Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Maylis de Kerangal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9
AuteurMessage
Little devil
Main aguerrie


Messages : 536
Inscription le : 14/05/2008
Age : 20
Localisation : Dis-z'y-mieu !

MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Dim 14 Déc 2014 - 17:41

J'ai terminé la lecture de "Réparer les Vivants" hier soir.
C'est un beau livre. Il ne m'a pas laissée larmoyante dans mon lit, néanmoins, il remue, ce bouquin.
En fait, je pense que si j'ai réussis à garder une certaine distance, c'est grâce/à cause ? des longues phrases.
Par moments, elles m'ont captées, envoutées...Elles collaient très bien avec la situation,c'était parfait !
Mais alors à d'autres... je ne voyais pas où elle voulait en venir, et je survolais... Je trouve cela dommage, je pense qu'elle pourrait ôter certains passages de son livres, et là, paf ! Un magnifique bouquin !
diablotin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laurabracadabra.canalblog.com/
topocl
Abeille bibliophile


Messages : 11710
Inscription le : 12/02/2011
Age : 56
Localisation : Loire

MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Dim 14 Déc 2014 - 18:34

Little devil a écrit:
il remue, ce bouquin.

C'est sûr!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63602
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Mar 26 Mai 2015 - 17:25


Hors-pistes
Citation :
Présentation de l’éditeur
Le narrateur est un jeune homme d’une dizaine d’années, il considère Bruce comme une sorte d’oncle d’Amérique auréolé de mystère. Resurgi après trois ans de silence, l’homme est venu tenir la promesse qu’il avait faite à l’enfant¬: trois jours en montagne, trois jours pour découvrir l’univers particulier du hors-piste. Mais ce voyage va aussi être l’occasion d’aller à la découverte de soi et pourquoi pas d’apprendre à tracer sa propre piste.

illustré par Tom Haugomat

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
domreader
Zen littéraire


Messages : 3410
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Mar 8 Sep 2015 - 18:25

Réparer les Vivants
Maylis de Kérangal


Je ne résume pas à nouveau ce roman dont vous avez déjà parlé à plusieurs reprises.

Un livre intéressant qui montre bien le cheminement douloureux de la famille du donneur et aussi les toutes les procédures médicales suivies par les équipes qui prélèvent puis greffent les différent organes. Je l’ai presque vécu comme un documentaire. Je remarque que les romans que j’ai lus de Maylis de Kérangal sont toujours fort bien documentés. Cependant et comme lors de ma précédente lecture, j’ai pesté contre son style qui m’horripile quand elle dissèque chaque instant de chaque pensée, de chaque geste de ses personnages ainsi que son phrasé emphatique, que je perçois comme artificiel. Je conçois qu’on puisse aimer cela, mais je crois que ce n’est tout simplement pas pour moi.

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.


Dernière édition par domreader le Mer 9 Sep 2015 - 7:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile


Messages : 10871
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Mar 8 Sep 2015 - 20:32

Et je conçois aussi que ce style ne puisse pas convenir à tous les lecteurs. Je pense que ce n'est pas vraiment un hasard si Maylis de Kerangal reste fidèle (pour l'instant) à son éditeur Verticales, qui propose des textes très particuliers, travaillés stylistiquement et souvent épurés de tout sentimentalisme, ce qui donne, peut-être, ce côté emphatique dont tu parles domreader, lequel ne me gêne pas personnellement mais peut en effet laisser une impression de 'domination' du sujet (?) ou en tout cas de technicité qui peut sembler bien éloigner d'une littérature peut-être plus lyrique, plus 'sensible'... (ce ne sont que des suppositions).

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile


Messages : 11710
Inscription le : 12/02/2011
Age : 56
Localisation : Loire

MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Mer 9 Sep 2015 - 8:08

Oui, il y a cet aspect technique , qu'on apprécie tant chez les auteurs américains.
Oui, il y a ce style dont l’emphatisme même, maîtrisé et puissant, me séduit.
Et si, je trouve ça totalement lyrique et sensible! (autant Naissance d'un pont tenait à distance, autant Réparer les vivants m'a brisé le coeur!)
Comme quoi, des ressentis...sourire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
shanidar
Abeille bibliophile


Messages : 10871
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Mer 9 Sep 2015 - 11:02

Oh je n'ai pas lu Réparer les vivants, topocl, d'où cette réponse un peu bancale.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile


Messages : 11710
Inscription le : 12/02/2011
Age : 56
Localisation : Loire

MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Mer 9 Sep 2015 - 11:33

Tu vois ce qu'il te reste à faire sourire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
topocl
Abeille bibliophile


Messages : 11710
Inscription le : 12/02/2011
Age : 56
Localisation : Loire

MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Sam 10 Oct 2015 - 16:59

à ce stade de la nuit




Editée par Guérin à l’initiative de la Fondation Facim, la collection « Paysages écrits »   propose à un écrivain de composer en toute liberté un texte inédit en s’inspirant de ses paysages familiers, qu’ils soient intimes ou géographiques.

Maylis de Kerangal s'est servi de cette contrainte pour nous offrir un petit livret sans contrainte  au cours d'une nuit sans sommeil, chauqe chapitre ouvert par ces mots « à ce stade de la nuit ». Rentrant chez elle, elle apprend à la radio le naufrage au large de Lampedusa. D'heure en heure, suivant fébrilement et douloureusement les infos, elle laisse son esprit divaguer d'association d'idées en évocations passagères. On est plutôt déconcerté de se retrouver dans les riches salons du Guépard (dont l'auteur comme chacun sait sauf moi, s'appelle Lampedusa), à disserter sur les toponymes. Et puis la vague se porte sur d'autres migrations, d'autres îles. On est rappelé à l'ordre par l'évocation grandiose et horrifiée de ces migrants à la dérive.

C'est donc un ensemble assez disparate, c'est voulu, mais gênant pour moi vu
le caractère terrible du thème central. Mon attention a été fluctuante sur un texte par moments splendide (mais parfois à en être étouffant), au total j'ai comme un goût d'inabouti qui m'est resté.  


Pour les amateurs d'îles :

Citation :
Je me dis parfois qu'écrire c'est instaurer un paysage. Les îles, et plus encore les îles désertes, sont pour cela des matériaux de haute volée, leur statut géographique amorçant déjà une écriture, portant un récit. Essaimés sur la mer, ils surgissent comme des creusets à fiction, ou des aimants dispersés sur l'imaginaire. Elles émergent soudain, formes finies au milieu de l'infini, formes dont on peut saisir les contours et que l'on peut tenir dans un seul geste, comment on tient un caillou dans son poing, comme on cadre une image dans l'objectif de l'appareil photo, c'est un espace clair qui impose ses contours, créant aussitôt un dedans et un dehors : les îles sont comme les idées. Désertes, elle fascinent. Opèrent comme des réserves, captent les histoires et abritent les hommes depuis la création du premier poème.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63602
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Jeu 14 Avr 2016 - 6:24


Un chemin de tables
Citation :
Présentation de l’éditeur
Brasserie parisienne, restaurant étoilé, auberge gourmande, bistrot gastronomique, taverne mondialisée, cantine branchée, Mauro, jeune cuisinier autodidacte, traverse Paris à vélo, de place en place, de table en table.
Un parcours dans les coulisses d'un monde méconnu, sondé à la fois comme haut-lieu du récit national et comme expérience d'un travail, de ses gestes, de ses violences, de ses solidarités et de sa fatigue.
Au cours de ce chemin de tables, Mauro fait l'apprentissage de la création collective, tout en élaborant une culture spécifique du goût, des aliments, de la commensalité.
A la fois jeune chef en vogue et gardien d'une certaine idée de la cuisine, celle que l'on crée pour les autres, celle que l'on invente et que l'on partage.

On peut dire de ce texte qu’il s’agit d’un livre assez court ou d’une longue nouvelle.

Ce qui est certain : j’ai retrouvé ici la verve de Maylis de Kerangal que j’ai aimé lors des 50 premières pages de Naissance d’un pont.

Je crois que je l’ai déjà dit, mais je le répète volontiers : elle excelle dans des textes plus courts. Et elle le démontre à merveille dans ce livre.

N’importe le sujet, même si on ne s’intéresse vraiment nullement à la cuisine, traiter la nourriture, s’activer autours des fours… je garantie : c’est un plaisir de la suivre dans le récit qu’elle nous fait de Mauro
seule exception : elle ne s’est pas bien renseignée concernant les bonnes marques de pâtes, Barilla et surtout Panzani ne figurent vraiment pas parmi ceux qu’un bon chef choisirait Cool

Ecriture fluide, elle maitrise non seulement les mots mais aussi toutes les recettes qu’elle laisse Mauro servir.

Avis aux lecteurs : ne pas lire ce texte quand on a faim…


_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile


Messages : 17272
Inscription le : 06/07/2007
Age : 71
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Jeu 14 Avr 2016 - 7:52

ce livre (non lu) me rappelle un film vu récemment "A vif" ou Burnt

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63602
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Jeu 14 Avr 2016 - 8:24

oh oui... avec Bradley Cooper drunken

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Aujourd'hui à 21:11

Revenir en haut Aller en bas
 
Maylis de Kerangal
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 9 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: