Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Norman Spinrad

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Hexagone
Envolée postale
Hexagone

Messages : 260
Inscription le : 18/01/2010
Age : 48
Localisation : Ile de France

Norman Spinrad Empty
MessageSujet: Norman Spinrad   Norman Spinrad Icon_minitimeDim 5 Sep 2010 - 11:17

Norman Spinrad Norman10
Citation :
Norman Spinrad est né en 1940 dans le Bronx de New York où il passe son enfance. En 1957, il entre au City College of New York où il obtient en 1961 un Bachelor of Science.

Pendant sa dernière année d'étude, il suit des cours d'écriture de nouvelles et soumet ses premières histoires à différents magazines. Son premier texte, The Last of the Romany est publié en 1963 par le magazine Analog.

Il travaille ensuite comme éditeur, tout en continuant à publier régulièrement des nouvelles. Son premier roman, The Solarians, est publié en 1966, année pendant laquelle il déménage à San Francisco, puis à Los Angeles et enfin à Londres.

De 1980 à 1982, il est président de la Science Fiction and Fantasy Writers of America (il sera à nouveau nommé président de cette association en 2001-2002). C'est en 1982 que Spinrad vend les droits filmographiques de son roman Jack Barron et l'Éternité (Bug Jack Barron) à Universal Pictures (le film n'a finalement jamais été réalisé).

En 1988, Spinrad déménage encore pour Paris, où il écrit son roman Le Printemps russe (Russian Spring), avec sa compagne, Nancy Lee Wood (également écrivain) qu'il épouse en 1990.

Spinrad est un auteur de romans atypiques basés sur des thèmes sulfureux. Il publie dans sa carrière une trentaine de romans, deux anthologies et quatre collections de nouvelles. Pour l'anecdote, il a également écrit le scénario d'un épisode de la seconde saison de la série Star Trek intitulée The Doomsday Machine (la Machine infernale en français).
source : www.wikipedia.org

Concernant " Rêve de fer "
J'attendais beaucoup de cette uchronie présentée comme la référence absolue en la matière. Au fond qu'en est-il ? Une mauvaise parodie de l'ascension du troisième Reich transposée ici dans un futur lointain. Les purhommes, galvanisés par le charisme de leur leader exterminent les mutants, les métis. Spinrad tourne en rond et nous fait tourner bourrique. L'ascension politique de Jaggar est très rapide et elle manque de développement, son armée de SS livre non pas une mais trois batailles majeures qui m'ont éssouflées et ennuyées. Spinrad remet l'ouvrage sur le métier par trois fois dont deux de trop. Le final ne manque pas d'intérêt, mais c'est surtout la postface qui est la plus jubilatoire, pardonnez moi de ne pas vous la révéler. Bref, un bouquin qui m'a ennuyé, et dont peut se passer à moins d'être fan. Je ne parle même pas du style littéraire qui manque totalement d'interêt. Spinrad aurait pu faire un grand bouquin de SF si il ne c'était pas contenter de reproduire les heures les plus sombres de notre histoire. Pour amateurs avertis.


Dernière édition par animal le Dim 5 Sep 2010 - 12:24, édité 1 fois (Raison : ajout bio + photo)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Norman Spinrad Empty
MessageSujet: Re: Norman Spinrad   Norman Spinrad Icon_minitimeDim 5 Sep 2010 - 11:48

J'ai Jack Barron et l'Eternité, qui m'attend depuis... une éternité.
J'espère qu'il sera un peu mieux que ce que tu dis de Rêve de Fer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Norman Spinrad Empty
MessageSujet: Re: Norman Spinrad   Norman Spinrad Icon_minitimeDim 5 Sep 2010 - 19:33

Je ne veux pas t'enlever tous tes espoirs eXPie, mais pour avoir lu Jack Barron et l'éternité il y a un bon moment, j'en garde vraiment pas le souvenir d'un livre très passionnant. Et à mon avis c'est le genre de bouquin qui vieillit très vite en plus. Si j'était toi, je n'en ferrais pas une priorité. Mais c'est toi qui vois. dentsblanches

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hexagone
Envolée postale
Hexagone

Messages : 260
Inscription le : 18/01/2010
Age : 48
Localisation : Ile de France

Norman Spinrad Empty
MessageSujet: Re: Norman Spinrad   Norman Spinrad Icon_minitimeDim 5 Sep 2010 - 19:44

Franchement j'ai été hyper déçu par Rêve de fer. Il et présenté comme la référence ( je me répèrte). Je ne lirais pas d'autres ouvrages de det auteur. C'est étrange, tous les commentaires sur le net sont dithyrambiques sur presque tous les romans dont celui-ci. Je ne comprends pas. Peut être suis je un cas à part. En tout cas j'attends votre avec grand interêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Norman Spinrad Empty
MessageSujet: Re: Norman Spinrad   Norman Spinrad Icon_minitimeDim 5 Sep 2010 - 20:53

Arabella a écrit:
Je ne veux pas t'enlever tous tes espoirs eXPie, mais pour avoir lu Jack Barron et l'éternité il y a un bon moment, j'en garde vraiment pas le souvenir d'un livre très passionnant. Et à mon avis c'est le genre de bouquin qui vieillit très vite en plus. Si j'était toi, je n'en ferrais pas une priorité. Mais c'est toi qui vois. dentsblanches
Il était cité comme une référence, mais je crains fort que tu n'aies raison, notamment sur le caractère daté. C'est le problème d'une certaine forme de SF...

Il risque de prendre encore un peu la poussière, alors.

Tu vois, Hexagone, tu n'es apparemment pas un cas à part.
C'est rassurant, non ? Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Igor
Zen littéraire
Igor

Messages : 3524
Inscription le : 24/07/2010
Age : 66

Norman Spinrad Empty
MessageSujet: Re: Norman Spinrad   Norman Spinrad Icon_minitimeDim 5 Sep 2010 - 21:23

Tout pareil qu'Arabella, finalement le seul truc dont je me souvienne des bouquins de Norman Spinrad c'est le titre "Jack Baron..." et pas plus!
Comment cela se fait-il, peut être trop de H en ce temps là ? Par contre je me souviens très bien des romans de Brunner ou d'Herbert, bizarre quand même cette mémoire sélective.
Presque je les relirais les romans du Norman...

_________________
Tranquille comme mon chien qui dort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Norman Spinrad Empty
MessageSujet: Re: Norman Spinrad   Norman Spinrad Icon_minitimeDim 5 Sep 2010 - 21:26

La question est : allons nous trouver un Parfumé qui va dire du bien de Norman Spinrad ?

Je l'ai lu il y a quelque chose come 30 ans, à l'époque cela passait déjà comme une sorte d'incontournable de SF, on se demande vraiment qui fixe ces fichus incontournables.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Igor
Zen littéraire
Igor

Messages : 3524
Inscription le : 24/07/2010
Age : 66

Norman Spinrad Empty
MessageSujet: Re: Norman Spinrad   Norman Spinrad Icon_minitimeDim 5 Sep 2010 - 22:11

Cette mémoire qui fout le camp m'a interpellé. J'ai donc fait un tour du coté de la biblio SF voir ce que j'avais réellement sur Spinrad.
J'ai trouvé:

Les pionniers du chaos (Titres SF n°11)
4° de couv. : Il fallait lui rendre cette justice, l'Hégémonie avait le sens de la mise en scène. Dans quelques instants, le Coordinateur en personne s'adresserait à toutes les planètes du système solaire. Mais ce que Khoustov ignorait, c'est que Johnson et sa ligue Démocratique avait prévu quelques retouches au scénario. Un beau feu d'artifices en perspectives... si la Confrérie des Assassins ne s'en mêlait pas! Avec eux, allez savoir, des spécialistes de l'acte gratuit, des pionniers du chaos!
Rien compris, je me demande comment j'ai pu acheter un tel truc à l'époque (je vous l'avais dit: trop de H nuit)...

Les miroirs de l'esprit (Robert Laffont - ailleurs et demain)
4° de couv: Transformez le monde comme il vous tranforme...
Chevauchez le changement...
A Hollywood on ne parlait plus que du Transformationalisme. Une doctrine secrète ?
Une science de l'esprit ? Une religion naissante ? Ou tout simplement une secte avide de dollars ?
lorsque Jack Weller, réalisateur de télévision, entre avec Annie, sa femme, dans le bar des célébrités financé par le mouvement, il s''en moque éperdument.
Mais lorsque Annie, actrice sans contrats, s'intéresse au Transformationalisme, en suit la formation, et décide de quitter Jack s'il ne l'imite pas, Weller voit rouge. Il décide de mener sa guerre, seul, contre une formidable machine à persuader, pour récupérer la femme qu'il aime.
Et il finira par rencontrer le prophète, le maître, le fondateur du Transformationalisme. John B Steinhardt en personne, ancien romancier de SF, reconverti dans le plus fascinant et le plus dangereux des jeux de l'esprit: la manipulation des consciences.
Norman Spinrad, toujours fasciné par les rouages de la communication et du pouvoir, démonte ici impitoyablement les mécanismes totalitaires d'une de ces sectes qui prétendent forger l'homme de l'avenir, une secte riche, puissante, secrète.

Aucun souvenir! pourtant j'ai du le lire! En plus il me tenterais au vu du résumé, mais méfie, ils sont bon chez Laffont pour vous faire saliver...

_________________
Tranquille comme mon chien qui dort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Norman Spinrad Empty
MessageSujet: Re: Norman Spinrad   Norman Spinrad Icon_minitimeMar 17 Déc 2013 - 22:42

Norman Spinrad 42211-10
Climatron, geodesic dome, Missouri Botanical Garden, St. Louis, by R. Buckminster Fuller

Continent perdu

ça ferait partie des classiques du genre ?

amplement mérité ! deux cent ans après l'Age de l'Espace, futur assez proche des années 70, environ deux cent ans après maintenant donc un groupe de touristes africains va visiter les états-unis.

Une terre ultra-polluée, un tourisme de masse très encadré mais une visite de New-York, Manhattan couvert par un gigantesque dôme Fuller en suspension qui va varier du train train habituel.

Pourtant l'Afrique est maintenant le continent dominant économiquement et techniquement, une re-croissance qui se rapproche de celle des états-unis qui se sont effondrés mais différentes.

Deux personnages pour cette nouvelle ( ?) : un professeur d'université spécialiste des Etats-Unis et de l'Age de l'Espace (marché sur la Lune, etc.) et le pilote/guide de cette petite expédition.

Descriptions au poil du lieu transformé par la ruine et la pollution, réflexion efficacement brossé sur la ville et la modernité extrême ça serait déjà bien. Avec ça par ce retournement de situation et cette fin d'une époque et d'une civilisation la question du racisme avec ses mécanismes de classe et ses tensions de civilisation est finement amené sans discours trop fini mais une belle mise en lumière de tout un tas d'éléments qui vont entrer dans le champ du récit.

Mais tout ça se fond vers l'énigme de la connaissance de cette civilisation inconnue qui est un peu celle du lecteur qui s'aperçoit qu'il ne peut lui même la comprendre, pas quelle soit trop monstrueuse mais qu'il est en plein dedans et que tant que ça ne sera pas fini il sera difficile d'en dire quoi que ce soit.

Je m'attendais à un bon petit texte de SF mais sans plus et j'ai au final (dès le début en fait) été enthousiasmé par la pertinence de la manière d'aborder les thèmes et par l'efficacité des descriptions de l'environnement. Si la forme de l'écriture est simple on est donc loin de l'indigence et l'affreux faible pour la SF "de proximité" ou "par en bas" qui me fait apprécier William Gibson est ici bien flatté. Pas de superpuissance mais un super doute et une super atmosphère.

Malin, hyper efficace, précis, ne négligeant pas le dépaysement sauvage attendu de ce petit récit d'une aventure hors du commun. Le pied.

Et belle petite édition du Passager Clandestin.

Citation :
En 1970, Norman Spinrad imagine un voyage dans les abîmes de la civilisation américaine défunte.
de Norman Spinrad

États-Unis, XXIIe siècle. 200 ans après « La grande panique », l’Amérique n’est plus que l’ombre d’elle-même. La nation qui avait mené l’homme sur la lune est aujourd’hui un pays sous-développé livré à l’industrie touristique. Les immenses mégalopoles, qui symbolisaient autrefois la grandeur et la puissance du pays, ne sont plus que ruines livrées à une pollution mortelle. Mike Ryan, guide et pilote indigène, s’apprête à mener son groupe de touristes – des représentants de l’élite africaine – dans ce qu’il reste de New York.

Publiée aux États-Unis en 1970 dans le recueil Science Against Man (« La science contre l’homme »), cette nouvelle s’enracine profondément dans l’Amérique de l’époque – celle de la conquête lunaire, du mouvement des droits civiques, de la guerre du Vietnam… – et offre un renversement de situation dont seule la science-fiction semble capable. Pourtant, 40 ans plus tard, alors que le monde occidental vit une crise économique sans précédent, que les États-Unis voient leur hégémonie fortement contestée, notamment par la Chine, et que le pays est devenu de très loin le premier producteur de CO2 par habitant de la planète, la réalité semble en passe de rejoindre le scénario de Norman Spinrad.
lepassagerclandestin.fr

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Norman Spinrad Empty
MessageSujet: Re: Norman Spinrad   Norman Spinrad Icon_minitimeMar 17 Déc 2013 - 22:45

Arabella a écrit:
La question est : allons nous trouver un Parfumé qui va dire du bien de Norman Spinrad ?
huhu. ça y est.  Norman Spinrad 2603 

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Norman Spinrad Empty
MessageSujet: Re: Norman Spinrad   Norman Spinrad Icon_minitimeMar 17 Déc 2013 - 22:49

Et bien, si cela t'intéresse, j'ai plusieurs de ses livres, dans des éditions qui sont la plupart du temps les éditions françaises originales. Et je ne demande pas mieux que de faire un heureux. Et de vider un peu mes étagères.  innocent

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Norman Spinrad Empty
MessageSujet: Re: Norman Spinrad   Norman Spinrad Icon_minitimeMar 17 Déc 2013 - 22:58

bah je me sens obligé de tenter au moins un autre titre du bonhomme.  cat 

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Norman Spinrad Empty
MessageSujet: Re: Norman Spinrad   Norman Spinrad Icon_minitimeMer 18 Déc 2013 - 9:00

Je te prépare un petit tas.  Very Happy 

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
Queenie

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 39
Localisation : Un peu plus loin.

Norman Spinrad Empty
MessageSujet: Re: Norman Spinrad   Norman Spinrad Icon_minitimeMer 18 Déc 2013 - 10:08

je tenterais bien, également. Tu m'en gardes un de côté Arabella pour la prochaine fois qu'on se voit ?

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Norman Spinrad Empty
MessageSujet: Re: Norman Spinrad   Norman Spinrad Icon_minitimeMer 18 Déc 2013 - 10:30

D'accord. Je vais faire le tri ce week-end , et chacun aura le sien.  Wink 

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Norman Spinrad Empty
MessageSujet: Re: Norman Spinrad   Norman Spinrad Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Norman Spinrad
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» La dernière vidéo de Norman

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature nord américaine (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: