 22:18

Finalement Coli tu l'as aimé ce livre ?
Il me semble que oui mais ça ne transparaît pas vraiment.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Sylvia Plath - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Sylvia Plath   Sylvia Plath - Page 4 Icon_minitimeMer 21 Aoû 2013 - 22:47

Heyoka a écrit:
Et dire que ce livre m'attend sagement dans ma PAL, je ne vais pas lui résister longtemps je crois.

Merci encore à Arabella.
Attends de le lire avant de dire merci. dentsblanches 

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

Sylvia Plath - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Sylvia Plath   Sylvia Plath - Page 4 Icon_minitimeJeu 22 Aoû 2013 - 12:49

coline a écrit:
Je te lis attentivement colimasson, je ne suis pas arrivée encore à rédiger mon commentaire. Sinon deux lignes. C'est assez rare , je n'arrive à prendre aucune distance avec cette cloche de détresse.
J'ai laissé reposer ce livre un bon moment parce qu'il m'avait un peu déstabilisée aussi...

darkanny a écrit:
Finalement Coli tu l'as aimé ce livre ?
Il me semble que oui mais ça ne transparaît pas vraiment.

Oui j'ai aimé.

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Sylvia Plath - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Sylvia Plath   Sylvia Plath - Page 4 Icon_minitimeJeu 22 Aoû 2013 - 14:21

colimasson a écrit:
coline a écrit:
Je te lis attentivement colimasson, je ne suis pas arrivée encore à rédiger mon commentaire. Sinon deux lignes. C'est assez rare , je n'arrive à prendre aucune distance avec cette cloche de détresse.
J'ai laissé reposer ce livre un bon moment parce qu'il m'avait un peu déstabilisée aussi...
Bon...je ne suis pas seule...content 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
Marie

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

Sylvia Plath - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Sylvia Plath   Sylvia Plath - Page 4 Icon_minitimeVen 23 Aoû 2013 - 3:07

Coline a écrit:
C'est assez rare , je n'arrive à prendre aucune distance avec cette cloche de détresse.
Je n'ai jamais réussi à le faire! J'avais lu à la suite son Journal, d'ailleurs.
Là, encore un problème de traduction du titre. Je trouve le titre français très beau, mais ce n'est pas son titre. Le titre anglais est The Bell jar, la cloche:

“Pour celui qui se trouve sous la cloche de verre, vide et figé comme un bébé mort, le monde lui-même n'est qu'un mauvais rêve.”

Alors que La cloche de détresse évoque un appel, c'est déchirant comme titre ,d'ailleurs, pour nous qui savons la suite de l'histoire de Sylvia Plath. Et de son fils.
C'est bien de cette cloche de verre dont elle voulait parler, qui l'étouffait, alors pourquoi ne pas traduire le titre initial?
Quelqu'un sait comment a été traduit ce titre en allemand par exemple?

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Sylvia Plath - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Sylvia Plath   Sylvia Plath - Page 4 Icon_minitimeVen 23 Aoû 2013 - 11:17

Marie a écrit:
Coline a écrit:
C'est assez rare , je n'arrive à prendre aucune distance avec cette cloche de détresse.
Je n'ai jamais réussi à le faire! J'avais lu à la suite son Journal, d'ailleurs.
Coli, Marie....vous me rassurez un peu en donnant votre ressenti proche du mien.


Marie a écrit:
Là, encore un problème de traduction du titre. Je trouve le titre français très beau, mais ce n'est pas son titre. Le titre anglais est The Bell jar, la cloche:

“Pour celui qui se trouve sous la cloche de verre, vide et figé comme un bébé mort, le monde lui-même n'est qu'un mauvais rêve.”

Alors que La cloche de détresse évoque un appel, c'est déchirant comme titre ,d'ailleurs, pour nous qui savons la suite de l'histoire de Sylvia Plath. Et de son fils.
C'est bien de cette cloche de verre dont elle voulait parler, qui l'étouffait, alors pourquoi ne pas traduire le titre initial?
Je me suis aussi fait cette remarque, sous la cloche de verre il n'y a déjà plus d'appel possible.

"Ce que j'ai fait c'est ramasser ensemble des événements de ma propre vie, ajouter de la fiction pour donner de la couleur...cela donne une vraie soupe, mais je pense que cela indiquera combien une personne solitaire peut souffrir quand elle fait une dépression nerveuse. J'ai essayé de dépeindre mon univers et les gens qui l'habitent tels qu'ils m'apparaissaient vu au travers du verre déformant d'une cloche de verre."
(dans la Note biographique à la fin de l'ouvrage)

" Comment savoir? Peut-être qu'un jour, au collège, en France, quelque part, n'importe où, la cloche de verre avec ses déformations étouffantes descendrait de nouveau sur moi?"

Le 11 février 1963 Sylvia Plath mettait fin à ses jours, un mois seulement après la parution du livre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heyoka
Zen littéraire
Heyoka

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 31
Localisation : Suède

Sylvia Plath - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Sylvia Plath   Sylvia Plath - Page 4 Icon_minitimeLun 9 Sep 2013 - 12:37

Je me retrouve dans le même état de paralysie que vous. La Cloche de détresse restera gravée comme une lecture marquante me réduisant au silence, je ne vois même pas ce que je pourrais en dire. Darkanny nous ayant concocté une analyse en finesse de l’œuvre (page 1), je vais me laisser apprivoiser par ce doux mutisme et la laisser vous convaincre de lire ce livre.

Un grand merci à Arabella si elle passe par là.

_________________
«Books support us in our solitude
and keep us from being a burden to ourselves.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Epi
Escargote Zen
Epi

Messages : 14255
Inscription le : 05/03/2008
Age : 59
Localisation : à l'ouest

Sylvia Plath - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Sylvia Plath   Sylvia Plath - Page 4 Icon_minitimeLun 9 Sep 2013 - 19:56

On parle de Sylvia Plath dans mon livre en cours (qui n'est vraiment pas top soit dit en passant) et ça m'a donné envie de lire La cloche de détresse. Vos commentaires confirment que je dois absolument le mettre sur ma PAL Very Happy 

_________________
Let It Be
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heyoka
Zen littéraire
Heyoka

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 31
Localisation : Suède

Sylvia Plath - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Sylvia Plath   Sylvia Plath - Page 4 Icon_minitimeLun 9 Sep 2013 - 22:06

Ouiiii vas-y Epi, j'espère que tu apprécieras sous ta cloche fleurie. Very Happy 

_________________
«Books support us in our solitude
and keep us from being a burden to ourselves.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maryvonne
Zen littéraire
Maryvonne

Messages : 4259
Inscription le : 03/08/2009
Localisation : oui, merci.

Sylvia Plath - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Sylvia Plath   Sylvia Plath - Page 4 Icon_minitimeLun 9 Sep 2013 - 22:14

Epi a écrit:
On parle de Sylvia Plath dans mon livre en cours
Lequel ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
darkanny
Zen littéraire
darkanny

Messages : 7078
Inscription le : 02/09/2009
Localisation : Besançon

Sylvia Plath - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Sylvia Plath   Sylvia Plath - Page 4 Icon_minitimeLun 9 Sep 2013 - 22:21

Oui c'est lequel dit le perroquet ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Epi
Escargote Zen
Epi

Messages : 14255
Inscription le : 05/03/2008
Age : 59
Localisation : à l'ouest

Sylvia Plath - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Sylvia Plath   Sylvia Plath - Page 4 Icon_minitimeLun 9 Sep 2013 - 23:02

Heyoka a écrit:
Ouiiii vas-y Epi, j'espère que tu apprécieras sous ta cloche fleurie. Very Happy 
J'espère aussi que ma cloche restera fleurie parce que j'en attends beaucoup maintenant.

Maryvonne a écrit:
Epi a écrit:
On parle de Sylvia Plath dans mon livre en cours
Lequel ?
darkanny a écrit:
Oui c'est lequel dit le perroquet ?
Ah je vois qu'on suit bien le fil des lectures en cours ! Laughing  C'est Les débutantes de J. Courtney Sullivan et c'est... Voilà quoi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Sylvia Plath - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Sylvia Plath   Sylvia Plath - Page 4 Icon_minitimeMer 23 Oct 2013 - 22:44

Sylvia Plath - Page 4 Imgp7110

Sylvia Plath: poèmes (Editions derrière la salle de bains)

site de la maison d'édition
Tous les livres des éditions
Derrière la salle de bains
sont fabriqués à la main
et livrés dans une pochette
de papier cristal,
idéale pour les protéger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Sylvia Plath - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Sylvia Plath   Sylvia Plath - Page 4 Icon_minitimeMar 11 Fév 2014 - 23:27

Sylvia Plath - Page 4 Plath-10
- La Cloche de détresse (The Bell Jar, 1963). Traduit de l'anglais en 1972 par Michel Persitz. Préface de Colette Audry. Note biographique de Lois Ames. L'Imaginaire Gallimard. 280 pages.
Lors de sa réédition à New York en 1971, "toute une jeunesse pouvait se reconnaître dans cette étudiante de dix-neuf ans, écartelée entre sa vocation d'artiste et d'intellectuelle et de le modèle féminin que lui impose l'entourage ; entre les routines, l'assoupissement de sa petite ville d'origine et le tumulte publicitaire de son expérience new-yorkaise." (préface, page 9). Plus loin dans la préface, Colette Audry pointe le risque de ce genre de texte : que le lecteur y porte un intérêt extra-littéraire, qu'il s'arrête à la fascination de l'anormalité, du morbide.
Il est vrai que l'on lit forcément différemment un livre où il est question de tendances suicidaires lorsque l'écrivain s'est vraiment suicidé. On va y sentir une sincérité à la limite du voyeurisme.

Heureusement, ici, ce qui frappe d'abord, c'est l'humour morbide, souvent distanciée, et la qualité de l'écriture. Au début, on est à New York.
Citation :
"C'était un été étrange et étouffant. L'été où ils ont électrocuté les Rosenberg. [...] L'idée de l'électrocution me rend malade, et les journaux ne parlaient que de ça. [...] Cela ne me concernait pas du tout, mais je ne pouvais m'empêcher de me demander quel effet cela fait de brûler vivant tout le long de ses nerfs.
[...] D'un gris de mirage au fond de leurs canyons de granit, les rues brûlantes flottaient dans le soleil, les toits des voitures chuintaient et étincelaient, la poussière sèche et cendreuse m'emplissait les yeux et la gorge." (page 13).
La narratrice, Esther Greenwood a dix-neuf ans. Elle a remporté un concours de poésie organisé par un magazine de mode, et a droit à un stage, elle et les autres lauréates. Elles assistent à des cocktails, à des gueuletons gratuits (ce qui donne lieu à des passages très amusants dans lesquels Esther mange tout ce qu'elle peut de caviar), reçoivent plein de cadeaux. Tout ça est bien sûr clinquant et vain.
Citation :
"J'étais censée être jalousée dans toute l'Amérique par des milliers d'autres collégiennes comme moi. Leur plus beau rêve est de se balader dans les mêmes chaussures en cuir verni, pointure 7, achetées chez Bloomingdale à l'heure du déjeuner, avec une ceinture de cuir noir verni et un sac en cuir noir verni assorti." (page 14).

Il y a cette impression d'être en décalage avec le monde dans lequel on évolue... un peu comme dans l'Attrape-Coeur il est vrai (la comparaison a été faite), mais en moins ado - on sent que ce n'est pas juste une étape à franchir, une révolte momentanée, mais bien quelque chose de plus profond.
Esther se dit que, après ses études, lorsqu'elle aura épuisé toutes les bourses qu'elle a remportées pour étudier, il faudra bien qu'elle trouve un travail. Mais quoi ? quel travail serait-il intéressant ?

Et puis... le mariage, vraiment ?
Citation :
"J'ai essayé d'imaginer ce que serait ma vie si Constantin était mon mari.
Cela signifierait qu'il faudrait que je me lève à sept heures pour lui préparer des oeufs au bacon, des toasts, du café, lambiner en chemise de nuit et bigoudis pour faire la vaisselle et le lit une fois qu'il serait parti travailler. Et quand il reviendrait après une journée dynamique et exaltante, il voudrait un bon dîner, mais moi, je passerais la soirée à laver d'autres assiettes sales jusqu'à ce que je m'effondre dans le lit, à bout de forces.
Cela me semblait une vie triste et gâchée pour une jeune fille qui avait passé quinze ans de sa vie à ramasser des prix d'excellence..." (page 97).
Le stage est fini, il faut quitter New York, revenir dans la petite banlieue de Boston... et la crise arrive. On la sentait pointer. Esther ne parvient plus à dormir.
Elle ne se lave plus.
Citation :
"Si je n'avais lavé ni mes affaires ni mes cheveux, c'était parce que je trouvais ça idiot. [...]
Il me semblait idiot de laver un jour ce qu'il faudrait relaver le lendemain.
J'étais fatigué, rien que d'y penser.
Je voulais faire les choses une fois pour toutes et en finir avec elles pour de bon." (page 144).

Arrivent les visites au psy, le docteur Gordon.
Citation :
"Il était jeune et séduisant, et j'ai vu tout de suite qu'il était vaniteux." (page 145).
Sur son bureau se trouve une photo plein de bonheur familial.
Citation :
"Et puis je me suis demandée : « Comment ce docteur Gordon pourrait-il bien m'aider puisqu'il a une femme magnifique, de beaux enfants et un chien splendide qui l'entourent comme des anges sur une carte de Noël ? »" (page 145).
Ensuite, ce sont les tentatives de suicide, l'internement... Mais tout cela, grâce à la manière dont c'est traité, est souvent drôle. Horrible et drôle en même temps : la description des patients, des docteurs (toujours très nombreux)... Et puis, c'est parfois tragique.
Esther reste lucide : elle aurait vraiment pu se suicider en se jetant d'un pont, au lieu de tenter d'autres moyens plus aléatoires. À propos de pont, à un moment elle veut faire une tentative, mais en est empêchée. Toutefois, elle écrit :
Citation :
"Je soupçonnais que même si ma mère et mon frère n'avaient pas été là, je n'aurais pas non plus tenté de sauter." (page 203).
Là, on pense qu'il est souvent difficile d'expliquer les motivations exactes d'un suicide, ou pourquoi certains passent à l'acte à un moment donné plutôt qu'à un autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Sylvia Plath - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Sylvia Plath   Sylvia Plath - Page 4 Icon_minitimeMar 11 Fév 2014 - 23:27

Voici ce qu'aurait dit Sylvia Plath, citée par sa mère, dans une lettre à un éditeur américain: "« J'ai essayé de peindre mon univers et les gens qui l'habitent tels qu'ils m'apparaissaient vu au travers du verre déformant d'une cloche de verre. »
Puis elle poursuivait : « Mon second livre montrera ce même monde vu par les yeux de la santé ». Pratiquement chaque personnage de La Cloche de détresse représente - souvent en caricature - quelqu'un que Sylvia aimait ; chaque personne a librement donné de son temps, ses pensées, son affection et dans un cas une aide financière pendant ces six mois, épouvantables de dépression nerveuse, en 1953... Sans commentaire, ce livre représente la plus vile ingratitude. Ce n'était pas la base du caractère de Sylvia ; c'est pourquoi elle fut tant effrayée quand au moment de sa publication le livre fut largement lu et donna même des signes qu'il allait devenir un succès. Sylvia avait écrit à son frère : « On ne doit jamais publier ça aux U.S.A. »
" (page 279).

C'est sûr que même ceux qui ont payé pour la sortir du trou ne sont pas toujours bien traités... Voici comment elle parle d'un des livres de sa bienfaitrice, l'écrivain à succès Philomèna Guinea :
Citation :
"Il était bourré du début à la fin de longues questions angoissantes du genre : « Evelyne apprendrait-elle que Gladys avait connu Roger dans le passé ? s'interrogeait fiévreusement Hector » ou encore « Comment Donald aurait-il pu l'épouser alors qu'il n'ignorait rien d'Elsie, son enfant, caché avec Mlle Rollmop dans une ferme lointaine à la campagne ? demandait Griselda à son oreiller baigné par la clarté lunaire... »" (page 53-54).
C'est vrai que c'est un peu méchant... Mais l'anecdote du rince-doigts qui suit - preuve de la bienveillance de Philomena Guinea - remet en quelque sorte les compteurs à zéro (de même, elle peut sembler se monter la tête avec tous ses prix et mépriser les autres... mais elle réalise qu'il lui serait difficile de postuler pour être prof à la petite école d'à côté tant il y a de choses à apprendre dans des domaines imposés).

On aurait pu craindre un livre sinistre, mais La Cloche de détresse est vif, sans pathos, très bien écrit et construit (il y aurait beaucoup à dire, et en relisant le livre, je suis sûr qu'on découvre plein de choses), souvent avec humour (cet humour n'étant pas forcément gai ou optimiste). Il y a une belle galerie de de personnages hauts en couleurs, burlesques... Que ces personnages soient réellement burlesques on bien seulement perçus comme tels par la narratrice, c'est autre chose... On n'oubliera pas que, comme le disait Sylvia Plath, ces personnages sont déformés par la fameuse cloche de verre...

Un livre marquant.

Interview de Sylvia Plath :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Contenu sponsorisé




Sylvia Plath - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Sylvia Plath   Sylvia Plath - Page 4 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Sylvia Plath
Revenir en haut 
Page 4 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» 029 - Muffins Sylvia no.2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature nord américaine (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: