Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Carlo Goldoni [Italie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Carlo Goldoni [Italie]   Mer 8 Sep 2010 - 21:44



Né à Venise, Carlo Goldoni (1707-1793) passe près de quarante années de sa vie à voyager avant d’écrire. Puis, en moins de 20 ans, ce ne sont pas moins de 220 pièces qui surgissent comme presque autant de coups de génie et de chefs-d'oeuvre. On citera : Arlequin, serviteur de deux maîtres, La Locandiera, Les Rustres, Le Café, Le Menteur (1750) et La Fausse Malade. Carlo Goldoni a impulsé une révolution au sein du théâtre italien après 200 ans de règne sans partage de la commedia dell'arte : pour la première fois en effet, les comédiens ne s'approprient plus un vague canevas sur lesquels ils peuvent broder à l'infini, mais sont obligés de suivre à la lettre les intrigues fouillées et complexes d'un texte entièrement écrit, débarrassé des masques de la commedia.
L’apparition de personnages aux psychologies plus proches de la réalité et de l'époque a fait de Goldoni l'un des plus fins et précis observateurs de son temps.

(source: dossier de presse Le menteur)
Revenir en haut Aller en bas
Quasimodo
Main aguerrie
avatar

Messages : 402
Inscription le : 29/05/2016
Age : 22
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Carlo Goldoni [Italie]   Dim 11 Sep 2016 - 15:14

La locandiera

J'ai acheté ce livre un peu par hasard, alors que j'avais oublié le mien, ayant une heure à tuer dehors. Et j'ai sacrément bien fait.

L'histoire est très simple : Mirandoline, la patronne d'une auberge, entourée d'amoureux transis dont elle se moque, voit arriver un homme qui prétend mépriser les femmes et leur supposée fausseté. Elle se propose donc de le séduire pour le punir de son orgueil. Tout est bon pour atteindre son but. Elle feint la modestie, la franchise la plus rigoureuse, l'horreur des hommes à femmes (en se servant au passage de ses malheureux prétendants). Et les défenses du chevalier de Ripafratta tombent les unes après les autres.

C'est une comédie dans la même veine que celles de Marivaux, pleine d'intrigues, où chaque personnage avance masqué. Tous dissimulent leur vraie nature pour grappiller des petits avantages, pour tromper, pour séduire, peut-être pour se voir ainsi qu'ils rêvent d'être. Avec plus ou moins de réussite.
Le marquis de Forlipopoli, un des prétendants, issu d'une vieille noblesse ruinée, n'est pas le plus habile. Il fait des cadeaux minables à Mirandoline, lui chuchote de les montrer à tout le monde, et clame qu'il fait des cadeaux mais dicrètement, mais en cachette, pudeur oblige. Sans cesse il exige réparation à qui manquera au respect dû à son rang, se rétractant nerveusement quand il rencontre un adversaire qui souhaite relever le défi.
Le comte d'Albafiorita, richissime, ne comprend pas que ses cadeaux n'achèteront pas l'amour de Mirandoline. Bon vivant, il invite à dîner deux comédiennes qui se font passer pour de grandes dames. Celles-ci, apprenant que le chevalier fuit les femmes comme la peste, tentent elles aussi de le séduire, précipitant son amour pour Mirandoline.

Si cette pièce m'a fait penser à Marivaux, le langage des personnages n'est pourtant ni précieux ni raffiné; l'élégance des sentiments compte pour rien. Les personnages sont ici plus caricaturaux, ont des ridicules plus outrés, des caractères plus mordants. Petit extrait, alors que le marquis débarque dans la chambre du chevalier sans y avoir été invité :

Citation :
Mirandoline. - Monsieur, j'étais ici pour servir son repas à monsieur le chevalier. Je me suis sentie souffrante et il a eu la bonté de m'offrir un petit verre de bourgogne.
Le marquis, au chevalier. - C'est du bourgogne ?
Le chevalier. - C'est du bourgogne.
Le marquis. - Authentique ?
Le chevalier. - Je l'ai du moins payé au prix de l'authentique.
Le marquis. - Je m'y connais. Laissez-moi le goûter, je vous dirai si c'est du vrai ou non.
Le chevalier, appelant. - Holà !

Le chevalier, au domestique. - Un petit verre pour le marquis.
Le marquis. - Un verre pas trop petit. Le bourgogne n'est pas de la liqueur. Pour le bien juger, il faut en boire suffisamment.
Le domestique. - Voilà les œufs. (il veut les poser sur la table.)
Le chevalier. - Non, j'ai fini.
Le marquis. - Qu'y a-t-il dans ce plat ?
Le chevalier. - Des œufs.
Le marquis. - Merci, je n'aime pas les œufs. (le domestique les remporte.)

Pour finir, c'est une pièce très vive et rafraîchissante, et une très grande découverte pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Carlo Goldoni [Italie]   Dim 11 Sep 2016 - 16:06

C' est vraiment très savoureux, Goldoni. Très drole et très finement observé.
Et ça prend encore du relief à la scène.
Ah Les Rustres ou La Locandiera !

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anagramme
Agilité postale
avatar

Messages : 909
Inscription le : 29/08/2008

MessageSujet: Re: Carlo Goldoni [Italie]   Dim 11 Sep 2016 - 16:34

Le smanie per la villeggiatura aussi, c'est une belle pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Carlo Goldoni [Italie]   Dim 11 Sep 2016 - 19:29

anagramme a écrit:
Le smanie per la villeggiatura aussi, c'est une belle pièce.

Très juste, Anagrame ! Quel oubli !

"LA TRILOGIE DE LA VILLÉGIATURE, Carlo Goldoni
1. La confusion des sentiments

Dans la Préface à la première partie de La Trilogie de la villégiature, Goldoni déclare avoir conçu l'idée des trois pièces en même temps, autour d'un même groupe de protagonistes : Leonardo, jeune bourgeois fougueux mais ruiné, et sa sœur Vittoria ; Giacinta, dont Leonardo est jalousement amoureux, et son père, l'insouciant Filippo ; enfin Guglielmo, aimé par Vittoria, mais amoureux de Giacinta. Tout en formant les trois actes cohérents d'une vaste comédie de sentiments à la conclusion pathétique, les trois pièces, précise Goldoni, ont chacune leur logique propre et peuvent être jouées séparément.

Les protagonistes sont d'abord saisis dans les préparatifs fiévreux du départ pour la villégiature annuelle (La Manie de la villégiature). Au terme de la première comédie, le départ, un moment retardé à cause des caprices vestimentaires de Vittoria, puis de la jalousie de Leonardo, furieux que Filippo ait invité Guglielmo dans sa voiture, est assuré. Giacinta, malgré sa réticence à subir la jalousie de Leonardo qu'elle estime une entrave à sa liberté, a même accepté de se fiancer avec lui.

Dans la deuxième pièce (Les Aventures de la villégiature), nos protagonistes, entourés de divers couples et personnages secondaires, goûtent avec une satisfaction mitigée les divers rituels et passe-temps de la vie campagnarde – jeux de cartes, conversations, promenades, batifolages. Giacinta est bouleversée par les sentiments, inconnus d'elle, qui la poussent vers Guglielmo, contre la parole qu'elle a donnée à Leonardo. Dans un moment plein de gravité, elle avoue à Guglielmo : « C'est vrai, je... je vous aime. Je vous aime. Cet aveu est tout ce que vous avez à attendre de moi. N'espérez pas que je manque à mes engagements. Je ne le ferai pas. Au contraire, je m'efforcerai de vous oublier et j'y arriverai. Ou alors je mourrai. » Pour se tirer d'embarras, et soumettre ses sentiments à son devoir, elle force Leonardo à accorder Vittoria à Guglielmo, et le décide à quitter sans tarder des lieux qui signifient pour elle souffrance et dérèglement.

La troisième comédie, Le Retour de villégiature, est tout empreinte de la mélancolie d'un retour précipité à la ville qui signifie pour Giacinta – sans doute le plus beau caractère féminin de Goldoni, et la véritable protagoniste de la trilogie –, un mariage raisonnable avec Leonardo qu'elle sauve de la ruine, et pour Guglielmo, l'acceptation d'une union sans amour avec Vittoria."
[…]

Extraits de l' Encyclopaedia Universalis. B

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anagramme
Agilité postale
avatar

Messages : 909
Inscription le : 29/08/2008

MessageSujet: Re: Carlo Goldoni [Italie]   Dim 11 Sep 2016 - 20:10

Goldoni a fini ses jours en France dans la misère, après avoir eu un certain succès à la cour du roi (la révolution lui a enlevé sa pension) Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Carlo Goldoni [Italie]   Lun 12 Sep 2016 - 10:11

En tout cas les patronymes de la Locandiera mettent quelque chose en bouche de savoureux !! Après la proposition pirandellienne de kenavo, je tâterais bien du Goldoni !!

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hanta
Agilité postale
avatar

Messages : 723
Inscription le : 04/07/2014
Localisation : Vitrolles

MessageSujet: Re: Carlo Goldoni [Italie]   Lun 12 Sep 2016 - 12:10

Je ne connais que de nom mais cela donne envie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Carlo Goldoni [Italie]   Lun 12 Sep 2016 - 15:53

La Trilogie de la villégiature montée par Giorgio Strehler. De fabuleuse mémoire.
C' est flou, fantomatique, mais de la mémoire ne images.


www.ina.fr/video/I00018697]www.ina.fr/video/I00018697[/url]

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anagramme
Agilité postale
avatar

Messages : 909
Inscription le : 29/08/2008

MessageSujet: Re: Carlo Goldoni [Italie]   Lun 12 Sep 2016 - 19:23

bix229 a écrit:
La Trilogie de la villégiature montée par Giorgio Strehler. De fabuleuse mémoire.
C' est flou, fantomatique, mais de la mémoire ne images.


www.ina.fr/video/I00018697]www.ina.fr/video/I00018697[/url]

bravo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quasimodo
Main aguerrie
avatar

Messages : 402
Inscription le : 29/05/2016
Age : 22
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Carlo Goldoni [Italie]   Jeu 15 Sep 2016 - 22:21

shanidar a écrit:
En tout cas les patronymes de la Locandiera mettent quelque chose en bouche de savoureux !!
N'est-ce pas ? dentsblanches

Shanidar et Hanta, ça vaut vraiment le coup. (et puis je serais ravi de vous lire sur Goldoni innocent )

J'avais lu Le bourru bienfaisant, très bien aussi mais un peu moins marquant. Et puis j'ai La manie de la villégiature sous la main ... pour une prochaine, tu m'as convaincu bix !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hanta
Agilité postale
avatar

Messages : 723
Inscription le : 04/07/2014
Localisation : Vitrolles

MessageSujet: Re: Carlo Goldoni [Italie]   Jeu 15 Sep 2016 - 22:44

Eh bien j'ai justement le bourru bienfaisant en liseuse :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quasimodo
Main aguerrie
avatar

Messages : 402
Inscription le : 29/05/2016
Age : 22
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Carlo Goldoni [Italie]   Dim 18 Sep 2016 - 19:59

Il est excellent aussi. Faut pas hésiter ! Quand je dis moins marquant, ça dépend des goûts de chacun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Carlo Goldoni [Italie]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Carlo Goldoni [Italie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Halloween en Italie
» La storia dell'Unità d'Italia per ragazzi a fumetti - L'histoire de l'unification de l'Italie pour les enfants en bande dessinée
» l italie a moto
» Recherche d'un emploi d'ingénieur système orienté Linux... En Italie
» venise (italie)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature italienne, grecque et turque (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: