Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Sofi Oksanen [Finlande]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

Sofi Oksanen [Finlande] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sofi Oksanen [Finlande]   Sofi Oksanen [Finlande] - Page 2 Icon_minitimeLun 6 Sep 2010 - 15:35

Merci Madame B.
Un petit extrait :

Citation :
Cette année, la récolte avait été particulièrement bonne. Aliide rajusta les rideaux. La cour pluvieuse dégoulinait de gris, les branches mouillées des bouleaux frémissaient, les feuilles ratatinées par la pluie, les herbes oscillaient et de leurs pointes suintaient des gouttelettes. Et dessous, il y avait quelque chose. Un ballot. Aliide s’abrita derrière le rideau. Elle jeta un oeil à l’extérieur, tira le rideau de dentelle devant elle pour qu’on ne la voie pas de la cour, et retint son souffle. Ses yeux passèrent outre les pâtés de mouches sur la vitre et se concentrèrent sur le gazon au pied du bouleau fendu par la foudre. Le ballot ne bougeait pas et il n’avait rien de spécial à part sa taille.
L’été dernier, sur ce même bouleau, la voisine Aino avait été témoin d’un phénomène lumineux tandis qu’elle se rendait chez Aliide, du coup elle n’avait pas osé aller jusqu’au bout, elle avait rebroussé chemin et téléphoné à Aliide pour lui demander si tout allait bien chez elle, s’il n’y avait pas un ovni dans sa cour. Aliide n’avait rien remarqué d’anormal, mais Aino était certaine qu’il y avait des ovnis devant la maison d’Aliide, exactement comme chez Meelis. Depuis, Meelis ne parlait plus que d’ovnis. Le ballot avait quand même l’air d’être de ce monde, assombri par la pluie, il se fondait dans le terrain, il était de taille humaine. Peut-être un des poivrots du village s’était-il endormi dans sa cour. Mais Aliide n’aurait-elle pas entendu, si on avait fait du vacarme sous sa fenêtre ? Elle avait l’ouïe fine, Aliide. Elle sentait l’odeur de la vinasse à travers les murs. Récemment, une bande de poivrots du voisinage était passée devant chez elle avec un tracteur et de l’essence volée, et ce bruit n’avait pas pu passer inaperçu. À plusieurs reprises, ils avaient traversé le fossé et quasiment arraché la clôture d’Aliide. Ici, il n’y avait plus que des ovnis, des vieux et une horde de voyous mal dégrossis. Plus d’une fois, la voisine Aino avait débarqué chez elle au milieu de la nuit, quand les garçons devenaient violents. Aino savait qu’Aliide n’avait pas peur des garçons et qu’elle leur tiendrait tête en cas de besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Sofi Oksanen [Finlande] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sofi Oksanen [Finlande]   Sofi Oksanen [Finlande] - Page 2 Icon_minitimeLun 6 Sep 2010 - 23:39

Sofi Oksanen [Finlande] - Page 2 Puhdis10

Je partage ton admiration pour ce livre que j'ai dévoré en 2 jours tellement j'étais emporté par ce récit qui a la construction implacable du meilleur thriller et la richesse émotionnelle des grands romans psychologiques. Surtout un personnage principal fabuleusement complexe, fort, dérangeant. Pas de manichéisme, pas de psychologie approximative et prévisible. C'est un drame humain d'une très grande densité et fourmillant de petits détails essentiels qui lui donnent un relief étonnant. Je pense à ces séquences de cuisine qui sont très importantes. Car malgré la violence des situations, le quotidien doit se poursuivre jour après jour à travers ces rituels ancestraux qui donnent aussi une tonalité ethnique et, plus qu'une "couleur" locale, une vérité des gestes. Elle évite aussi la complaisance morbide. La scène d'interrogatoire est un modèle de violence suggérée où en quelques phrases l'horreur s'exprime par des images abstraites et plus fortes encore que la trivialité du réel. C'est époustouflant de densité et de justesse. Le découpage cinématographique donnera lieu à coup sûr à une adaptation cinématographique. Et surtout elle rend limpide l'histoire de ce pays (outre le résumé proposé en annexe) et nous la fait ressentir de l'intérieur. Magistral! Le livre qui va passer de mains en mains...

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madame B.
Zen littéraire
Madame B.

Messages : 5352
Inscription le : 17/07/2008
Age : 45

Sofi Oksanen [Finlande] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sofi Oksanen [Finlande]   Sofi Oksanen [Finlande] - Page 2 Icon_minitimeMar 7 Sep 2010 - 12:16

Ton enthousiasme fait plaisir à lire, Marko.

On ne peut que fortement conseiller Purge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://labougeotte-impressionsdevoyages.blogspot.com/
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Sofi Oksanen [Finlande] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sofi Oksanen [Finlande]   Sofi Oksanen [Finlande] - Page 2 Icon_minitimeMar 7 Sep 2010 - 18:02

Maline a écrit:
traversay a écrit:
L'atmosphère est pesante et ces prémices sous forme de huis clos sont étouffantes, quasi théâtrales (normal, le récit vient de la pièce écrite auparavant par Oksanen).
D’ailleurs un opéra se prépare avec l’argument du livre. Le compositeur en est Jüri Reinvere. Je ne sais pas si Sofi Oksanen écrit le libretto. La première mondiale est prévue pour février 2011 à l’opéra de Tallinn (Estonie).

Hummm J'irais bien y faire un tour si la musique de Jüri Reinvere est bonne! (je ne connais pas et vais me documenter). C'est vrai que l'histoire se prête parfaitement à une représentation théâtrale. Belle consécration dans son Pays et en Estonie pour Sofi! On a l'impression d'avoir là déjà un classique. Je ne sais pas s'il existe un équivalent dans la littérature nordique.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Sofi Oksanen [Finlande] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sofi Oksanen [Finlande]   Sofi Oksanen [Finlande] - Page 2 Icon_minitimeMar 7 Sep 2010 - 18:06

Je n'ai trouvé que ça sur ce compositeur:

Citation :
Jüri Reinvere Requiem Released

Sofi Oksanen [Finlande] - Page 2 51n9ls10


On 1 February, the CD+DVD compilation Requiem by Jüri Reivere will be released. Requiem is written for solo flute, four male voices and narrative text by Estonian composer Jüri Reinvere who lives in Berlin. The poetic text written by Reinvere in English focuses on man and time, humans continuous and merciless meeting with loss and disembarkation from the labyrinth of losses.



The fragile work is accompanied by a film (DVD), compiled from historical snapshots by Australian film director Catherine Jarvis. The film has been created from materials of Estonian Film Archive, perpetuated in 1911-1944. The last snapshots of this film visualize the life in Estonia just some months before Estonians' world collided once and for all and the hope for the state of their own faded away for many years. This part of the film rises the issue of grief from person to society which also has a responsibility of coming out of its loss.

Requiem by Reinvere is a modern and idiosyncratic work that leans on the traditions of requiem. The work has an intensive and filosophical text and especially intimate texture that does not involve great sound massives nor dramatic scenes. Reinvere chooses the adversative concepts of life and death, black and white, the freezing of memories and the melting of freedom to express the grief and ruin.

Reinvere created the memory of Estonia with an international team consisting of people mostly having no previous relation to Estonia. Requiem was premiered in March 2009 in Helsinki.

Requiem and the additional funeral motet on the CD was peformed by Helen Bledsoe (flute, USA/Germany), Catherine Jarvis (narrator and director, Australia), Estonian Philharmonic Chamber Choir and its singers Aarne Talvik, Toomas Tohert, Rainer Vilu and Mikk Üleoja (conductor). The texts for both works have been written by Reinvere. The Estonian subtitles for DVD are translated by Doris Kareva. The booklet contains an essay The Art of Grieving by Sofi Oksanen (Finland) and the analysis by Gerhard Lock (Germany/Estonia), both written on the basis of Reinvere's Requiem. The compilation has been designed by Marjaana Virta.

Between Requiem and funeral motet, Reinvere has also created a soundscape merging sounds of everyday, life and death from Estonia in 2009, recorded in Prangli island, Hageri retirement home, Tallinn maternity hospital and elsewhere.

Sofi Oksanen [Finlande] - Page 2 51q2xd10

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maline
Zen littéraire
Maline

Messages : 5239
Inscription le : 01/10/2009
Localisation : Entre la Spree et la Romandie

Sofi Oksanen [Finlande] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sofi Oksanen [Finlande]   Sofi Oksanen [Finlande] - Page 2 Icon_minitimeJeu 16 Sep 2010 - 19:41

Je viens de terminer la lecture de « Purge » et je dois avouer sans votre discussion ici de ce livre je n’aurais pas pris la peine de le lire maintenant. Je connais très bien les pays baltes pas seulement par l’histoire, mais pour les avoir souvent visités et m’y avoir fait pas mal d’amis qui m’ont parlé de leur passé, raconté leur histoire familiale, surtout la part qui se confondait avec celle de leur pays.

Sofi Oksanen est certainement une écrivaine dont il faut suivre l’œuvre. Elle sait manier le roman historique qui rappelle le courage, le chagrin et la responsabilité des hommes (et des femmes) sans les dénoncer. Elle y rajoute un roman de femme sans idéologie et sans kitsch. Elle termine par une prise de thriller et même des relents de fiction fantastique.

Ce qui me gêne est que dans la partie historique de « Purge » elle n’arrête pas de parler de la forêt balte qui joue une partie active dans ce roman sans indiquer les forfaits qui y ont laissé des traces de charniers. Elle mentionne à peine l’aveuglement des nationalistes estoniens quand ils se sont liés aux Allemands pendant la 2e guerre mondiale. Que d’atrocités ont été commises faute à cette collaboration (s’ils avaient été moins bornés et plus clairvoyants par contre ils auraient pu éviter beaucoup de ces horreurs). C’est pourquoi en lisant ce roman je n’ai éprouvé aucun sentiment envers les protagonistes, aucune émotion pendant la lecture, pas d’empathie en tout cas, à peine de la curiosité quand et comment les souteneurs vont retrouver Zara chez Aliide et de quelle façon cette dernière va les liquider.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harelde
Zen littéraire
Harelde

Messages : 6465
Inscription le : 28/04/2010
Age : 44
Localisation : Yvelines

Sofi Oksanen [Finlande] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sofi Oksanen [Finlande]   Sofi Oksanen [Finlande] - Page 2 Icon_minitimeLun 4 Oct 2010 - 11:55

Exactement le genre d'auteurs qui m'inspire.
J'ai beaucoup aimé lire Indridason à cause de l'athmospère islandaise dans laquelle baigne ses romans.
Un petit côté exotique tout à fait savoureux.
Et je pense pouvoir retrouver ce plaisir avec cette auteure finlandaise.

J'ajoute un de ses titres à ma PAL.
joie

_________________
Etre un écrivain, c'est braver l'observation de Darwin voulant que, plus une espèce se spécialise, plus elle risque de disparaître.
[Joyce Carol Oates - J'ai réussi à rester en vie]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.senscritique.com/BibliOrnitho
Marie
Zen littéraire
Marie

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

Sofi Oksanen [Finlande] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sofi Oksanen [Finlande]   Sofi Oksanen [Finlande] - Page 2 Icon_minitimeMar 12 Oct 2010 - 4:53

Citation :
c'est l'incroyable finesse et complexité psychologique de ses héroïnes. Courageuses, oui, surtout parce qu'elles ont la volonté d'écrire leur destin, mais aussi jalouses, haineuses, lâches, faibles, soumises etc.
Ici ou là, on lit que Zara serait une victime et Liide un bourreau. Ce n'est évidemment pas aussi simple que cela. Le génie d'Oksanen est de nous rendre ces caractères proches et immédiatement compréhensibles, tout en gardant une part de mystère.

Comme vous, j'ai apprécié la lecture de ce Purge , dont le titre annonce bien la dureté, l'âpreté et la violence de ce texte. Apprécié pour ce qu'il me donne comme éléments historiques, même si je comprends que Maline rectifie certains aspects. Apprécié aussi la construction du récit , et bien sûr que l'auteur nous parle de ce qui est un des thèmes principaux , les violences faites aux femmes dans ce contexte historique et géographique, mais de façon plus générale , le viol étant, on le sait, une arme de guerre utilisée en tous lieux et de tous temps. J'ai beaucoup aimé aussi la justesse réaliste et crue employée pour décrire le quotidien de ce trafic sexuel d'êtres humains, qui sévit encore en toute impunité ..
Mais c'est vrai que c'est ce personnage féminin , Aliide Truu, qui m'a le plus fascinée, tant elle est capable de subir , d'endurer ( c'est terrifiant..) mais aussi de faire subir , tout cela par sa jalousie obsessionnelle. C'est ce personnage, très ambigu, tourmenté et assez machiavélique qui domine ce roman et lui donne sa force.

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Sofi Oksanen [Finlande] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sofi Oksanen [Finlande]   Sofi Oksanen [Finlande] - Page 2 Icon_minitimeMar 12 Oct 2010 - 6:58

Purge n'est pas toujours apprécié en Estonie, semble-t-il. Le lien ci-dessous (à copier/coller, le "+"perturbant un peu le système)
http://www.hs.fi/english/article/International+acclaim+for+Sofi+Oksanen’s+iPurgei+annoys+some+in+Estonia/1135260695813 donnant :

Citation :
According to Piret Tali, Purge confirms the image of Estonia, which is why Estonians still have to see themselves as Eastern European whores onboard the Finnish ferries and in the nightclubs of hotels.
This is why the novel is not opposed to violence against women, but instead it may increase violence against women.
Tali does not give Purge any credit, comparing the novel with the gutter press that wallows in violence.
[...]
The culture magazine Sirp warned earlier this year that Purge should not be regarded as telling the truth, the whole truth, and nothing but about Estonia.
This concern seems to have become stronger when Purge has received international recognition.
Author Jaan Kaplinski notes in his blog that he was disappointed with Purge. ”Life in the Estonian SSR was much more than a horror story. Life in the ESSR was also life”, Kaplinski writes.

Piret Tali’s column in Eesti Päevaleht this week has received positive feedback from well-known online commentators.
Reporter Mart Ummelas pointed out that those who write about history should also see some less dark shades in the Soviet era and some black spots in the present time as well.
Historian and Member of Parliament Lauri Vahatre called for stories about resistance put up by Estonians.
Film director Ilmar Raag noted:”Could we not do something in order that Purge would not be the only internationally-recognised narrative on the Estonian people? We should write a new bestseller on another topic.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Sofi Oksanen [Finlande] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sofi Oksanen [Finlande]   Sofi Oksanen [Finlande] - Page 2 Icon_minitimeMar 12 Oct 2010 - 7:36

Je viens aussi de lire une critique très mitigée, qui me donne tout d'un coup beaucoup moins envie. Mais comme je l'ai déjà réservée, je vais sans doute faire une tentative.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MartineR
Main aguerrie
MartineR

Messages : 364
Inscription le : 10/09/2010
Localisation : essonne

Sofi Oksanen [Finlande] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sofi Oksanen [Finlande]   Sofi Oksanen [Finlande] - Page 2 Icon_minitimeMer 13 Oct 2010 - 16:27

J'ai beaucoup aimé ce livre d'une jeune auteure finlandaise de mère estonienne comme la fille d'Aliide, l'écriture est acérée, les phrases sont ciselées, précises, courtes et au combien mordantes.

L'organisation se fait en de multiples chapitres datés & localisés, couvrant les trois occupations de l'Estonie: deux occupations soviétiques et une allemande (nazie) ainsi que la restauration de la République fin 1991.

Par petites touches, Sofi Oksanen nous campe les personnages, les lieux et surtout les atmosphères sans toujours mettre des mots; dès le début du livre il y a une description des habits de la jeune Zara qui nous laisse supposer que c'est une << putain >> d'origine soviétique qui est passée dans un << bordel >> de l'Ouest; en 20 lignes une partie du noeud du livre est énoncé.

Par contre je trouve que si les différents régimes sont bien décortiqués,analysés; l'occupation allemande et la participation des réfugiés de la forêt l'est beaucoup moins (le terme nazi n'est jamais écrit). Est-ce dû à son histoire familiale ou autre....et c'est vrai qu'en France on ne commence que vers les années 2000 d'essayer d'écrire sur la collaboration dans le domaine romanesque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pourtouteslesaig.canalblog.com/
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Sofi Oksanen [Finlande] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sofi Oksanen [Finlande]   Sofi Oksanen [Finlande] - Page 2 Icon_minitimeMer 13 Oct 2010 - 19:02

MartineR a écrit:
Par contre je trouve que si les différents régimes sont bien décortiqués,analysés; l'occupation allemande et la participation des réfugiés de la forêt l'est beaucoup moins (le terme nazi n'est jamais écrit). Est-ce dû à son histoire familiale ou autre....et c'est vrai qu'en France on ne commence que vers les années 2000 d'essayer d'écrire sur la collaboration dans le domaine romanesque.

Elle n'a pas écrit un livre d'histoire. Il fallait bien qu'elle fasse des choix parmi toutes ces périodes douloureuses. Et elle l'a fait à travers un récit intime intense et très ambigu.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MartineR
Main aguerrie
MartineR

Messages : 364
Inscription le : 10/09/2010
Localisation : essonne

Sofi Oksanen [Finlande] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sofi Oksanen [Finlande]   Sofi Oksanen [Finlande] - Page 2 Icon_minitimeMer 13 Oct 2010 - 20:09

Marko a écrit:
MartineR a écrit:
Par contre je trouve que si les différents régimes sont bien décortiqués,analysés; l'occupation allemande et la participation des réfugiés de la forêt l'est beaucoup moins (le terme nazi n'est jamais écrit). Est-ce dû à son histoire familiale ou autre....et c'est vrai qu'en France on ne commence que vers les années 2000 d'essayer d'écrire sur la collaboration dans le domaine romanesque.

Elle n'a pas écrit un livre d'histoire. Il fallait bien qu'elle fasse des choix parmi toutes ces périodes douloureuses. Et elle l'a fait à travers un récit intime intense et très ambigu.

D'accord avec Toi, ce n'est pas un essai mais un roman, mais je note ce manque ou omission!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pourtouteslesaig.canalblog.com/
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Sofi Oksanen [Finlande] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sofi Oksanen [Finlande]   Sofi Oksanen [Finlande] - Page 2 Icon_minitimeMer 13 Oct 2010 - 20:18

MartineR a écrit:
D'accord avec Toi, ce n'est pas un essai mais un roman, mais je note ce manque ou omission!

Et tu as raison! Very Happy

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Sofi Oksanen [Finlande] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sofi Oksanen [Finlande]   Sofi Oksanen [Finlande] - Page 2 Icon_minitimeJeu 11 Nov 2010 - 11:15

je vous ai déjà parlé de Corina.. voilà que sa chronique sur Purge est en ligne

Sofi Oksanen [Finlande] - Page 2 A196
L'odeur familière de la peur

En 2008, la sortie de «Purge», troisième roman de Sofi Oksanen* – née en 1977 en Finlande d'une mère estonienne et d'un père finlandais – produisait une véritable onde de choc sur la scène littéraire européenne. Répliques, retombées, réverbérations.

Corina Ciocârlie

Le succès a ses raisons que la raison ne connaît point. Qu'est-ce qui transforme un roman au sujet âpre, à la langue crue et au titre peu alléchant – signé, de surcroît, par une jeune femme originaire de Jyväskylä – en best-seller planétaire? Purge, troisième volet d'une tragédie en quatre actes mise en scène par Sofi Oksanen, s'est vendu à plus de 150.000 exemplaires en Finlande avant d'être traduit en trente langues. Au passage, il s'est vu couronner par les prix littéraires les plus prestigieux, y compris le Finlandia (l'équivalent du Goncourt) et, depuis mardi dernier, le Fémina étranger (pour la remarquable version française de Sébastien Cagnoli).
Dans l'œil du cyclone, Sofi Oksanen place la fragile Estonie, terre natale de sa mère, occupée par l'Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale, puis «libérée» par l'Armée rouge et tenue sous la férule communiste pendant près d'un demi-siècle. Cette double tyrannie – barbarie nazie, purges staliniennes – se dessine en miroir, à travers le destin croisé de deux générations de femmes humiliées par la cruauté des uns et la lâcheté des autres.

OUVRAGE DAMES

«C'était calme, comme pouvait être calme un jour de fin d'été dans un village estonien dépeuplé, le coq des voisins chantait, rien d'autre. Cette année, le calme était prodigieux, à la fois le calme avant et après la tempête». En 1992, le pays a retrouvé son indépendance après un demi-siècle de chape de plomb soviétique.
Le drapeau bleu-noir-blanc a été hissé à Tallinn, la population estonienne fête le départ des troupes russes, mais la vieille Aliide Truu, elle, redoute les pillages et vit terrée dans sa ferme solitaire. L'avenir radieux tant claironné passe sur son cœur «comme de lourds chariots, des écrous bien serrés, des muscles stakhanovistes, implacables, infaillibles», et c'est pourquoi elle hésite à ouvrir sa porte à Zara, intruse loqueteuse échouée comme un ballot devant sa maison, et qui parle estonien avec un drôle d'accent russe… Incontestablement, Purge est un ouvrage de dames, tissé de sang et de larmes mêlés, de A comme Aliide à Z comme Zara. En apparence, tout oppose la bonne babouchka estonienne et cette jeune femme, partie de Vladivostok pour se prostituer à Berlin, qui pourrait être sa petite-fille. En réalité, l'une et l'autre connaissent le bruit des bottes de cuir chromé, le maintien arrogant des hommes «qui savent comment on punit une femme, et qui sont venus chercher une femme à punir».
En quoi le sinistre cagibi d'une boîte berlinoise gérée par des mafieux en 1991 rappelle-t-il la cave d'une mairie réquisitionnée par l'armée soviétique en 1947? Quel rapport entre le kolkhoze et la maison close, si ce n'est le sperme et le crachat, le viol et la torture? Au détour d'une phrase heurtée, la détresse de Zara réveille dans la tête d'Aliide «quelque chose de beaucoup plus ancien.
De l'être humain émane une voix aussi déconcertante lorsqu'on lui plonge la tête sous l'eau avec assez d'insistance. La voix de la fille avait ce ton familier. On y entendait des éclaboussures, sans fin et sans espoir».

UN AIR DE DÉJÀ-VU

Purge, un roman merveilleux et triste, fait d'amours impossibles et de secrets inavouables, de regards furtifs et de mensonges sans fin. Un roman où les squelettes s'entassent dans les placards, et où la peur s'installe «en faisant comme chez soi. Comme si elle ne s'était jamais absentée. Comme si elle était juste allée se promener quelque part et que, le soir venu, elle rentrait à la maison».
À 33 ans, Sofi Oksanen a bien compris que la marche du temps peut se mesurer à autre chose qu'aux aiguilles d'une montre.
Au beau milieu de la forêt estonienne, les tranchées se sont refermées, les douilles ternies, les blockhaus écroulés, les morts à la guerre se sont décomposés, mais les funestes événements vécus jadis ne cessent de se reproduire.
C'est sans doute pourquoi les armoires à vêtements contiennent toujours des valises pleines, toutes prêtes, comme s'il fallait s'attendre à ce que la même Volga noire soit encore aux aguets derrière la maison, depuis cinquante ans, le moteur au ralenti.
Préparer ses bagages et s'attendre au pire – un art de vivre qui a déjà permis à quelques rares «chanceux» (Kundera, Kadare, Kertész…) de conquérir la planète littérature.


source

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Sofi Oksanen [Finlande] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sofi Oksanen [Finlande]   Sofi Oksanen [Finlande] - Page 2 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Sofi Oksanen [Finlande]
Revenir en haut 
Page 2 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature nordique (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: